Cité scolaire Augustin-Thierry

Cité scolaire Augustin-Thierry
Image illustrative de l’article Cité scolaire Augustin-Thierry
Le bâtiment Lunier, en mai 2012.
logo
Généralités
Création 1587 (collège royal)
1804 / 1808 (collège moderne)
1946 (lycée général)
1963 (collège contemporain)
1964 (lycée professionnel)
Pays Drapeau de la France France
Académie Orléans-Tours
Campus 14 ha
Adresse 13, avenue de Châteaudun
41018 Blois
Site internet http://lyc-augustin-thierry-blois.tice.ac-orleans-tours.fr/php5/
Cadre éducatif
Type Établissement public local d'enseignement (EPLE)
Pouvoir organisateur Centre-Val de Loire (lycée)
Loir-et-Cher (collège)
Proviseur Évelyne Azihari (depuis septembre 2016)[1]
Proviseur adjoint Marc Bozier (lycée général)
Nicolas Galland (section professionnelle)[2]
Jacques Moreau (D.D.F.P.T.)[2]
Principal adjoint Françoise Laplanche[1]
Population scolaire 1 623 élèves et étudiants (2016)
Niveau Brevet, Bac, post-Bac
Formation Bac ES, L, S, STI2D ;
Bac Pro MEI, ELEEC, TCI et TU ;
BTS
Langues étudiées anglais (euro), allemand (euro), espagnol (bachibac, euro), arabe, latin, grec ancien

La cité scolaire Augustin-Thierry est un établissement d'enseignement secondaire et supérieur public situé à Blois, dans l'académie d'Orléans-Tours. Réunissant un collège, un lycée général et technologique, une section professionnelle et le GRETA du Loir-et-Cher, la cité scolaire accueille, à la rentrée 2016, 1 623 élèves et étudiants (dont 240 internes) et environ 325 personnels encadrants (dont 218 enseignants).

Héritière du collège royal fondé par Henri III en 1587, la cité scolaire Augustin-Thierry s'est installée sur son site actuel, un vaste parc de 14 ha, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Elle propose aujourd'hui un large éventail d'enseignements (classe bilangue, découverte professionnelle, sections européennes, cinéma audiovisuel, sciences de l'ingénieur, énergies et environnement, bachibac, etc.) et prépare élèves et étudiants au brevet des collèges, au baccalauréat général et technologique (L, ES, S et STI2D), au baccalauréat professionnel (MEI, MEEC, TCI et TU) et au BTS (maintenance industrielle, conception et réalisation de systèmes automatiques et technico-commercial).

Cité scolaire Augustin-Thierry

Sommaire

Localisation

La cité scolaire Augustin-Thierry est localisée au No 13 de l'avenue de Châteaudun[3], au nord du quartier du Bourg-Neuf[4], dans le secteur des Provinces, à Blois[5].

Étendue sur 14 ha[6], elle est divisée en deux parcelles, situées de part et d'autre de la rue Honoré-de-Balzac. La plus vaste de celles-ci (accessible à la fois depuis l'avenue de Châteaudun et la rue Honoré-de-Balzac) compte la majeure partie des bâtiments scolaires, ainsi que l'administration et les services destinés aux élèves (cantine et maison des lycéens). La seconde parcelle, seulement accessible depuis la rue Honoré-de-Balzac, est de taille plus modeste. Elle abrite les ateliers Vinci, le nouveau gymnase et des terrains de sport. Un passage souterrain, aménagé sous la rue de Honoré-de-Balzac, permet aux usagers de passer d'une partie à l'autre sans sortir de l'établissement[7].

La cité scolaire regroupe une vingtaine de bâtiments, répartis sur les deux parcelles dans une logique de rassemblement fonctionnel. Les édifices destinés à l'ensemble des élèves ont une position centrale. Les bâtiments anciens se différencient nettement, par leur architecture et les matériaux qu'ils utilisent, de ceux construits à partir des années 1960[7].

Histoire

Gravure en noir et blanc représentant un homme brun assis dans un fauteuil.
L'historien blésois Augustin Thierry représenté par Émile Lassalle en 1840.

L’histoire de la cité scolaire Augustin-Thierry commence avec la création, par lettre patente, d'un collège royal à Blois par Henri III en 1581[8]. Ouvert le , ce premier établissement est d'abord implanté dans une maison du quartier du Bourg-Neuf, situé en dehors des murailles de la ville[9]. Le collège est ensuite déplacé, en 1601, dans la rue Bretonnerie, sur le site de la poste centrale actuelle[10]. Tenu par des séculiers jusqu'en 1622, le collège royal est alors confié à la Compagnie de Jésus[11], qui en perd la direction lorsqu'elle est expulsée de France en 1764[12].

Fermé en 1793 par les révolutionnaires[13], le collège n'est recréé qu'en 1804, sous la forme d'une école communale secondaire, promue au rang de collège communal en 1808[14]. Désormais implanté dans l'ancien couvent du Bourg-Moyen, l'établissement accueille une bonne partie de la bourgeoisie blésoise. Son nom actuel lui est attribué le pour rendre hommage à l'un de ses plus célèbres élèves, l'historien blésois Augustin Thierry (1795-1856)[15]. Détruit dans un incendie provoqué par les bombardements allemands au début de la Seconde Guerre mondiale (juin 1940), le collège connaît ensuite plusieurs années d'itinérance sous l'égide de l'occupant[16].

Finalement déplacé, en 1945-1946, dans des locaux auparavant occupés par l'asile départemental de Loir-et-Cher, l'établissement est promu, au même moment, au rang de lycée[17]. Il connaît, dès lors, une forte croissance. Devenu cité scolaire avec la création d'un collège d'enseignement général (1963)[18] et d'une section technique (1964)[19], Augustin-Thierry joue un rôle primordial dans l'ouverture internationale de Blois, grâce à la mise en place d'appariements avec la Grammar school de Lewes, au Royaume-Uni (1946), et le Hochrhein Gymnasium de Waldshut, en Allemagne (1958)[20].

Ouvert aux filles depuis 1963[21], l'établissement subit d'importantes transformations avec la démocratisation de l'enseignement que connaît la France dans les années 1960-1970[22]. Il atteint son apogée à la fin des années 1980, moment où il accueille presque 2 500 élèves et étudiants[23].

Architecture et parc

Bâtiments inscrits

Riche d’une histoire ancienne, le site de la cité scolaire Augustin-Thierry accueille, au début du XIIe siècle, une léproserie (la maladredrie Saint-Lazare), avant d'abriter un prieuré de génovéfains jusqu'à la Révolution. Vendus comme biens nationaux en 1791, le domaine et les bâtiments de l'institution religieuse sont alors acquis par le maire de Paris Nicolas Chambon de Monteaux[24]. Cédés à plusieurs reprises (notamment au général Hugo[25]), ils sont finalement vendus, en 1834, à un banquier du nom de Jean-Simon Chambert-Péan. Ce dernier y fait construire une imposante villa, le « château Saint-Lazare » (actuel bâtiment Hugo), en y intégrant des vestiges de l’ancien prieuré, comme la salle voûtée d'ogives qui constitue l’actuelle salle capitulaire[24],[26].

Acquise en 1861 par le département de Loir-et-Cher, la résidence de Chambert-Péan est intégrée à l'asile départemental de Loir-et-Cher, alors placé sous la direction du docteur Jules Lunier (1822-1884). Peu de temps après, la superficie de la villa Saint-Lazare est doublée grâce à l'adjonction de la villa Lunier (actuel bâtiment Lunier), qui abrite aujourd’hui l’administration de la cité scolaire[27],[28]. Puis, différents bâtiments annexes sont construits dans le parc, parmi lesquels le pavillon des Tilleuls (actuel bâtiment du même nom). Désaffectés durant la Seconde Guerre mondiale, ces bâtiments accueillent le lycée Augustin-Thierry à partir de la Libération[17].

Au début des années 1990, le Rectorat prévoit de faire raser les vestiges de l'ancien prieuré et de l'hospice Lunier pour les remplacer par des bâtiments plus modernes[29]. Cependant, ce projet soulève l'opposition d'une partie de l'équipe éducative et des protecteurs du patrimoine blésois, qui fondent une « association pour la sauvegarde des bâtiments anciens et du parc du lycée Augustin-Thierry »[30]. Finalement, les éléments historiques sont inscrits à l'Inventaire général en 1992[31],[7] et une étude en est réalisée par l'historienne de l'art Annie Cosperec[32].

