Débordement de la guerre Israël-Hamas

Depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, qui se limite principalement au sud d'Israël et à la bande de Gaza, un certain nombre d'affrontements armés et de confrontations ont éclaté dans d'autres régions du Moyen-Orient, impliquant notamment des milices islamistes chiites soutenues par l'Iran[1]. Des spéculations ont lieu selon lesquelles toute escalade de ces incidents, en particulier entre Israël et le Hezbollah – une milice chiite soutenue par l’Iran, basée dans le sud du Liban et plus puissante que l’armée libanaise – pourrait amener l’ensemble de la région dans un conflit militaire à grande échelle. En plus du conflit entre Israël et le Hezbollah, l'organisation des Houthis soutenue par l'Iran – qui contrôlent certaines parties du nord du Yémen, mais n'est pas internationalement reconnue comme le gouvernement du pays (voir Conseil de direction présidentiel) – est directement impliquée dans le conflit en tirant des missiles sur des villes israéliennes, quoique à une échelle limitée ; depuis, les Houthis se concentrent davantage sur le tir ou la saisie de cargos civils traversant la mer Rouge afin d'infliger des pertes économiques à Israël ainsi qu'à l'économie mondiale, évoquant les frappes aériennes américaines et britanniques contre le Yémen contrôlé par les Houthis. Les milices soutenues par l'Iran en Irak et en Syrie ont également lancé de nombreuses attaques contre des bases militaires américaines dans la région ; ces affrontements exacerbant de plus en plus les tensions entre les adversaires de longue date, l'Iran et les États-Unis, en particulier après les frappes de missiles iraniens de 2024 en Irak et en Syrie[2]. En Cisjordanie, plus de 300 Palestiniens sont tués dans des affrontements armés avec des soldats et des colons israéliens, alors que la violence dans le territoire s'est considérablement accrue à la suite de l'attaque menée par le Hamas contre Israël[3],[4].

Contexte

Le déclenchement de la guerre entre Israël et le Hamas fait suite à la déclaration de soutien et d'éloge du Hezbollah sur l'attaque menée par le Hamas contre Israël le 7 octobre 2023, à laquelle des factions palestiniennes du Liban ont pris part[5],[6]. Dans les semaines à venir, d’autres groupes soutenus par l’Iran, comme les Houthis, expriment leur soutien après l’attaque du 7 octobre contre Israël. Depuis la création du Hezbollah jusqu'à aujourd'hui[7],[8],[9],[10], la destruction de l'État d'Israël est l'un des principaux objectifs du Hezbollah. Celui-ci s’oppose non seulement au gouvernement et aux politiques de l’État d’Israël, mais aussi à tout civil juif vivant dans cette zone[11]. Son manifeste de 1985 aurait déclaré : « Notre lutte ne prendra fin que lorsque cette entité [Israël] sera anéantie. Nous ne reconnaissons aucun traité avec elle, aucun cessez-le-feu et aucun accord de paix »[12]. Les Houthis forment une organisation militante chiite qui contrôle le nord du Yémen et est soutenue et financée par l'Iran[13]. Ils sont accusés, notamment par les gouvernements des États-Unis et du Royaume-Uni, d’agir en tant que mandataire iranien[14].

Liban : conflit Israël-Hezbollah

Le 8 octobre 2023, le groupe militant libanais Hezbollah tire des roquettes guidées et des obus d'artillerie sur des positions israéliennes dans les fermes contestées de Chebaa, un jour après le début de la guerre Israël-Hamas. Israël riposte en lançant des frappes de drones et des obus d'artillerie sur les positions du Hezbollah près de la frontière entre le Liban et le plateau du Golan occupé par Israël[6]. Le lendemain, Israël échange une série de frappes aériennes sur le sud du Liban, près des villes de Marwahin, Aïta ach-Chab[15] et Dhaïra, dans le district de Bint Jbeil[16]. Ces événements ont lieu peu après le passage de la frontière israélienne par de nombreux combattants palestiniens[17]. L'armée israélienne tue au moins deux d'entre-eux (probablement des Palestiniens)[16], tandis qu'un troisième parvient à rentrer au Liban[18].

Le chef adjoint du Hezbollah, Naïm Qassem, déclare : « lorsque le moment sera venu d'agir, nous l'exécuterons », affirmant que le Hezbollah est prêt et « contribuera » aux affrontements contre Israël selon son propre plan »[19].

Le 13 octobre, alors qu'un groupe de journalistes de Reuters, de l'AFP et d'Al Jazeera transmettent une vidéo en direct d'un avant-poste de Tsahal à Aalma ech Chaab, deux obus de char font feu directement sur le groupe. Le photojournaliste de Reuters Issam Abdallah est tué. La seconde frappe est beaucoup plus puissante et enflamme une Toyota blanche, à côté de laquelle se trouvent les journalistes d'Al Jazeera, Carmen Joukhadar et Elie Brakhya, ainsi que leur collègue de l'AFP Dylan Collins[20]. La photographe de Reuters Christina Assi est également grièvement blessée[21],[22]. Selon l'armée libanaise Tsahal est responsable du missile ayant tué Abdallah. Un autre journaliste de Reuters présent sur les lieux déclare qu'Abdallah a été tué par des projectiles tirés en direction d'Israël[23]. Son dernier message sur Instagram, publié une semaine avant son assassinat, est une photo de Shireen Abu Akleh, une journaliste palestinienne d'Al Jazeera tuée par Tsahal en 2022[24],[25].

Le 12 novembre, des attaques de missiles antichar et de mortier du Hezbollah tuent un employé de la société électrique israélienne effectuant des travaux de réparation et blessent 21 autres Israéliens, dont sept soldats de Tsahal et six des collègues de la victime[26],[27]. Le Hezbollah revendique également la destruction d'un bulldozer de Tsahal lors d’une autre attaque. L’armée israélienne déclare avoir lancé une frappe de drone contre une cellule militante tentant de lancer des missiles antichar près de Metula[28]. D'autres affrontements tuent également un membre du Hezbollah[29].

L'armée israélienne revendique avoir tué quatre militants ayant infiltré la frontière israélienne via Chebaa alors qu'une unité de Tsahal patrouillait à proximité le 14 janvier 2024. Cinq soldats de Tsahal sont blessés[30]. Un groupe se faisant appeler « brigades de la gloire islamique » revendiquera par la suite la responsabilité de l'attaque, annonçant la mort de 3 de ses membres et la fuite de 2 autres[31]. Le même jour, deux civils israéliens ; un homme et sa mère de 70 ans sont tués par des missiles antichar du Hezbollah à Yuval[32].

