Charles Seignobos

Charles Seignobos
Portrait de Charles Seignobos

Biographie
Naissance
à Lamastre (Ardèche)
Décès (à 87 ans)
à Ploubazlanec (Côtes-du-Nord)
Nationalité Drapeau de France Français
Thématique
Formation École normale supérieure
Titres professeur à l'École des Hautes Études Internationales et Politiques (HEI-HEP)
Profession Historien
Travaux
  • Introduction aux études historiques, en collaboration avec Charles-Victor Langlois (1897)
  • La Méthode historique appliquée aux sciences sociales (1901)
Approche histoire méthodique
Membre de Ligue française pour la défense des droits de l'homme et du citoyen
Auteurs associés
Détracteurs
(Critiques)
François Simiand

Charles Seignobos, né le à Lamastre et mort le à Ploubazlanec, est un historien français.

Biographie

Né en 1854 à Lamastre en Ardèche, il est le fils de Charles-André Seignobos, député de l'Ardèche (1871-1881 et 1890-1892) et conseiller général de Lamastre (1852-1892), de famille protestante et républicaine. Il passe le baccalauréat à Tournon en 1871, où il fut pour un temps élève de Stéphane Mallarmé[1]. Après de brillantes études à l'École normale supérieure, où il suit les cours de Fustel de Coulanges et d'Ernest Lavisse, il finit premier à l'agrégation d'histoire.

Il part ensuite étudier deux années en Allemagne. Il s'installe quelque temps à Göttingen, Berlin, Munich et Leipzig. Nommé maître de conférence à l'université de Dijon en 1879 ainsi que professeur aux Écoles des hautes études internationales et politiques (HEI-HEP)[réf. nécessaire], il soutient sa thèse de doctorat en 1881, puis est nommé à la Sorbonne. Il est considéré comme un des deux fondateurs, avec son ami le physiologiste Louis Lapicque, de la communauté scientifique et humaniste « Sorbonne-Plage », à L'Arcouest, près de Paimpol. (Marie Curie qui y venait depuis 1912 a fait construire une maison)[2],[3]

Son frère Raymond Seignobos succéda à leur père à la mairie de Lamastre (qui avait été maire seulement quelques semaines en 1870) de 1895 à 1914.

Dreyfusard, Charles Seignobos s'oppose à la loi des trois ans et soutient un comité pacifiste en 1917[4].

Charles Seignobos meurt en avril 1942, après avoir été placé en résidence surveillée à Ploubazlanec en Bretagne.

Considéré avec Charles-Victor Langlois comme l'un des chefs de l'école méthodique de l'Histoire, Seignobos est l'auteur de nombreux ouvrages d'histoire politique mettant en application la méthode historique allemande et bénéficiant de son excellent niveau linguistique en allemand et en anglais pour la recherche documentaire. Il est l'un des acteurs majeurs de l'histoire méthodique, qui repose sur la lecture critique des sources manuscrites.

Il fut membre de la Ligue des droits de l'homme.

Citations

  • « L'homme instruit par l'histoire sait que la société peut être transformée par l'opinion, que l'opinion ne se modifiera pas toute seule et qu'un seul individu est impuissant à la changer. Mais il sait que plusieurs hommes, opérant ensemble dans le même sens, peuvent modifier l'opinion. Cette connaissance lui donne le sentiment de son pouvoir, la conscience de son devoir et la règle de son activité, qui est d'aider à la transformation de la société dans le sens qu'il regarde comme le plus avantageux. Elle lui enseigne le procédé le plus efficace, qui est de s'entendre avec d'autres hommes animés des mêmes intentions pour travailler de concert à transformer l'opinion. L'enseignement de l'histoire comme instrument d'éducation politique. »
  • « L'historien est dans la position d'un physicien qui ne connaîtrait les faits que par le compte rendu d'un garçon de laboratoire ignorant et peut-être menteur. »

Charles Seignobos dans La Méthode historique appliquée aux sciences sociales.

  • « L'histoire a pour but de décrire, au moyen de documents, les sociétés passées et leurs métamorphoses » Extrait de Seignobos

Ouvrages

Histoire de la civilisation ancienne (Orient, Grèce, Rome)
Histoire de la civilisation au Moyen Âge et dans les temps modernes
Histoire de la civilisation contemporaine
  • Histoire de la civilisation (correspondant à la quatrième et cinquième année de l'enseignement des jeunes filles) (2 volumes in-16, cartonnés toile verte, avec figures):
Abrégé de l'histoire de la civilisation (depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, début XXe siècle)
Histoire de la civilisation ancienne (jusqu'au Xe siècle) Orient, Grèce, Rome, Les Barbares (Programmes scolaires du 31/05/1902 pour les secondes et les premières)
  • 1914 : Histoire narrative et descriptive de l'Antiquité (Cours d'histoire 6e A et B) (10e éd.)
  • 1921 : Histoire de la France contemporaine, en collaboration avec Ernest Lavisse
  • [1921-1926] : Histoire politique de l'Europe contemporaine. Évolution des partis et des formes politiques 1814-1914, 2 tomes (7e éd. entièrement refondue et considérablement augmenté), Paris: Armand Colin (rééd. 1929-1931)
  • 1933 : Histoire sincère de la Nation française. Essai d'une histoire de l'évolution du peuple français, PUF (2e éd. 1945)
  • 1934 : Études de politique et d'histoire, PUF
  • 1938 : Essai d’une histoire comparée des peuples de l’Europe

Sources

Notes et références

  1. Mallarmé, Correspondance, Folio Classique, 1995, p. 189, note 1.
  2. Sorbonne-Plage. Les Curie et les Joliot : des savants sur la côte bretonne (1900-1950), présentation de l'exposition de la BNF
  3. Hervé Queillé, L'Arcouest. Les héritiers de Sorbonne-Plage 16 août 2013 sur le site du Télégramme (consulté le 7 février 2015)
  4. Antoine Prost, Douze leçons sur l'histoire, Points Seuil, 2014, page 92.

Annexes

  • Quelques textes de Charles Seignobos, sur Wikilivres.ca.

Articles connexes

Liens externes