Autres bâtiments

Plan d'un campus scolaire.
Plan de la cité scolaire (2016).
A : Villa Les Acacias
B : Bâtiment Balzac (I)
C : Bâtiment Curie (E)
D : Bâtiment Descartes (D)
G1 et G2 : Gymnases
H : Bâtiment Hugo
J : Bâtiment J
La : Bâtiment Lavoisier (O)
Lu : Bâtiment Lunier
M : Bâtiment Michelet (N)
MdL : Maison des Lycéens Jean-Germanaud
P : Bâtiment Papin (M)
R : Restaurant scolaire (I)
T : Bâtiment Tilleul
V : Ateliers Vinci (A)

En 1946-1947, l'ancien hospice Lunier est réaménagé pour en faire un établissement scolaire. Le pavillon des Tilleuls est ainsi agrandi pour accueillir les locaux de l'école d'agriculture d'hiver. Un nouvel édifice est par ailleurs ajouté aux anciens : il s'agit du bâtiment O, aujourd'hui connu sous le nom de bâtiment Lavoisier. Dessinée par l'architecte Henri Jannin, cette construction est une barre orientée est-ouest qui comprend deux étages et un sous-sol surélevé. Construit en pierres de taille sur sa façade principale et en maçonnerie masquée sous un enduit sur l'arrière, le bâtiment Lavoisier est couvert d'un toit à deux pans et à croupes en ardoise[7]. Il abrite aujourd'hui l'enseignement général et scientifique de la section professionnelle (SEP)[33].

Entre 1960 et 1963, c'est au tour du bâtiment N (actuel bâtiment Michelet) d'être ajouté à l'ensemble initial grâce aux plans de l'architecte André Aubert (1905-1987). Orienté nord-sud, cet édifice est muni de fondations en béton en puits et ossature ainsi que de planchers en béton armé[7],[34]. Initialement destiné à accueillir l'internat, le bâtiment Michelet abrite, au niveau de l'ancien foyer, deux panneaux de bois sculptés mesurant chacun 1,5 m par 5,5 m environ. Réalisé en 1963 par l'artiste Jean Touret (1916-2004) dans le cadre du 1 % artistique, ce vaste décor sculpté représente des cavaliers[7].

Entre 1963 et 1966, de nouveaux bâtiments, construits par André Aubert et Pierre Large, viennent compléter l'ensemble. C'est ainsi que sortent de terre les ateliers du bâtiment A (à l'emplacement des actuels ateliers Vinci), le bâtiment M (actuel bâtiment Papin) qui abrite un second internat, le bâtiment I (actuel bâtiment Balzac) qui accueille le nouveau réfectoire et le bâtiment G où est installée la chaufferie générale[7],[34].

Entre 1968 et 1973, une quatrième phase de constructions est réalisée par André Aubert et Pierre Large. Deux édifices parallélépipédiques dédiés à l'enseignement général (bâtiment D, devenu Descartes) et à l'enseignement scientifique (bâtiment E, devenu Curie) s'ajoutent aux précédents[7],[34]. De plus, le bâtiment K, qui abrite un gymnase et une piscine, est inauguré. En 1975-1976, Un nouvel internat, baptisé bâtiment J, est construit derrière l'ancien hospice Lunier, ce qui donne lieu à la destruction d'une partie des constructions anciennes. Très différent des précédents, le bâtiment J est de forme carrée et comporte un patio central. Il possède en outre seulement deux étages[28],[7],[34].

En 1999, le bâtiment I (actuel bâtiment Balzac) est agrandi pour accueillir les services de l'intendance, des salles de réunion et un second gymnase[7]. En 2001, une maison des lycéens (MDL)[35] est ajoutée, non loin du réfectoire. D'une superficie de 400 m2[36], cette MDL est baptisée « maison des lycéens Jean-Germanaud » en l'honneur d'un ancien professeur d'espagnol de l'établissement en 2005[37].

En 2008, les ateliers de la section technique (bâtiment Vinci) sont largement transformés et agrandis[7],[38] pour accueillir un vaste plateau technique de 7 000 m2[6]. L'artiste Nicolas Royer (1973) y crée alors une façade originale (baptisée On-Off) dans le cadre du 1 % artistique[39]. La même année, la piscine, qui faisait la particularité d'Augustin-Thierry, est définitivement fermée[40]. Elle est finalement remplacée par un nouveau gymnase en 2013[41] .

Parc, flore et faune

À l'époque de Jean-Simon Chambert-Péan, le parc entourant le « château Saint-Lazare » est planté d'essences plus ou moins rares (cèdres du Liban, prunus, tilleuls, etc.) abritant nombre d'oiseaux et d'écureuils roux. Après la mise en place de la cité scolaire, beaucoup des arbres qui constituaient le parc ont cependant été coupés pour laisser place à de nouveaux bâtiments (Descartes et Curie, en particulier)[31],[42]. Seule une partie de la collection arboricole du XIXe siècle subsiste donc aujourd'hui mais elle continue à faire la spécificité de la cité scolaire.

Quelques espèces végétales présentes dans le parc de la cité scolaire :

Quelques espèces animales vivant dans le parc :

Plaques commémoratives

Article connexe : Lieu de mémoire.

Le hall du bâtiment Curie abrite cinq plaques commémoratives qui rappellent la participation des anciens élèves et professeurs de la cité scolaires aux différents conflits auxquels a été confrontée la France depuis la fin du XIXe siècle[43] :

À l'extérieur de la cité scolaire, au No 8 de la rue du Bourg-Moyen, une autre plaque rappelle le souvenir de l'ancien collège du Bourg-Moyen, bombardé en 1940[44] :

Direction et services

Instances directives et assemblées

Le fonctionnement de la cité scolaire Augustin-Thierry est similaire à celui de tous les collèges et les lycées français.

Le collège a, à sa tête, un conseil d'administration (CA) composé de 24 membres : 8 représentants du personnel, 8 représentants des parents d'élèves et des élèves et 8 représentants des collectivités territoriales, de l'administration de l'établissement et de personnalités qualifiées. Ce CA gère les affaires du collège et vote notamment le projet d'établissement, les règles d'organisation et le budget. À côté du CA, se trouvent différentes instances, parmi lesquelles le comité d'éducation à la santé et à la citoyenneté (CESC), qui exerce des missions concernant l'éducation à la citoyenneté, la prévention de la violence, l'aide aux parents en difficulté et l'éducation à la santé, à la sexualité et à la prévention des conduites à risques[45].

Le lycée polyvalent (LGT et SEP) a, quant à lui, à sa tête un CA composé de 30 membres (10 représentants du personnel, 10 représentants des parents d'élèves et des élèves et enfin 10 représentants des collectivités territoriales, de l'administration de l'établissement et de personnalités qualifiées) dont les fonctions sont les mêmes que celles du CA du collège. À côté du CA, se trouvent différentes instances : le CESC dont le rôle est le même que celui du collège[N 1] ; le conseil des délégués pour la vie lycéenne (CVL) qui donne son avis sur l'organisation du temps scolaire, du travail personnel, l'information sur l'orientation et la santé[46] ; le comité d'hygiène et de sécurité (CHS) qui contribue à la protection de la santé et de la sécurité et à l'amélioration des conditions de travail[47].

Enfin, au sein de chaque classe de l'établissement, deux délégués des élèves représentent leurs camarades au moment des conseils de classe ou des conseils de discipline[48],[49].

Provisorat, vies scolaires et intendance

Photographie d'un bâtiment blanc vu à travers des arbres.
Le bâtiment Lunier en 2012.

Le bâtiment Lunier abrite le provisorat de la cité scolaire[33]. On y trouve ainsi les bureaux de la proviseure, Évelyne Azihari (à la direction de l'établissement depuis la rentrée 2016), et de ses adjoints, Jean-Jacques Leroux (à la tête du LGT depuis la même date)[1], Nicolas Galland (en poste à la section professionnelle depuis 2017)[2] et Françoise Laplanche (à la tête du collège depuis 2015)[1],[50]. C'est également au bâtiment Lunier que se trouvent les différents secrétariats de la cité scolaire[33],[51].

La vie scolaire de l'établissement est divisée en trois pôles, répartis en différents points de la cité scolaire : le bâtiment Curie pour le collège, le bâtiment Descartes pour le LGT et les bâtiments Lavoisier et Vinci pour la section professionnelle. Quatre conseillers principaux d'éducation (CPE) secondés par des assistants d'éducation y assurent la surveillance de l'établissement[3].

L'intendance dispose de locaux situés dans le bâtiment Balzac[33]. Dirigée par une équipe de neuf personnes ayant à sa tête l'adjoint-gestionnaire William Feldle, l'intendance gère une soixantaine de personnels ATOSS, parmi lesquels se trouvent entre autres une concierge, des jardiniers, un électricien, un plombier, des secrétaires, etc[52].

