Comparatif des différents codes typographiques francophones

Il n’existe pas un code typographique mais des codes typographiques, qui se rejoignent dans les grandes lignes mais diffèrent quelque peu sur des détails, des régionalismes ou autres.

Ces codes étant en perpétuelle évolution, un comparatif peut donc ne pas être fiable.

De plus, la langue écrite possède plusieurs niveaux, comme l’attestent les graphies du langage SMS, par exemple.

Généralités

L’Organisation internationale de la francophonie (OIF) semble n’avoir rien entrepris en vue d’unifier les règles typographiques du français. Un Dictionnaire universel francophone (DUF) a néanmoins été publié en 1997 sous ses auspices.

En France, l’Académie française ne semble guère se soucier de typographie (italique, majuscule) ou des noms propres et, dans ce pays, les pratiques s’articulent (sous la sauvegarde des correcteurs d’épreuve) autour des principales maisons d’édition (Hachette, Larousse, Robert, etc.) parmi lesquelles l’Imprimerie nationale (IN) a longtemps eu un rôle spécial[1] (les règles qui y sont en usage sont la base de divers codes typographiques) ; des journaux tels que Le Monde servent aussi de référence). Compte tenu du rythme de publication du Dictionnaire de l’Académie (les deux dernières éditions complètes remontant à 1877 et 1935) ce sont des ouvrages tels que le Petit Larousse, le Petit Robert ou le Dictionnaire Hachette qui servent à présent de documents de travail (une nouvelle édition est publiée chaque année et leur contenu est en partie encyclopédique). Pour les toponymes, l’Insee, l’Institut national de l'information géographique et forestière (IGN) et le ministère des Affaires étrangères français[2] sont aussi parties prenantes.

Un facteur d’unification du monde francophone est que c’est surtout en France que sont publiés les dictionnaires et encyclopédies de langue française.

Différences constatées

Différences entre les typographies françaises et suisses

  • L’abréviation de « pages » au pluriel en Suisse est « pp. » et en France est « p. ».
  • En Suisse, les capitales initiales ne sont pas accentuées, mais les mots entièrement en capitales restent accentués : « l’Etat », mais « L’ÉTAT »[réf. nécessaire].
  • En Suisse, les noms de montagnes (« mont », « aiguille », « bec », « cime », etc.) sont écrits avec une majuscule initiale : « le Mont Tendre », « l’Aiguille d’Argentière », etc. En typographie soignée, on fait toutefois la distinction entre la forme avec ou sans trait d’union (« le Mont Blanc », mais « la rue du Mont-Blanc » à Genève).
  • En Suisse, les raisons sociales ont une majuscule à chaque lettre initiale[4] : « la Banque Cantonale Vaudoise ».
  • En Suisse, on met une espace fine insécable avant toutes les ponctuations doubles, y compris les deux-points. Il en va de même pour les guillemets fermants et ouvrants (l’espace se place bien entendu après les guillemets dans ce dernier cas).
    • En France, on met une espace fine avec tous les signes doubles sauf avec le deux-points qui est précédé d’une espace-mot insécable.
    • En Suisse, l’espace fine est un peu plus mince qu’en France. D’ailleurs elle disparaît même souvent dans la presse écrite.
  • En Suisse, pour les citations de deuxième rang, on utilise parfois des guillemets français simples : « citation de 1er rang contenant une ‹ citation de 2e rang › ».

Différences entre les typographies françaises et belges

  • En Belgique, on écrit « Premier Ministre » avec deux majuscules. En France, on écrit « Premier ministre », sans majuscule à « ministre ».

Différences entre les typographies françaises et québécoises

  • Au Québec, lorsqu’on lie deux toponymes dont l’un comporte déjà un ou plusieurs traits d’union, la liaison est effectuée au moyen d’un tiret long, ou d’un double trait d’union. C'est le cas aussi des circonscriptions électorales. Exemple : Saguenay–Lac-Saint-Jean. Cette pratique n’existe pas en France.
  • Au Québec, on ne met pas d'espace devant le point d'interrogation, le point d'exclamation et le point-virgule ; ou plutôt, l'espace fine (espace insécable réduite) est recommandée, mais si l'on dispose d'un logiciel courant de traitement de texte qui ne propose pas une telle espace, on ne met alors aucune espace.
  • Au Québec, dans un titre d’œuvre commençant par un article défini, le nom qui le suit ne prend pas de majuscule. Aussi, on y écrit par exemple La nausée (de Sartre), tandis qu’en France, on écrit La Nausée.

Bibliographies

Voir la Bibliographie de l’article Code typographique.

  • Louis Guéry, Dictionnaire des règles typographiques, éd. CFP, 2e édition, 2000 : p. 14-16 : « À la recherche des divergences entre codes ».

Belgique

France

Voir la Bibliographie de l’article Code typographique.

Québec

  • Aurel Ramat, Le Ramat de la typographie (ISBN 978-2-9813513-0-2). Cet auteur a effectué sa carrière de typographe des deux côtés de l’Atlantique et a rédigé l'ouvrage qui deviendra la référence en matière de règles typographiques au Québec.

Suisse

Notes et références

  1. Voir notamment Nina Catach, La Ponctuation, PUF, 2e édition, 1996, mais aussi Pertinence linguistique de la présentation typographique de L. G. Védénina, Peeters-Selaf, 1988 ([1]). Introduction du QSJ de N. Catach : « il semble bien qu’à partir du XIXe siècle les auteurs, comme les linguistes, aient largement abandonné ce domaine aux professionnels, [… depuis 1930] aucun ouvrage universitaire n’est venu, durant des décennies, concurrencer les codes d’imprimeurs, qui règnent et décident en maîtres. »
  2. voir l’arrêté Juppé-Bayrou de 1993 par exemple
  3. Voir à titre d’exemple : Arrêté du 4 novembre 1993 relatif à la terminologie des noms d'États et de capitales (arrêté Juppé-Bayrou) : les majuscules ne sont pas accentuées, ce qui peut causer des difficultés d’interprétation.
  4. Guide du typographe, Règles et grammaire typographique pour la préparation, la saisie et la correction des textes, Sixième édition, Guide de Lausanne de l'association suisse des typographes, page 37