Campagne de la ligne Siegfried

Campagne de la ligne Siegfried
Description de cette image, également commentée ci-après
Soldats américains traversant la ligne Siegfried.
Informations générales
Date -
Lieu Le long et autour de la ligne Siegfried, (France, Belgique, Luxembourg, Pays-Bas et Allemagne)
Issue Victoire des Alliés
Belligérants
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau du Canada Canada
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de la France France
Drapeau de la Pologne Armée polonaise de l'Ouest
Drapeau de la Belgique Belgique
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Drapeau de la Norvège Norvège
Drapeau de la Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie
Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Commandants
Drapeau des États-Unis Dwight D. Eisenhower
(SHAEF)

Drapeau du Royaume-Uni Bernard Montgomery
(21e groupe d'armées)

Drapeau des États-Unis Omar Bradley
(12e groupe d'armées)
Drapeau des États-Unis Courtney Hodges
(1er groupe d'armées)
Drapeau des États-Unis Jacob Devers
(6e groupe d'armées)
Drapeau de l'Allemagne Gerd von Rundstedt
(Oberbefehlshaber West)
Drapeau de l'Allemagne Walther Model
(Groupe d'armées B)
Forces en présence
Drapeau des États-Unis 4 500 000 hommes
(91 divisions)[1]
Drapeau de l'Allemagne 1 500 000 hommes
Pertes
Américaines :
240 082

(50 410 tués, 172 450 blessés, 24 374 capturés ou portés disparus)
(15 septembre 1944 - 21 mars 1945)

Britanniques :
32 366

Françaises :
15 390 à 17 390[2]

Canadiennes :
15 000

Total :

+ 272 448[3]
+ 40 000 tués[Note 1]
80 000 blessés
+ 280 000 capturés

Total :

+ 400 000[4]

Front de l'Ouest de la Seconde Guerre mondiale

Batailles

Campagne de la ligne Siegfried

France

Belgique

Pays-Bas

Allemagne


Front d'Europe de l'Ouest

Front d’Europe de l’Est


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Bataille de l’Atlantique


Guerre du Pacifique


Guerre sino-japonaise


Théâtre américain

La campagne de la ligne Siegfried, également connue sous le nom d'avancée alliée de Paris au Rhin, est une phase de la campagne d'Europe occidentale de la Seconde Guerre mondiale.

Cette phase s'étend de la fin de la bataille de Normandie () intégrant la contre-offensive hivernale allemande à travers les Ardennes (communément appelée bataille des Ardennes) et l'opération Nordwind (en Alsace et en Lorraine) à la traversée alliée du Rhin dans les premiers mois de 1945. Cela correspond à peu près aux campagnes officielles du « Théâtre européen d'opérations » militaire des États-Unis en Rhénanie et Ardennes-Alsace.

Contexte

Chars M4 et M4A3 Sherman appuyés par des fantassins de la 4e division blindée américaine avançant à travers Coutances.

Les forces allemandes avaient été mises en déroute lors de l'opération Cobra. Les Alliés avancèrent rapidement contre un ennemi qui n'opposa que peu de résistance. Mais après la libération de Paris à la fin du mois d', les Alliés firent une pause pour se regrouper et s'organiser avant de poursuivre leur avance de Paris vers le Rhin. La pause permit aux Allemands de consolider leurs lignes — ce qu'ils n'avaient pas pu faire à l'ouest de Paris.

À la mi-, les trois groupes d'armées alliées occidentales ; le 21e groupe d'armées anglo-canadien (Field Marshal Bernard Montgomery) au nord, le 12e groupe d'armées américain (lieutenant-général Omar Bradley) au centre et le 6e groupe d'armées franco-américain (lieutenant-général Jacob L. Devers) dans le sud, formèrent un large front sous le commandement suprême des forces alliées, le général Dwight D. Eisenhower et son quartier général SHAEF (Supreme Headquarters Allied Expeditionary Force).

Alors que Montgomery et Bradley militaient pour une percée éclair en Allemagne (en offrant tous deux d'être le fer de lance d'un tel assaut), cette option fut écartée par le général Eisenhower qui choisit une stratégie de « front large », qui permit aux Alliés de gagner du terrain sur les Allemands battus dans tous les secteurs, tout en permettant aux forces alliées en progression de se soutenir mutuellement et en minimisant la difficulté de fournir les forces les plus avancées.

