Dette étudiante

La dette étudiante, ou endettement étudiant désigne, à l'échelle d'un pays, la dette qui a été contractée par les anciens étudiants lors de leurs études, particulièrement supérieures. Elle a souvent la forme d'un prêt étudiant, mais d'autres types de prêts existent.

Alors que l'éducation peut être vue comme un bien commun à assurer par un service public, celle ci fait face à une tendance à la privatisation des financements qui entraine l'augmentation des frais de scolarité pour les étudiants. Pour y faire face, dans les pays ne faisant pas profiter d'allocation d'autonomie, les étudiants, ne pouvant bénéficier d'un soutien familial, sont contraints de rechercher un travail ou un prêt, ou les deux pour entreprendre des études supérieures.

A l'initiative de la Banque mondiale, puis de l'OCDE, et de l'UNESCO, cette approche est étendue aux pays en développement sous justification « à rendement social, financement public, à rendement individuel financement privé », limitant le financement public au primaire et secondaire[1].

Étant donné les difficultés de remboursement et le fait que les prêts soient souvent garantis par l'État, certains pays comme le Royaume-Uni ou les États-Unis connaissent un problème économique et politique lié à cette dette.

Par pays

Canada

Crédit image :
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Justin Trudeau lors d'une manifestation contre la hausse des frais de scolarité en 2012.

En septembre 2012, la dette moyenne d'un diplômé de l'université, est de 28 000 $CA, et la dette est remboursée en environ 14 ans, avec un premier salaire moyen de 39 523 $CA[2]. Le Canada a accumulé plus de 15 milliards de dollars de dette étudiante, alors que les frais de scolarité augmentent de 4,3 % en 2011-2012 par rapport à l'année scolaire précédente[3]. Le Québec dispose d'une aide financière aux études afin d'aider les étudiants. Selon un sondage de septembre 2017, 62 % des anciens étudiants ayant la trentaine n'ont pas encore fini de payer leurs études[4].

Selon les données de Statistiques Canada, les frais de scolarité moyens pour un diplôme de premier cycle sont de 5 959 $CA pour l'année 2014-2015[5].

En 2015, les chiffres par province donnaient un endettement moyen par tête après un baccalauréat de 35 200 $CA en Nouveau-Brunswick, 30 400 $CA en Nouvelle-Écosse, 27 300 $CA en Terre-Neuve-et-Labrador, 27 000 $CA sur l'île-du-Prince-Édouard, 19 600 $CA au Manitoba et en Saskatchewan, 11 900 $CA au Québec[6].

Chili

Au Chili, environ 500 000 anciens étudiants sont débiteur d'un prêt garanti par l'État (en espagnol : Crédito con Aval del Estado, abrégé CAE), pour un montant total de 2,5 milliards de dollars[7]. Dans le système éducatif chilien, l'État ne paye qu'un quart des études, les trois quarts restants étant à la charge des étudiants[8]. 70 % des étudiants ont recours à un prêt, les universités privées demandant 300 à 1200 dollars par an de droits de scolarité. Les frais de scolarité et les prêts étudiants ont été la cause principale du mouvement étudiant chilien de 2011.

États-Unis

Augmentation de la dette étudiante de 2006 à 2016. En bleu la dette en dollars, en rouge la dette par rapport au PIB.

Historique

Les premiers prêts étudiants sont accordés en 1840 aux étudiants d'Harvard[9]. C'est en 1958 que le premier système de prêt fédéral est mis en place[10].

Des études montrent que les emprunteurs du début des années 1990 ont réussi à rembourser leurs emprunts sans trop de difficultés. De 2005 à 2012 le montant de cette dette est passé de 17 233 $ à 27 253 $ aux États-Unis[11]. Pendant cette même période, la dette du crédit à la consommation et des emprunts destinés à l'achat d'une automobile ont diminué. Selon Student Debt Crisis, en trois décennies le coût d'un diplôme a augmenté de plus de 1000 %[12].

Les universités publiques ont augmenté leurs frais de scolarité de 27 % de 2007 à 2012, soit 20 % après ajustement de l'inflation. Les étudiants payent en moyenne 8 400 $ de frais de scolarité, avec certains étudiants payant jusqu'à 9 000 $. De 1992 à 2012, les frais de scolarité ont augmenté de 1,6 % de plus que l'inflation chaque année. Le financement public par étudiant a diminué de 27 % de 2007 à 2012. Le nombre d'étudiants inscrits à l'université est passé de 15,2 millions en 1999 à 20,4 millions en 2011, mais a diminué de 2 % en 2012[13],[14],[15]. Par exemple, l'université de Pittsburgh a vu une augmentation de 3,9 % de ses frais de scolarité sur l'année 2014-2015[16].