L’armée israélienne mène le 26 février 2024 des frappes à l’est du Liban pour la première fois depuis le début de la guerre à Gaza entre Israël et le Hamas, visant des objectifs du Hezbollah dont au moins deux membres ont été tués aux abords de la ville de Baalbeck[33].

Assassinats

Le 2 janvier 2024, Israël mène une frappe aérienne dans le quartier Dahieh de Beyrouth, entraînant l'assassinat de Saleh al-Arouri, vice-président du bureau politique du Hamas, et la mort de six autres membres[34]. Al-Arouri était également responsable de l'expansion des activités du Hamas en Cisjordanie occupée par Israël, y compris des attaques contre des Israéliens[35],[36]. L'assassinat a lieu un jour avant la commémoration du 4e anniversaire de l'assassinat du haut commandant militaire iranien Qassem Soleimani[37]. Le 6 janvier, le Hezbollah lance environ 40 roquettes sur le nord d'Israël, le décrivant comme une « première réponse » à l'assassinat d'al-Arouri[38]. Selon Israël, les roquettes ont visé une base aérienne stratégique proche du mont Méron, lui causant d'importants dégâts[39].

Le 8 janvier, Israël assassine Wissam al-Tawil, commandant adjoint de la force Redwan du Hezbollah, qu'il accuse d'avoir mené l'attaque sur la base aérienne de Méron deux jours plus tôt[40]. En réponse à l'assassinat d'al-Tawil, le Hezbollah lance le lendemain une attaque de drones contre le quartier général du Commandement du Nord israélien à Safed, situé à environ 20 km de la frontière[41]. Ali Hussein Barji , le commandant des forces aériennes du Hezbollah dans le sud du Liban potentiellement responsable de l'attaque, est tué par une frappe aérienne, selon Israël, aux côtés de trois autres membres du Hezbollah, à Khirbet Selm peu avant le début des funérailles d'al-Tawil[42],[43]. Cependant, le Hezbollah nie la mort de celui-ci[44].

Cisjordanie

Les tensions et les violences entre les forces militaires israéliennes et les colons en Cisjordanie se sont intensifiées bien avant le début de la guerre de 2023. Selon l’ONU, 2022 est l’année la plus meurtrière jamais enregistrée pour les Palestiniens[45], cependant dépassée par l’année 2023 (du moins jusqu’en septembre), qui représente l’année la plus meurtrière de l’histoire pour les enfants de Cisjordanie[46].

Jénine

Le 12 octobre 2023, Israël mène un raid à Jénine, en Cisjordanie, entraînant l'arrestation d'un combattant du Hamas et blessant d'autres personnes[47],[48]. Le 14 octobre, un autre raid est lancé dans la ville, entraînant la mort de plusieurs personnes[49],[50],[51].

Le 22 octobre, une frappe aérienne menée par les forces de défense israéliennes vise la mosquée Al-Ansar, causant d'importants dégâts[52],[53]. Deux personnes sont tuées et trois autres blessées[54]. Selon l'armée israélienne, le Hamas et le Jihad islamique palestinien opèrent depuis un complexe situé sous la mosquée[55]. Le ministre palestinien des Affaires étrangères, Riyad al-Maliki, qualifie l'attaque de « dangereuse escalade dans l'utilisation d'avions de combat » et exprime son inquiétude quant à l'adoption de tactiques depuis Gaza[56].

Le 27 octobre, Ayser Mohammad Al-Amer, un haut commandant du Jihad islamique palestinien, aurait été tué lors d'un affrontement avec les FDI[57].

Le 29 novembre, Basel Abu Al-Wafa (14 ans) et Adam Al-Ghool (8 ans), sont abattus par les forces israéliennes lors des incursions de Jénine. Des images de vidéosurveillance montrent Basel Abu Al-Wafa, abattu de plusieurs balles, tandis qu'Adam Al-Ghool est assassiné d'une balle dans la tête[58],[59]. Un jeune de 17 ans aurait été tué par balle par les forces de Tsahal à l'intérieur de l'enceinte de l'hôpital Khalil Sulayman, près du camp de réfugiés de Jénine, selon les témoignages de médecins sans frontières[60].

Une douzaine de raids sont signalés le 2 janvier 2024, avec un violent raid à Jénine et de violents affrontements à Azzun, entraînant la mort de quatre Palestiniens[61]. Des raids sont signalés à Ya'bad le 5 janvier, faisant un blessé de onze ans[62]. Selon un médecin qui décrit une frappe de drone le 7 janvier, « un homme a été décapité. Il semble que le missile l'ait touché directement. D'autres ont eu des membres sectionnés »[63]. Toutes les entrées de Jénine auraient été bloquées le 9 janvier[64]. Selon le président du comité de haut niveau de Jénine, Israël a détruit des rues, des poteaux électriques, des conduites d'eau et un monument en hommage à Shireen Abu Akleh[65].

Le 30 janvier, trois Palestiniens, qualifiés de combattants par Tsahal, sont assassinés dans un hôpital de Jénine par des commandos israéliens portant des uniformes médicaux[66],[67]. Les hommes auraient été tués dans leur lit pendant leur sommeil[68]. Selon certaines analyses juridiques, ces actions peuvent constituer un crime de guerre[69].

Tulkarem

Le 19 octobre 2023 à 3 heures du matin, les forces israéliennes mènent un raid à Tulkarem, se concentrant sur Nur Shams, divers quartiers et le camp de Tulkarem[70]. Dans le camp de Nur Shams, un drone déployé par Israël fait des victimes parmi un groupe de Palestiniens[71]. L'armée israélienne signale la mort d'un officier et les blessures de neuf soldats à la suite de l'explosion d'un engin explosif dans le camp de Nur Shams, les soldats blessés ayant été transportés à l'hôpital Meir[72],[73].

Le second jour du raid, le 20 octobre, des explosions sont signalées à l'aube et dans la matinée. Le bataillon de Tulkarem signale l'arrivée d'autres groupes armés pour soutenir leurs efforts[74]. À 7 heures du matin, les forces israéliennes concluent leur raid de 30 heures, se retirant de la ville et de ses deux camps[75]. Le ministère palestinien de la Santé confirme 13 victimes, dont 5 enfants, les morts et les blessés ayant été transportés à l'hôpital gouvernemental Martyr Dr. Thabet Thabet[76].