Internat, infirmerie et restauration

Photographie d'un bâtiment rectangulaire.
L'internat du lycée, mai 2012.

Installé dans le bâtiment J, l'internat de la cité scolaire est ouvert aux lycéens et étudiants de BTS (garçons et filles) de l'établissement[53] ainsi qu'à ceux du lycée Camille-Claudel[54]. Composé d'une soixantaine de chambres qui accueillent, en moyenne, quatre élèves, l'internat comporte 216 places : 148 pour les garçons et 68 pour les filles[54]. Parmi ces places, certaines sont labellisées « internat d'excellence » par l'Éducation nationale[55]. Chaque étage de l'internat comporte quatre salles de bains, elles-mêmes équipées de huit douches et seize lavabos[56].

Le bâtiment J accueille également une infirmerie[33], ouverte aux élèves chaque jour de la semaine de h 30 à 21 h 15 (sauf le vendredi où elle ferme à 18 h). Du lundi au jeudi, cette infirmerie est également accessible la nuit pour les internes[57].

Localisée dans le bâtiment Balzac[33], la cantine scolaire emploie un chef (David Juranville[58]), quatre cuisiniers, quatre aides de cuisine et un magasinier auxquels s'ajoutent sept personnels de service. Le restaurant sert, chaque jour, en moyenne 1 200 déjeuners (servis entre 11 h 15 et 13 h 15) et 200 petits-déjeuners et dîners[59]. Les produits qui y sont servis proviennent de fournisseurs locaux ou régionaux (criée de Tours pour le poisson, producteurs et grossistes locaux pour les légumes, etc.). Pour assurer l'hygiène, le restaurant scolaire utilise un système de contrôle à la réception des produits et une traçabilité[60].

CDI du collège et du lycée

Photographie d'une salle ornée de nombreuses bibliothèques.
La salle de lecture du CDI du lycée en 2013.

Tenu par un seul professeur documentaliste, le centre de documentation et d’information (CDI) du collège est ouvert aux élèves tous les jours de h à 12 h et de 13 h à 16 h, sauf le mercredi (où il ferme à 12 h) et le vendredi (où il ferme à 14 h)[61]. Le CDI du collège affiche plusieurs missions : inviter les jeunes à lire, à s'orienter, à s'initier à la recherche documentaire, à faire leurs devoirs et à participer à différents concours[62].

Animé par deux professeurs documentalistes[63], le CDI du lycée polyvalent se divise en trois espaces : une salle de travail de 46 places (avec une annexe de 12 places destinée à l'orientation), un coin lecture de 6 places et deux salles informatiques contenant 20 ordinateurs[64]. Il est ouvert tous les jours de h à 18 h, sauf le mercredi (où il ferme à 12 h) et le vendredi (où il ferme à 17 h)[63]. Le CDI du lycée a pour mission de réunir et de gérer une collection de documents répondant aux besoins documentaires des élèves et de l'équipe éducative. Il doit par ailleurs contribuer à former les élèves à la maîtrise de l'information et participer à l'ouverture culturelle de ceux-ci[65].

MDL et gymnases

La maison des lycéens Jean-Germanaud (MDL) sert à la fois de cafétéria, de local pour les différents clubs du lycée (musique, danse, photo, robotique, journal) et de salle de jeux. Elle abrite ainsi un billard, un baby-foot et divers jeux de société à destination des élèves[36]. La MDL tient par ailleurs lieu de foyer socio-éducatif du lycée et succède au FSE créé après mai 1968[66]. Pendant plusieurs années, la MDL d'Augustin-Thierry est la seule du genre à Blois[67]. Elle sert d'ailleurs de source d'inspiration aux élèves du lycée Sonia-Delaunay lorsque ceux-ci décident d'en créer une en 2009[68].

La cité scolaire possède deux gymnases[6], dont le plus grand et le plus récent date de 2013[41]. Elle dispose en outre d'une halle sportive et de terrains omnisports adaptés au basket, au tennis, au handball ou à la course[6].

Offre éducative et culturelle

Collège

Article connexe : Collège en France.

Cursus scolaire au collège

Outre les dix disciplines du tronc commun (français, mathématiques, histoire-géographie, éducation morale et civique, sciences de la vie et de la Terre, physique-chimie, technologie, musique, arts plastiques et éducation physique et sportive) et l'accompagnement personnalisé, les élèves de sixième du collège Augustin-Thierry doivent étudier l'anglais en tant que première langue vivante (LV1)[69],[70]. Malgré la « réforme du collège de 2015 » (qui a provoqué la fermeture de la section bilangue anglais-espagnol de l'établissement[71]), ils peuvent par ailleurs intégrer la classe bilangue anglais-allemand[70],[72].

En cinquième, l’emploi du temps des élèves s’étoffe. S'ils n'ont pas opté pour la section bilangue en sixième, ils doivent étudier une seconde langue vivante (LV2), à savoir l'allemand ou l'espagnol[70],[73],[74]. Ils doivent en outre suivre deux enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI). S'ils le souhaitent, ils peuvent également s'initier au latin dans le cadre de l'option langues et cultures de l'Antiquité[70],[73]. En quatrième, le cursus des élèves s'inscrit dans la stricte continuité du programme de cinquième[75]. En troisième, la charge de travail des élèves s'intensifie, dans la perspective du brevet[76]. Outre les disciplines étudiées précédemment, les élèves qui le souhaitent peuvent s'initier au grec ancien[70],[75]. Ils effectuent par ailleurs un stage en entreprise[76],[77].

Le collège Augustin-Thierry dispose d'une unité localisée pour l'inclusion scolaire (ULIS), destinée à accueillir des élèves atteints d'un handicap qui ne leur permet pas de suivre une scolarité dans une classe ordinaire[70],[78].

Deux jeunes apiculteurs en combinaison et blue jeans travaillant sur une ruche au sein d'un espace grillagé.
Collégiens travaillant sur une ruche, dans le parc de la cité scolaire.

Activités périscolaires et culturelles au collège

Le collège Augustin-Thierry propose différentes activités péri-scolaires aux élèves volontaires.

Dans le cadre de l'union nationale du sport scolaire (UNSS), l'association sportive de l'établissement propose aux jeunes de s'adonner au tennis de table, au badminton, à la natation, à la gymnastique, à l'athlétisme, au handball, à la danse ou à la boxe française. Certaines de ces activités se déroulent dans les locaux de la cité scolaire tandis que d'autres ont lieu sur d'autres sites blésois[79].

Le midi, les élèves peuvent également participer à différents clubs : journal de l'école, échecs, aéromodélisme, arts du cirque[80] ou initiation à l'apiculture[81]. La participation à un club peut alors donner lieu à des représentations, comme cela a pu être le cas pour les circassiens amateurs, qui se sont produits à l'hôpital et dans une maison de retraite en 2012[82],[83]. Dans le cadre de l'atelier d'aéromodélisme, les élèves de troisième peuvent en outre préparer le brevet d'initiation aéronautique en collaboration avec l'aérodrome du Breuil[80].

Enfin, les élèves peuvent participer à un concours d'engins à hélices, baptisé « Hélitec 41 » et organisé par l'établissement depuis 2013 grâce à l'initiative des professeurs de technologie Laurence Fameau et Pascal Duménil[84],[85],[86],[87].

Lycée général et technologique (LGT)

Cursus scolaire au LGT

Schéma représentant le cursus secondaire français.
Les études secondaires en France.

Outre les sept disciplines du tronc commun (français, mathématiques, histoire-géographie, éducation morale et civique, sciences de la vie et de la Terre, physique-chimie et éducation physique et sportive), l'accompagnement personnalisé et les deux langues vivantes découvertes au collège (LV1 anglais, allemand ou espagnol et LV2 allemand, espagnol, anglais ou arabe)[88],[89],[55], les élèves de seconde générale et technologique du lycée Augustin-Thierry doivent choisir, en guise d'enseignements d'exploration (EDE), l'un des huit couples d'options qui suivent : sciences économiques et sociales (SES) et initiation aux sciences de l'ingénieur (ISI) ; SES et sciences et laboratoire (SL) ; SES et méthodes et pratiques scientifiques (MPS) ; SES et littérature et société ; SES et LV3 arabe ; SES et langues anciennes (latin et/ou grec ancien) ; principes fondamentaux de l'économie et de la gestion (PFEG) et création et innovation technologique (CIT) ou PFEG, ISI et CIT[88],[55],[90].

Les élèves de seconde ont par ailleurs la possibilité d'ajouter à ces enseignements une option facultative : section européenne (en anglais, allemand ou espagnol)[N 2], LV3 arabe, latin, grec ancien ou cinéma audiovisuel[88],[55],[91]. Finalement, les élèves peuvent choisir d'intégrer la section binationale franco-espagnole « bachibac ». Cette dernière permet aux lycéens qui le souhaitent de renforcer suffisamment leur niveau d'espagnol pour préparer, en terminale, le baccalauréat français et le bachillerato espagnol[55],[92].

