Claude-Adrien Helvétius

Claude-Adrien Helvétius
Claude Adrien Helvétius.png
Portrait de Claude-Adrien Helvétius, exposé en 1755.
Naissance
Décès
(à 56 ans)
Paris
Sépulture
École/tradition
Principaux intérêts
Œuvres principales
De l'esprit, De l'homme
Influencé par
Père
Conjoint
Enfants
Élisabeth Charlotte Helvétius ()
Adélaïde Helvétius ()
Parentèle

Claude-Adrien Helvétius ou Claude-Adrien Schweitzer[1], né le à Paris où il est mort le [2], est un écrivain et philosophe français du courant des Lumières.

Biographie

Origines et formation

Il est issu d’une famille de médecins : son arrière-grand-père, Johann Friedrich Schweitzer, qui utilise déjà la forme latinisée Helvétius, introducteur de l’usage de l’ipécacuanha en Europe ; son grand-père, Jean-Adrien Helvetius (1661-1727)[3] ; son père, Jean-Claude-Adrien Helvétius[4] (1685 – 1755), premier médecin de la reine Marie Leszczyńska, épouse de Louis XV.

Claude-Adrien, né rue Sainte-Anne à Paris, est formé à Caen par son oncle maternel en vue d'une carrière financière, mais il consacre son temps libre à la poésie.

Le fermier général (1738-1751)

Seulement âgé de vingt-trois ans, il entre dans la Compagnie des fermiers généraux, une place qui lui rapporte 100 000 livres par an[réf. nécessaire].

Sa richesse lui permet de jouir pleinement de la vie, de s'adonner à ses goûts littéraires et artistiques, et de participer aux goguettes de la Société du Caveau mais également au Club de l'Entresol, une société progressiste.

Mariage (1751) et descendance

En 1751, il épouse Anne-Catherine de Ligniville d'Autricourt (1722-1800), dame de très haute noblesse car fille de Jean-Jacques de Ligniville, chambellan du duc de Lorraine Léopold Ier de Lorraine.

Leur fille cadette, Geneviève-Adélaïde Helvétius (, Paris - , château de Voré à Rémalard, Orne), épouse, le à Paris, Frédéric-Antoine-Marc, comte d'Andlau de Hombourg (, Hombourg - , Paris), officier et homme politique français.

Geneviève Adélaïde Helvétius, comtesse d'Andlau (1754-1817)[5]

Le philosophe (1751-1771)

En 1751, il abandonne ses fonctions à la Ferme générale et obtient la charge de maître d'hôtel de la reine Marie.

Stimulé par le succès de Maupertuis comme mathématicien, de Voltaire comme poète, et de Montesquieu comme philosophe, il va de plus en plus se consacrer à la réflexion philosophique.

Son appartenance à la franc-maçonnerie n'est pas formellement attestée, mais un certain nombre de documents semblent la prouver. Il aurait été avec Jérôme Lalande le fondateur d'une loge portant le nom de : « Les Sciences » qui connut une courte existence aux alentours de 1766. Sa femme aurait offert à Jérôme Lalande le tablier maçonnique de son époux, qui fut remis à Voltaire lors de son entrée dans cette loge prestigieuse. Un buste à son effigie offert également par madame Helvétius fait partie de la décoration de la loge, enfin des honneurs funèbres maçonniques lui sont rendus le . Toutefois son nom n’apparaît dans aucun registre du Grand Orient de France[6]. En revanche, sa non-appartenance à la loge des Neuf Sœurs est avérée, cette loge ayant été créée cinq ans après sa mort.

La pensée d'Helvétius

Matérialisme sensualiste et naturalisme

Au sein du courant des matérialistes, Helvétius développe un sensualisme matérialiste, selon lequel l’intérêt seul oriente les jugements. Il considère l’éducation comme l’élément constitutif principal de l’esprit humain et selon lui, tous les hommes sont susceptibles de s’instruire également.

Helvétius était naturaliste déiste dans sa conception générale du monde et un sensualiste. Cependant, d'un point de vue méthodologique, il était matérialiste. Ainsi, selon le sensualisme dans le champ du matérialisme, toutes nos connaissances et nos idées découlent des sensations objectives et immanentes, dont elles ne sont que la combinaison de plus en plus complexe. Le sensualisme s’oppose donc à l’activité spontanée de l’esprit.