L'avancée rapide à travers la France avait causé des tensions logistiques considérables, aggravées par l'absence de port important autre que Cherbourg, relativement éloigné, dans l'ouest de la France. Bien qu'Anvers fut considérée comme la clé pour résoudre les problèmes logistiques alliés, son port n'était pas ouvert à la navigation alliée jusqu'à ce que l'estuaire de l'Escaut soit dégagé des forces allemandes. Au fur et à mesure de l’avancement de la campagne, tous les belligérants, alliés comme allemands, ressentirent les effets du manque de remplaçants appropriés pour les troupes de première ligne.

Deux obstacles défensifs majeurs fit face aux Alliés. Le premier était les barrières naturelles faites par les rivières de l'est de la France. La seconde était la ligne Siegfried, qui tombait sous le commandement, avec toutes les forces de la Wehrmacht à l'ouest, du Generalfeldmarschall Gerd von Rundstedt.

Logistique et approvisionnement

Bien que la percée de Normandie ait duré plus longtemps que prévu, les avancées jusqu'en septembre dépassèrent largement les attentes. Bradley, par exemple, disposait en septembre de quatre divisions de plus que prévu et toutes ses forces étaient à 240 km devant leur position prévue. L'un des effets provenait de la livraison d'approvisionnements sur les différents fronts pour maintenir l'avance : la demande avait dépassé les besoins escomptés.

Mulberry « A » au large d'Omaha Beach était essentiel dans les premiers jours pour l'approvisionnement allié.

Beaucoup de matériel de guerre devait encore être amené à terre à travers les plages d'invasion et à travers l'un des ports de Mulberry restants (l'autre avait été détruit lors d'une tempête dans la Manche). Malgré l'utilisation de petits ports tels que celui d'Isigny-sur-Mer, Port-en-Bessin-Huppain et Courcelles, les grands ports avancés tels que Calais, Boulogne-sur-Mer, Dunkerque et Le Havre restèrent aux mains des Allemands en tant que « forteresses » ou furent systématiquement détruits. La disponibilité de Cherbourg avait été précieuse jusqu'à l'évasion, mais le manque de moyens de transport pour acheminer les approvisionnements aux armées avançant rapidement devint le facteur limitant.

Bien que le carburant ait été pompé avec succès de la Grande-Bretagne à la Normandie via le gazoduc Pluton, il devait encore atteindre les fronts, qui avançaient plus vite que les pipelines ne pouvaient être prolongés[5]. Les chemins de fer avaient été en grande partie détruits par les attaques alliées et nécessitèrent beaucoup d'efforts pour être réparés, l'utilisation de camions devint alors essentielle[6]. Pour tenter de remédier à cette grave pénurie de moyens de transport, trois divisions d'infanterie américaines nouvellement arrivées, la 26e, la 95e et la 104e, furent dépouillées de leurs camions afin de transporter des fournitures[7]. Les divisions avancées du 12e groupe d'armées américain laissèrent toute leur artillerie lourde et la moitié de leur artillerie moyenne à l'ouest de la Seine, libérant ainsi leurs camions pour transporter des fournitures pour d'autres unités[8]. Quatre entreprises de camions britanniques furent prêtées aux Américains[9]. Malheureusement, 1 500 autres camions britanniques présentaient des pannes de moteur critiques et étaient inutilisables, limitant ainsi l'assistance à partir de ce trimestre[10]. Le Red Ball Express, un important système de convoyage routier, fut créé afin d'accélérer les livraisons par camion, mais la capacité demeura insuffisante pour les circonstances[11].

Le 6e groupe d'armées venant du sud de la France fut approvisionné de manière adéquate depuis Toulon et Marseille car celle-ci avait capturé des ports intacts et le système ferroviaire local était moins endommagé. Cette source fournira environ 25% des besoins alliés.