Situation actuelle

Répartition de la dette étudiante aux États-Unis par tranche de revenus.

The Economist constate en juin 2014 que la dette étudiante américaine dépasse les 1,2 T$ (1 200 milliards de dollars), et que 7 millions de débiteurs sont en défaut de payement. Il y avait 44 millions de débiteurs, pour une moyenne de 37 172 $ par personne[17].

Au début de l'année 2018, le montant frôle les 1,5 T$, porté par 44 millions d'emprunteurs. Les personnes diplômées en 2016 ont en moyenne une dette de 37 172 $ par tête[18]. La barre symbolique des 1500 milliards de dollars (1,5 T$) est dépassée au second semestre 2018. L'endettement étudiant représente alors 11 % de l'endettement des ménages, derrière le crédit immobilier mais devant le crédit automobile[19].

Il y avait environ 37 millions de personnes ayant des prêts étudiants non remboursés en 2013. Selon la Réserve fédérale des États-Unis, l'encours de la dette étudiante aux États-unis se situe entre 902 G$ et 1 T$[20]. Pour le 1er trimestre 2012, l'étudiant moyen porte une dette de 24 301 $. près d'un quart des emprunteurs doivent plus de 28 000 $ ; 10 % des emprunteurs doivent plus de 54 000 $, 3 % une somme supérieure à 100 000 $; moins de 1 % (167 000 personnes) doivent plus de 200 000 $. En 2010, pour la première fois, la dette étudiante a dépassé celle des cartes de crédit (de type crédit à la consommation), et en 2011, la dette étudiante a dépassé les prêts automobiles (les deux étant en la baisse)[21]. Selon Mark Kantrowitz, de FinAid.org, la dette étudiante augmente de 3 000 $ par seconde. Selon un rapport de The Institute for College Access and Success,  la dette moyenne des diplômés en 2013 dépasse 30 000 $ dans 6 États, et est inférieure à 20 000 $ dans un seul[22]. Les données de la Réserve fédérale pour le quatrième trimestre 2014 ont trouvé qu'un prêt étudiant sur 9 n'est pas remboursé[23]. En 2015, plus de la moitié des remboursements sont décalés, en retard de payement, ou en défaut[24]. Le problème de la dette étudiante augmente les inégalités de richesse[25].

Selon une étude publiée en 2018, si les tendances sont les mêmes pour les diplômés de 1996 et 2004, jusqu'à 40% des étudiants pourraient faire défaut sur leur dette d'ici à 2023[26]. Cette étude remarque également que les études « for-profit » des universités à but lucratif marquaient un taux de défaut de la dette beaucoup plus élevé. par ailleurs, les étudiants blancs ou asiatiques font moins défaut sur leur dette que les étudiants hispaniques ou noirs, le ratio allant de 3 à 5.

Les emprunteurs qui ont suivi des formations courtes dans des collèges communautaires ou des institutions à but lucratif bénéficient d'un salaire de 22 000 $, plus faible, et ont le plus de difficulté à rembourser leurs prêts étudiants[27].

Les femmes sont débitrices de près des deux tiers de cette dette. Parmi les raisons qui expliquent cette différence, le fait que les parents ont plus tendance à aider leurs garçons que leurs filles, un nombre plus élevé de femmes va à l'université (56 % pour les colleges), et les inégalités de revenus ne leur permettent de rembourser que plus tardivement leurs crédits[28].

En 2019, quelque 45 millions d’Américains cumulaient une dette de 1 600 milliards de dollars contractée pour payer leurs études supérieures. Ce montant a été multiplié par presque 3 en l’espace de 12 ans. Une fois diplômé, chaque emprunteur doit en moyenne 32 000 dollars[29].

En , en lien avec une de ses promesses de campagne, le président Joe Biden annonce l'effacement d'une partie de la dette étudiante : 10 000 $ pour les personnes qui gagnent moins de 125 000 $ par an, et 10 000 $ supplémentaires pour les titulaires de bourses[30]. Cette mesure effacerait la dette étudiante fédérale d’environ 20 millions de personnes. Près d’un tiers des emprunteurs doivent moins de 10 000 dollars et environ la moitié doivent moins de 20 000 dollars[31].