Helvétius est fortement inspiré par Locke, dont il lit très tôt l’Essai sur l’entendement humain. Ses idées sur la constitution de l’esprit humain en seront nettement influencées. Il veut dépasser cependant toute idée de Dieu en défendant un athéisme relatif. Il considère la croyance en Dieu et en l’âme comme le résultat de notre incapacité à comprendre le fonctionnement de la nature, et voit dans les religions, notamment la religion catholique, un despotisme n’ayant comme but que le maintien de l’ignorance pour une meilleure exploitation des hommes.

Il est souvent présenté comme un physiocrate (il monte une manufacture, fait faillite, puis connaît le succès) et un philosophe matérialiste (selon Michel Onfray). Or, bien que matérialiste dans sa méthodologie, il est dans sa conception de l'origine un naturaliste déiste[8]. En effet, on trouve dans ses textes plusieurs références à Dieu et à son existence : « l'être suprême », « l’éternel », « le législateur céleste » sont des expressions qui reviennent plusieurs fois dans son ouvrage De l'Homme ; il y définit même Dieu comme étant « la cause encore inconnue de l'ordre et du mouvement ». La raison de cet amalgame est en partie due à la récupération politique de ses textes, qu'il s’agisse de discréditer son œuvre (jésuites, jansénistes, le pape Clément XIII ou encore le pouvoir royal de Louis XV) ou d’en faire un penseur incontournable du socialisme scientifique (marxistes).

Ainsi, si Helvétius est antichrétien, il ne nie pas l’existence d’une force dans la nature et il défend même l’idée d’une philosophie plutôt positive dans cette religion une fois épurée de son fanatisme, de ses superstitions et institutions.

Postérité intellectuelle

On peut rattacher à Helvétius le courant des Idéologues. En effet, ces figures de proue des Lumières à la fin du XVIIIe siècle, conduites par Antoine Destutt de Tracy, se réunissent régulièrement dans le salon de son épouse, puis veuve.

Le penseur légitimiste Albert de Mun a aussi été influencé par Helvétius.

Hommages

À Paris, la rue Sainte-Anne a pris le nom de rue Helvétius de 1792 à 1814.

Œuvres principales

  • De l'esprit (1758)[9]. Cet ouvrage est accepté par la censure, puis mis à l'index après parution (cet affaire provoque la révocation du haut fonctionnaire et diplomate Jean Pierre Tercier en 1759).
  • De l'homme (posthume, 1773). Jean Rostand écrit en 1952 : « Ce qui est remarquable dans ce livre d'Helvétius, c'est la manière dont il explique comment les petits événements de la vie infantile, et, notamment, les facteurs affectifs du milieu familial, peuvent entraîner une différenciation profonde des caractères et des intelligences. Il se montre là indubitablement un précurseur des conceptions freudiennes. ».Voir bibliographie.
  • Le Bonheur, poème allégorique (posthume, 1772). Poème qu'il composa entre 1740 et 1750 suivit d'un hiatus et peu de temps avant sa mort, qu'il n'a pas achevé. Réédité plusieurs fois, le poème fut profondément remanié par l'exécuteur testamentaire d'Helvétius, Pierre-Louis Lefebvre-Laroche, d'où le nombre de chants qui varie (quatre ou six, sans compter les épîtres et fragments inclus puis supprimés). Il pratique l'exaltation et l'allégorie en faisant éloge de l'hédonisme[10],[11].
  • Correspondance. Éditée en cinq volumes par David W. Smith, la correspondance d'Helvétius rassemble plus de 450 lettres et conversa, outre avec La Roche et sa femme, avec de grandes personnalités : Garrick, Hume, Walpole, Wilkes, Frédéric le Grand, la reine Louise Ulrique, Ivan Ivanovitch Chouvalov, Dom Deschamps, Lévesque de Burigny, Servan, Montesquieu et Voltaire[12].

