Culture de Trialeti

Culture de Trialeti
Description de cette image, également commentée ci-après
Coupe triatelienne en or ornée d'ambre,
de jais, de lapis-lazuli et de cornaline
datée de la première moitié du IIe millénaire av. J.-C.[1].
Définition
Autres noms Culture de Trialeti-Vanadzor, culture de Trialeti-Kirovakan
თრიალეთის კულტურა
Lieu éponyme Région historique de Trialeti
Kourgane de Vanadzor[2]
Auteur Boris Kouftine [3]
Caractéristiques
Répartition géographique Caucase, Géorgie centrale (Meskhétie[4], région de Trialeti, vallée de la Koura[5]), foyers en Arménie, en Azerbaïdjan [6], (Nakhitchevan), nord-ouest de l'Iran (Azerbaïdjan occidental) et en Anatolie orientale
Période Bronze moyen du Caucase méridional[7]
Chronologie Environ 2 000 à 1 450 av. J.-C.[3]

Subdivisions

Bronze moyen I ; Bronze moyen II ; Bronze moyen III[3],[8]

Objets typiques

Gobelet en argent et or ; céramique biconique polychrome ; « rapières » en bronze de type égéen ; kourganes ; construction à appareil cyclopéen[3],[9],[10],[11]

La culture de Trialeti (en géorgien თრიალეთის კულტურა), également connue sous les noms de culture de Trialeti-Vanadzor, ou culture de Trialeti-Kirovakan, est une culture de l'âge du Bronze moyen[12],[13],[14].

Cette culture archéologique, qui s'est développée entre la fin du IIIe millénaire av. J.-C. et le milieu du IIe millénaire av. J.-C. (du XXIe jusqu'au XIVe siècle av. J.-C.) doit son nom à Trialeti, une région montagneuse située en Géorgie. La culture de Trialeti s'est diffusée au sein d'une aire recouvrant le sud du Caucase, la partie orientale de l'Anatolie, le nord-ouest de l'Arménie, le nord-ouest de l'Iran et l'ouest de l'Azerbaïdjan. Sur ce même territoire, la culture de Trialeti est précédée par la culture kouro-araxe[15].

La culture de Trialeti et sa périodisation ont été définies et établies par l'archéologue russe Boris Kouftine en 1941, après des fouilles et des excavations conduites dans la région éponyme durant les années 1930[16],[3],[9],[10].

Son faciès archéologique est caractérisé par des artefacts métalliques dont des pendentifs filigranés et granulés ainsi que des gobelets confectionnés en argent ou en or[8] et des céramiques (notamment des pièces de vaissellerie) à chromatique rouge ou noir, certaines de forme biconique[3],[9],[10].

Historique

Entre 1936 et 1940, l'archéologue russe Boris Kouftine  entreprend des fouilles au sein kourganes situées sur le plateau de Tsalka, un relief évoluant dans la région de Trialeti[3],[17]. Kouftine publie en 1941 le résultat de ses investigations[3],[17]. Il y désigne et définit la tradition archéologique caractérisant ces gisements funéraires comme étant la culture de Trialeti, et il en établit, d'après la stratigraphie du site, les premières périodisation et chronologie[3],[17]. Une seconde campagne d'investigations archéologique est conduite par Kouftine en 1947[17],[3]. Au total, durant les deux campagnes, l'archéologue russe a excavé 32 kourganes au sein de la région de Trialeti[18].

Stuart Piggott, en 1968, puis Karen Rubinson, en 1977, proposent chacun une chronologie différente[17],[3]. L'année suivante O. Dhjazaridze, à l'appui de campagnes de fouiles postérieures à celle exécutées par Kouftine, suggère à son tour un nouveau séquençage, en faisant débuter la première phase de la culture de Trialeti en 2 300 av. J.-C. et terminer la troisième phase en 1 400 av. J.-C.[17]. Pour établir cette périodisation, Dhjazaridze s'appuie sur la stratigraphie des tombes à char 29 et 5 de Trialeti pour la première phase et dont les mobiliers céramiques marquent une continuité avec la culture kouro-araxe tardive[17]. Pour déterminer la seconde phase, il s'appui sur la stratigraphie des tumuli de Trialeti et introduit des éléments de comparaison avec les céramoques peintes issues du site de Kizil-Vank en Arménie pour établir la troisième phase[17]. La proposition de Dhjazaridze est acceptée et relayée par Piggott et Charles A. Burney [17].