En classes de première et de terminale, le lycée Augustin-Thierry propose à ses élèves de suivre l'une ou l'autre des quatre filières suivantes : la littéraire (qui mène au bac L), l'économique et sociale (qui aboutit au bac ES), la scientifique (qui conduit au bac S spécialité SVT ou SI) ou la technologique, dans la série sciences et technologies de l'industrie et du développement durable (STI2D). Pour chacune de ces filières, différentes options sont ouvertes : anglais ou espagnol approfondis, LV3 arabe, latin ou grec (en L) ; mathématiques, SVT, physique-chimie, informatique et sciences du numérique (ISN) ou SI (en S) ; mathématiques, sciences politiques ou économie approfondie (en ES) ; architecture et construction, énergie et environnement, innovation technologique et écoconception ou systèmes d'information et numériques (en STI2D)[88],[55].

Le lycée Augustin-Thierry dispose d'une unité localisée pour l'inclusion scolaire (ULIS), destinée à accueillir des élèves atteints d'un handicap qui ne leur permet pas de suivre une scolarité dans une classe ordinaire[78],[55]. Il possède en outre une unité pédagogique pour élèves allophones arrivants (UPE2A)[93],[94].

Activités périscolaires et culturelles au LGT

Comme les élèves du collège, les lycéens de la cité scolaire Augustin-Thierry ont accès à différentes activités sportives dans le cadre de l'UNSS, le mercredi après-midi[95],[96],[97],[98].

Différents clubs sont par ailleurs ouverts aux lycéens, souvent par l'intermédiaire de la MDL. Le groupe robot, très actif dans l'établissement entre 2002 et 2008[99], s'est ainsi illustré à plusieurs reprises lors de la coupe E=M6 de robotique organisée par l'association Planète Sciences[100],[101],[102]. Ce goût pour la mécanique et l'électronique est encore très présent aujourd'hui dans l'établissement, comme le prouve le dynamisme du club « challenge technologique de la mobilité durable » (CTMD)[103], qui a remporté le premier prix de l'Éducation nationale lors du challenge EducEco de 2013 et le troisième prix dans la catégorie vélo lors du challenge Chartres Solar Cup de 2016[104].

Finalement, des élèves et des enseignants du lycée forment, chaque année, l'un des comités de lecture du prix Emmanuel-Roblès[105],[106]. En 2014, une élève de l'établissement, Clémentine Bourget, est même nommée présidente du jury[107].

Section professionnelle (SEP)

Cursus scolaire à la SEP

Dès la troisième, la section professionnelle (SEP) de la cité scolaire propose aux élèves qui le souhaitent d'intégrer l'option découverte professionnelle. Cette section permet aux élèves de découvrir l’enseignement professionnel tout en leur donnant une perspective d’orientation en certificat d'aptitude professionnelle (CAP), en brevet d'études professionnelles (BEP), en baccalauréat professionnel voire en baccalauréat général ou technologique[108],[109].

À partir de la seconde et jusqu'à la terminale, la SEP prépare les élèves qui le souhaitent à l'un des quatre baccalauréats professionnels qui suivent : maintenance des équipements industriels (MEI), métiers de l'électricité et de ses environnements connectés (MEEC), technicien en chaudronnerie industrielle (TCI) et technicien d'usinage (TU)[109],[110]. Au niveau post-bac, la SEP offre trois formations au brevet de technicien supérieur (BTS) : en maintenance industrielle (MI), en conception et réalisation de systèmes automatiques (CRSA) et en technico-commercial (TC)[55],[111].

Chaque fois que cela est possible, les enseignements proposés dans le cadre de la SEP sont menés en partenariat avec des entreprises appartenant au tissu local[112] ou régional[113],[114]. Quand l'opportunité se présente, les jeunes sont par ailleurs invités à participer à des concours organisés par des sociétés. En 2009, des étudiants de BTS ont ainsi obtenu le premier prix dans un concours organisé par la maison Christian-Dior[115].

Activités périscolaires et culturelles à la SEP

Comme les autres élèves de la cité scolaire, les jeunes de la section professionnelle peuvent avoir accès aux activités sportives proposées par l'UNSS[95],[96],[97],[98].

Chaque année, les élèves de troisième option découverte professionnelle participent à un projet culturel interdisciplinaire, comme la réalisation d'un DVD sur le thème du surréalisme (2012)[116] ou du slam (2015 et 2016)[117],[118].

Cité scolaire

Peu d'événements sont l'occasion de réunir l'ensemble des usagers de la cité scolaire. C'est le cas des « Récréations musicales » qui rassemblent, avant les vacances de Noël, tous les élèves et les enseignants qui souhaitaient partager leur goût pour le chant et la musique[119],[120]. Créées en 1996 par un professeur de philosophie du nom de Jacques Ziberlin[120], ces « Récréations musicales » ont vu, en 2005, les artistes Pierre Simon et Sabine Quinet (fondateurs du duo pop-rock Minou[121]) effectuer l'une de leurs premières représentations publiques alors qu'ils étaient encore élèves de terminale à Augustin-Thierry[122].

GRETA

Article connexe : Greta (enseignement).

La cité scolaire Augustin-Thierry est le siège du GRETA du Loir-et-Cher[123], qui propose une vaste gamme de formations (industrie, langues étrangères, français, bâtiment et travaux publics, etc.)[124]. Elle abrite ainsi, dans ses locaux, l’antenne du Dispositif Académique à la Validation des Acquis de l'Expérience (VAE) et est susceptible d’accueillir le public en recherche d’information sur ce programme[123].

Ouverture internationale

Sections bilangue, européennes et binationale

Depuis 2008, le collège Augustin-Thierry possède une section bilangue anglais-allemand, que n'a pas supprimée la « réforme du collège de 2015 »[55].

Plusieurs sections européennes existent au lycée général et technologique : une allemande (discipline non linguistique histoire-géographie) depuis 1997, une anglaise (DNL histoire-géographie, sciences de l'ingénieur ou mathématiques) depuis 1998, et une espagnole (DNL histoire-géographie) depuis 2005[125].

Une section binationale franco-espagnole (« bachibac ») est par ailleurs ouverte au lycée général depuis la rentrée 2013,[92],[126].

À la rentrée 2017, la cité scolaire devient le neuvième établissement scolaire français à adhérer au dispositif « Pasch » (« Schulen: Partner der Zukunft »), mis en place par le ministère des affaires étrangère allemand en 2008 pour favoriser l'apprentissage de la langue et de la culture germaniques[127].

Échanges et voyages

Photographie en couleurs d'un vieux bâtiment en briques situé le long d'une rue.
L'ancienne Grammar school de Lewes, premier partenaire étranger de la cité scolaire.

Dès 1946, le lycée Augustin-Thierry noue un échange avec la Grammar school (devenue ensuite Priory School) de Lewes, au Royaume-Uni, grâce au travail d'un professeur d'anglais du nom de Robert Piolé. En 1957, un autre partenariat voit le jour avec le Hochrhein Gymnasium de Waldshut, grâce à un ancien assistant d'allemand appelé Manfred Kirchgässner. Après de nombreuses années d'existence, ces appariements disparaissent, non sans avoir auparavant permis à la commune de Blois de se jumeler avec les deux villes partenaires de la cité scolaire[128],[129],.

Aujourd'hui, d'autres partenariats existent entre la cité scolaire et des établissements étrangers[131]. Le lycée Augustin-Thierry organise ainsi des échanges annuels avec le Heerenlanden College de Leerdam (aux Pays-Bas)[132], le Corvey Gymnasium de Hambourg (en Allemagne)[133],[134], l'IES Manuel de Cabanyes de Vilanova i la Geltrú (en Espagne)[135],[136] et la Suwon Academy of World Languages de Suwon (en Corée du Sud)[137],[138]. Le collège propose quant à lui plutôt des voyages scolaires à l'étranger (à Munich[139] et à Barcelone, en particulier).

Finalement, grâce au don d'un riche mécène néo-zélandais, Mr Raymond Nutter, un échange lie le lycée Augustin-Thierry à la High School de Thames depuis 1988. Chaque année, deux élèves de première générale sont ainsi sélectionnés pour passer les mois de juillet et d'août dans l'école de leurs correspondants. En retour, ils reçoivent chez eux un élève néo-zélandais en décembre-janvier[140].