À cette époque, les principales lignes de ravitaillement alliées retournaient toujours en Normandie, présentant de sérieux problèmes logistiques. La solution était d'ouvrir le port d'Anvers. Ce port majeur avait été capturé à 90% intact le , mais l'occupation d'Anvers ne suffisait pas car le 21e groupe d'armées échoua à accéder à la mer en dégageant l'estuaire de l'Escaut. Le port n'a donc pu être utilisé que le après une longue campagne de la 1re armée canadienne ; au départ, l'estuaire fut faiblement tenu, mais la 15e armée allemande finit par battre en retraite.

Le retard dans la sécurisation de cette zone fut imputé au général Eisenhower, car le commandant du 21e groupe d'armées, le maréchal Montgomery, favorisa l'opération Market-Garden et l'ouverture des ports de la Manche plutôt que de dégager les approches du port d'Anvers lors de la bataille de l'Escaut.

Main d’œuvre

Les armées allemandes avaient perdu un grand nombre de troupes en Normandie et la poursuite ultérieure. Pour remédier à ce problème, environ 20 000 membres du personnel de la Luftwaffe furent réaffectés dans l'armée allemande, les troupes invalides furent reformées sur la ligne de front et des unités Volkssturm formées en utilisant des civils sans expérience.

Les ressources humaines britanniques étaient limitées après cinq ans de guerre et de par ses engagements mondiaux. Les remplacements n'étaient plus suffisants pour couvrir les pertes et certaines formations furent dissoutes pour maintenir les effectifs d'autres unités. Les Canadiens manquaient également de main-d'œuvre, en raison d'une réticence à exiger des conscrits servant à l'extérieur du Canada ou des eaux canadiennes. Cela découle de difficultés politiques internes au Canada pendant la Première Guerre mondiale et il y eut un large consensus contre la conscription pour le service outre-mer[12],[Note 2].

Les pertes américaines appelaient désormais des remplaçants directement des États-Unis. Ceux-ci manquaient d'expérience et étaient peu habitués aux conditions difficiles de la dernière partie de la campagne. Des plaintes ont également été déposées concernant la mauvaise qualité des troupes libérées dans l'infanterie par des parties moins stressées de l'armée américaine. À un moment donné, après la bataille des Ardennes, ayant mis en évidence la pénurie de fantassins, l'armée assouplit son embargo sur l'utilisation de soldats noirs dans les formations de combat[13]. Les volontaires noirs ont bien performé et ont incité un changement permanent de la politique militaire.

Groupe d'armées Nord (21e groupe d'armées)

Ports de la Manche

Infanterie britannique du 1er bataillon du Hampshire Regiment traversant la Seine à Vernon, 28 août 1944.

Les ports de la Manche étaient nécessaires de toute urgence pour maintenir les armées alliées. Au moment de la libération de Bruxelles, il était devenu difficile d'approvisionner convenablement le 21e groupe d'armées. De fait, le VIIIe corps fut retiré du service actif pour libérer son transport pour un usage général. La 1re armée canadienne fut chargée de libérer les ports lors de son avance le long de la côte française[14]. Les ports concernés étaient Le Havre, Dieppe, Boulogne, Calais et Dunkerque en France, ainsi qu'Ostende en Belgique. Adolf Hitler avait apprécié leur valeur stratégique. Il publia un ordre du Führer les déclarant être des « forteresses », devant recevoir du matériel adéquat en vue d'un siège et être tenues coûte que coûte jusqu'au dernier homme.

Dieppe fut évacuée par les Allemands avant que l'ordre d'Hitler n'ait été reçu et, par conséquent, les Canadiens prirent la ville sans résistance, avec les installations portuaires en grande partie intactes. Ostende avait été omis de l'ordre du Führer et était également non défendu, bien que certaines démolitions aient retardé son utilisation. Cependant, les autres ports étaient défendus à des degrés divers, cela nécessita un travail substantiel pour les remettre en service, à l'exception de Dunkerque qui était bouclé à l'arrière de l'avance alliée.

Les véhicules britanniques entrent à Bruxelles le 4 septembre 1944.

Market Garden

La première opération de la campagne de Rhénanie, Market Garden, était commandée par Montgomery et devait assurer une tête de pont sur le Rhin au nord, à Arnhem, qui déborderait la ligne Siegfried.