Conséquences politiques

Bernie Sanders propose que les universités soient gratuites pour tous les étudiants, lors des primaires démocrates pour l'élection présidentielle américaine de 2016. Sa rivale Hillary Clinton propose que cette gratuité ne soit effective que pour les revenus les plus faibles[32],[33]. Donald Trump, candidat républicain, a proposé de forcer les universités les plus riches à baisser les frais de scolarité[34].

Les partis républicain et démocrate s'accordent à dire que le coût des études supérieures est trop élevé[35]. Là où le parti républicain propose de passer de prêts proposés ou assurés par le gouvernement fédéral à plus de prêts privés, le parti démocrate souhaite la gratuité pour les familles à bas revenus, une baisse des taux d'intérêt et plus de protection des emprunteurs.

Pour une opinion proche des idées du conservatisme fiscal[36], alors que les frais d'inscription dans les universités sont en hausse, le nombre de diplômés dans de nombreux domaines dépasse la demande, ce qui provoque une inflation des diplômes, et est mauvais pour l'emploi et le remboursement de la dette, laquelle est in fine supportée les contribuables[37],[38],[39].

Si le Parti libertarien est divisé sur la question, pour Gary Johnson le gouvernement devrait cesser d'encourager les prêts étudiants, afin de diminuer les frais de scolarité et le nombre d'étudiants[40].

Joe Biden, durant la campagne électorale présidentielle de 2019, propose d’effacer la dette des diplômés issus de familles aux revenus modestes et des classes moyennes. Il prendrait en charge aussi, 10 000 dollars par an de la dette des personnes travaillant dans certains métiers de service, comme l’enseignement[29]

Conséquences économiques

Pour des économistes comme Joseph E. Stiglitz, la dette étudiante américaine pourrait constituer une bulle à la source d'une nouvelle crise économique[41].

« Le pays a un problème de prêts non remboursables. Nous avons laissé des millions de jeunes gens accablés de dettes d'études qui dépassent leurs capacités de paiement : elles pèsent dans les 1500 milliards de dollars. elles leur gachent la vie, les forcent à tout remettre à plus tard( se marier, acheter une maison, ou même accepter l'emploi qu'ils aimeraient)[42] »

.

Les nouveaux diplômés endettés renoncent à consommer, ce qui a des conséquences économiques néfastes[43]. Les jeunes sont de moins en moins nombreux à posséder leur résidence principale : de 42 % en 2003 à 35 % en 2017, freinés par une dette étudiante qui ne leur permet pas d'emprunter pour cet achat[44].

France

En 2013, la dette étudiante s'élevait à 3 milliards d'euros, et 12,5 % des étudiants avaient recours à un emprunt pour financer leurs études[45]. De 2006 à 2012, les frais de scolarité ont augmenté de 50 % dans les écoles de commerce. Ce nombre augmente beaucoup, alors que le coût de la vie est une des raisons principales de l'endettement[46].

Pays-Bas

On estime en 2017 que 23 000 anciens étudiants sont endettés, avec une valeur de la dette étudiante de 80 millions d'euros[47].

Royaume-Uni

Historique

Dans les années qui suivent la Seconde Guerre mondiale, les droits de scolarité des étudiants sont généralement payés par les districts. En 1962, une loi rend cela obligatoire[48].

La Student Loans Company (compagnie des prêts étudiants) est créée en 1990 et aide les étudiants à faire face aux coûts de la vie, en prêtant de l'argent à faible taux d'intérêt. La première année, 180 200 étudiants, soit 28 % de ceux éligibles, en bénéficient, avec un prêt moyen de 390 £[49].

En 1997, le rapport Dearing demande l'introduction de droits de scolarité. Le gouvernement travailliste de Tony Blair introduit ainsi des frais de 1 000 £ pour l'année scolaire 1998-1999[50]. De plus, les bourses pour les étudiants les plus pauvres sont remplacées par des prêts. En conséquence, les prêts de la SLC passent de 941 millions de livres pour l'année 1997-1998 à 1,23 milliard l'année suivante[49].

En 2004, les frais passent de 1000 à un maximum de 3000 livres par élève. L'année 2005-2006 voit la SLC prêter 2,79 milliards de livres à 1 080 000 étudiants[49]. Cependant, l'Écosse décide d'offrir la gratuité à ses étudiants, et le Pays de Galles leur fait payer moins cher[51].

À partir de l'année scolaire 2012-2013, le gouvernement de David Cameron fait passer les frais maximum de 3 000 £ à 9 000 £ par élève[52], alors que plus des trois quarts des universités font payer le maximum[53]. L'Irlande du Nord ne fait payer à ses résidents que 4000 livres, et l'Écosse leur applique la gratuité[54].