Assistants étrangers

Depuis 1945, de nombreux assistants, originaires du monde entier (Allemagne et Autriche ; Commonwealth et États-Unis ; Espagne et Amérique latine ; monde arabe), viennent passer une année à la cité scolaire Augustin-Thierry[141],[142]. Pendant longtemps, ces jeunes reçoivent le gîte et le couvert dans l'établissement (d'abord au bâtiment Tilleul puis au bâtiment J), mais l'habitude se perd dans les années 1990[141]. Au fil des années, plusieurs de ces étrangers impriment leur marque à la cité scolaire. C'est particulièrement le cas de l'Allemand Manfred Kirchgässner, à l'origine du jumelage unissant Blois à Waldshut-Tiengen (1963)[143], mais c'est également vrai de M. Blackmore qui parvient, par son travail de recherches, à faire classer les bâtiments Hugo et Lunier à l'Inventaire général du patrimoine culturel[141].

Effectifs

Population scolaire

Après avoir atteint un pic de près de 2 500 élèves et étudiants à la fin des années 1980[23], les effectifs de la cité scolaire Augustin-Thierry ne cessent de décroître par la suite, comme le montre le tableau qui suit :

Évolution des effectifs du collège et du lycée (rentrées 2004 à 2011[144],[145] puis 2014[146])
2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2014
Collège 613 608 592 596 603 584 577 556 571
Lycée polyvalent 1286 1274 1273 1213 1175 1097 1076 1043 974
Total 1899 1882 1865 1809 1778 1681 1653 1599 1545
(+ 83 BTS)

À la rentrée 2016, il y a 586 élèves au collège et 948 au lycée (680 au LGT et 268 à la section professionnelle), ce qui fait un total de 1 534 adolescents. À ceux-ci s'ajoutent 89 étudiants de BTS[N 3].

Personnels enseignants et non-enseignants

À la rentrée 2010, la cité scolaire emploie 325,5 personnels. Outre les 216 enseignants et les 3 professeurs documentalistes, l'équipe éducative compte 4 personnels de direction, 4 conseillers principaux d’éducation, 2 conseillers d’orientation psychologues (COP), 16,5 assistants d'éducation et 4 assistants étrangers. À leurs côtés travaillent 3 infirmières, 1 assistante sociale, 14 personnels administratifs et 58 personnels ouvriers et d’entretien[147].

Résultats aux examens

S'appuyant sur des statistiques du ministère de l'Éducation nationale, le magazine L'Étudiant indique, en 2016, un taux de réussite de 84 % au diplôme national du brevet 2015 (avec 53 % de mentions) pour les élèves du collège Augustin-Thierry. C'est un peu moins que la moyenne nationale, qui s'établit à 87 % de réussite et 58,4 % de mentions. Dans ces conditions, le magazine attribue à l'établissement la note de 13,7/20, ce qui le place à la sixième position (sur neuf) des collèges publics et privés de Blois[148].

Évolution des résultats au diplôme national du brevet (DNB) depuis 2012[148],[149],
2012 2013 2014 2015 2016
Taux de réussite
(mentions)
86,96 % (56,52 %) 80,15 % (49,26 %) 80,13 % (47,44 %) 84 % (53 %)

Le quotidien La Nouvelle République classe, en 2017, le lycée général et technologique Augustin-Thierry à la sixième place (sur neuf) des établissements publics et privés du Loir-et-Cher et à la deuxième place (sur quatre) des établissements publics de Blois[150]. La même année, L'Étudiant attribue à l'établissement la note de 14,2/20[151], ce qui en fait un « lycée moyen » selon le magazine[152].

Évolution des résultats au baccalauréat général et technologique depuis 2008
2008[153] 2009[154] 2010[155] 2011[156] 2012[157] 2013[158] 2014[159] 2015[160] 2016[161]
Taux de réussite en L
(valeur ajoutée nationale)
89 % (-5) 71 % (-20) 64 % (-22) 83 % (-7) 74 % (-12) 88 % (-4) 92 % (+6) 70 % (-23) 95 % (+4)
Taux de réussite en ES
(valeur ajoutée nationale)
88 % (-2) 92 % (-1) 85 % (-8) 85 % (-3) 84 % (-9) 92 % (-2) 89 % (-3) 83 % (-10) 89 % (-4)
Taux de réussite en S
(valeur ajoutée nationale)
89 % (-6) 94 % (0) 86 % (-8) 88 % (-3) 88 % (-5) 79 % (-16) 87 % (-7) 91 % (-1) 91 % (-3)
Taux de réussite en STI / STI2D
(valeur ajoutée nationale)
87 % (+6) 80 % (-4) 79 % (-1) 72 % (-6) 84 % (-4) 81 % (-13) 88 % (-7) 89 % (-7) 92 % (-1)
Taux de réussite toutes séries
(valeur ajoutée nationale)
88 % (-2) 88 % (-3) 81 % (-8) 84 % (-4) 84 % (-7) 83 % (-11) 88 % (-4) 86 % (-7) 91 % (-3)

Parallèlement, La Nouvelle République classe, en 2017, le lycée professionnel Augustin-Thierry à la huitième place (sur huit) des établissements publics et privés du Loir-et-Cher[150]. La même année, L'Étudiant attribue à l'établissement la note de 12,2/20[162], ce qui en fait un « lycée moyen » (et non plus un « bon lycée », comme en 2015) selon le magazine[163].

Évolution des résultats au baccalauréat professionnel depuis 2008
2008[164] 2009[165] 2010[166] 2011[167] 2012[168] 2013[169] 2014[170] 2015[171] 2016[172]
Taux de réussite en Production
(valeur ajoutée nationale)
73 % (-4) 77 % (-9) 62 % (-27) 80 % (+1) 78 % (+5) 87 % (+8) 80 % (+3) 77 % (-4) 72 % (-7)

Finalement, en 2015, L'Étudiant indique un taux de réussite de 91 % en BTS conception et réalisation de systèmes automatiques, de 78 % en BTS maintenance industrielle et de 92 % en BTS technico-commercial[173].

Personnalités liées à la cité scolaire

Anciens élèves

L'Association Amicale des Anciens Élèves du Collège et du Lycée Augustin-Thierry est l'une des plus anciennes de France : elle existe depuis 1872 et précède, de quelques mois, le renommage du collège de Blois en collège Augustin-Thierry[174]. La première assemblée générale de l'Association se déroule le  : elle adopte alors ses statuts et nomme présidents honoraires le sénateur Amédée Thierry et le général Juste-Frédéric Riffault. Deux jours plus tard, l'Association se réunit à nouveau et élit pour président Louis de La Saussaye[175].

Depuis cette date, l'Association se donne pour mission de favoriser le rayonnement de la cité scolaire et de marquer sa solidarité morale, voire financière, avec les élèves de l'établissement. Son président actuel est M. Christian Prieur[177].

Nombre des élèves passés par les bancs du collège de Blois et de la cité scolaire ont laissé leur marque dans l'histoire du Blésois et de la France. Parmi ceux-ci, on peut citer :

  • Quelques élèves du collège royal :
  • Quelques élèves de la cité scolaire actuelle :

Anciens professeurs et personnels encadrants

Plusieurs membres du personnel de l'ancien collège royal, du collège du Bourg-Moyen et de la cité scolaire actuelle ont également laissé leur empreinte dans l'histoire. Parmi ceux-ci, on peut citer :

L'établissement dans la culture

Photographie en noir et blanc d'un homme portant des lunettes.
L'écrivain régionaliste Hubert-Fillay (1879-1945), auteur de souvenirs liés à l'ancien collège.

Plusieurs auteurs ont évoqué le collège et le lycée Augustin-Thierry dans leurs ouvrages.

C'est le cas de l'historien Augustin Thierry lui-même qui raconte, dans sa « Préface » des Récits des temps mérovingiens (1840), comment il dévora, dans les locaux du Bourg-Moyen, Les Martyrs de Chateaubriand en 1810. La lecture de cette œuvre le marqua tellement qu'il ne put s'empêcher d'en déclamer les lignes (« Pharamond ! Pharamond ! Nous avons combattu avec l'épée ! ») dans la salle capitulaire de l'école. Par la suite, l'ouvrage de Chateaubriand n'eut de cesse d'inspirer l'historien, qui fut profondément influencé par le courant romantique[198].

L'ancien collège apparaît également dans l'œuvre de l'écrivain régionaliste Hubert-Fillay. Ce dernier décrit avec nostalgie son adolescence au collège dans Jeunesse !… Souvenirs blésois (1934)[199]. L'auteur décrit par ailleurs, dans La Grand'pitié de la ville de Blois (1940), la destruction de l'établissement et les ruines qui lui succédèrent[200].