L'opération Market Garden avait deux parties distinctes. Market devait être la plus grande opération aéroportée de l'histoire, larguant trois divisions et demie de parachutistes américains, britanniques et polonais pour capturer des ponts clés et empêcher leur démolition par les Allemands. Garden était une attaque au sol par la deuxième armée britannique à travers les ponts. Les Alliés supposèrent que les forces allemandes se remettraient encore de la campagne précédente et qu'ils ne rencontreront que peu d'opposition pour l'une ou l'autre opération.

En cas de succès, les Alliés auraient ouvert une route directe vers l'Allemagne qui contournait les principales défenses allemandes et s'emparerait également du territoire à partir duquel les Allemands lancèrent des V-1 et des V-2 contre Londres, Anvers et ailleurs.

Le général Eisenhower approuva l'opération Market Garden. Il donna la priorité d'approvisionnement au 21e groupe d'armées et détourna la 1re armée américaine vers le nord des Ardennes pour organiser des attaques limitées et attirer les défenseurs allemands au sud, loin des sites cibles.

Les parachutistes américains reçoivent un dernier briefing de leur commandant avant l'embarquement, le 17 septembre 1944.

L'opération, lancée le débuta sans accrocs. Les 101e et 82e divisions aéroportées américaines prirent leurs objectifs à Eindhoven, Veghel et Nimègue. Malgré des atterrissages à l'extérieur d'Arnhem sur la bonne cible, les zones d'atterrissage de la 1re division aéroportée britannique furent à une certaine distance du pont d'Arnhem et seulement du côté nord du fleuve. Des problèmes survinrent lorsque la 1re division aéroportée britannique perdit des équipements vitaux — des jeeps et des canons antichar lourds — lorsque de crashs de plusieurs planeurs. Le force allemande dans la région ont également été sous-estimés. Pour aggraver les choses, le mauvais temps empêcha les renforts aériens et réduisit considérablement le réapprovisionnement. La résistance allemande aux forces conduisant à Arnhem se montra très efficace et une copie du plan de bataille allié avait été capturée.

En fin de compte, l'opération Market Garden échoua. Le pont d'Arnhem n'a pas été tenu et les parachutistes britanniques ont subi d'énormes pertes — environ 77% au .

Bataille de l'Escaut

La situation logistique devenant critique, l'ouverture du port d'Anvers était désormais une priorité. Le , la 1re armée canadienne reçut la tâche de dégager l'Escaut des forces allemandes. La 1re armée comprenait le IIe corps canadien, qui comprenait la 1re division blindée polonaise, les 49e et 52e division britanniques et le Ier corps britannique.

La tâche impliquait quatre opérations principales : La première était de dégager la zone au nord d'Anvers et de sécuriser l'accès à Beveland-du-Sud. La seconde était de nettoyer la poche de Breskens au nord du canal Léopold (opération Switchback). La troisième — l'opération Vitality — fut la prise de Beveland-du-Sud. La phase finale était la prise de l'île Walcheren, qui avait été fortifiée en une puissante forteresse allemande.

Le , l'avance débuta. La 4e division blindée canadienne, se déplaçant vers le nord vers la rive sud de l'Escaut autour de la ville néerlandaise de Breskens, fut les premières troupes alliées à affronter le formidable obstacle de la double ligne des canaux Léopold et Dérivation de la Lys. Les canaux furent traversés et une tête de pont établie, mais les contre-attaques féroces des Allemands les obligèrent à se retirer avec de lourdes pertes. La 1re division blindée polonaise eut plus de succès, se déplaçant vers le nord-est jusqu'à la côte, occupant Terneuzen et dégageant la rive sud de l'Escaut vers l'est jusqu'à Anvers. Il était cependant clair à ce moment-là que tout nouveau progrès serait à un coût considérable.

Troupes d'assaut britanniques avançant près de Flushing avec des obus éclatant pendant l'opération de l'Escaut.

La 2e division d'infanterie canadienne commença son avance au nord d'Anvers le . De lourdes pertes s'ensuivirent, y compris la destruction presque totale du bataillon Black Watch de la 5e brigade d'infanterie canadienne le . Cependant, le , Woensdrecht fut prise à la suite d'un immense barrage d'artillerie qui repoussa les Allemands. Cela coupa Beveland-du-Sud et Walcheren du continent et atteint l'objectif de la première opération.