Cinq personnes sont blessées lors d'un raid le 3 janvier 2024, dont une personne touchée par balles, trois personnes battues par des soldats israéliens et une personne percutée par une jeep israélienne[77]. Un raid de quarante heures sur Nur Shams s'achève le 4 janvier, avec plus d'une douzaine de blessés à la suite de passages à tabac par des soldats[78]. 500 personnes auraient été interrogées[79]. Le chef du comité des services du camp de Tulkarem condamne le meurtre de trois jeunes hommes après la diffusion d'une vidéo montrant plusieurs soldats israélien écrasant le corps d'un jeune homme après l'avoir abattu[80]. Un raid de sept heures sur Nur Shams a lieu le 12 janvier, entraînant de nombreux dommages aux infrastructures vitales[81]. De nombreux raids sont toujours signalés depuis lors[82],[83]. Le 18 février, l’armée israélienne tente d'arrêter Mohammed Oufi, un cadre des brigades des Martyrs d’Al-Aqsa , qui meurt lors d'un échange de feu , ainsi que deux individus[84],[85],[86].

Autres incidents

Le 12 octobre, un groupe de soldats israéliens et de colons déshabillent un groupe d'hommes à Ramallah, leur urinant dessus, les brûlant avec des cigarettes et agressant sexuellement un homme[87]. Cinq personnes sont blessées lors d'un raid à Ramallah[88].

Le 31 octobre, les forces israéliennes intensifient leurs opérations dans d'autres parties de la Cisjordanie, entraînant la mort de cinq Palestiniens à Qabatiya, Tammun et Naplouse. Cela porte à 90 le nombre total de victimes en Cisjordanie depuis le 7 octobre, selon le ministère palestinien de la Santé[55]. Selon le Croissant-Rouge palestinien, les forces israéliennes ont tiré à balles réelles sur de jeunes manifestants à Halhul, et effectué des nombreux raids à Tubas, Qalqilya, Deir Abu Da'if, Jalbun et Jalqamus[89].

Le 23 décembre, des raids sont signalés dans toute la Cisjordanie, notamment à Dheisheh, Hébron, Yatta, Beita, Qaryut, Jéricho, Ein as-Sultan et Aqabat Jabr[90],[91]. Des explosions et des combats armés sont signalés dans le camp de Balata le 24 décembre[92]. 35 personnes sont arrêtées lors de raids à travers la Cisjordanie le 25 décembre, comprenant une perquisition dans 200 maisons à Burqa[93],[94]. Selon des responsables de Sébastia, les colons israéliens attaquent et détruisent des sites archéologiques[95].

Le 5 janvier 2024, un adolescent est tué par balle à Bani Zeid al-Gharbia. Au moins quatorze personnes sont blessées lors d'un raid à Naplouse le 9 janvier[96]. Le 10 janvier, cinq personnes sont blessées à Naplouse[97]. Selon le chef du comité de service du camp de Balata, des soldats israéliens ont tué cinq hommes dans le camp le 17 janvier 2024, déclarant : « Les forces israéliennes ont kidnappé les corps de quatre de ces hommes et certaines parties du corps de Yazan al-Najmi »[98].Ces hommes faisaient partie des combattants du Fatah[99].

Crise de la mer Rouge

Attaques des Houthis du Yémen

Plusieurs frappes contre Israël et des navires commerciaux dans la mer Rouge auraient été lancées par des militants Houthis soutenus par l'Iran au Yémen[100],[101]. Le 19 octobre, le destroyer de la marine américaine USS Carney abat plusieurs missiles se dirigeant vers le nord, au-dessus de la mer Rouge, en direction d'Israël[102]. Le 31 octobre, le porte-parole militaire des Houthis, Yahya Saree, déclare que le groupe a lancé des missiles balistiques et des drones vers Israël, et qu'ils continueront de le faire « pour aider les Palestiniens à la victoire »[103], lors d'un événement qui fut présenté à tort dans certains sites d'information comme une déclaration de guerre du Yémen[104]. Le 19 novembre, les tensions montent d'un cran lorsque le Galaxy Leader, un cargo affrété par une entreprise de logistique japonaise avec 25 personnes à bord, est détourné par les Houthis à l'aide d'un hélicoptère Mil Mi-17[105].

Le 3 décembre, les Houthis déclarent avoir attaqué deux navires, l'Unity Explorer et le Number 9, prétendument liés à Israël, afin « d'empêcher les navires israéliens de naviguer sur la mer Rouge »[106],[107]. Tout navire destiné à Israël, selon le groupe, est une « cible légitime ». Ces actions résultent des « horribles massacres » commis contre les Palestiniens à Gaza, et ceux-ci ne s'arrêteront pas tant que la bande de Gaza ne sera pas approvisionnée en nourriture et en médicaments. Le conseiller israélien à la sécurité nationale Tzachi Hanegbi, qualifie cette évolution de « problème mondial » tout en déclarant qu'Israël « donne au monde le temps de s'organiser afin d'empêcher cela », sinon le pays « agira pour lever ce siège naval »[108].

Le 18 février 2024, le MV Rubymar est touché par deux missiles antinavires alors qu'il transporte une cargaison d'engrais. Après avoir dérivé pendant des semaines, le navire sombre le 2 mars au large du Yémen des suites de l'attaque, devenant ainsi le premier navire coulé par une attaque des Houthis depuis le début de la crise en octobre 2023[109].

Frappes aériennes américaines au Yémen contrôlé par les Houthis

Le 3 janvier 2024, les États-Unis et un groupe de pays lancent un ultimatum aux Houthis afin qu'ils ne mettent fin à leurs activités[110].

Depuis le 12 janvier 2024, les États-Unis et le Royaume-Uni, avec le soutien de l'Australie, de Bahreïn, du Canada et des Pays-Bas, lancent une série de missiles de croisière Tomahawk et de frappes aériennes contre les Houthis au Yémen en réponse aux attaques des Houthis contre des navires transitant par la mer rouge[111]. Ces attaques sont condamnées par le Conseil de sécurité des Nations Unies la veille de la première frappe américaine[112],[113]. Le président américain Joe Biden ordonne les frappes et le Premier ministre britannique Rishi Sunak convoque son cabinet pour autoriser la participation britannique[114],[115]. Selon les responsables américains, les frappes visent à détruire les capacités des Houthis à attaquer les cargos de la mer Rouge plutôt qu'à cibler les dirigeants et les formateurs iraniens ; les Houthis déclarent qu'au moins cinq personnes ont été tuées et six blessées[113],[116].

