Caséum

Caséum dans les amygdales.
Grains de caséum de grande taille.

Le caséum est un terme de description microscopique médicale, issu du mot latin signifiant « fromage ». Il consiste en une consistance anormale des tissus, pâteuse, de coloration blanchâtre ou jaune, parfois grisâtre, semblable à du fromage.

Le terme se retrouve dans certaines nécroses (nécrose caséeuse), principalement associées à la tuberculose[1],[2].

Amygdales

Le terme se retrouve aussi dans une formation «normale» (non-pathologique) associée aux amygdales. Seule cette version prend le nom de « tonsillolithe » (des mots « tonsille palatine », synonyme d'amygdale, et « lithe », qui veut dire pierre).[source insuffisante]

Pouvant être en cause dans la mauvaise haleine, le caséum a l’apparence de minuscules grains, susceptibles de se calcifier, de s’enkyster (voir kyste) ou de se ramollir après imprégnation hydrique.

Tuberculose

Lors de la primo-infection tuberculeuse, le caséum, formée par la nécrose caséeuse, présente une apparence solide. Puis le caséum se ramollit progressivement et est éliminé dans un conduit naturel (bronche, calice urinaire, trompe de Fallope), une cavité (plèvre) ou fistulise à la peau (écrouelles du moyen-âge). Il apparaît alors à sa place une cavité appelée caverne tuberculeuse, où les mycobactéries vont pouvoir se multiplier, permettant ainsi la progression de l’infection dans l’organisme. L’exemple le plus connu est celui de la tuberculose pulmonaire.

Notes et références

  1. Encyclopédie Vulgaris Médical : Tuberculose pulmonaire
  2. Anatomie pathologique - Chapitre 3 - Inflammation, Faculté de médecine Pierre & Marie Curie, publié le 7 décembre 2010.

Liens externes