Chapelle Saint-Jérôme d'Argelès

Chapelle Saint-Jérôme d'Argelès
Chapelle Saint-Jérôme d'Argelès
St Jérôme d'Argelès 1.jpg
Présentation
Type
Diocèse
Dédicataire
Styles
Usage
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Altitude
130 m
Coordonnées
42° 31′ 45″ N, 3° 00′ 00″ E

La chapelle Saint-Jérôme d'Argelès (en catalan : Sant Jeroni) est une chapelle préromane du Xe siècle située à Argelès-sur-Mer dans le département français des Pyrénées-Orientales en région Occitanie.

Localisation

La chapelle se dresse sur les flancs du massif des Albères, dans la région du Roussillon, dans l'extrême est des Pyrénées. Elle se situe à proximité immédiate de l'ermitage Notre-Dame-de-Vie, plus récent. Le site, situé sur une colline, offre une vue dominante sur la plaine du Roussillon. Au XXIe siècle, la chapelle est ouverte au public, dans un parc aménagé et accessible par une route carrossable puis à pied par un chemin empierré, sur quelques mètres. L'ensemble est entouré d'une forêt méditerranéenne dans laquelle dominent chênes-lièges et chênes verts[1].

Pyrénées-Orientales department relief location map.jpg
localisation
localisation
localisation
localisation
localisation
localisation
localisation
localisation
localisation
localisation
localisation
localisation
localisation
localisation
localisation
localisation
localisation
localisation
localisation
localisation
localisation
localisation
localisation
localisation
localisation
localisation
localisation
localisation
localisation
localisation
localisation
localisation
localisation
localisation
localisation
localisation
localisation
Chapelle Saint-Jérôme d'Argelès
Chapelle Saint-Jérôme d'Argelès
Voir l’image vierge
Situation par rapport aux sites préromans des Pyrénées-Orientales.

Histoire

L'église Saint-Jérôme est probablement construite au Xe siècle[1].

Architecture

L'édifice est de taille très modeste (il est long d'à peine 7,30 mètres) et se compose d'une nef rectangulaire, voûtée en berceau, terminée par une abside voûtée en cul-de-four. La façade ouest est surmontée par un clocher-mur muni d'un seul arc. La maçonnerie est constituée de pierres grossièrement taillées mais ajustées avec soin[2].

La porte actuelle, sur la façade occidentale, est légèrement décalée vers le sud. Elle est entourée par la trace du portail d'origine, de forme légèrement outrepassée (en forme de fer à cheval). L'église est éclairé par trois fenêtres, toutes différentes. L'oculus rond situé au-dessus du portail, à l'ouest, et la fenêtre sud de la nef sont faits de claveaux disposés en rayon. Une fenêtre située dans l'abside, dans l'axe de l'église, est constituée d'un linteau taillé pour former un arc et posé sur deux grosses pierres servant de montants. Cette dernière est caractéristique de l'architecture préromane[2].

À l'intérieur, un arc triomphal reposant sur des piédroits resserrés (autre caractéristique préromane) sépare la nef de l'abside. Les murs comportent encore un revêtement en mauvais état ainsi que de légères traces de peintures murales si mal conservées qu'il est guère possible d'identifier ce qu'elles représentent[2].

Annexes

Bibliographie

  • Géraldine Mallet, Églises romanes oubliées du Roussillon, Montpellier, Les Presses du Languedoc, , 334 p. (ISBN 978-2-8599-8244-7)
  • Julie Vivier et Sylvain Lapique (préf. Virginie Czerniak), Guide des Pyrénées romanes, Toulouse, Éditions Privat, , 365 p. (ISBN 978-2-7089-6902-5)
  • (ca) « Sant Jeroni », dans Catalunya romànica, t. XIV : Rosselló, Barcelone, Fundació Enciclopèdia Catalana, (lire en ligne)

Notes et références

  1. a et b Vivier et Lapique 2011, p. 295
  2. a b et c Mallet 2003, p. 116

Articles connexes