Situation actuelle

Des prêts publics sont possibles à côté des prêts privés. Pour le système public, l'ex-étudiant ne commence qu'à rembourser à partir d'un revenu de 21 000 livres annuel, jusqu'à 30 ans après sa sortie du système scolaire[55].

Il existe des inquiétudes concernant le niveau de la dette des étudiants au Royaume-Uni, alors que plusieurs propositions politiques sont sur la table concernant le problème[56]. Pour le Institute for Fiscal Studies, les 3/4 des diplômés ne rembourseront jamais leurs dettes[57] Pour Sebastian Burnside, l'augmentation de la dette étudiante est plus élevée qu'aucun autre type d'emprunt et est en train de devenir de plus en plus significative dans l'économie, dépassant les 100 milliards de livres en juin 2017[58].

Positionnement politique

Le Parti travailliste de Jeremy Corbyn souhaite la gratuité scolaire, le Parti libéral-démocrate de Vince Cable souhaite lutter contre l'endettement étudiant par une taxe sur les diplômes perçue après les études, alors que le Parti conservateur de Theresa May souhaite changer le calcul des taux d'intérêt[59].

Suisse

Selon l'Office fédéral de la statistique, 13 % des étudiants s'endettent pour leurs études. 17 millions de francs suisses de prêts ont été accordés aux étudiants en 2015[60].