En 1972, Elguja Gogadze, en se basant uniquement sur la typologie des pièces archéologiques ayant été collectée dans la région sud du Caucase, définit un séquençage qui fait débuter la phase I en 2 000 av. J.-C., la phase II en 1 700 av. J.-C., et la phase III en 1 500 av. J.-C.[19]. En 1977, Karen Rubinson, suivant la classification des tombes et de leurs mobiliers établie par Gogadze de 1972, propose une chronologie, toujours découpée en trois phases, mais comprise entre 2 000 et 1 450 av. J.-C.[17].

En 2000, Antonio Sagona, en prenant appui sur la stratigraphie mise en évidence sur le site de Sos Höyük, en Anatolie orientale, suggère l'existence d'une séquence plus ancienne que la phase I. Il la désigne sous les termes de « proto-Trialeti ». Pour Sagona la formation de la phase proto-triatelienne est très probablement contemporaine si ce n'est antérieure à 2 200 av. J.-C.[17].

Chronologie et périodisation

Trois phases distinctes ont été identifiées : la phase I, appelée « bronze moyen I » ; la phase II, « bronze moyen II » et la phase III, dite « bronze moyen III »[3]. Ces trois périodes peuvent être datées de la manière suivante : phase I allant d'environ 2 000 à 1 850 ans av. J.-C. ; la phase II se développant entre 1 600 1 450 ans av. J.-C.[3].

Bien que les phases II et III observent une continuité culturelle, elles sont chronologiquement séparées d'environ un siècle. Pour Karen S. Rubinson, en 1977, cet écart chronologique peut s'expliquer par un manque d'éléments valides à l'époque où Boris Kouftine a déterminé la périodisation de la culture de Trialeti[3]. Les séquences stratigraphiques mises en évidence à Tepe Hansalu et Dinkha Tepe, en Azerbaïdjan occidental, permettent d'établir que la phase III est probablement antérieure à 1 600 ans av. J.-C.[3], et pour Antonio Sagona, cette période débute vers 1 700 ans av. J.-C.[8].

Caractéristiques

Terminologie

Faciès archéologique

Le corpus mis en évidence en 1941 par B. Kouftine au sein du kourgane XV de la nècropole de Trialeti constitue le faciès archéologique type de la culture triatelienne. Il est composé d'un bol peint en rouge, d'une tasse faite en argent, d'un chaudron fabriqué en bronze et muni d'un pied, d'un gobelet conçu en or, de lames d'épée en bronze recouvertes d'un placage en argent, d'une dague faite en bronze, de pointes de flèches en pierre[20].

Rites funéraires

Les rites funéraires de la tradition trialétienne sont caractérisés par l'incorporation d'un char à quatre roues au sein d'un kourgane. Le véhicule est disposé aux côtés du défunt, cette personne appartenant, la plupart du temps, à l'élite. Ce type de modalité funéraire est attestée au cours de la première moitié du IIe millénaire av. J.-C.[21],[22],[23],[24].

Constructions

Économie

Les échanges culturels et commerciaux réalisés entre les territoires dominés par les Hittites et la région du Caucase méridional, notamment en ce qui concerne la conception de char et l'importation de chevaux de guerre, ainsi que le contrôle et l'exploitation des mines d'argent, pourraient expliquer le développement et l'expansion de la culture de Trialeti après 2000 av. J.-C.[24].

Aire de diffusion

La culture de Trialeti s'est diffusée dans le Caucase méridional, dans les régions de Meskhétie[4], région de Trialeti, vallée de la Koura[5]. Des foyers sont également attestés en Arménie, en Azerbaïdjan[6] et au sein des plateaux d'Anatolie orientale[25].