Montgomery publia une directive faisant de l'ouverture de l'estuaire de l'Escaut la priorité absolue. À l'est, la 2e armée britannique attaqua vers l'ouest pour dégager les Pays-Bas au sud du fleuve Maas. Cela aida à sécuriser la région de l'Escaut contre les contre-attaques.

Dans l'opération Switchback, la 3e division d'infanterie canadienne lança une attaque à deux volets, la 7e brigade d'infanterie canadienne traversant le canal Léopold et la 9e brigade d'infanterie canadienne lançant un assaut amphibie du côté côtier de la poche. Malgré la résistance acharnée des Allemands, la 10e brigade d'infanterie canadienne franchit le canal Léopold et la 8e brigade d'infanterie canadienne se dirigea vers le sud, ouvrant une route de ravitaillement dans la poche.

L'opération Vitality — la troisième phase majeure de la bataille de l'Escaut — débuta le . La 2e division d'infanterie canadienne commença son avance vers Beveland-du-Sud, mais fut ralentie par les mines, la boue et les solides défenses ennemies. La 52e division britannique lança une attaque amphibie pour se placer derrière les positions défensives allemandes du canal Beveland. Ainsi, cette formidable défense fut débordée et la 6e brigade d'infanterie canadienne mit en œuvre une attaque frontale dans des bateaux d'assaut. Les ingénieurs purent ponter le canal sur la route principale. La ligne du canal ayant disparu, la défense allemande s'effondra et Beveland-du-Sud fut dégagé. Ainsi s'acheva la troisième phase de la bataille de l'Escaut.

La phase finale, l'opération Infatuate, était l'attaque de l'île fortement fortifiée de Walcheren à l'embouchure de l'Escaut occidental. Les digues de l'île furent percées par les attaques du RAF Bomber Command les 3, 7 et . Cela inonda la partie centrale de l'île, forçant les défenseurs allemands sur les hauteurs et permettant l'utilisation de véhicules amphibies. Des unités de la 2e division d'infanterie canadienne firent une percée le et, après une lutte acharnée, parvinrent à établir une position précaire. Ils furent relevés par un bataillon de la 52e division britannique. En conjonction avec les attaques nautiques, la 52e poursuivit sa progression.

Prisonniers allemands à Walcheren — environ 40 000 ont été capturés après la fin de l' opération Infatuate.

Les débarquements amphibies débutèrent le 1er novembre avec des unités de la 155e brigade d'infanterie britannique débarquant sur une plage dans la région sud-est de Vlissingen. Au cours des jours suivants, ils livrèrent à de violents combats de rue contre les défenseurs allemands. Le 1er novembre également, après un lourd bombardement naval par la Royal Navy britannique, des troupes de la 4e brigade de commandos (avec des unités du 10e commando interallié, composées principalement de troupes belges et norvégiennes), appuyées par des véhicules blindés spécialisés de la 79e division blindée britannique débarquèrent des deux côtés de la brèche d'une digue. De violents combats s'ensuivirent. Une force plus petite se déplaça vers le sud-est, vers Vlissingen, tandis que la force principale se dirigea vers le nord-est pour dégager la moitié nord de Walcheren afin de rejoindre les Canadiens qui avaient établi une tête de pont sur la partie est de l'île. Une résistance féroce fut de nouveau offerte par les troupes allemandes défendant la région et les combats se poursuivirent jusqu'au . Cependant, l'action s'acheva le après qu'une force de véhicules amphibies est entrée à Middelbourg, la capitale de Walcheren.

Pendant ce temps, l'opération Pheasant fut lancée le , opération majeure visant à dégager les troupes allemandes de la province du Brabant-Septentrional en conjonction avec la bataille de l'Escaut. L'offensive après une certaine résistance permettra de libérer la majeure partie de la région ; les villes de Tilbourg, Bois-le-Duc, Willemstad et Rosendael furent libérées par les forces britanniques. Bergen Op Zoom fut prise par les Canadiens et la 1re division blindée polonaise dirigée par le général Maczek libéra la ville de Bréda. En conséquence, les positions allemandes ayant défendu la région le long de ses canaux et rivières avaient été brisées. L'opération fut également un succès dans la mesure où les pertes civiles furent relativement légères.

