Christian Bergelin

Christian Bergelin
Illustration.
Fonctions
Sénateur français

(2 mois et 20 jours)
Circonscription Haute-Saône
Prédécesseur Alain Joyandet
Successeur Yves Krattinger
Député français

(14 ans et 13 jours)
Circonscription 1re de la Haute-Saône
Législature IXe, Xe et XIe (Cinquième République)
Prédécesseur Suppression des circonscriptions
Successeur Alain Joyandet

(4 ans, 9 mois et 11 jours)
Circonscription 1re de la Haute-Saône
Législature VIIe et VIIIe (Cinquième République)
Prédécesseur Pierre Chantelat
Successeur Suppression des circonscriptions
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Gray (Haute-Saône, France)
Date de décès (à 62 ans)
Lieu de décès Besançon (Doubs, France)
Nature du décès Embolie cérébrale
Nationalité Française
Parti politique RPR
UMP
Profession Transporteur

Christian Bergelin, né le à Gray (Haute-Saône) et mort le à Besançon (Doubs), est un homme politique français.

Biographie

Après son baccalauréat il poursuit des études de droit et obtient sa licence en droit. Ensuite, il entre à l'École nationale des Impôts et commence une carrière d'expertise comptable. Cependant à la suite de la mort de son père dans un accident de la route, il interrompt ses études pour reprendre l'entreprise familiale de transports en 1972. Il devient conseiller municipal de Gray en 1977 et en devient maire de 1995 à 1998[1]. Il est élu député RPR de la première circonscription de la Haute-Saône de 1981 à 2002. En 1986, il est nommé secrétaire d'État à la jeunesse et aux sports[2] dans le gouvernement de Jacques Chirac, poste qu'il occupe jusqu'en 1988.

En 1989, il devient président du conseil général de la Haute-Saône[3]. Lors des cantonales de 1998, droite et gauche arrivent à égalité en Haute-Saône (16 cantons chacun). Le candidat PRG Marc Roussel est élu pour lui succéder, au bénéfice de l'âge[4],[5].

De septembre 2002 à décembre 2002, il est élu sénateur de la Haute-Saône, avant que l'élection ne soit invalidée par le Conseil constitutionnel. Il est battu lors de l'élection partielle qui a suivi au profit d'Yves Krattinger[6] et se retire de la vie politique.

Il décède le soir du d'une embolie cérébrale à l'âge de 62 ans[7],[8],[9],[10]. Il était père de quatre enfants et grand-père de seize petits-enfants.

Distinctions

L'avenue de la Gare à Vesoul est rebaptisée avenue Christian-Bergelin[11]. Le bassin nautique de Gray porte son nom[12].

Notes et références

  1. « L'ancien ministre Christian Bergelin renonce à la vie politique », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  2. Arrêté du 1 avril 1986 PORTANT NOMINATION AU CABINET DU SECRETAIRE D'ETAT AUPRES DU PREMIER MINISTRE,CHARGE DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS,M. CHRISTIAN BERGELIN
  3. lapressedegray.com, « Que reste-t-il de l'héritage de Christian Bergelin ? - La Presse de Gray », sur lapressedegray.com (consulté le )
  4. « Cantonales : les gains de la gauche. La majorité gagne onze départements. Les alliances FN-droite ne payent pas. », sur liberation.fr, (consulté le ).
  5. Jérémy Chevreuil, « Haute-Saône : les enjeux canton par canton », sur france3-regions.blog.francetvinfo.fr, (consulté le ).
  6. « Élections partielles : Le PS profite des divisions de la droite », sur humanite.fr, (consulté le ).
  7. lapressedevesoul.com, « Décès de l'ancien ministre Christian Bergelin - La Presse de Vesoul », sur lapressedevesoul.com (consulté le )
  8. [1]
  9. [2]
  10. « Christian Bergelin », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  11. « Conseil municipal Changement de noms pour trois rues de la ville. Des rues Bergelin et Aubrac », sur www.estrepublicain.fr (consulté le )
  12. [3]

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes