Culture de Tashtyk

Culture de Tashtyk
Description de cette image, également commentée ci-après
Masques funéraires de la culture Tashtyk, de la collection du Musée de l'Ermitage, à Saint-Pétersbourg.
Définition
Auteur Sergei Teploukhov 
Caractéristiques
Répartition géographique Dépression de Minoussinsk aux environs de la ville moderne de Krasnoïarsk, dans l'est de l'oblast de Kemerovo
Période Âge du bronze
Chronologie Ier et IVe siècles

La culture de Tashtyk est une culture archéologique de l'âge du bronze établie entre les Ier et IVe siècles de notre ère dans la dépression de Minoussinsk aux environs de la ville moderne de Krasnoïarsk, dans l'est de l'oblast de Kemerovo. Elle suit la culture de Tagar[1],[2].

Description

La culture de Tashtyk est étudiée pour la première fois par l'archéologue russe Sergei Teploukhov  qui émet l'hypothèse d'une domination initiale de cette culture par les Indo-Européens, ces derniers n'étant supplantée par les Ienisseï kirghize que vers le IIIe siècle[3].

Masque funéraire de la culture Tashtyk, conservé au Musée historique d'État de Moscou.

Les sites et collines fortifiées Tashtyk ont été excavées dans toute la région du Ienisseï, particulièrement dans la zone des monts Saïan. Leurs monuments les plus imposants sont les cryptes-tumuli ; ces dernières ont livré d'importantes quantités de vaisselle et d'ornements en argile et en métal. De plus, de nombreux pétroglyphes y ont été trouvées. Certaines de ces tombes contenaient des modèles en cuir de corps humains dont les têtes étaient enroulées dans du tissu et peintes en couleur vive. À l'intérieur des mannequins, des petits sacs de cuir, symbolisant probablement l'estomac, contenaient des os humains carbonisés. Des répliques, à l'échelle réduite, d'épée, de flèches et de carquois étaient placés à proximité. Les motifs animaliers de la culture de Tashtyk appartiennent au style Scytho-Altaique, bien qu'ils soient également fortement influencés par le style chinois[1].

Durant ses excavations du cimetière Oglahty au sud de Minoussinsk, l'archéologue Leonid Kyzlasov découvrit plusieurs momies dont les masques funéraires en plâtre montrant des traits eurasiens occidentaux, même si cela n'écarte la possibilité d' un brassage génétique avec l'est asiatique, comme le révèle l'ADN ancient. Kyzlasov y trouva également des chapeaux de fourrure, habits de soies et des chaussures intactes (aujourd'hui conservés au Musée de l'Ermitage, à Saint-Pétersbourg).

Archéogénétique

Lors d'une étude génétique des anciennes cultures sibériennes publiée en 2009, incluant les cultures Andronovo, Karassouk, Tagar et Tashtyk six échantillons d'individus appartenant à la culture de Tashtyk, venant des régions ont été étudiés[2]. L'extraction d'ADN mitochondrial de ces individus a permis de déterminer leur haplogroupe : trois individus appartiennent aux haplogroupes d'Europe occidentale HV, H et T, les autres appartenant à l'haplogroupe nord-asiatique C et est-asiatique N9a[2].

L'extraction de l'ADN du chromosome Y d'un individu a permis de déterminer qu'il appartient à l'haplogroupe R1a1, ce qui représenterait la migration la plus orientale des premiers Indo-Européens[2]. Tous les individus étaient caucasiens, tous ayant eu des yeux et cheveux clairs, à l'exception d'un individu[2].

Notes et références

  1. a et b (en) « Central Asian arts: Tashtyk Tribe », sur Encyclopædia Britannica Online, Encyclopædia Britannica (consulté le 2 novembre 2018)
  2. a b c d et e Keyzer et al. 2009.
  3. (en) René Grousset, The Empire of the Steppes: A History of Central Asia, Rutgers University Press, (ISBN 0813513049, lire en ligne), p. 18-19

Voir aussi

Bibliographie

  • (en) David Christian, A History of Russia, Central Asia and Mongolia, Blackwell Publishers, (ISBN 978-0631208143)
  • (en) Christine Keyser, Caroline Bouakaze, Eric Crubézy, Valery G. Nikolaev, Daniel Montagnon, Tatiana Reis et Bertrand Ludes, « Ancient DNA provides new insights into the history of south Siberian Kurgan people », Human Genetics, vol. 126, no 3,‎ , p. 395–410 (lire en ligne, consulté le 1er novembre 2018)
  • (ru) Leonid Kyzlasov, Époque Tashtyk [« Таштыкская эпоха »], Moscow,‎ , p. 13