Chausson d'escalade

Chaussons d'escalade, à tige basse et asymétriques

Un chausson d'escalade est une chaussure spécialement conçue et portée pour la pratique de l'escalade. Afin d'améliorer l'accroche du pied par friction sur un mur artificiel d'escalade ou sur du rocher, le chausson est recouvert d'une couche de gomme. Habituellement, les chaussons font seulement quelques millimètres d'épaisseur et tiennent le pied de manière très serrée.

Histoire

Au début de la pratique de l'escalade, les grimpeurs utilisent les mêmes chaussures que celles dédiées à l'alpinisme. Mais ces dernières ne sont pas toujours adaptées aux besoins de l'escalade, qui voit son niveau augmenter avec les années. Au début du XXe siècle, Pierre Allain, qui est un des pionniers de cette pratique, laisse de côté ses chaussures cloutées et se fabrique lui-même une paire de chaussons en fixant une semelle de caoutchouc sur des espadrilles. Leur utilisation lui permet d'augmenter la difficulté de ses ascensions grâce à l’adhérence que lui offre le caoutchouc. Il améliore alors son concept pour créer en 1947, avec l'aide d'Émile Bourdonneau, la première vraie paire de chaussons d'escalade, surnommés « PA » d'après les initiales de leur créateur[1].

Au fil des années, la technologie s'améliore grandement et, de nos jours, les chaussons performants ont une semelle avec une gomme spéciale vulcanisée, qui devient flexible alors qu'elle chauffe avec la friction. Cela améliore grandement la surface de contact entre le chausson et le rocher, fournissant alors une meilleure adhérence pour le grimpeur[réf. souhaitée]. La gomme s'étend jusque sur les côtés du chausson pour plus de possibilités d'accroche, bien que l'épaisseur y soit plus fine car elle n'a pas à supporter autant de poids. La gomme étant relativement souple, elle est susceptible d'être déchirée ou trouée par des surfaces rugueuses de rocher, et il n'est pas inhabituel de ressemeler régulièrement une paire de chaussons, ce qui peut être réalisé par un artisan spécialisé ou avec un kit.

Type de chaussons

Trois types de chaussons d'escalade sont distingués :

chaussons à tige haute
maintiennent jusqu'à la cheville. Il s'agit du premier type de chaussons d'escalade, rendu populaire en France par le modèle Pierre Allain en 1947. Confortables, ils ne sont néanmoins désormais presque plus utilisés en raison de leur manque de précision.
chaussons à tige basse
qui s'arrêtent à la malléole de la cheville et sont maintenus par des lacets ou des velcros. Il s'agit du type de chaussons le plus couramment utilisé.
ballerines
chaussons à tige basse maintenus par des bandes élastiques. Il s'agit généralement de chaussons souples et confortables qui sont destinés à être mis et enlevé fréquemment comme lors de la pratique du bloc. Leur réglage peut être moins précis que les chaussons à tige basse à lacets, mais de nombreux modèles de compétition (portés très serrés) rentrent néanmoins dans cette catégorie.

Certains chaussons ont une forme asymétrique pour que les grimpeurs puissent tenir sur des bords plus petits qu'avec des chaussons symétriques. La morphologie du pied (pied grec ou pied égyptien) conditionne également le choix entre un modèle asymétrique ou symétrique. Les chaussons d'escalade ne sont pas adaptés à la marche, ainsi les grimpeurs en extérieur les transportent habituellement jusqu'au pied des rochers ou falaises.

L’utilisation intensive des chaussons d’escalade pendant de nombreuses années peut entraîner une déformation et une atrophie des orteils.

Fabricants

Actuellement, de nombreux fabricants de chaussons d'escalade proposent une large gamme de produits en fonction de besoins des grimpeurs. Certains allant même jusqu'à faire appel à des grimpeurs professionnels pour développer leurs nouveaux produits[2].

Notes et références

  1. « Historique de la marque EB », sur www.eb-escalade.com, (consulté le 20 décembre 2011).
  2. (en) « Evolv - Prime designed by Chris Sharma », sur evolvesports.com, (consulté le 20 décembre 2011).

Annexes

Articles connexes