Bibliographie

Références

  1. Les Économistes atterrés, De quoi avons nous vraiment besoin?, Les Liens qui libèrent, , 250 p. (ISBN 979-10-209-1135-3), chapitre s'éduquer, page 74
  2. (en) « Student debt: Average payback takes 14 years », Financial Post, (consulté le )
  3. « Hausse de 4,3 % des frais de scolarité au pays », sur radio-canada, (consulté le )
  4. « Les deux tiers des jeunes diplômés ont une dette étudiante », sur Conseiller.ca, (consulté le )
  5. Manisha Krishnan, « De plus en plus d’étudiantes canadiennes se font payer leurs études par un sugar daddy », sur VICE news, (consulté le )
  6. « Les étudiants universitaires de l'Atlantique parmi les plus endettés au pays », sur Radio Canada, (consulté le )
  7. (es) Myriam Bustos, « Presidente de la Federación de Estudiantes de la U. de Chile: “Debe haber una condonación de la deuda del CAE y del Fondo Solidario” », sur La tercera, (consulté le )
  8. (es) Veronica Smink, « Las razones de las protestas estudiantiles en Chile », sur BBC Mundo, (consulté le )
  9. (en) « State of Student Debt in the U.S., Part 2 », sur center for online education (consulté le )
  10. (en) « THE SOARING COST OF COLLEGE—AND HOW WE GOT HERE [INFOGRAPHIC] », sur BETH, (consulté le )
  11. (en) Halah Touryalai, « More Evidence On The Student Debt Crisis: Average Grad's Loan Jumps To $27,000 », sur Forbes, (consulté le )
  12. (en) Anne Johnson, Tobin Van Ostern et Abraham White, « The Student Debt Crisis »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), sur Center for American Progress, (consulté le )
  13. The Economist-Creative destruction-June 28, 2014
  14. The Economist-The digital degree-June 28, 2014
  15. Bloomberg-Student Debt-July 2014
  16. (en) BILL SCHACKNER, « University of Pittsburgh approves 3.9 percent tuition increase », sur Pittsburgh Post-Gazette,
  17. (en) « Student Loan Debt Statistics for 2017 » (consulté le )
  18. (en) « Student Loan Debt Statistics for 2018 », sur thebankly.com, (consulté le )
  19. Étienne Goetz, « Prêts étudiants : un boulet de 1.500 milliards de dollars aux Etats-Unis », sur Les Échos, (consulté le )
  20. « Student Loan Debt Statistics », American Student Assistance (consulté le )
  21. « Student Loans: Debt for Life », Bloomberg Businessweek (consulté le )
  22. The Institute for College Access and Success http://ticas.org/content/pub/average-debt-2013-grads-tops-30k-6-states-only-1-below-20k-0
  23. (en) « Household Debt Continues Upward Climb While Student Loan Delinquencies Worsen », sur Federal Reserve Bank of New York, (consulté le )
  24. Chuck Collins (March 13, 2015).
  25. (en) « $1 trillion student loan debt widens US wealth gap », sur CNBC, (consulté le )
  26. Scott-Clayton 2018
  27. (en) Susan Dynarski, « New Data Gives Clearer Picture of Student Debt », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
  28. (en) Abigail Hess, « American women hold two-thirds of all student debt—here's why », sur CNBC, (consulté le )
  29. a et b Stéphanie Le Bars, « La dette étudiante, boulet d’une économie américaine en crise », Le Monde, (consulté le )
  30. Guillaume Naudin, « États-Unis: Joe Biden annonce l'effacement d'une partie de la dette étudiante », sur rfi.fr, .
  31. « Le président des Etats-Unis, Joe Biden, annonce une annulation partielle de la dette des étudiants », sur LeMonde.fr, (consulté le )
  32. Frédéric Autran, « Crise de la dette étudiante, la grosse bulle qui monte aux Etats-Unis », sur Libération.fr, (consulté le )
  33. Matteo Maillard, « La crise de la dette étudiante, nouvel enjeu de la présidentielle américaine », sur Le Monde.fr, (consulté le )
  34. Séverin Graveleau, « Dans les universités américaines, la victoire de Donald Trump inquiète », sur Le Monde.fr, (consulté le )
  35. (en) Jack Herrera, « How Republicans and Democrats plan to attack student debt », (consulté le )
  36. (en) Robert B. Archibald et David H. Feldman, « State Higher Education Spending and the Tax Revolt », The Journal of Higher Education, vol. 77, no 4,‎ , p. 618–644 (ISSN 1538-4640, DOI 10.1353/jhe.2006.0029, lire en ligne)
  37. (en) Jill Barshay, « Reflections on the underemployment of college graduates », sur Hechniger Report, Teachers College at Columbia University, (consulté le )
  38. (en) Ken Coates et Bill Morrison, Dream Factories : Why Universities Won't Solve the Youth Jobs Crisis, Toronto, Dundurn Press, , 232 p. (ISBN 978-1-4597-3377-0, lire en ligne)
  39. (en) Laura Pappano, « The Master’s as the New Bachelor’s », sur The New York Times, (consulté le )
  40. (en) Davis Russell, « How Do Libertarians View the Student Debt Crisis in the United States? », sur the libertarian republic,
  41. Cécile Schilis-Gallego, « La dette des étudiants américains causera-t-elle la prochaine crise économique? », sur Slate, (consulté le )
  42. Joseph E. Stiglitz, Peuple, Pouvoir&Profits, le capitalisme à l'heure de l'exaspération sociale, Les liens qui libèrent, octobre 2020, page 264
  43. Hayat Gazzane, « Ces bulles financières américaines qui menacent l'économie », sur Le Figaro, (consulté le )
  44. (en) Natalie Kitroeff, « How Student Debt Can Ruin Home Buying Dreams », sur New York Times, (consulté le )
  45. Juliette Boulay, « France : alerte à la dette étudiante », sur magazine décideurs, (consulté le )
  46. Sharon Wajsbrot, « Les étudiants français plus enclins à s'endetter », sur Les Échos.fr, (consulté le )
  47. (nl) Sonja Allachi, « 23.000 oud-studenten gezocht, met totale schuld van 80 miljoen », sur RTL,
  48. Robert Anderson, « University fees in historical perspective », sur History & Policy, History & Policy, (consulté le )
  49. a b et c Student Loans Company Limited, « take up statistics 1991-2005 »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), Slc.co.uk (consulté le )
  50. « Student tuition fees: costly changes », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  51. Stuart Alley et Mat Smith, « Timeline: tuition fees », sur BBC, (consulté le )
  52. Charlotte Boitiaux, « Universités britanniques : étudier trois ans, s'endetter sur 30 ans », sur France 24, (consulté le )
  53. « Undergraduate tuition fees and student loans »
  54. (en) « Tuition fees », sur NI direct (consulté le )
  55. Sasha Mitchell, « Au Royaume-Uni, l'explosion prévue des dettes étudiantes inquiète », sur La Tribune.fr, (consulté le )
  56. (en) Sean Coughlan, « Could tuition fees really cost £54,000? », sur BBC, (consulté le )
  57. (en) Richard Adams et Sonia Sodha, « Tuition fees should be scrapped, says 'architect' of fees Andrew Adonis », sur The Guardian, (consulté le )
  58. (en) Angela Monaghan et Sally Weale, « UK student loan debt soars to more than £100bn », sur The Guardian, (consulté le )
  59. Sasha Mitchell, « En Angleterre, annuler les dettes étudiantes coûterait moins cher qu'annoncé », sur La Tribune, (consulté le )
  60. Laura Drompt, « Etudiants dans la bulle financière », sur Le Courrier, (consulté le )

Voir aussi

Articles connexes

Documentaire