Dégradation militaire

Dessin représentant Alfred Dreyfus dans la cours de l'École militaire remettant ses armes.
Le traître : Dégradation d'Alfred Dreyfus, dessin d'Henri Meyer paru dans Le Petit Journal du . Le , le capitaine Alfred Dreyfus est dégradé dans la cour de l'École militaire.

La dégradation militaire est une cérémonie rituelle au cours de laquelle un soldat est destitué de son grade, de ses insignes, de son poste de commandement ou de sa dignité, pour raisons de discipline ou, plus grave, pour avoir nui à sa nation.

Signification

La dégradation est associée particulièrement avec le renvoi d'officiers militaires de haut rang. Elle implique une destitution publique, avec destruction des symboles du statut social : épaulettes arrachées des épaules, badges et insignes ôtés, épée cassée en deux, casquettes et médailles jetées à terre et piétinées.

La dégradation est associée à la stigmatisation et à la disgrâce. L'expression cérémonie de dégradation est utilisée par le sociologue Harold Garfinkel pour décrire tout acte de communication publique dont l'intention est de stigmatiser le sujet comme étant indigne des privilèges normaux dont il jouissait précédemment dans la société ou dans une institution.

À l'époque où les officiers de la British Army et d'autres armées dans le monde achetaient leurs commissions, le fait d'être dégradé (en anglais : cashiered) se traduisait par le non-remboursement des montants payés pour l'achat de leurs charges[1].

Juridictions

France

La dégradation militaire était le pendant militaire de la dégradation civique, dont elle reprenait les effets.

Cette peine emportait, en plus de la dégradation civique, l'exclusion perpétuelle de l'armée, la perte du grade et du port des insignes et uniforme associés, du port des décorations, ainsi que la perte de tout droit à pension[2].

La manifestation la plus marquante de cette peine était la cérémonie publique devant les troupes.

Elle fut supprimée en 1965[3], remplacée par la perte du grade et la destitution[4],[5].

Militaires dégradés

Notes et références

Notes


Références

  1. (en) Richard Holmes, Redcoat : the British soldier in the age of horse and musket, Londres, HarperCollins, (ISBN 0-00-257097-1), « III - Brothers of the Blade », p. 159
  2. « Les militaires condamnés pour crime avec ou sans sursis perdent leur grade », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. « L'INSTITUTION DU SERVICE NATIONAL EST APPROUVÉE DANS LE TEXTE DÉJÀ VOTÉ PAR LES DÉPUTÉS », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. « Le Quotidien du 10 février 2012 - Public général | Lexbase », sur Lexbase éditeur juridique (consulté le )
  5. Par Maître Elodie MAUMONT, « LA PERTE DE GRADE OU LA DOUBLE PEINE », sur MDMH Avocats, (consulté le )

Voir aussi