Au cours de la semaine suivante, sept autres frappes de missiles Tomahawk sur des cibles au Yémen sont menées par la marine américaine.

Irak, Syrie et Jordanie

Frappes aériennes israéliennes contre le personnel iranien du Corps des gardiens de la révolution islamique

Du 12 au 22 octobre 2023, Israël a lancé au moins trois attaques contre des aéroports en Syrie, notamment sur Damas et Alep[117],[118], tuant deux employés du service météorologique syrien basé à l'aéroport international de Damas[119]. Le 24 octobre, des frappes aériennes israéliennes dans le gouvernorat de Daraa auraient entraîné la mort de huit soldats syriens et blessé sept autres, selon l'agence de presse officielle syrienne SANA. L’armée israélienne reconnait les frappes aériennes, déclarant qu’il s’agit d’une réponse à deux roquettes tirées depuis la Syrie vers le nord d’Israël[120].

Le 20 janvier 2024, le général de brigade Sadegh Omidzadeh , officier du renseignement de la force Al-Qods du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) en Syrie, ainsi que quatre autres officiers, auraient été tués lors d'une frappe aérienne israélienne à Damas[121],[122]. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, une frappe de missile israélien a visé un immeuble de quatre étages dans le quartier de Mazzeh. L’attaque entraîne la mort de treize personnes[123], dont cinq Iraniens, et la destruction complète du bâtiment où se réunissaient les dirigeants alignés sur l’Iran[124].

Le 1er avril 2024, le commandant principal de la force Al-Qods du GRI, le général de brigade Mohammad Reza Zahedi, est tué par une frappe aérienne israélienne présumée ayant visé le bâtiment annexe du consulat adjacent à l'ambassade iranienne à Damas, la capitale syrienne[125]. Au moins 14 personnes sont tuées dans le bombardement selon l'ambassadeur iranien Hossein Akbari. La frappe provoque des « destructions massives » du consulat et endommage également les bâtiments voisins, selon les médias d'État syriens[125]. Zahedi est l'officier le plus haut gradé du GRI tué depuis l'assassinat de Qassem Soleimani par les États-Unis en janvier 2020[126].

Attaques contre des bases militaires américaines

À partir du 17 octobre 2023 et en réponse au soutien des États-Unis à Israël dans la guerre entre Israël et le Hamas, les milices soutenues par l’Iran lancent une série coordonnée de plus de 130 attaques contre des bases et des actifs militaires américains en Syrie et en Irak[127],[128]. Ces attaques blessent des dizaines de militaires américains et trois perdent la vie le 28 janvier 2024. En réponse, les États-Unis lancent de multiples contre-attaques, entraînant la mort de plus de 30 combattants, dont un haut commandant du mouvement al-Nujaba, Mushtaq Talib al-Saïdi[129].

Attaques irakiennes contre Israël

Depuis novembre 2023, la Résistance islamique en Irak revendique la responsabilité d’attaques de drones et de missiles contre Israël en représailles à la guerre que le pays mène dans la bande de Gaza. Le groupe déclare maintenir les « frappes contre les bastions ennemis ». Celles-ci sont localisées à Eilat, sur la côte de la mer Morte[130],[131], sur le plateau du Golan occupé par Israël[132], sur le gisement de Karish[133], dans la baie de Haïfa[134], à Ashdod[135], à Kiryat Shmona[136] et à Tel-Aviv[137],[138].

Frappes de missiles iraniens au Kurdistan irakien

Le 15 janvier 2024, l’Iran mènent une série de frappes aériennes et de drones en Irak et en Syrie, affirmant avoir ciblé le siège régional de l’agence de renseignement israélienne Mossad et plusieurs bastions de groupes terroristes en réponse aux attentats de Kerman le 3 janvier, dont l’État islamique a assumé la responsabilité[139],[140]. La ville d'Erbil, capitale de la région autonome du Kurdistan irakien, est la cible de 11 des 15 missiles tirés au total. Les quatre missiles restants sont dirigés vers le gouvernorat syrien d'Idlib, ciblant les zones contrôlées par l'opposition syrienne[141],[142]. À Erbil même, l’attaque iranienne tue quatre civils et en blesse 17 autres[143]. Les affirmations de l'Iran selon lesquelles les autorités auraient ciblé la présence israélienne au Kurdistan et les groupes terroristes en Syrie sont rejetées par le gouvernement irakien et le gouvernement autonome kurde, qui ont tous deux condamné l'attaque[144].

Frappes aériennes iraniennes en Israël

Dans la nuit du 13 et 14 avril 2024, à la suite de l'attaque israélienne contre le consulat iranien à Damas, le Corps des gardiens de la révolution islamique d'Iran lance plusieurs centaines de drones Shahed 136, ainsi que, plus tard dans la nuit, des missiles balistiques et de croisière emportant des charges conventionnelles (pour un total de près de 300 vecteurs)[145]. L'attaque est coordonnée avec les forces de mobilisation populaire d'Irak, le groupe libanais du Hezbollah et les Houthis du Yémen[146]. La plupart de ces vecteurs, lents (les drônes Shahed volant à 185 km/h seulement), mettent ainsi plusieurs heures à atteindre les espaces ciblés. 99% de ces vecteurs sont interceptés avant leur arrivée au sol, soit par les défenses anti-aériennes françaises ou américaines stationnées dans la région, soit par les défenses anti-aériennes israéliennes (notamment au sein de la composante Iron Dome).

Il s'agit de la première attaque directe de l'Iran contre Israël et du premier affrontement direct depuis le début du conflit par procuration Iran-Israël en 1985[147].

Pertes

Cisjordanie

En Cisjordanie, les violences liées au conflit ont tué 243 Palestiniens et en ont blessé au moins 2 472[148]. Plusieurs milliers de travailleurs gazaouis se trouvent en Israël au déclenchement du conflit. Au 16 octobre, certains d'entre eux sont détenus dans un « centre de détention » en Cisjordanie tandis que d'autres cherchent refuge dans les communautés palestiniennes de Cisjordanie[149]. Selon le ministre du Travail de l'Autorité palestinienne, 4 500 travailleurs sont portés disparus, tandis que le média israélien N12 rapporte que 4 000 Gazaouis se trouvent dans des centres de détention israéliens. Selon la Société des prisonniers palestiniens, les forces israéliennes ont arrêté plus de 1 450 Palestiniens de Cisjordanie depuis le 7 octobre[150]. Le 29 octobre, trente organisations israéliennes de défense des droits humains abordent la violence des colons en Cisjordanie, demandant à la communauté internationale « d'agir de toute urgence » pour y mettre fin[151]. Le 30 octobre, le gouvernement allemand appelle Israël à protéger les Palestiniens en Cisjordanie[152]. Le 31 octobre, le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell « condamne fermement » les attaques de colons en Cisjordanie[153]. Linda Thomas-Greenfield déclare que les États-Unis sont « profondément préoccupés » tout en condamnant les meurtres de Palestiniens en Cisjordanie[154].