Enfin, l'auteur de littérature jeunesse Philippe Barbeau met, à plusieurs reprises, en scène le lycée de l'avenue de Châteaudun et les professeurs (comme MM. Duclos, Dimanche ou Carbonel) qui l'ont marqué durant son adolescence, dans les années 1960. C'est particulièrement le cas dans son roman autobiographique Je lui ai promis (La Promesse) de 2013[201] et dans le souvenir « De voix en aiguille » paru dans le recueil Un Amour d'enfance en 2007[190]. De manière plus anecdotique, l'écrivain évoque, en 2009, l'ancien collège de la rue du Bourg-Moyen et son dernier principal (M. Chardon) dans le roman Juin 1940 : Peur sur la route[202].

À la télévision, les locaux de la cité scolaire servent de décors à la sitcom éducative Les Zèbres réalisée par Gilles Bannier et Stéphane Moszkowicz en 1997-1998[N 4].

Bibliographie

Histoire de la cité scolaire et de son patrimoine

  • Annie Cosperec, « L'Actuel Lycée Augustin-Thierry : le prieuré et la villa Saint-Lazare, l'hospice Lunier », Mélanges offerts à Claude Leymarios, CDPA 41,‎ , p. 71-77.
  • Jean-Yves Denis et alii, Le Collège - Le Lycée Augustin-Thierry : Grande et petite histoire, Blois, Association des anciens élèves du collège et du lycée Augustin-Thierry, , 110 p. (ASIN B007JKQO86).
  • Jean Martin-Demézil, « Arts et Lettres », Le Jardin de la France, nos 305, 306 et 307,‎ .

Ouvrages généraux évoquant l'établissement et son patrimoine

  • Yves Denis, Histoire de Blois et de sa région, Privat, (ASIN B007X19URS).
  • Bruno Guignard, « Aliénés », Blois de A à Z, Éditions Alan Sutton,‎ , p. 7-12 (ISBN 2849106216).
  • Pascal Nourrisson, Blois : Le dictionnaire des noms de rues, C.L.D. éditions, (ISBN 2854434331).

Évocations littéraires du collège du Bourg-Moyen et de la cité scolaire actuelle

  • Philippe Barbeau, « Histoire de rencontres », Griffon, no 194,‎ , p. 2-13 (ISSN 0299-7827).
  • Philippe Barbeau, « De voix en aiguille », dans Collectif, Un Amour d'enfance, Bayard, (ISBN 978-2-7470-2438-9), p. 66-68.
  • Philippe Barbeau, Je lui ai promis, Oskar, (ISBN 979-1021400948).
  • Hubert-Fillay, Jeunesse !… : Souvenirs blésois, Éditions du Jardin de la France, (ASIN B00183TJBE).
  • Hubert-Fillay, La Grand'pitié de la ville de Blois, Éditions du Jardin de la France, (OCLC 493791568).
  • Augustin Thierry, « Préface », dans Récits des temps mérovingiens, Paris, Tessier, (lire en ligne), p. 21-24.

Sitographie

Sites officiels de la cité scolaire et de l'association des anciens élèves

Sites officiels liés au ministère de la culture

Travaux d'élèves

Anciens journaux et radio de l'établissement

  • « Cat News », sur Collège Augustin-Thierry, Académie d'Orléans-Tours, (consulté le 22 janvier 2017).
  • « You Got The Point », sur Section européenne d'Anglais, (consulté le 22 janvier 2017).
  • « August'un », sur August'un online, 2001-2002 (consulté le 22 janvier 2017).
  • , sur August'un online, (consulté le 22 janvier 2017).
  • « Radio August'un », sur August'un online (consulté le 22 janvier 2017).

Quelques courts métrages réalisés dans le cadre de l'option cinéma audiovisuelle

Autres sites

Articles connexes

Notes et références

Notes

  1. En 2016, le CESC a ainsi organisé une semaine de prévention contre les addictions à destination de tous les élèves de seconde. Voir Chantal Lané, « Une semaine contre les dépendances au lycée », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne).
  2. En section européenne, les élèves bénéficient d'une heure supplémentaire de langue vivante et d'une heure d'histoire-géographie ou de sciences de l'ingénieur en langue étrangère dispensée par un professeur certifié. Dans le Loir-et-Cher, le lycée Augustin-Thierry est le seul établissement à proposer des sections européennes en allemand et en espagnol. Voir : « Liste des établissements proposant une section européenne en 2008/2009 », sur Eduscol, (consulté le 5 février 2017).
  3. Chiffres aimablement fournis par le secrétariat de la cité scolaire.
  4. Voir les crédits de la série qui remercient notamment « Monsieur MONSELLIER (proviseur), Madame PICORNELL (adjointe au proviseur), ainsi que tout le personnel et les lycéens du lycée AUGUSTIN-THIERRY ».