Au même moment, la 4e division blindée canadienne avait poussé vers l'est après Bergen-op-Zoom jusqu'à Sint Philipsland où elle coula plusieurs navires allemands dans le port de Zijpe. Avec les approches d'Anvers libres, la quatrième phase de la bataille de l'Escaut s'acheva ; et le , le premier convoi entra dans le port.

Véritable et Grenade

Kleve fut lourdement bombardée en février 1945.

Le 21e groupe d'armées de Montgomery fut chargé de nettoyer la rive ouest du Rhin en aval de la région de Krefeld. L'approche était pour la 1re armée canadienne — renforcée par le XXXe corps — d'avancer vers le sud-est entre les rivières Rhin et Maas tandis que la 9e armée américaine avançait vers le nord-est à partir de la Roer. Les deux armées se rencontreront dans la région de Geldern. La 2e armée britannique resta à l'ouest de la Meuse, à l'exception de deux divisions renforçant l'avancée anglo-canadienne, mais le haut commandement allemand était initialement convaincu que celle-ci était la principale menace et déploya ses réserves en prévision d'un assaut de Venlo.

Les deux opérations ont été retardées par la bataille des Ardennes, avant d'être reportées au . Bien que l'attaque anglo-canadienne (opération Véritable) ait commencé à temps, l'assaut américain (opération Grenade) a été retardé par la menace puis par le danger d'inondation par l'eau libérée des barrages de la Roer. Ce retard permit aux Allemands de concentrer leur défense sur les assauts anglo-canadiens, mais ne purent pas faire plus qu'un ralentissement des troupes dans des zones localisées. Lorsque les Américains purent avancer, environ deux semaines plus tard, il restait peu de réserves pour leur faire face et ceux-ci progressèrent rapidement jusqu'à rencontrer l'arrière-garde allemande près du Rhin.

Les deux branches se rencontrèrent à Geldern, puis poussèrent vers Rees, expulsant finalement les forces allemandes le .

Groupe d'armées central (12e groupe d'armées)

Aix-la-Chapelle

L'avance des forces alliées entre le 26 août et le 14 septembre 1944.

La 1re armée américaine se concentrait sur la capture de la ville d'Aix-la-Chapelle, qui devait être libérée avant d'avancer en vue d'attaquer la ligne Siegfried elle-même. Initialement, la ville devait être contournée et coupée dans une tentative par les Alliés d'imiter les tactiques Blitzkrieg que les Allemands avaient si efficacement utilisées (voir ci-dessous). Cependant, la ville fut la première à être attaquée sur le sol allemand et avait donc une énorme importance historique et culturelle pour le peuple allemand. Adolf Hitler ordonna personnellement que la garnison y soit renforcée et la ville maintenue. Cela força les commandants alliés à repenser leur stratégie.

Certains historiens, dont Stephen Ambrose, suggérèrent que le siège d'Aix-la-Chapelle était une erreur. La bataille freina l'avance vers l'est des Alliés et causa environ 5 000 victimes alliées. Les combats étaient, selon tous les témoignages, un affrontement urbain brutal de rue à rue, de maison à maison et immobilisèrent les ressources disponibles des armées alliées en progression. Ambrose suggéra qu'une stratégie plus efficace aurait été d'isoler la garnison d'Aix-la-Chapelle et de poursuivre le déplacement vers l'est au cœur de l'Allemagne. En théorie, cela aurait éliminé la capacité de la garnison allemande d'opérer en tant que force de combat en coupant ses lignes d'approvisionnement. Cela aurait pu les forcer à se rendre ou à quitter la ville pour tenter de rétablir leurs lignes de ravitaillement. Dans ce dernier cas, une confrontation dans un cadre plus neutre aurait probablement entraîné moins de pertes militaires et civiles.

Lorraine

Fin août, la 3e armée américaine commença à manquer de carburant. Cette situation fut causée par l'avancée rapide des Alliés à travers la France, et aggravée par le transfert de la priorité logistique aux forces du nord pour sécuriser Anvers. Le , avec un fond de carburant, la 3e armée réussit un dernier effort pour capturer les ponts clés sur la Meuse à Verdun et Commercy. Cinq jours plus tard, cependant, la situation critique de l'approvisionnement entraîna effectivement l'arrêt de l'unité, permettant aux forces allemandes précédemment en déroute de se regrouper et de renforcer leurs bastions dans la région.