Liban

Selon le bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires, 76 000 Libanais ont été déplacés de leurs foyers. Au 8 janvier 2024, le ministère de la Santé publique du Liban fait état de 570 personnes blessées[155].

Le 13 octobre, une frappe d'artillerie israélienne tue Issam Abdallah , vidéaste de Reuters, et blesse six autres journalistes de Reuters, de l'Agence France-Presse et d'Al Jazeera[156]. Deux autres journalistes d'Al Mayadeen sont également tués. Au moins 7 journalistes ont été blessés lors d'attaques menées par Tsahal.

Au moins 200 combattants ont été tués. 157 membres du Hezbollah, dont au moins 10 en Syrie, 16 membres du Hamas et du Jihad islamique palestinien, un membre du mouvement Amal et un membre du Parti social-nationaliste syrien au Liban . Un soldat de l'armée libanaise a été tué et trois autres blessés.

Israël

Au moins 65 000 civils ont été déplacés lors d'une évacuation massive du nord d'Israël. Trois civils israéliens perdent la vie. Le 5 novembre, deux autres sont tués, notamment par une frappe de missiles antichar contre le kibboutz de Yiftah et de Kiryat Shmona[157]. Le 23 novembre, lors de l'attaque la plus meurtrière menée par le Hezbollah depuis le début des affrontements, des tirs de missiles antichar et de mortier du Hezbollah tuent un employé de la société Israel Electric effectuant des travaux de réparation et blessent 21 autres Israéliens, dont sept soldats de Tsahal et six collègues de la victime[26],[27].

Au total, 12 soldats de Tsahal, dont le commandant adjoint Alim Abdallah, et 6 civils ont été tués lors de frappes lancées depuis le Liban vers le nord d'Israël[158].

Mer Rouge et Yémen

Les frappes aériennes menées par les États-Unis au Yémen ont tué 10 rebelles Houthis et blessé 2 autres le 31 décembre 2023[159]. Cinq autres ont été tués et 6 autres blessés lors des attaques du 12 janvier 2024[160].

Deux Navy Seals américains sont déclarés morts après avoir été portés disparus lors d'une opération visant à saisir des armes iraniennes destinées aux Houthis au Yémen[161].