Références

  1. a b c et d Chantal Lané, « Nouveaux visages à Augustin -Thierry », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  2. a b et c « Un nouveau tandem à Augustin-Thierry », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  3. a et b « Contacts », sur Lycée Augustin-Thierry, académie d'Orléans-Tours, (consulté le 27 janvier 2017).
  4. Nourrisson 2005, p. 172.
  5. Nourrisson 2005, p. 230.
  6. a b c et d « Accueil », sur Lycée Augustin-Thierry, académie d'Orléans-Tours (consulté le 4 février 2017).
  7. a b c d e f g h i j et k Aurélie de Decker, « Lycée, dit cité scolaire Augustin-Thierry », sur Inventaire général du patrimoine culturel en région Centre-Val de Loire, (consulté le 22 janvier 2017).
  8. Denis et alii 1986, p. 11.
  9. Denis et alii 1986, p. 12.
  10. Denis et alii 1986, p. 13.
  11. Denis et alii 1986, p. 14.
  12. Denis et alii 1986, p. 16-17.
  13. Denis et alii 1986, p. 18.
  14. Denis et alii 1986, p. 20.
  15. Denis et alii 1986, p. 21 et 28-29.
  16. Denis et alii 1986, p. 67.
  17. a et b Denis et alii 1986, p. 79-80.
  18. Denis et alii 1986, p. 85, 87 et 90.
  19. Denis et alii 1986, p. 91-92.
  20. Denis et alii 1986, p. 80-82 et 96.
  21. Denis et alii 1986, p. 87 et 90.
  22. Denis et alii 1986, p. 85-86.
  23. a et b Denis et alii 1986, p. 106.
  24. a et b Cosperec 1997, p. 71.
  25. Louis Belton, « Victor Hugo et son père le général Hugo à Blois », Mémoires de la Société des sciences et lettres de Loir-et-Cher, Blois, Société des sciences et lettres de Loir-et-Cher, vol. 16,‎ , p. 10 (ISSN 1157-0849, lire en ligne)
  26. Nourrisson 2005, p. 172 et 192.
  27. Guignard 2007, p. 7-9.
  28. a et b Cosperec 1997, p. 75.
  29. « Lycée Augustin-Thierry : l'année des grands travaux », La Nouvelle République, no 16712,‎
  30. « Association pour la sauvegarde des bâtiments anciens et du parc du lycée Augustin-Thierry », sur http://www.asso1901.com/ (consulté le 27 janvier 2017).
  31. a et b « Prieuré de génovéfains Saint-Lazare, villa, puis asile d'aliénés dit hospice Lunier, actuellement lycée Augustin Thierry », notice no IA41000031, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  32. Cosperec 1997, p. 71-77.
  33. a b c d e et f « Cité scolaire Augustin Thierry », sur Lycée Augustin Thierry, académie d'Orléans-Tours, (consulté le 25 janvier 2017).
  34. a b c et d Denis et alii 1986, p. 87.
  35. Catherine Berger-Villaamil, « Maison des lycéens du lycée A Thierry à Blois », sur http://www.architectes-pour-tous.fr/ (consulté le 4 avril 2017).
  36. a et b « Le lycée Général et Technologique », sur Lycée Augustin Thierry, académie d'Orléans-Tours (consulté le 10 février 2017).
  37. Association amicale des anciens élèves du lycée Montesquieu, « Activités des anciens élèves et enseignants », Lettre d'information, no 2,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  38. « Un bel outil pour l'enseignement professionnel à Augustin-Thierry », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  39. « Nicolas Royer - On-Off - 2008 », sur http://www.culturecommunication.gouv.fr/, (consulté le 2 mars 2015).
  40. C. S., « Très chères piscines », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne).
  41. a et b Béatrice Bossard, « Rentrée pleine de projets à Dessaignes et A.-Thierry », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne).
  42. Denis et alii 1986, p. 79 et 87.
  43. « Synthèse des relevés - Blois (41 - Loir-et-Cher) », sur MémorialGenWeb (consulté le 27 janvier 2017).
  44. Nourrisson 2005, p. 29.
  45. « Le collège », sur Ministère français de l'Éducation nationale (consulté le 12 février 2017).
  46. « Le lycée », sur Ministère français de l'Éducation nationale (consulté le 12 février 2017).
  47. « Santé, bien-être et sécurité au travail », sur Ministère français de l'Éducation nationale (consulté le 12 février 2017).
  48. « Les représentants des élèves au collège et au lycée », sur Ministère français de l'Éducation nationale (consulté le 12 février 2017).
  49. Henri Brissot, « Élection des délégués : des lycéens en campagne », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne).
  50. « Philippe Sauzedde à la barre du collège », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  51. Claude Choplin, « Martine, secrétaire du patron - Son bureau plaque tournante du lycée », La Nouvelle République,‎ , p. 7
  52. Claude Choplin, « William, l'intendant - Une fonction de comptable public », La Nouvelle République,‎ , p. 7
  53. « Hébergement - L'internat », sur lycée Augustin Thierry, académie d'Orléans-Tours, (consulté le 25 janvier 2017).
  54. a et b « L'internat du lycée Augustin Thierry », sur lycée Augustin Thierry, académie d'Orléans-Tours, (consulté le 25 janvier 2017).
  55. a b c d e f g h et i « Fiche établissement - Lycée Augustin Thierry », sur ONISEP (consulté le 5 février 2017).
  56. « Vue sur l'internat du lycée Augustin Thierry », sur lycée Augustin Thierry, académie d'Orléans-Tours, (consulté le 25 janvier 2017).
  57. « Infirmerie », sur lycée Augustin Thierry, académie d'Orléans-Tours, (consulté le 25 janvier 2017).
  58. Henri Brissot, « À la cantine d'Augustin-Thierry on fait la chasse au gaspi », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  59. « Le service de restauration », sur lycée Augustin Thierry, académie d'Orléans-Tours, (consulté le 25 janvier 2017).
  60. Claude Choplin, « Dans les coulisses du lycée Augustin-Thierry - 180.000 repas servis par an », La Nouvelle République,‎ , p. 7.
  61. « Les horaires, le personnel », sur CDI collège Augustin-Thierry, esidoc, (consulté le 25 janvier 2017).
  62. « Pourquoi venir au CDI ? », sur CDI collège Augustin-Thierry, esidoc (consulté le 25 janvier 2017).
  63. a et b « Les horaires, le personnel », sur CDI Lycée polyvalent Augustin-Thierry, esidoc (consulté le 25 janvier 2017).
  64. « Le lieu et équipements du CDI », sur CDI Lycée polyvalent Augustin-Thierry, esidoc (consulté le 25 janvier 2017).
  65. « Les missions du CDI », sur CDI Lycée polyvalent Augustin-Thierry, esidoc (consulté le 25 janvier 2017).
  66. Denis et alii 1986, p. 89.
  67. Nathalie Lescaille, L’image de l’institution scolaire dans les journaux lycéens, Paris, CLEMI, (lire en ligne), p. 10.
  68. « Photos MDL d'Augustin-Thierry », sur MDL Sonia-Delaunay Blois (consulté le 9 mai 2015).
  69. « Quelles matières et horaires en 6e ? », sur ONISEP (consulté le 5 février 2017).
  70. a b c d e et f « Fiche établissement - Collège Augustin Thierry », sur ONISEP (consulté le 5 février 2017).
  71. « Le lycée Augustin Thierry fait rimer éducation, bien-être et excellence. » [PDF], sur Lycée Augustin-Thierry, académie d'Orléans-Tours (consulté le 5 février 2017)
  72. « Les langues étrangères au collège », sur ONISEP (consulté le 5 février 2017).
  73. a et b « La classe de 5e », sur ONISEP (consulté le 5 février 2017).
  74. Adrien Planchon, « Le jeu pour promouvoir l'allemand au collège », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  75. a et b « La classe de 4e », sur ONISEP (consulté le 5 février 2017).
  76. a et b « La classe de 3e », sur ONISEP (consulté le 5 février 2017).
  77. « Présentation du stage de 3e », sur ONISEP (consulté le 5 février 2017).
  78. a et b « ULIS de Blois, Lycée Augustin Thierry », sur Action sociale (consulté le 5 février 2017).
  79. « Activités du collège - L'UNSS », sur Lycée Augustin-Thierry, académie d'Orléans-Tours (consulté le 6 février 2017).
  80. a et b « Activités du collège - Les clubs », sur Lycée Augustin-Thierry, académie d'Orléans-Tours (consulté le 6 février 2017).
  81. « Première récolte de miel au collège », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne, consulté le 6 février 2017)
  82. « Le spectacle de cirque a été apprécié », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  83. « Noël pour les enfants hospitalisés », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  84. « Hélitec 41 », sur Académie d'Orléans-Tours (consulté le 7 février 2017).
  85. Chantal Lané, « Hélitec 41, première édition ! », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne).
  86. Chantal Lané, « Challenge Hélitec 41, troisième ! », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne).
  87. « VIDEO. Blois. Hélitec 41 : 120 collégiens dans le vent », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne).
  88. a b c et d « Offre - Les formations du lycée Augustin Thierry de Blois, rentrée scolaire 2012 », sur Lycée Augustin-Thierry, académie d'Orléans-Tours (consulté le 5 février 2017).
  89. « Le programme de la seconde générale et technologique », sur ONISEP (consulté le 5 février 2017).
  90. « Les enseignements d'exploration en seconde », sur ONISEP (consulté le 5 février 2017).
  91. Monique Cabourg, « De jeunes cinéastes au talent affirmé », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  92. a et b « La section binationale franco-espagnole BACHIBAC », sur Lycée Augustin-Thierry, académie d'Orléans-Tours (consulté le 5 février 2017).
  93. « Les dispositifs d’accueil pour élèves allophones arrivants dans l’académie » [PDF], sur ONISEP (consulté le 11 février 2017).
  94. « Un atelier BD pour apprendre le français », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  95. a et b « Un mercredi consacré au badminton et au rugby », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  96. a et b « Zumba : l'UNSS réunit 120 pratiquants », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  97. a et b « Effervescence à Dessaignes et Tournesol », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  98. a et b Bernard Fauquembergue, « Raid UNSS-Lycées : première au Domino », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  99. « Club Robot », sur Lycée Augustin-Thierry, académie d'Orléans-Tours, (consulté le 10 février 2017).
  100. « Victoire pour le club Robot d'Augustin », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  101. Olivier Pouvreau, « Petits robots grands passionnés », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  102. « Le lycée Augustin-Thierry au Trophée de la robotique », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  103. « Accueil », sur Club CTMD Lycée Augustin Thierry, (consulté le 10 février 2017).
  104. « Le soleil pour seul carburant », sur Total Solar Expert, (consulté le 10 février 2017).
  105. « Liste des comités », sur Bibliothèques de Blois (consulté le 10 février 2017).
  106. « L'heure du vote est arrivée », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  107. « "C'est une première pour moi" », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  108. « Troisième Option Découverte Professionnelle (6 heures) », sur Lycée Augustin-Thierry, académie d'Orléans-Tours (consulté le 6 février 2017).
  109. a et b « Fiche établissement - Section d'enseignement professionnel du lycée Augustin Thierry », sur ONISEP (consulté le 5 février 2017).
  110. « Le Bac Professionnel », sur Lycée Augustin-Thierry, académie d'Orléans-Tours (consulté le 6 février 2017).
  111. « Devenir Technicien Supérieur ? », sur Lycée Augustin-Thierry, académie d'Orléans-Tours (consulté le 6 février 2017).
  112. Henri Lamaire, « Une conditionneuse made in Augustin-Thierry », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  113. Josette Ferron, « Une machine de professionnels », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  114. Josette Ferron, « Relations BTS - entreprises : c'est du gagnant-gagnant », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  115. « Des lycéens mis en lumière par la maison Dior », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  116. « Le DVD "surréaliste" d'Augustin-Thierry », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  117. Chantal Lané, « "Aux slams, collégiens !" », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  118. Chantal Lané, « Quand le collège se met au slam », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  119. « Récréation musicale à Augustin-Thierry », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne).
  120. a et b Chantal Lané, « Les récréations musicales d'Augustin-Thierry », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne).
  121. Adrien Planchon, « Minou, vainqueur du concours de France Inter », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne).
  122. « Récréations musicales - édition 2005 » [PDF], 15 et 16 décembre 2005 (consulté le 11 février 2017).
  123. a et b « GRETA - VAE », sur Lycée Augustin-Thierry, Académie d'Orléans-Tours (consulté le 4 février 2017).
  124. « Nos formations », sur Greta Loir-et-Cher (consulté le 4 février 2017).
  125. « Seconde générale et technologique - Les sections européennes », sur Lycée Augustin-Thierry, académie d'Orléans-Tours (consulté le 5 février 2017).
  126. Anne Richoux, « Bachibac ou comment avoir deux bacs en un », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne).
  127. Michel Lomba, « Augustin-Thierry et l'ami allemand », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  128. Denis et alii 1986, p. 80 et 96.
  129. Nourrisson 2005, p. 112, 120 et 197.
  130. « Séjours, appariements », sur Lycée Augustin-Thierry, académie d'Orléans-Tours (consulté le 11 février 2017).
  131. (nl) « Internationalisering », sur Heerenlanden College (consulté le 11 février 2017).
  132. Chantal Lané, « Jeunes Anglais et Allemands au lycée Augustin-Thierry », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne).
  133. « Accueil », sur Échange LAT / Corvey 2016 (consulté le 11 février 2017).
  134. Michel Lomba, « Des lycéens espagnols reçus à la mairie », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  135. (ca) « Intercanvi entre alumnes francesos i estudiants del Manuel de Cabanyes », sur Ajuntament de Vilanova y la Geltrú, (consulté le 11 février 2017).
  136. « Les lycéens en direct de la télé coréenne… », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne).
  137. Chantal Lané, « Des lycéens coréens à Augustin-Thierry », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne).
  138. (de) « Mein Austausch in Bayern », sur Lycée Augustin-Thierry, académie d'Orléans-Tours (consulté le 11 février 2017).
  139. (en) Anne-Lise and Laure, « A trip to New-Zealand », sur You got the point, (consulté le 4 février 2017).
  140. a b et c Denis et alii 1986, p. 95-96.
  141. Béatrice Bossard, « Je viens d'un pays qui n'existe pas », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  142. Nourrisson 2005, p. 120.
  143. « Collège Augustin-Thierry », sur Académie d'Orléans-Tours, (consulté le 24 janvier 2017).
  144. « Lycée polyvalent Augustin-Thierry », sur Académie d'Orléans-Tours, (consulté le 24 janvier 2017).
  145. « Effectifs de rentrée », sur Lycée Augustin-Thierry, Académie d'Orléans-Tours, (consulté le 4 février 2017).
  146. « Généralités », sur Lycée Augustin-Thierry, académie d'Orléans-Tours (consulté le 9 mai 2015).
  147. a et b « Exclusif : la classement 2016 des collèges », L'Étudiant,‎ (lire en ligne)
  148. « Collge public Augustin-Thierry », sur France-exam (consulté le 11 février 2017).
  149. a et b « Palmarès des lycées 2017 : où les élèves sont-ils le mieux accompagnés en Loir-et-Cher », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  150. « Blois Augustin Thierry », L'Étudiant,‎ (lire en ligne)
  151. « Classement des lycées 2017 », L'Étudiant,‎ (lire en ligne)
  152. « Lycée Augustin-Thierry », sur éducscol, ministère de l'Éducation nationale (consulté le 24 janvier 2017).
  153. « Lycée Augustin-Thierry », sur éducscol, ministère de l'Éducation nationale (consulté le 24 janvier 2017).
  154. « Lycée Augustin-Thierry », sur éducscol, ministère de l'Éducation nationale (consulté le 24 janvier 2017).
  155. « Lycée Augustin-Thierry », sur éducscol, ministère de l'Éducation nationale (consulté le 24 janvier 2017).
  156. « Lycée Augustin-Thierry », sur éducscol, ministère de l'Éducation nationale (consulté le 24 janvier 2017).
  157. « Lycée Augustin-Thierry », sur éducscol, ministère de l'Éducation nationale (consulté le 24 janvier 2017).
  158. « Lycée Augustin-Thierry », sur éducscol, ministère de l'Éducation nationale (consulté le 24 janvier 2017).
  159. « Lycée Augustin-Thierry », sur éducscol, ministère de l'Éducation nationale (consulté le 24 janvier 2017).
  160. « Lycée Augustin-Thierry », sur éducscol, ministère de l'Éducation nationale (consulté le 15 avril 2017).
  161. « Blois Augustin Thierry », L'Étudiant,‎ (lire en ligne)
  162. « Classement des lycées professionnels 2016 », L'Étudiant,‎ (lire en ligne)
  163. « Lycée Augustin-Thierry », sur éducscol, ministère de l'Éducation nationale (consulté le 24 janvier 2017).
  164. « Lycée Augustin-Thierry », sur éducscol, ministère de l'Éducation nationale (consulté le 24 janvier 2017).
  165. « Lycée Augustin-Thierry », sur éducscol, ministère de l'Éducation nationale (consulté le 24 janvier 2017).
  166. « Lycée Augustin-Thierry », sur éducscol, ministère de l'Éducation nationale (consulté le 24 janvier 2017).
  167. « Lycée Augustin-Thierry », sur éducscol, ministère de l'Éducation nationale (consulté le 24 janvier 2017).
  168. « Lycée Augustin-Thierry », sur éducscol, ministère de l'Éducation nationale (consulté le 24 janvier 2017).
  169. « Lycée Augustin-Thierry », sur éducscol, ministère de l'Éducation nationale (consulté le 24 janvier 2017).
  170. « Lycée Augustin-Thierry », sur éducscol, ministère de l'Éducation nationale (consulté le 24 janvier 2017).
  171. « Lycée Augustin-Thierry », sur éducscol, ministère de l'Éducation nationale (consulté le 16 avril 2017).
  172. « Le classement des BTS dans l'académie d'Orléans-Tours », L'Étudiant,‎ (lire en ligne)
  173. Denis et alii 1986, p. 36.
  174. Denis et alii 1986, p. 37.
  175. Chantal Lané, « Anciens d'Augustin : un appel de l'Amicale », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne).
  176. « Liste des anciens présidents », Bulletin de l'Association Amicale des Anciens Élèves du Collège et du Lycée Augustin-Thierry de Blois,‎ 2014-2015, p. 18-19
  177. a et b Alexandre Dupré, « Recherches sur l'ancien collège de Blois », Revue des Sociétés savantes des départements, vol. VI,‎ , p. 603 (lire en ligne).
  178. Louis de La Saussaye et A. Péan, La vie et les ouvrages de Denis Papin, t. 1, Paris et Blois, , p. 86 et 88-89.
  179. Rochambeau, Mémoires militaires, historiques et politiques, t. 1, Paris, Fain, (lire en ligne), p. 1-2.
  180. Collectif, « Saint-Ange (Ange-François Fariau de) », dans Biographie universelle, ancienne et moderne, t. 39, Paris, L.G. Michaud, (lire en ligne), p. 528-530.
  181. a et b Denis et alii 1986, p. 21.
  182. Charles Dufay, Un érudit du XIXe siècle : Armand Baschet et son œuvre, Orléans, H. Herluison, (lire en ligne), p. 8-9
  183. Denis et alii 1986, p. 37
  184. « Photo de classe au collège 1935-1936 », sur Marcel-Paul Schützenberger, (consulté le 18 avril 2015).
  185. a et b « La flamme d’Augustin-Thierry toujours allumée », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne).
  186. Jacques Henry, « Michel Melot : Une vocation née à Augustin-Thierry », La Nouvelle République,‎ .
  187. « Un Intellectuel en politique », Les Inrockuptibles, no 566,‎ ().
  188. a et b Barbeau 2007, p. 66-68.
  189. Alain Vildart, « Florence Noiville et son "Attachement" », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne).
  190. Céline Dupré, « Cavelier de la Salle, René-Robert », Dictionnaire biographique du Canada, University of Toronto / Université Laval,‎ (lire en ligne).
  191. Jean-Claude Polet, « Gédoyn (Nicolas) », dans Patrimoine littéraire européen: Index général, Bruxelles, De Boeck Université, (lire en ligne), p. 389.
  192. Denis et alii 1986, p. 14-15.
  193. Hervé Gérard, « Médecin de terrain avant tout », Le Journal du Médecin, no 1677,‎ (lire en ligne).
  194. « Colomer, André », sur Dictionnaire des militants anarchistes, (consulté le 18 avril 2015).
  195. Denis et alii 1986, p. 28.
  196. Thierry 1840, p. 21-24.
  197. Hubert-Fillay 1934.
  198. Hubert-Fillay 1940.
  199. Barbeau 2013.
  200. Philippe Barbeau, Juin 1940 : Peur sur la route, Nathan, (ISBN 2092522760).
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 30 avril 2017 ().
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 30 avril 2017 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.