Charles Wesley

Charles Wesley
Charles Wesley.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Formation
Activités
Père
Mère
Susanna Wesley (en)
Fratrie
Mehetabel Wright (en)
John Wesley
Samuel Wesley (en)
Conjoint
Sarah Wesley (en)
Enfants
Charles Wesley junior (en)
Samuel Wesley
Autres informations
Religion
Distinction
Temple de la renommée du Gospel (en)
Charles Wesley

Charles Wesley ( - ) est un chef de file du mouvement méthodiste, fils du pasteur et poète anglican Samuel Wesley, frère cadet du pasteur anglican John Wesley et de Samuel Wesley (le Jeune), et père du musicien Samuel Wesley, et grand-père de Samuel Sebastian Wesley.

Malgré leur proximité, Charles et son frère John n'ont pas toujours été d'accord sur les questions relatives à leurs convictions. En particulier, Charles s'est fermement opposé à l'idée d'une rupture avec l'Église d'Angleterre dans laquelle ils avaient été ordonnés. Charles Wesley est surtout connu pour les nombreux hymnes, qu'il a écrit. Il a notamment fondé la « Wesley Chapel », dans le village de Brayton, au sud de Selby. Sa maison, située à proximité, peut encore être visitée aujourd'hui.

Biographie

Charles Welsey est le fils de Susanna Wesley et Samuel Wesley. Il est né, comme son frère John, à Epworth, Lincolnshire, Angleterre, où leur père était recteur. Il poursuit ses études à Westminster School et Christ Church (Oxford), où son frère avait également étudié, et y forme, en 1727, dans le milieu estudiantin, le groupe méthodiste d'Oxford (Oxford méthodiste group), auquel se joint en 1729, John, son frère aîné. Ce dernier en devient assez rapidement le chef et remodèle le groupe selon ses propres perceptions. George Whitefield rejoint également ce groupe. Après avoir obtenu son diplôme de maîtrise en langues classiques et en littérature, Charles s'oriente comme son père et son frère vers l'église en 1735. Il entreprend avec John, un voyage à la colonie de Géorgie en Amérique dans l'entourage du gouverneur James Oglethorpe. Il en reviendra un an plus tard. Charles a vécu et travaillé dans la région de St Marylebone Parish Church, et peu avant sa mort a envoyé un message à son recteur John Harley lui disant : « Monsieur, quel que soit ce que le monde pourrait dire de moi, j'ai vécu et je meurs, membre de l'Église d'Angleterre. Je vous prie de bien vouloir m'enterrer dans votre cimetière ». À sa mort, son corps a été porté à l'église par huit membres du clergé de l'Église d'Angleterre et un monument lui est dédié dans les jardins de Marylebone High Street, à proximité de son lieu d'enterrement. L'un de ses fils, Samuel, a été organiste de l'église actuelle[1].

Mariage et postérité

En 1749, il épouse la très jeune Sarah Gwynne, fille de Marmaduke Gwynne, un riche magistrat gallois qui avait été converti au méthodisme par Howell Harris. Elle accompagne les frères dans leurs voyages d'évangélisation à travers la Grande-Bretagne, jusqu'à ce que Charles cesse en 1765 de voyager et ils déménagent à la grande rue de Chesterfield (maintenant rue de Wheatley) dans Marylebone, où ils restent jusqu'à la mort de Charles. Charles et Sarah ont eu 8 enfants. Mais seulement trois d'entre eux ont survécu à la petite enfance, Charles Wesley junior (1757-1834), Samuel Wesley (1766 - 1837), et leur sœur Sarah Wesley.

Hymnes

Au cours de sa carrière, Charles Wesley a publié les textes de plus de 6 000 hymnes, dont de nombreux sont aujourd’hui encore populaires. Les suivants sont parmi les plus connus.

  • Arise my soul arise (paroles)
  • And Can It Be That I Should Gain? (paroles)
  • Christ the Lord Is Risen Today (paroles)
  • Christ, Whose Glory Fills the Skies (paroles)
  • Come, O Thou Traveler Unknown (paroles)
  • Come, Thou Long Expected Jesus (paroles)
  • Depth of Mercy, Can it Be (paroles)
  • Father, I Stretch My Hands to Thee (paroles)
  • Hail the Day that Sees Him Rise (paroles)
  • Hark, The Herald Angels Sing (paroles)
  • Jesus, Lover of My Soul (paroles)
  • Jesus, The Name High Over All (paroles)
  • Lo! He Comes with Clouds Descending (paroles)
  • Love Divine, All Loves Excelling (paroles)
  • O for a Heart to Praise My God (paroles)
  • O for a Thousand Tongues to Sing (paroles)
  • Rejoice, the Lord is King (paroles)
  • Soldiers of Christ, Arise (paroles)
  • Thou Hidden Source of Calm Repose (paroles)
  • Ye Servants of God (paroles)

Les paroles de nombreux hymnes sont sur Wikisource et sur le site Hymns and Sacred Poems[2]. Environ 150 de ses hymnes sont dans le recueil d’hymnes méthodiste Hymns and Psalms  (New York et Chicago, 1872).

Ses hymnes ont soulevé l’intérêt de la liturgiste et hymnologue Simei Monteiro qui au début du XXIe siècle travaille à leur traduction en portugais. Elle recrée les textes dans le contexte latino-américain selon un processus d’inculturation[3],[4].

Notes et références

Notes

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Charles Wesley » (voir la liste des auteurs).

Références

  1. (en) St Marylebone Parish Church, 18th century
  2. (en) Hymns and sacred poems, by Wesley, John and Wesley, Charles, Bristol, 1743.
  3. (pt) « Simei Monteiro », sur www.hinologia.org, Hinologia Cristã, (consulté le 17 février 2016)
  4. (pt) « FaTeo apóia pesquisa da hinódia wesleyana », sur portal.metodista.br, Université méthodiste de São Paulo , (consulté le 19 février 2016). Voir p.e. (pt) Simei Monteiro (dir.) et Luiz Carlos Ramos (dir.), Mil vozes para celebrar : hinário Wesleyano, vol. 1, São Bernardo do Campo, SP, Editeo, , 31 p. (Mille voix pour célébrer : hymnes Wesleyens)

Voir aussi

  • Notices d'autorité :
    • Fichier d’autorité international virtuel
    • International Standard Name Identifier
    • Bibliothèque nationale de France (données)
    • Système universitaire de documentation
    • Bibliothèque du Congrès
    • Gemeinsame Normdatei
    • Bibliothèque royale des Pays-Bas
    • Bibliothèque nationale d’Israël
    • Bibliothèque universitaire de Pologne
    • Bibliothèque apostolique vaticane
    • Bibliothèque nationale d’Australie
    • Bibliothèque nationale tchèque
    • WorldCat