Notes et références

  1. (en) « Gravely concerned about spillover of Israel, Hamas conflict into Middle East Region, Secretary-General urges all parties to exercise restraint, de-escalate tensions - occupied Palestinian territory | ReliefWeb » [archive du ], reliefweb.int, (consulté le )
  2. Farnaz Fassihi, « After Years of Vowing to Destroy Israel, Iran Faces a Dilemma », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne [archive du ], consulté le )
  3. Ishaan Tharoor, « As Israel pummels Gaza, the crisis in the West Bank comes into focus », The Washington Post,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  4. (he) « he:"האלימות של המתנחלים ביו"ש מפריעה לצה"ל. חייבים להבין, זה עלול להביא להסלמה שתוביל לפתיחת עוד זירה" » [« "The violence of the settlers in Yosh disturbs the IDF. We must understand, this may lead to an escalation that will lead to the opening of another arena" »], ynet,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. (en) Goldenberg et Shurafa, « Hezbollah and Israel exchange fire as Israeli soldiers battle Hamas on second day of surprise attack » [archive du ], Associated Press, (consulté le )
  6. a et b (en) « Israel, Hezbollah exchange artillery, rocket fire », Reuters,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  7. Adam Shatz, « In Search of Hezbollah », The New York Review of Books,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  8. United Nations Document A/54/723 S/2000/55, citing Al Hayyat, 30 October 1999 Letter dated 25 January 2000 from the Permanent Representative of Israel to the United Nations addressed to the Secretary-General Accessed 17 August 2006
  9. « Hizbollah promises Israel a blood-filled new year, Iran calls for Israel's end », The Brunswickan Online,‎ (lire en ligne [archive du ]) (Student newspaper)
  10. Public Safety and Emergency Preparedness Canada Listed Entities – Hizballah Accessed 31 July 2006
  11. Sheikh Hassan Izz al-Din, Hezbollah media relations director, said, "[T]he Jews need to leave." Avi Jovisch, Beacon of Hatred: Inside Hizballah's Al-Manar Television (Washington, D.C.: The Washington Institute for Near East Policy, 2004), pp. 62–90. qtd. by Wistrich, A Lethal Obsession, p. 774
  12. An open letter, The Hizballah program
  13. (en) Yara Bayoumy et Mohammed Ghobari, « Iranian support seen crucial for Yemen's Houthis », Reuters,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  14. (en-US) « Iran warns proxy groups like the Houthis could expand operations against Israel » [archive du ], The Times of Israel, (consulté le )
  15. (en) « Watch: Israeli bombing of Lebanese towns » [archive du ], MTV Lebanon (consulté le )
  16. a et b (en) « Israeli military says its troops killed gunmen who infiltrated from Lebanon », Reuters,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  17. (en) « IDF strikes in Lebanon following terrorist infiltration into Israel », Ynetnews,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  18. « Israeli soldiers and militants killed in confrontation on Lebanon frontier » [archive du ], BBC, (consulté le )
  19. « Hezbollah says 'when time comes for any action, we will carry it out' » [archive du ], Reuters, (consulté le ) : « "We will contribute to the confrontation within our plan... when the time comes for any action, we will carry it out." »
  20. (en) « Reuters journalist Issam Abdallah killed by Israeli tank, investigation finds », Reuters,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  21. (en-US) « A Reuters cameraman is killed and six other journalists are injured near Lebanon's southern border. », The New York Times,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  22. (de) « Pressefreiheit im Israel-Gaza-Krieg: Journalist*innen als Zielscheibe », Die Tageszeitung: taz,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  23. (en) « Obituary: Reuters' Issam Abdallah covered the world's biggest events with bravery and insight », Reuters,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  24. « Reuters journalist killed in southern Lebanon by Israeli strike, colleagues say », Washington Post,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  25. « A Reuters videographer killed in southern Lebanon by Israeli shelling is laid to rest » [archive du ], AP News, (consulté le )
  26. a et b (en-US) « IDF hits targets in Lebanon after 21 Israelis wounded by Hezbollah » [archive du ], The Jerusalem Post, (consulté le )
  27. a et b (en-US) « Israel Power Company Says Worker Killed By Strike From Lebanon », www.barrons.com (consulté le )
  28. (en) « Missile fire from Lebanon wounds a utility work crew in northern Israel as the front heats up » [archive du ], Associated Press, (consulté le )
  29. (en) « Hezbollah says it attacked 5 Israeli outposts in disputed Shebaa Farms area » [archive du ], Khaleej Times (consulté le )
  30. « Hezbollah missiles hit moshav home, killing mother and son - JNS.org » [archive du ] (consulté le )
  31. (ar) « كتائب العز الإسلامية أعلنت مسؤوليتها عن عملية اختراق الشريط الحدودي في مزارع شبعا » [archive du ], Elnashra News (consulté le )
  32. « Elderly woman and her son killed at home in Hezbollah anti-tank missile attack » [archive du ], The Times of Israel, (consulté le )
  33. « Israël frappe pour la première fois l’est du Liban », Le Devoir,
  34. « Explosion hits southern Beirut, killing Hamas official Saleh al-Arouri », Middle East Eye,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  35. (en-US) « How Israel's assassination of Arouri ends an era for Hamas » [archive du ], The Jerusalem Post, (consulté le )
  36. (en) Kampeas, « Top Hamas official assassinated in Beirut, reportedly by Israel » [archive du ], The Forward, (consulté le )
  37. « نصرالله يطل في ذكرى سليماني فكيف سيرد على تهديدات إسرائيل وتطبيق القرار 1701؟ » [archive du ] (consulté le )
  38. Jared Malsin et William Mauldin, « Hezbollah Fires Rocket Barrage Into Israel as Blinken Mounts New De-Escalation Push », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  39. « Israel Admits Hezbollah Strike Caused Extensive Damage to Strategic Airbase », Haaretz,‎ (lire en ligne, consulté le )
  40. « Hezbollah says Israel kills top commander amid fears of Gaza war escalation », Al Jazeera,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  41. « Hezbollah launches drone attack on Israel in response to top commander's killing », Middle East Monitor,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  42. « Hezbollah's drone chief in southern Lebanon killed in reported Israeli strike », The Times of Israel,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  43. (en-US) « Hezbollah Source Says Local Chief Among 4 Killed In South Lebanon » [archive du ], Barron’s (consulté le )
  44. « Lebanon's Hezbollah denies Israel's claim for killing senior Hezbollah commander », Reuters,
  45. « Protection of Civilians occupied Palestinian territory » [archive du ], UNOCHA (consulté le )
  46. « 2023 marks deadliest year on record for children in the occupied West Bank » [archive du ], ReliefWeb, Save the Children, (consulté le )
  47. « Israeli army raids West Bank city of Jenin » [archive du ], www.aa.com.tr (consulté le )
  48. « IDF clashes with terrorists in Jenin overnight » [archive du ], The Jerusalem Post, (consulté le )
  49. « عاجل مراسل #الجزيرة: قوات الاحتلال الإسرائيلي تقتحم مدينة جنين شمالي الضفة الغربية » [archive du ] [Post on 𝕏], 𝕏, Al Jazeera,‎ (consulté le )
  50. « Israeli Occupation Forces raid Jenin » [archive du ], Roya News, (consulté le )
  51. Moamar, « Violent Clashes Broke Out between Palestinians, and Israeli soldiers in Jenin, Qalandia Refugee Camps Today » [archive du ], Sada Elbalad English, (consulté le )