Rééditions :

  • De l'esprit. Paris [Liège], Durand [Bassompierre], 1759. [À Paris, Chez Durand, Libraire, rue du Foin. M. DCC. LIX. Avec approbation et privilège du Roi.] In-8°, XX, 481, [2 (approbation)], [1 bl.] p. [Édition clandestine publiée après la révocation du privilège ; bibliographie : D. Smith, Bibliography of the writings of Helvétius, E8, pp. 159–163.]
  • De l'esprit. Texte édité, présenté et annoté par Jonas Steffen, Paris, Champion, 2016, 600 p. (Coll. « Âge des Lumières », n° 79).
  • De l'homme. Notes explicatives par Gerhardt Stenger. Établissement du texte sur le manuscrit original par David Smith assisté de Harold Brathwaite et de Jonas Steffen. Paris, Champion 2011, 669 p. (Coll. « Âge des Lumières », n° 61).
  • Réflexions sur l'homme & autres textes. Texte établi par Jean-Pierre Jackson. Éditions Coda. 2006[13].
  • Les livres sont disponibles dans Wikisource d'après l'édition de 1795.

Notes et références

  1. Helvetius est la traduction en latin de Schweitzer, « Suisse »
  2. Michaud, Biographie universelle ancienne et moderne, 1843, Tome 19, page 90 [1]
  3. Voir la page Jean-Adrien Helvetius
  4. Généalogie de la famille
  5. Portrait par Élisabeth Vigée Le Brun
  6. Daniel Ligou, Dictionnaire de la franc-maçonnerie, Paris, Presses universitaires de France, , 5e éd. (1re éd. 1986), 1 376  p. (ISBN 2-13-055094-0), « Helvetius (Claude, Adrien) », p. 586 .
  7. Pascal Charbonnat, Histoire des philosophies matérialistes, éditions Syllepse, 2007, p339
  8. http://classiques.uqac.ca/classiques/helvetius_claude_adrien/de_l_esprit/de_l_esprit.html
  9. Marie-Thérèse Inguenaud, David Smith, « Le chef-d'œuvre impossible : genèse, publication et réception du Bonheur d'Helvétius » in: Être matérialiste à l'âge des Lumières. Mélanges offerts à R. Desné, PUF, 1999
  10. Jean-Claude Bourdin, « Helvétius, Le bonheur. Poème allégorique. Présentation de Michel Onfray », Revue philosophique de Louvain, série Quatrième, t. 105, no 3,‎ , p. 503-506 (lire en ligne)
  11. David W. Smith, « La correspondance d'Helvétius (avec une lettre inédite d'Helvétius à Schouvalov) », Dix-huitième Siècle, no 5,‎ (lire en ligne). La correspondance fut éditée après cet article et plusieurs lettres furent redécouvertes.
  12. Les soi-disant Réflexions sur l’homme font en réalité partie des Progrès de la raison dans la recherche du vrai, un prétendu « ouvrage posthume de M. Helvétius », comme il est indiqué sur la page de titre de la première édition datée de 1775. Il s'agit en réalité d'un collage de passages plus ou moins longs, avec des omissions et des modifications mineures, tirés de la littérature philosophique du XVIIIe siècle parue ou rééditée dans les années 1766-1773. En voici le détail (la pagination est celle l’édition de 1775) : p. 7-22 : Voltaire, Tout en Dieu ; p. 22-35 : d’Holbach, Système de la nature, I, 6 ; p. 36-38 : Voltaire, Dictionnaire philosophique, article Catéchisme chinois, III ; p. 38-51 : J.-F. de Bastide, Réflexions philosophiques sur la marche de nos idées, Yverdon, de Félice, 1769, p. 12-17 et 20-41 ; p. 51-54 : J.-B. Robinet, De la nature, VII, 16-17 ; IV, 4 ; IV, 2 ; I, 5 ; VI, 6 ; VII, 9 ; Fontenelle, Éloge de Hartsoeker ; Ch. Bonnet, Palingénésie philosophique, VIII, 2 ; P. Bayle, Dictionnaire historique et critique, article Dicéarque, rem. L ; p. 54-55 : J.-L. Castilhon, Essai sur les erreurs et les superstitions anciennes et modernes, II ; p. 55 : J.-J. Rousseau, Profession de foi du Vicaire savoyard (cité d’après I. de Pinto, Précis des arguments contre les matérialistes, VII) ; F.-X. de Feller, Catéchisme philosophique, I, II, 1 ; p. 55-117 : J. Toland, Lettres philosophiques, V ; p. 117 : J. Toland, Lettres philosophiques, I ; p. 118 : Le militaire philosophe (fin). Le chapitre intitulé 'Caractère du vrai philosophe' (publié dès 1773 sous le titre Le Vrai philosophe), p. 118-134, est une transcription de Dumarsais, Le Philosophe ; le chapitre intitulé 'Discours entre un déiste et un athée', p. 135-139, provient d’A.-M. Ramsay, Les Voyages de Cyrus, La Haye, van Daalen, 1768 [1728], t. II, p. 229-234 et 327-328 ; le dernier paragraphe est tiré de J.-J. Burlamaqui, Principes du droit de la nature et des gens, avec la suite du Droit de la nature, qui n’avait point encore paru, Yverdon, 1767 [1766], t. III, p. 96.

Voir aussi

Bibliographie

  • Jean Rostand, « La conception de l'homme selon Helvétius et selon Diderot », L'Encyclopédie et le progrès des sciences et des techniques, Centre International de Synthèse, Paris : PUF, 1952, p. 10-19.
  • (en) Ian Cumming, « Helvétius in England », dans Études anglaises, 16, 1963, p. 113-125.
  • Jean-Claude Bourdin, « Helvétius, science de l'homme et pensée politique », dans Corpus. Revue de philosophie, 22/23, 1993, p. 163-179.
  • Roland Desné, « Helvétius, fermier-général. À propos du procès-verbal de sa tournée en Champagne (1738) », dans Beiträge zur französischen Aufklärung und zur spanischen Literatur, Festgabe für W. Krauss zum 70. Geburtstag, Berlin, Akademie-Verlag, 1971, p. 49-81.
  • Michèle Duchet, L’Anthropologie d’Helvétius dans Michèle Duchet, Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, Albin Michel, 1995, p. 377-406 [Maspéro, 1971].
  • Madeleine Ferland, « Entre la vertu et le bonheur. Sur le principe d'utilité sociale chez Helvétius », dans Corpus. Revue de philosophie, 22/23, 1993, p. 201-214.
  • Albert Keim, Helvétius. Sa vie et son œuvre d'après ses ouvrages, des écrits divers et des documents inédits, Paris, Alcan, 1907 (rééd. Slatkine, 1970).
  • Roland Krebs, Helvétius en Allemagne ou la tentation du matérialisme, Paris, Champion, 2006 (ISBN 978-2-7453-1450-5)
  • Jean-Louis Longué, Le Système d'Helvétius, Paris, Champion, 2008 (ISBN 978-2-7453-1656-1)
  • Kh. Momdjian, La Philosophie d'Helvétius, Moscou, Éditions en langues étrangères, 1959.
  • Jacques Moutaux, « Helvétius et l’idée d’humanité », dans Olivier Bloch (éd.), Entre forme et histoire, Paris, Méridiens Klincksieck, 1988, p. 229-250.
  • Michel Onfray, Contre-histoire de la philosophie (4) : Les Ultras des Lumières, GLM (Grasset), Paris, 2007 (ISBN 978-2-286-03237-1). Réédition dans le Livre de Poche 2009 (ISBN 978-2-253-08445-7)
  • John C. O'Neal, « Le Principe fécond de la sensibilité physique chez Helvétius », dans Corpus. Revue de philosophie, 14/15, 1990, p. 111-28.
  • Yannick Séité, « Helvétius en littérature : Les Liaisons dangereuses », Le Travail des Lumières. Pour Georges Benrekassa, Paris, Librairie Honoré Champion, 2002, p. 569-591. (ISBN 2745306405)
  • David Smith, Peter Allan et Alan Dainard (dir.), Correspondance générale d'Helvétius, University of Toronto Press, 1981-2004 (5 vol.).
  • (en) David Smith, Bibliography of the writings of Helvétius, Ferney-Voltaire, Centre international d’étude du XVIIIe siècle, 2001, (ISBN 2-84559-006-7)
  • Sophie Audidière, Jean-Claude Bourdin, Jean-Marie Lardic, Francine Markovits, Yves Charles Zarka, Matérialistes français du XVIIIe siècle : La Mettrie, Helvétius, d'Holbach, Paris, PUF, 2006 (ISBN 2-13-055171-8)

Articles connexes

Liens externes