Le site archéologique de Sos Höyük , dans la région de la commune d'Erzurum, en anatolie orientale, présente une stratigraphie comportant une phase triatélienne[26],[27],[28].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références

Notes

Références

  1. (en) « Goblet », sur le site du Musée national géorgien (consulté le 28 août 2018).
  2. (en) Daniel T. Potts (dir.), « The Archaeology of Empire », dans A Companion to the Archaeology of the Ancient Near East, vol. I, John Wiley & Sons, , 1445 p. (lire en ligne).
  3. a b c d e f g h i j k l m n et o (en) Karen S. Rubinson, « The chronology of the middle Bronze Age Kurgans at Trialeti », dans Louis D. Devine, T. Cuyler Young Jr., Mountains and Lowlands : Essays of Archaeology of Greater Mesopotamia, Undena publications, (lire en ligne).
  4. a et b Kushnareva 1997, p. 93.
  5. a et b Kushnareva 1997, p. 90.
  6. a et b Kushnareva 1997, p. 99.
  7. Kushnareva 1997.
  8. a b et c (en) Antonio Sagona, chap. 7 « The Emergence of Elites and a New Social Order », dans Antonio Sagona, The Archaeology of the Caucasus : From Earliest Settlements to the Iron Age, Cambridge University Press, (lire en ligne), p. 300 à fin chapitre.
  9. a b et c (en) Karen S. Rubinson, « Revisiting the Silver Vessels from Trialeti », dans Peter Skinner, Dimiti Tumanishvili et Anna Shanshiashvili, Georgian Art in the Context of European and Asian Culture - Proccedings June 21-29 2008 Georgia Symposium, Tbilisi, Georgian Arts & Culture, (ISBN 978-9941-0-2005-6, lire en ligne [PDF]).
  10. a b et c (en) Goderdzi Narimanishvili et Kakha Khimshiashvili, « The Bronze Age Settlements from Trialeti », dans Peter Skinner, Dimiti Tumanishvili et Anna Shanshiashvili, Georgian Art in the Context of European and Asian Culture - Proccedings June 21-29 2008 Georgia Symposium, Tbilisi, Georgian Arts & Culture, (ISBN 978-9941-0-2005-6, lire en ligne [PDF]).
  11. (en) Zviad Sherazadishivili, « Attempt to determine Origin, Chronology, and Funerary of the South-Caucasus Triateli Culture Rapiers », dans International Symposium on East Anatolia-South Caucasus Cultures, vol. I : Proceedings, Cambridge Scholars Publishing, , 440 p. (lire en ligne).
  12. Altan Çilingiroğlu et Gareth Darbyshire, Anatolian Iron Ages, vol. 5 : Proceedings of the Fifth Anatolian Iron Ages Colloquium Held at Van, 6-10 August 2001, British Institute at Ankara, , 240 p. (lire en ligne).
  13. (en) Sharon R. Steadman (dir.) et Gregory McMahon (dir.), « Anatolia and the Transcaucasus : The Middle Bronze Age », dans The Oxford Handbook of Ancient Anatolia : (10 000-323 BCE), Oxford University Press USA, , 1174 p. (lire en ligne).
  14. (en) Pavel Avetysian et Arsen Bobokhian, « The Pottery Traditions of the Armenian Middle to Late Bronze Age "Transition" in the context of Bronze and Iron Age Periodization », dans Karen Sydney Rubinson et Antonio G. Sagona, Ceramics in Transitions : Chalcolithic Through Iron Age in the Highlands of the Southern Caucasus and Anatolia, Isd, , 368 p. (lire en ligne [PDF]).
  15. (en) Philip. L. Khol et Viktor Trifonov, chap. 3.11 « The Prehistory of the Caucasus - Internal Developments and External Interactions », dans Colin Renfrew et Paul Bahn (directeurs de publication), The Cambridge World Prehistory, vol. 1, 2 et 3, Cambridge University Press, , 1892 p. (lire en ligne [PDF]), p. 1574, 1583.