  52. « Israel carries out air strike on West Bank city Jenin », BBC,‎ (lire en ligne [archive du ])
  53. « Israel targets mosque in rare West Bank airstrike », NBC,‎ (lire en ligne [archive du ])
  54. « Israel strikes militant compound under West Bank mosque, military says », Reuters,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  55. a et b « Israel strikes mosque in occupied West Bank refugee camp », Al Jazeera,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  56. Isabel Kershner and Raja Abdulrahim, « Israel Strikes West Bank Mosque, Killing Two », New York Times,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  57. « IDF confirms deadly clashes with gunmen in West Bank raids; 36 arrested », Times of Israel,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  58. « Two Palestinian boys killed during Israeli raid in West Bank », sur BBC,
  59. « Israeli forces kill two Palestinian children in occupied West Bank raid », sur Al Jazeera,
  60. (en-GB) « IDF censures its soldiers filmed mocking call to prayer in Jenin mosque », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne [archive du ], consulté le )
  61. Smith, « Violent Israeli raids in Azzun and Jenin in occupied West Bank » [archive du ], Al Jazeera (consulté le )
  62. Jamjoom, « Raid near Jenin in occupied West Bank ends, leaving one casualty » [archive du ], Al Jazeera (consulté le )
  63. « Witnesses describe deadly Jenin drone strike on Palestinians », sur Al Jazeera (consulté le )
  64. « Israeli forces raid Jenin », sur Al Jazeera (consulté le )
  65. Ayman Nobani, « Jenin camp infrastructure destroyed: Official », sur Al Jazeera (consulté le )
  66. (en-GB) Bethan McKernan, « Israeli special forces disguised as doctors kill three militants at West Bank hospital », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )
  67. (en) Aref Tufaha, « Israeli forces dressed as civilian women and medics kill 3 militants in a West Bank hospital », sur ABC News, (consulté le )
  68. (en) Al Jazeera Staff, « Israeli forces kill three Palestinians in West Bank hospital raid », sur Al Jazeera (consulté le )
  69. (en-US) Kareem Fahim, Miriam Berger et Mohamad El Chamaa, « Israeli agents disguised as doctors, patients kill 3 at West Bank hospital », Washington Post,‎ (ISSN 0190-8286, lire en ligne, consulté le )
  70. (en-GB) « 9 more Palestinians killed by Israeli army in West Bank, bringing death toll to 77 » [archive du ], aa (consulté le )
  71. Fabian, « Israeli border officer, 13 Palestinians killed in West Bank clashes, airstrike » [archive du ], The Times of Israel (consulté le )
  72. (en-GB) « Israeli raid on West Bank camp kills 12 Palestinians, officials say » [archive du ], Reuters (consulté le )
  73. (en-GB) « Israeli border officer, 13 Palestinians killed in West Bank clashes, airstrike » [archive du ], The Times of Israel (consulté le )
  74. (en-GB) « Nour Shams refugee camp in Tulkarm under tight Israeli army siege, streets bulldozed », wafa (consulté le )
  75. Asmar, « Israeli army withdraws from Nour Shams refugee camp in West Bank » [archive du ], Anadolu Agency, (consulté le )
  76. Sufia Taha, « 'Day of rage' erupts across West Bank after Israeli forces attack refugee camp », The Guardian,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )|(en-GB) « Massacre in Tulkarm... 13 Palestinians killed and the killing of one Israeli soldier in Nour Shams camp » [archive du ], sur alquds (consulté le )|(en-GB) « 13 Palestinians killed in an Israeli assault on Nour Shams refugee camp », sur wafa (consulté le )|Ali Sawafty, « Palestinian health ministry says 13 killed in clashes with Israeli forces in West Bank » [archive du ], sur Reuters (consulté le )|Issam Rimawi, « Israeli forces killed 13 Palestinians in West Bank » [archive du ], sur Getty Images (consulté le )
  77. « Several injured in Israeli raids on occupied West Bank refugee camps » [archive du ], Al Jazeera (consulté le )
  78. « Israeli army withdraws from Nur Shams refugee camp » [archive du ], Al Jazeera (consulté le )
  79. « About 500 Palestinians interrogated in Nur Shams refugee camp » [archive du ], Al Jazeera (consulté le )
  80. Ayman Nobani, « Israeli killings in Tulkarem ‘inhumane’ », sur Al Jazeera (consulté le )
  81. « Refugee camp raid leaves extensive destruction: Report », sur Al Jazeera (consulté le )
  82. « Cisjordanie : l’autre guerre menée par Israël », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  83. Mohammed Jamjoom, « Israeli raid in Tulkarem now ongoing for more than 40 hours », sur Al Jazeera (consulté le )
  84. Agence France-Presse, « Raid israélien en Cisjordanie : deux Palestiniens tués, dont un combattant », sur Mediapart, (consulté le )
  85. Agence France-Presse, « Gaza: Israël lance un ultimatum pour une offensive contre Rafah », sur Mediapart, (consulté le )
  86. « Cisjordanie: Trois Palestiniens tués, dont un cadre d’un groupe armé », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le )
  87. Magid, « IDF, settlers allegedly bind, strip, beat, burn, urinate on 3 Palestinians in W. Bank », The Times of Israel (consulté le )
  88. « Five Palestinians wounded during Israeli raid on Ramallah », Al Jazeera (consulté le )
  89. « Injuries reported amid latest Israeli raids across occupied West Bank » [archive du ], Al Jazeera (consulté le )
  90. « Israeli forces conduct dawn raids across occupied West Bank: Report » [archive du ], Al Jazeera (consulté le )
  91. « Five Palestinians wounded during Israeli raid on Ramallah » [archive du ], Al Jazeera (consulté le )
  92. « Fighting, explosions reported amid Israeli raid in Nablus » [archive du ], Al Jazeera (consulté le )
  93. « Israeli army detains dozens of Palestinians in occupied West Bank » [archive du ], Al Jazeera (consulté le )
  94. Nobani, « Palestinian official says Israeli forces raid 200 homes in Burqa in West Bank » [archive du ], Al Jazeera (consulté le )
  95. « Israeli violations increase against historic West Bank town: Official » [archive du ], Al Jazeera (consulté le )
  96. « Israeli raid on West Bank refugee camp results in 14 Palestinians injured » [archive du ], Al Jazeera (consulté le )
  97. « Five Palestinians wounded during Nablus raid » [archive du ], Al Jazeera (consulté le )
  98. Ayman Nobani, « Fifteen from Balata refugee camp 'executed' by Israeli forces since October 7: Official », sur Al Jazeera (consulté le )
  99. (en) Ali Sawafta, « Israel kills 9 Palestinians in West Bank air strikes -medics », sur Reuters,
  100. « US warship intercepts missiles fired from Yemen 'potentially towards Israel' », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  101. « Yemen seen as source of fire on Eilat », Times of Israel,‎ (lire en ligne)
  102. « US Navy destroyer in Red Sea shoots down cruise missiles potentially headed toward Israel: Pentagon », ABC News,‎ (lire en ligne)
  103. Maha El Dahan, « Yemen's Houthis enter Mideast fray, hardening spillover fears », Reuters,‎ (lire en ligne)
  104. « Yemen hasn't declared war on Israel, contrary to online claims. Houthi rebels have launched missiles », AP News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  105. Jon Gambrell, « Yemen rebels' helicopter-borne attack on ship raises risks in Red Sea », Associated Press,‎ (lire en ligne, consulté le )
  106. « US destroyer shoots down drones after Houthi attack on ships in Red Sea », France 24,‎ (lire en ligne)
  107. « Yemen's Houthis say they targeted two Israeli ships in Red Sea: Report », Al Jazeera,‎ (lire en ligne, consulté le )
  108. Tamar Michaelis, « Israel ready to act against Houthi rebels if international community fails to, national security adviser says », CNN,‎ (lire en ligne)
  109. « Cargo ship Rubymar sinks in Red Sea after attack by Houthis » [archive du ], The National, (consulté le )
