Col du Pin-Bouchain

Col du Pin-Bouchain
Image illustrative de l’article Col du Pin-Bouchain
Stèle au col du Pin-Bouchain.
Altitude 759 m
Massif Monts du Lyonnais (Massif central)
Coordonnées 45° 54′ 56″ nord, 4° 20′ 44″ est[1]
PaysDrapeau de la France France
ValléeVallée du Gand
(nord-ouest)
Vallée de la Turdine
(sud-est)
Ascension depuisSaint-Symphorien-de-Lay Tarare
Déclivité max. 6 %
Kilométrage13,5 km 10 km
AccèsN 7 N 7

Géolocalisation sur la carte : Loire

(Voir situation sur carte : Loire)
Col du Pin-Bouchain

Géolocalisation sur la carte : Rhône

(Voir situation sur carte : Rhône)
Col du Pin-Bouchain

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Col du Pin-Bouchain

Le col du Pin-Bouchain est un col de montagne situé entre les départements français du Rhône et de la Loire. C'est le point culminant de la RN 7 à 759 m[1] d'altitude[2].

Géographie

Situation

Le col est situé à 10 kilomètres au nord-ouest de Tarare (route à virage) et à 30 kilomètres au sud-est de Roanne. Il se trouve sur la ligne de partage des eaux Atlantique-Méditerranée. Il est traversé par le GR 7.

Trafic routier

De nombreux automobilistes empruntent le col du Pin Bouchain chaque jour. Il est classé parmi les 50 principaux « points noirs » du réseau national routier recensés en 2007 par le gouvernement[3] ; il est en effet particulièrement accidentogène.

Ceci étant, des travaux visant à réduire le nombre de créneaux de dépassement, ainsi que la réfection du revêtement avec un tapis haute adhérence, ont considérablement réduit le nombre d'accidents de la route sur la portion Tarare-sommet du col.

On observe une déclivité de 6 % sur 7 km ainsi que des limitations de vitesse à 30 km/h dans les deux sens, sur la pente côté Tarare.

Histoire

En 1802, un relais de poste est installé au hameau du Pin-Bouchain, à deux kilomètres en contrebas du col, à l'ouest, sur l'actuelle commune de Machézal. Napoléon Ier s'y arrête à plusieurs reprises, notamment sur la route vers la campagne d'Égypte, puis au retour de Lyon lors d'un voyage avec Joséphine de Beauharnais, et enfin le sur la route de l'exil à l'île d'Elbe. À cette occasion, il commande deux œufs ou plat ou une omelette. L'addition s'élevant à « un louis de 24 livres par œuf », l'empereur questionne : « Les œufs sont-ils si rares dans votre pays pour qu'ils soient si chers ? », ce à quoi Sophie Vallier, la fille de l'aubergiste aurait répondu « Sire, ce ne sont pas les œufs qui sont rares ici, ce sont les empereurs ». La même Sophie Vallier conduit l'empereur vers Tarare, par une nuit glaciale, à travers le brouillard et sur une route enneigée. Plus tard, en remerciements, il lui fait parvenir un service de six tasses gravées au nom de la jeune femme. Pour le centenaire de l'événement, Le Petit Journal relate grossièrement la scène. La reproduction est offerte au patron de l'auberge du Perroquet, située à mi-chemin entre l'ancien relais de poste et le col. L'établissement joue longtemps de l'ambiguïté sur le lieu où se serait déroulée la scène[4],[5].

Le col du Pin-Bouchain est le premier col franchi par le Tour de France, lors de la première étape de la première édition[6].

Dans la culture

Madame de Sévigné décrit le col comme une « montagne qu'on ne passe jamais qu'entre deux soleils »[7].

Notes et références

  1. a et b Carte IGN consultable sur Géoportail : carte au 1:32 000e
  2. Un panneau de la voirie indique l’altitude 760 m (en direction de Roanne) : image Street View, commune : Machézal, département : Loire
  3. « Les 50 "points noirs" recensés sur les routes françaises », sur lemonde.fr, (consulté le 5 mars 2015)
  4. Ludovic Daim, En avril 1814, Napoléon 1er fait une halte savoureuse au Pin Bouchain, Le Pays, 30 juillet 2015.
  5. Rendez-vous nationale 7 - Étape 9 : de St Symphorien de Lay à Montcourant, de 0400 à 0454 km.
  6. de Mondenard 2010, p. 29
  7. Journal d'un Epicurien et de sa Mona - Ponte du jour, 10 mars 2009

Bibliographie