Chemin de fer Emmental–Burgdorf–Thun

Chemin de fer Emmental–Burgdorf–Thun
illustration de Chemin de fer Emmental–Burgdorf–Thun

Création
Disparition
Prédécesseur Chemin de fer de la vallée de l'Emme ()
Chemin de fer de Berthoud à Thoune ()
Successeur Transports régionaux du Mittelland

Sigle EBT

Emmental – Burgdorf – Thun
Ligne de Soleure à Thoune
via Berthoud et Konolfingen
Image illustrative de l’article Chemin de fer Emmental–Burgdorf–Thun
Re 4/4 en gare de Burgdorf
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Villes desservies Soleure, Berthoud, Konolfingen, Thoune, Langnau i.E.
Historique
Mise en service 1875 – 1899
Électrification 1899 – 1933
Concessionnaires EB (1875 – 1942)
BTB (1899 – 1942)
EBT (1942 – 1997)
RM (1997 – 2006)
BLS (depuis 2006)
Caractéristiques techniques
Longueur 73,28 km
Écartement standard (1,435 m)
Électrification 15 kV – 16,7 Hz
Pente maximale 25 
Nombre de voies Voie unique
Signalisation Extérieure contrôlée par ETCS L1 LS, Euro-Signum et Euro-ZUB
Trafic
Propriétaire BLS
Exploitant(s) BLS
Trafic RegioExpress
Regio
S-Bahn Bern
RBDe 4/4 I en gare d'Oberburg
La gare de Ramsei

Le chemin de fer EmmentalBurgdorfThun (abrégé EBT) est une ancienne compagnie de chemin de fer suisse, et deux lignes ferroviaires qui relient Soleure à Thoune et à Langnau im Emmental.

Historique

La ligne a été réalisée par deux entreprises ferroviaires différentes :

EB : Emmenthalbahn

Le chemin de fer de la vallée de l'Emme relie les gares de Soleure et de Langnau im Emmental via Berthoud, Hasle-Rüegsau et Ramsei (commune de Lützelflüh). Le premier train a circulé le entre Soleure et Berthoud.

Le tronçon entre Soleure et Biberist n'étant pas encore terminé, les trains empruntaient un raccordement industriel entre Biberist et Derendingen qui se raccordait à la ligne du Schweizerische Centralbahn (SCB) Soleure – Herzogenbuchsee ouverte en 1857. Arrivés en gare de Derendingen depuis Berthoud, les trains devaient rebrousser chemin pour repartir en direction de Soleure (et vice-versa dans l'autre sens). La mise en service du tronçon Biberist – Soleure le par le SCB rendait inutile le détour par Derendingen.

Ce raccordement fut ouvert le , et desservait la fabrique de papier de Biberist à l'aide de la traction hippomobile. Il fut mis hors service le et déféré. La ligne Soleure – Herzogenbuchsee fut à son tour déclassée en 1992, et sert de nos jours au raccordement utilisé par les ICN pour accéder à la ligne nouvelle Mattstetten-Rothrist depuis Soleure.

Le , la ligne est ouverte Burgdorf - Hasle-RüegsauRamsei, jusqu'à Obermatt, bifurcation à laquelle elle se raccorde à la ligne de l'Emmental pour les trois derniers kilomètres jusqu'à Langnau i.E.

En 1899, le tronçon entre Berthoud et Hasle-Rüegsau fut électrifié en courant triphasé par le Burgdorf–Thun-Bahn (BTB) dès la mise en service de ce dernier.

L'EB équipera ses lignes directement en tension de courant alternatif à basse fréquence de 15 kV - 16 ⅔ Hz, norme standard sur le réseau ferré suisse à voie normale :

  • Le entre Soleure et Berthoud ;
  • Le jusqu'à Langnau, y compris le tronçon emprunté par les trains du BTB jusqu'à Hasle-Rüegsau.

BTB : Burgdorf–Thun-Bahn

Le chemin de fer de Berthoud à Thoune a ouvert la ligne Hasle-RüegsauKonolfingenThoune en date du . Entre Berthoud et Hasle-Rüegsau, les trains empruntent la ligne de l'EB sur 7 kilomètres.

Dès l'origine, les trains sont mus par traction électrique, avec une caténaire alimentée par tension triphasée de 750 volts 40 Hz. Toute la ligne est équipée, y compris les 7 kilomètres de l'Emmenthalbahn.

Le courant triphasé fera place au 15 kV - 16 ⅔ Hz :

L'Emmenthalbahn avait déjà converti le tronçon entre Berthoud et Hasle-Rüegsau dès le , lors de l'électrification de la ligne Berthoud–Langnau.

Fusions

Les deux compagnies ont fusionné le pour devenir l'EBT.

L'entreprise faisait exploitation commune avec le Soleure – Moutier (SMB) et les Vereinigte Huttwil-Bahnen (VHB), les chemins de fer réunis de Huttwil. Les trois compagnies ont été regroupées en 1997 sous l'identité unique des Transports régionaux du Mittelland (RM). Enfin, les RM ont été absorbés par le BLS en date du .

Notes et références

Voir aussi

Bibliographie

  • Hans G. Wägli, Réseau ferré suisse, AS Verlag, (ISBN 3-905111-21-7) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes

Liens externes