  110. Zeke Miller, « US warns Houthis to cease attacks on Red Sea vessels or face potential military action », Associated Press,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  111. Watson, « U.S. and U.K. striking Houthi targets in Yemen to retaliate for spate of attacks » [archive du ], CBS News, (consulté le )
  112. Baldor et Copp, « US, British militaries launch massive retaliatory strike against Iranian-backed Houthis in Yemen » [archive du ], Associated Press,
  113. a et b Jonathan Landay et Arshad Mohammed, « UN Security Council demands Houthis stop Red Sea attacks », Reuters,‎ (lire en ligne [archive du ])
  114. (en) Liebermann, Britzky, Bertrand, Marquardt, Lee et Hansler, « US and UK carry out airstrikes against Iran-backed Houthis in Yemen » [archive du ], CNN, (consulté le )
  115. Wickham et McBride, « UK's Sunak Authorizes Joint Military Strikes With US Against Houthis » [archive du ], Bloomberg, (consulté le )
  116. Jon Gambrell, « Houthi rebels say US-led strikes in Yemen killed 5 people and wounded 6, raising Mideast tensions », Associated Press,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  117. « Syria says Israeli missiles hit Damascus, Aleppo airports », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le )
  118. « Israeli attack on Syrian Aleppo airport puts it out of service », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le )
  119. « Israeli air strikes kill two workers at Syria's Damascus airport, official says », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le )
  120. « Syria says 8 soldiers killed in Israeli strikes | The Times of Israel » [archive du ], The Times of Israel (consulté le )
  121. (en) « At least 4 killed in Israel strike on Damascus, Syrian media », Ynetnews,‎ (lire en ligne, consulté le )
  122. (en) « Iranian general killed in Syria, says IRGC's source » [archive du ], Trend.Az, (consulté le )
  123. (ar) « بينهم 5 إيرانيين.. ارتفاع عدد القتلى بـ الاستهداف الإسرائيلي على مبنى بحي المزة إلى 13 » [« Including 5 Iranians.. The death toll due to the Israeli targeting of a building in the Mezzeh neighborhood rose to 13 »], Syrian Observatory for Human Rights,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  124. « Death toll update: Ten individuals including three commanders of IRGC killed in Israeli airstrikes on building in Damascus », Syrian Observatory for Human Rights,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  125. a et b « Top Iranian commander killed in attack on consulate in Syria, Iran state-affiliated media reports », CNN,‎ (lire en ligne, consulté le )
  126. « Top Iranian general killed by Israeli airstrike: sources », Axios,‎ (lire en ligne, consulté le )
  127. « Iran says strikes on US troops are due to its support for Israel, presence in region », Times of Israel,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  128. Eleanor Watson, « Houthis vow to keep attacking ships in Red Sea after U.S., U.K. strikes target their weapons in Yemen », CBS News,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  129. « U.S. strike kills militia leader blamed for Iraq attacks - U.S. official », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le )
  130. (en) « Iran-Backed 'Islamic Resistance In Iraq' Claims Attack Against Israeli Target On Dead Sea Coastline », sur MEMRI (consulté le )
  131. (en-US) « Iraqi militia attempts Eilat drone attack, was intercepted over Jordan », sur The Jerusalem Post, (consulté le )
  132. « Suspected explosive-laden drone crashes in Golan; Iraqi militia claims responsibility », sur The Times of Israel, (consulté le )
  133. « Iran-backed militias in Iraq claim to have targeted Israeli gas rig in Mediterranean », sur The Times of Israel, (consulté le )
  134. (en) « Iraqi Shiite factions attack Haifa with a strategic missile », sur Shafaq News (consulté le )
  135. (en) Kieron Monks, « Iraqi militias claim drone strike on Israel's biggest port as attacks ramp up », sur inews.co.uk, (consulté le )
  136. (en-US) « Iraqi Islamic resistance attack on Kiryat Shmona airport », sur webangah, (consulté le )
  137. (en) « Chaos in Tel Aviv: Iraqi resistance strikes Israel's main airport with drone », sur The Times of India (consulté le )
  138. (en) « Iraqi terror group claims to target Ben-Gurion Airport in alleged drone strike », sur I24news, (consulté le )
  139. « General Gives Details of IRGC Missile Attacks on Mossad, Daesh Targets » [archive du ], Tasnim News Agency, (consulté le )
  140. Hafezi et Azhari, « Iran's Guards attack Israel's 'espionage centers' in Iraq, state media says » [archive du ], Reuters,
  141. Somayeh Malekian et Kevin Shalvey, « US condemns Iran for missile strikes in Iraq and Syria », ABC News,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  142. Katy, « Explosions reported near US Consulate in Iraq; Iran claims responsibility » [archive du ], ABC News, (consulté le )
  143. Julian Bechocha, « IRGC claims deadly ballistic missile strikes on Erbil », Rudaw,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  144. « Iran's attack on Erbil triggers Iraqi anger, widespread condemnation », The Arab Weekly,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  145. « L’Iran lance l’opération « Promesse honnête », une « vaste attaque » de drones et de missiles contre Israël », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  146. « EN DIRECT - L'Iran a lancé «plus de 100 drones» et des missiles en direction d'Israël, les Houthis impliqués », sur Le Figaro, (consulté le )
  147. (en-GB) Bethan McKernan, Emma Graham-Harrison, Julian Borger et Peter Beaumont, « Iran launches hundreds of drones and cruise missiles at Israel in unprecedented attack », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne [archive du ], consulté le )
  148. (en) « West Bank gripped by fear, anger as Gaza war rages », France 24,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  149. (en) « For Gazan workers stranded in Israel, being apart from family is agony », The Washington Post,‎ (lire en ligne, consulté le )
  150. Federica Marsi et Ylenia Gostoli, « Israel secretly detaining thousands of missing Gaza workers: Rights groups », Al Jazeera,‎ (lire en ligne [archive du ])
  151. « Israeli rights organisations urge end to settler violence », Al Jazeera,‎ (lire en ligne [archive du ])
  152. « Germany calls on Israel to protect Palestinians in West Bank », Al Jazeera,‎ (lire en ligne [archive du ])
  153. « EU's Borrell condemns Israeli settler attacks in occupied West Bank », Al Jazeera,‎ (lire en ligne [archive du ])
  154. « US ambassador to UN 'deeply concerned' over West Bank violence », Al Jazeera,‎ (lire en ligne [archive du ])
  155. (en) « Lebanon: Flash Update #8 - Escalation of hostilities in south Lebanon, 3 January 2024 - Lebanon » [archive du ], ReliefWeb, (consulté le )
  156. (en) « Israeli strike in southern Lebanon kills journalist, wounds several » [archive du ], Al Jazeera, (consulté le )
  157. (en-US) « Escalation in the north: Israeli civilian killed by Hezbollah, rockets hit Kiryat Shmona » [archive du ], All Israel News, (consulté le )
  158. « Authorities name 557 soldiers, 60 police officers killed in Gaza war | The Times of Israel » [archive du ], The Times of Israel (consulté le )
  159. « US strikes on Houthis in Red Sea killed 10 rebels: Yemen port sources | The Times of Israel » [archive du ], The Times of Israel (consulté le )
  160. « US and Britain strike Yemen in reprisal for Houthi attacks on shipping », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le )
  161. (en-GB) « Two US Navy Seals declared dead after raid to seize Iranian weapons bound for Houthis », The Guardian,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )