Club Coronel Bolognesi

Club Coronel Bolognesi
Coronel Bolognesi
Logo du Coronel Bolognesi
Généralités
Nom complet Club Deportivo Coronel Bolognesi
Surnoms Bolo
Fondation (92 ans)
Stade Estadio Jorge Basadre
(19 500 places)
Siège Av. San Martín s/n. Tacna
Championnat actuel Copa Perú
Président Armando Sardón
Entraîneur Aristóteles Ramos
Meilleur buteur Johan Fano (50)
Palmarès principal
National[1] Copa Perú (2)

Maillots

Kit left arm.png
Kit body.png
Kit right arm.png
Kit shorts.png
Kit socks.png
Domicile
Kit left arm.png
Kit body.png
Kit right arm.png
Kit shorts.png
Kit socks.png
Extérieur

Dernière mise à jour : .

Le Club Coronel Bolognesi est un club péruvien de football basé à Tacna, à l'extrême sud du Pérou.

Histoire

Le , peu de temps après la restitution de la province de Tacna au Pérou, des notables locaux créent le Club Deportivo Coronel Bolognesi. Celui-ci est nommé ainsi en hommage au héros péruvien de la guerre du Pacifique, Francisco Bolognesi, qui défendit en vain avec ses hommes la ville (à l'époque péruvienne) d'Arica.

En 1976, le CD Coronel Bolognesi s'adjuge la Copa Perú[2]. Grâce à celle-ci, et pour la première fois, un club de Tacna intègre le football professionnel péruvien en accédant à la 1re division. Après 15 saisons au sein de l'élite, en 1991, le club est relégué et perd son statut professionnel. Revenu dans sa ligue régionale d'origine à partir de l'année suivante, le CD Coronel Bolognesi connaît une longue période d'échecs avant de retrouver l'élite, même si l'accession en D1 est proche à trois occasions. En effet, en 1996, le club termine à la troisième place de la poule finale de la Copa Perú[3]. Puis, en 1998, le Bolo perd sur tapis vert la montée en D1, à cause d'une bagarre déclenchée lors de la finale retour de la Copa Perú[4]. Enfin, en 2000, le club échoue encore une fois lors de la finale dudit tournoi[5].

Précédemment, en 1998, est créé le Club Sport Bolito pour les équipes de jeunes du club. L'idée est de renforcer l'identité "tacneña" au sein de l'équipe première, en formant des jeunes de la région puis en les intégrant à l'équipe fanion. Celui-ci dispute le championnat régional de Tacna. Gravissant rapidement les échelons (troisième division de district en 1998, seconde en 1999 et première en 2000), Elena Martorell, sœur du président Fernando Martorell, décide de renforcer le Sport Bolito afin de participer à la Copa Perú[6]. À la surprise générale, celui-ci bat le CD Coronel Bolognesi dans la phase régionale de la Copa Perú 2001[6] puis s'impose lors de la finale nationale[7], obtenant ainsi le droit d'accéder à l'élite professionnelle. Lors de son ascension en D1, le Sport Bolito est rebaptisé Bolognesi Fútbol Club et la présidence en est confiée à Fernando Martorell. Le CD Coronel Bolognesi devenant cette fois-ci le club filial[6].

En 2004, le Bolognesi FC change à nouveau de nom et devient Coronel Bolognesi Fútbol Club[6]. Il participe pour la première fois à une compétition sud-américaine, la Copa Sudamericana, compétition qu'il retrouvera en 2006 et 2007. Lors du tournoi de clôture du championnat 2007, le club doit lutter pour ne pas être relégué, après avoir terminé le tournoi d'ouverture à la 12e et dernière place. Contre toute attente, il remporte ledit tournoi de clôture, et devient vice-champion du Pérou[8]. Cette performance lui permet de participer pour la première fois à la Copa Libertadores 2008, tournoi où il est rapidement éliminé. L'année 2008 s'avère d'ailleurs décevante puisque le Bolo évite de justesse la relégation (pour seulement deux points)[9]. La saison 2009 lui est en revanche fatale puisqu'il finit par être relégué à trois journées de la fin.

En 2013, après trois saisons passées en 2e division dans une relative médiocrité, le Coronel Bolognesi FC en est exclu en raison de dettes puis disparaît. Il réaparaît à l'echelon inférieur, en Copa Perú, en reprenant son ancien nom de CD Coronel Bolognesi[10].

Résultats sportifs

Palmarès

Compétitions nationales Compétitions régionales
  • Tournoi de clôture (1) :
    • Vainqueur : 2007.
  • Copa Perú (2) :
    • Vainqueur : 1976 et 2001[11].
    • Finaliste : 1998 et 2000.
  • Championnat du Sud (2) :
    • Vainqueur : 1985 et 1987[12].
  • Ligue de la région de Tacna (21)[13] :
    • Vainqueur : 1966, 1967, 1970, 1971, 1972, 1973, 1975, 1976, 1993, 1994, 1995, 1996, 1997, 1999, 2000, 2001[11], 2013, 2015, 2016, 2017 et 2019.

