Canalchat Grandialogue

Canalchat Grandialogue

Canalchat Grandialogue
Logo Canalchat Grandialogue
[[Fichier:|280px|alt=illustration de Canalchat Grandialogue|]]

Création
Dates clés
Disparition
Remplace
Remplacé par
Fondateurs
Forme juridique Société à responsabilité limitée
Action
Slogan Créateur d'interactivité
Siège social
,
<span data-sort-value="">Drapeau ?????
Direction Jean-Marc Solal
Frank Fellous
David Fellous
Laurent Janeyriat
Président
Directeurs
Actionnaires
Activité
Produits
Société mère
Filiales
Partenaires
Effectif 15
BCE
CVR
SIREN
Entreprise hongroise
Organisation norvégienne
Companies House
OKPO
TVA européenne
Site web www.canalchat.com/fr/
Budget
Capitalisation
Chiffre d'affaires
Résultat net

Canalchat Grandialogue est une start-up française spécialisée dans l’organisation d’événements interactifs et en direct. Créé en 1999, Canalchat Grandialogue a été un précurseur[source insuffisante][source insuffisante][2] dans le domaine de la conversation en temps réel, et conçoit encore aujourd'hui des dialogues modérés et sécurisés, en texte et en vidéo.

Histoire

Lancé en 1999[source insuffisante][3], par 2points, quelques mois avant l'explosion de la Bulle Internet[5], Canalchat utilise l’interactivité que permet l’Internet, alors naissant, notamment grâce aux technologies de messagerie instantanée et de l'IRC. Canalchat devient un média de conversation et ouvre la voie au dialogue en direct[6], en offrant la possibilité aux internautes de poser leurs questions en direct à des personnalités de l’actualité[6]. Canalchat devient ainsi un média interactif en connectant, via des chats événementiels, le grand public aux grands événements[source insuffisante][7] (Transat Jacques Vabre par exemple) et aux personnalités[réf. nécessaire]. Le gestionnaire est alors Dominique Dufour[6].

En 2003, du fait de difficultés économique et sociales, plusieurs salariés et plusieurs actionnaires historiques quittent l'entreprise[5]. En 2004, Canalchat devient Canalchat Grandialogue[5]. Ce changement d’identité s’accompagne d’un changement de business model[8] Canalchat Grandialogue propose aux entreprises de créer un dialogue interactif avec ses publics, ses collaborateurs, ses clients... À cette époque, l'entreprise est identifiée comme une plateforme de référence pour le chat événementiel[8]. En 2009, le PDG est Jean-Marc Solal[5].

Parallèlement, la PME continue d’organiser des conversations en direct avec des personnalités, des sessions acoustiques avec des musiciens[source insuffisante][9] et édite des sites de chats vidéo événementiels à thème[réf. nécessaire] (recrutement/emploi[10],[11], immobilier[12], entrepreneuriat[13], développement durable[14]...). Avec l’arrivée du haut-débit, l'entreprise développe des compétences dans le live vidéo et le streaming[réf. nécessaire].

Après s'être développé en France, Canalchat Grandialogue s'installe aux Etats-Unis en créant la filiale Canalchat Corp en 2017[source insuffisante][15].

Notes et références

  1. Marie Beloeil, « Le top des réseaux », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  2. « CanalChat, le carrefour de la causette », ITespresso,‎ (lire en ligne)
  3. 5,0, 5,1, 5,2 et 5,3 Christophe Bys, « Canalchat : un parcours exemplaire », Sociétés de l'information,‎ (lire en ligne)
  4. 6,0, 6,1 et 6,2 Yves Eudes, « ww.canalchat.com », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  5. « L'Atelier », sur L'Atelier BNP Paribas,
  6. 8,0 et 8,1 « Canalchat Grandialogue, plateforme de référence du chat évènementiel », Frenchweb,‎ (lire en ligne)
  7. « Vous avez interviewé... », sur 20minutes.fr
  8. « Les DRH se mettent aux "chats" », Stratégies,‎ (lire en ligne)
  9. Sandrine Chicaud, « Avec enlignepourlemploi, les entreprises recrutent par chat », BFM Business,‎ (lire en ligne)
  10. « Dialoguer en direct avec des experts de l'immobilier », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  11. « Tchater avec des entrepreneurs », Libération,‎ (lire en ligne)
  12. « Des tchats pour comprendre le développement durable », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  13. (en) « Canalchat Corporation », sur Open Corporates,

Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus