Charles-François de Bonnay

Charles-François de Bonnay
Illustration.
Fonctions
Ministre d'État
Pair de France
Président de l'Assemblée constituante (refuse la présidence)
Prédécesseur Jérôme Pétion de Villeneuve
Successeur Antoine Balthazar Joachim d'André
Président de l'Assemblée constituante
Prédécesseur Louis-Michel Le Peletier de Saint-Fargeau
Successeur Jean-Baptiste Treilhard
Président de l'Assemblée constituante
Prédécesseur Jacques-François de Menou
Successeur François-Henri de Virieu
Député du bailliage du Nivernais et du Donziois aux États généraux de 1789
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Cossaye
Date de décès
Lieu de décès Paris

Charles-François, marquis de Bonnay, né le à Cossaye, mort le à Paris, était un militaire, diplomate et homme politique français.

Biographie

D'une ancienne famille noble du Nivernais, il fut nommé page du roi Louis XV en 1765. En 1768, il rentre comme sous-lieutenant au régiment du roi-dragons. En 1774, il est nommé exempt des gardes du corps du roi (compagnie de Villeroy), avec brevet de capitaine de cavalerie. En 1776, il passe sous-lieutenant des gardes du corps, puis mestre de camp de cavalerie en 1779.

Élu, le , député suppléant de la noblesse aux états généraux par le bailliage du Nivernais et du Donziois, il fut admis à siéger dès le 21 juillet suivant, en remplacement du comte de Damas d'Anlezy, démissionnaire.

Élu président de l'Assemblée, le , le 5 juillet, il soutient les ministres, surtout Armand Marc de Montmorin Saint-Hérem, attaqué pour avoir autorisé le passage des troupes autrichiennes sur notre territoire, et défendit les gardes du corps accusés par Chabroud d'avoir provoqué les journées des 5 et 6 octobre 1789.

Réélu président en décembre 1790, il refusa.

Au retour de Varennes, Bonnay fut accusé d'avoir su la fuite du roi ; il s'en défendit avec succès : « Si le roi m'avait consulté, dit-il, je ne lui aurais pas conseillé ce voyage ; mais si j'avais reçu l'ordre de l'accompagner, je me serais empressé d'obéir et de mourir à ses côtés ». Quand le pouvoir exécutif fut retiré au roi, M. de Bonnay déclara qu'il ne prendrait plus part aux délibérations de l'Assemblée.

Il émigra avec le comte de Provence pour remplir près de lui les fonctions de ministre pendant son séjour à Varsovie, puis en Angleterre.

En juin 1814, le roi le nomma ministre plénipotentiaire à Copenhague ; il resta à ce poste pendant les Cent-Jours. Nommé Pair de France par Louis XVIII le , il vota pour la mort dans le procès du maréchal Ney, fut promu lieutenant-général, le , et nommé, le , envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire à Berlin.

Pendant la session de 1816, dans un discours à la Chambre haute, il se plaignit hautement des entraves que la Chambre introuvable apportait à la marche du gouvernement.

Il fut nommé ministre d'État et membre du Conseil privé du roi en 1820 et gouverneur du château royal de Fontainebleau en 1821. Il meurt le à Paris

Bonnay est l'auteur spirituel d'un poème héroï-comique, la Prise des Annonciades, qu'il composa lorsque M. de Barentin fut vainement recherché dans ce couvent, dont sa sœur était l'abbesse.

Les papiers personnels de Charles-François de Bonnay sont conservés aux Archives nationales sous la cote 37AP : Inventaire du fonds 37AP.

Sources

  • « Bonnay (François, marquis de) », dans Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, 1863-1890, 15 vol. [détail des éditions].

Voir aussi

Références


Liens externes