  16. (en) C. F. A. Schaeffer, « Archæological Discoveries in Trialeti : Caucasus », The Journal of the Royal Asiatic Society of Great Britain and Ireland, no 1,‎ (lire en ligne, consulté le 23 août 2018).
  17. a b c d e f g h i j et k (en) Antonio Sagona Antonio, « Sos Höyük and the Erzurum region in late Prehistory : a provisional chronology for Northeast Anatolia. », dans Catherine Marro et Harald Hauptmann, Chronologies des pays du Caucase et de l’Euphrate aux IVe-IIIe millénaires. From the Euphrates to the Caucasus : Chronologies for the 4th-3rd millennium B.C. Vom Euphrat in den Kaukasus: Vergleichende Chronologie des 4. und 3. Jahrtausends v. Chr. Actes du Colloque d’Istanbul, 16-19 décembre 1998., vol. 11, Istanbul : Institut Français d'Études Anatoliennes-Georges Dumézil, Varia Anatolica, (lire en ligne), p. 336 à 340.
  18. (en) Charles W. Hartley, G. Bike Yazicioğlu et Adam T. Smith, « Processes and Practices of Death », dans Charles W. Hartley, G. Bike Yazicioğlu et Adam T. Smith, The Archaeology of Power and Politics in Eurasia : Regimes and Révolutions, Cambridge University Press, , 470 p. (lire en ligne).
  19. Sagona 2017, p. 303.
  20. (en) Marija Gimbutas, chap. I.3 et I.4 « Middle Bronze Age : Aegean (Late Helladic IIIA) in relation with the Caucasus - Near Eastern, Caucasian and Nothern Pontic relations », dans Bronze Age cultures in Central and Eastern Europe, Walter de Gruyter, , 681 p. (lire en ligne), p. 92 à 110.
  21. (en) Thomas V. Gamkrelidze (dir.) et Vjaceslav V. Ivanov (dir.), chap. 6.6.10 « Wheel carriages in Southwest Asian burial rites », dans Indo-European and the Indo-Europeans : A Reconstruction and Historical Analysis of a Proto-Language and Proto-Culture, vol. II, Walter de Gruyter, , 1272 p. (lire en ligne).
  22. Kushnareva 1997, p. 92.
  23. (en) Stuart Piggott, « Chariots in the Caucasus and in China », Antiquity, vol. 48, no 189,‎ , p. 16-24 (lire en ligne, consulté le 31 août 2018).
  24. a et b (en) Kristian Kristiansen, Thomas Lindkvist et Janken Myrdaltitre, « The Rise of Bronze Age Périphéries : Economic Networks and Cultural Ties, from Prehistory to the Early Modern Era », dans Trade and Civilisation, Cambridge University Press, (lire en ligne).
  25. (en) Aynur Özfirat, « The Highland Plateau of Eastern Annatolia in the second Millenium BCE : Middle/Late Bronze Ages », dans Karen Sydney Rubinson et A. G. Sagona, Ceramics in Transitions : Chalcolithic Through Iron Age in the Highlands of the Southern Caucasus and Anatolia, Isd, , 368 p. (lire en ligne [PDF]).
  26. (en) Antonio Sagona, « Sos Höyük and the Erzurum region in late Prehistory : a provisional chronology for Northeast Anatolia. », dans Catherine Marro et Harald Hauptmann, Chronologies des pays du Caucase et de l’Euphrate aux IVe-IIIe millénaires. From the Euphrates to the Caucasus : Chronologies for the 4th-3rd millennium B.C. Vom Euphrat in den Kaukasus: Vergleichende Chronologie des 4. und 3. Jahrtausends v. Chr. Actes du Colloque d’Istanbul, 16-19 décembre 1998., vol. 11, Istanbul : Institut Français d'Études Anatoliennes-Georges Dumézil, Varia Anatolica, (lire en ligne), p. 329-373.
  27. (en) Antonio Sagona, « Sos Höyük : an ancient settlement near Erzurum », dans A gift from Past to the Future, (lire en ligne).
  28. (en) Antonio Sagona et Claudia Sagona, « Excavations at Sos Höyük 1998-2000 : Fifth Premilinary Report », ANES, vol. 37,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le 17 septembre 2018).