Bilan et records

Structures du club

Stade

Ce stade est bâti en 1954 sous le nom de Estadio Modelo de Tacna. Il est reconstruit pour la Copa America 2004 et sa capacité est alors portée à 25 000 places. À cette occasion, il est rebaptisé Estadio Jorge Basadre, en hommage à Jorge Basadre, célèbre historien péruvien natif de Tacna.

Stade Jorge Basadre de Tacna.

Personnalités historiques du Club Coronel Bolognesi

Joueurs

Grands noms

Effectif actuel (2022)

Source consultée : www.futbolperuano.com[14].

No. Nat. Position Nom du joueur
Drapeau du Pérou G Edwin Castro
Drapeau du Pérou G Lucio Mayta
Drapeau du Pérou M Bruno Pajuelo Liendo
Drapeau du Pérou M Luis Magallanes
Drapeau de l'Uruguay M Yordi Cordero Rodríguez
Drapeau du Pérou M Waldir Castro Zorrilla
Drapeau du Pérou M Héctor Santos Salcedo
Drapeau du Pérou Piero Tejada Cárdenas
Drapeau du Pérou Fernando Castro Lupaca
Drapeau du Pérou Christofer Jo Plascensia
Drapeau du Pérou Renzo de los Rios
Drapeau du Pérou Luis Herrera
No. Nat. Position Nom du joueur
Drapeau du Pérou Diego Ortega
Drapeau du Pérou Juan Lozada
Drapeau du Pérou Gino Llerena
Drapeau du Pérou Oswaldo Guzmán
Drapeau du Pérou Leonardo Solís
Drapeau du Pérou Rubert Arce Valle
Drapeau du Pérou Eduardo Chávez Gutiérrez
Drapeau du Pérou Joaquín Jiménez
Drapeau du Pérou Luis Carpio
Drapeau du Pérou Roberto Barrios
Drapeau du Pérou Joaquín Torres
Drapeau du Pérou Máximo Sánchez

Entraîneurs

Entraîneurs emblématiques

Liste d'entraîneurs

  • Matías Tatangelo (2016)
  • Jorge Machuca Velásquez (2017)
  • Giancarlo Arfinengo (intérim) (2017)
  • Juan Vidales (2017)
  • Erick Torres (2017)
  • Mauro Reyes (2018)
  • Giancarlo Arfinengo (2018-2019)
  • Pedro Novella (2019)
  • José Zevallos Villanueva (2019)
  • Marco Sánchez Villena (2019)
  • Juan Carlos Malpica (2022)
  • Carlos Reyna (2022)
  • Aristóteles Ramos (2022-)

Annexes

Notes et références

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. (en) José Luis Pierrend, « Copa Perú 1976 », sur www.rsssf.com, (consulté le ).
  3. (en) José Luis Pierrend, « Copa Perú 1996 », sur www.rsssf.com, (consulté le ).
  4. (en) José Luis Pierrend, « Copa Perú 1998 », sur www.rsssf.com, (consulté le ).
  5. (en) José Luis Pierrend, « Copa Perú 2000 », sur www.rsssf.com, (consulté le ).
  6. a b c et d (es) Roberto Castro, « "Bolo" es uno solo », sur www.dechalaca.com, (consulté le ).
  7. a et b (es) « Se cumplieron 15 años desde que el Sport Bolito se coronó campeón de la Copa Perú », sur www.rcctacna.com, (consulté le ).
  8. a et b (es) Raúl Behr, « Bolognesi: los héroes están vivos », sur www.dechalaca.com, (consulté le ).
  9. (en) Eli Schmerler and Carlos Manuel Nieto Tarazona, « Peru 2008 », sur www.rsssf.com, (consulté le ).
  10. (es) Raúl Behr, « Los clubes fantasma », sur www.dechalaca.com, (consulté le ).
  11. a et b Ces deux compétitions furent gagnées par l'équipe filiale, le Sport Bolito appelé parfois Deportivo Bolito.
  12. (en) José Luis Pierrend, « Peru - List of Regional Champions 1984-1991 », sur www.rsssf.com, (consulté le ).
  13. (en) Carlos Manuel Nieto Tarazona, José Luis Pierrend, Eli Schmerler, Juan Carlos Carrero, Hans Schöggl and Juan Pablo Andrés, « Peru - List of Departamental Champions (Amateur Leagues) », sur www.rsssf.com, (consulté le ).
  14. (es) « El plantel de Bolognesi de Tacna para la Copa Perú 2022 », sur www.futbolperuano.com, (consulté le ).
  15. (es) José Augusto Giuffra, « José Luis Vásquez: Cómo no tenerle 'Camote' », sur www.dechalaca.com, (consulté le ).
  16. a et b (es) Juan Diego Gilardi, « Coronel que no da el tiro de gracia », sur www.dechalaca.com, (consulté le ).
  17. Entraîneur de l'équipe filiale, le Sport Bolito, vainqueur de la Copa Perú en 2001.

Liens externes