Pour approfondir

Bibliographie

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) K. Kh. Kushnareva, « The Trialeti Culture », dans K. Kh. Kushnareva, The Southern Caucasus in Prehistory : Stages of Cultural and Socioeconomic Development from the Eighth to the Second Millennium B.C., UPenn Museum of Archaeology, , 279 p. (lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Karen S. Rubinson, « The chronology of the middle Bronze Age Kurgans at Trialeti », dans Louis D. Devine, T. Cuyler Young Jr., Mountains and Lowlands : Essays of Archaeology of Greater Mesopotamia, Undena publications, (lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Zviad Sherazadishivili, « Attempt to determine Origin, Chronology, and Funerary of the South-Caucasus Triateli Culture Rapiers », dans International Symposium on East Anatolia-South Caucasus Cultures, vol. I : Proceedings, Cambridge Scholars Publishing, , 440 p. (lire en ligne).
  • (en) Zviad Sherazadishivili, « The Questions of Chronology, Stages of Development and Typology of the Trialeti Culture Axes », Georgian Studies, vol. 44, no 4,‎ (lire en ligne, consulté le 31 août 2018).
  • (en) Karen S. Rubinson, « Actual Imports or just Ideas », dans Joan Aruz, Sarah B. Graff et Yelena Rakic, Cultures in Contact : From Mesopotamia to the Mediterranean in the Second Millennium B.C., Metropolitan Museum of Art, , 354 p. (lire en ligne).
  • (de) S. Hansen, A. Hauptmann et I. Motzenbäcker, « Von Majkop bis Trialeti », dans Gewinnung und Verbreitung von Metallen und Obsidian in Kaukasien im 4.-2. Jt. v. Chr. Beiträge des Internationalen Symposiums in Berlin vom 1.-3. Juni 2006, vol. 13, KVF, (lire en ligne).
  • (en) Aynur Özfirat, « The Highland Plateau of Eastern Annatolia in the second Millenium BCE : Middle/Late Bronze Ages », dans Karen Sydney Rubinson et A. G. Sagona, Ceramics in Transitions : Chalcolithic Through Iron Age in the Highlands of the Southern Caucasus and Anatolia, Isd, , 368 p. (lire en ligne [PDF]).
  • (en) Pavel Avetysian et Arsen Bobokhian, « The Pottery Traditions of the Armenian Middle to Late Bronze Age "Transition" in the context of Bronze and Iron Age Periodization », dans Karen Sydney Rubinson et Antonio G. Sagona, Ceramics in Transitions : Chalcolithic Through Iron Age in the Highlands of the Southern Caucasus and Anatolia, Isd, , 368 p. (lire en ligne [PDF]). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Antonio Sagona Antonio, « Sos Höyük and the Erzurum region in late Prehistory : a provisional chronology for Northeast Anatolia. », dans Catherine Marro et Harald Hauptmann, Chronologies des pays du Caucase et de l’Euphrate aux IVe-IIIe millénaires. From the Euphrates to the Caucasus : Chronologies for the 4th-3rd millennium B.C. Vom Euphrat in den Kaukasus: Vergleichende Chronologie des 4. und 3. Jahrtausends v. Chr. Actes du Colloque d’Istanbul, 16-19 décembre 1998., vol. 11, Istanbul : Institut Français d'Études Anatoliennes-Georges Dumézil, Varia Anatolica, (lire en ligne), p. 329-373.
  • Tschora Nathalie, « Les rites funéraires d’Alaca Hüyük au Bronze Ancien : étude comparative. », dans Olivier Pelon (dir.), Studia Aegeo-Anatolica., vol. 39, Lyon, Maison de l'Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux, coll. « Travaux de la Maison de l'Orient et de la Méditerranée », (lire en ligne), p. 187-222.

Articles connexes

Liens externes