Peu de temps après, la 3e armée se heurta à Metz, faisant partie de la ligne Maginot et l'une des villes les plus fortifiées d'Europe occidentale. La ville ne pouvait pas être contournée, car plusieurs de ses forts avaient des canons dirigés vers les sites de franchissement de la Moselle et les routes principales de la région. La ville pouvait également être utilisé comme bastion pour organiser une contre-attaque allemande à l'arrière de la 3e armée. Dans la bataille de Metz s'ensuivit, la 3e armée, bien que victorieuse, subira de lourdes pertes.

Après Metz, la 3e armée continua vers l'est jusqu'à la rivière Sarre et débuta bientôt son assaut sur la ligne Siegfried.

Forêt de Hürtgen

Les troupes allemandes défendant Hürtgen en novembre 1944.

La forêt de Hürtgen était considérée comme un endroit possible pour des incursions dans le flanc américain, et les barrages fluviaux dans la région constituaient une menace pour l'avancée alliée en aval, de sorte qu'un assaut pour nettoyer la zone fut lancé le . La défense allemande était plus élaborée que prévu et le terrain était très favorable à la défense, annulant largement les avantages américains du nombre et de la qualité des troupes. La bataille — qui devrait durer quelques semaines — se poursuivit jusqu'en et coûta 33 000 victimes (toutes forces confondues).

La valeur de la bataille fut contestée. Les historiens modernes soutiennent que le résultat ne valait pas les pertes prévisibles et qu'en tout cas, la tactique américaine a joué entre les mains des Allemands[15].

Opération Queen

L'opération Queen était une offensive air-sol alliée contre les forces allemandes sur la ligne Siegfried, qui a été menée principalement par l'effort combiné des 9e et 1re armées américaines. Le but principal de l'opération était d'avancer jusqu'à la rivière Roer et d'y établir plusieurs têtes de pont, pour une poussée ultérieure en Allemagne jusqu'au Rhin. Certaines parties de cette opération comprenaient également de nouveaux combats dans la forêt de Hurtgen. L'offensive débuta le par l'une des plus grandes opérations aériennes tactiques de toute la Seconde Guerre mondiale. Malgré une infériorité numérique des forces allemandes, la progression alliée fut très lente. Après quatre semaines de combats intensifs, les Alliés atteignirent la Roer, mais ne purent établir aucune tête de pont dessus. Les combats dans la forêt de Hurtgen s'enlisèrent également. Les combats intenses de l'opération fit subir de lourdes pertes aux troupes alliées, et finalement ce sont les Allemands qui lancèrent leur propre contre-offensive — l'opération Wacht am Rhein — le , qui conduira à la bataille des Ardennes.

Contre-offensives hivernales

Des soldats américains prenant des positions défensives dans les Ardennes pendant la bataille des Ardennes.

Les Allemands préparaient une contre-attaque massive à l'Ouest depuis l'évasion alliée de Normandie. Le plan appelé Wacht am Rhein (« Veiller sur le Rhin ») consistait à attaquer à travers les Ardennes et de basculer vers le nord jusqu'à Anvers, divisant les armées américaine et britannique. L'attaque débuta le dans ce qui est devenu connu comme la bataille des Ardennes. Les troupes de la 1re armée américaine défendaient les Ardennes. Après des succès initiaux par mauvais temps, qui ont permis aux Allemands de se mettre à l'abri des forces aériennes alliées, les Alliés lancèrent une contre-attaque pour les expulser de la région. Les Allemands furent finalement repoussés à leurs points de départ le .

Les Allemands lancèrent une seconde offensive plus petite (Nordwind) en Alsace le . Dans le but de reprendre Strasbourg, ils attaquèrent le 6e groupe d'armées à plusieurs endroits. Étant donné que les lignes alliées s'étaient considérablement étirées en réponse à la crise dans les Ardennes, retenir et rejeter l'offensive Nordwind était une affaire coûteuse qui dura près de quatre semaines. Les contre-attaques alliées rétablirent la ligne de front dans la zone de la frontière allemande et effondrèrent la poche de Colmar.

Affrontements à l'ouest du Rhin

Le mouvement en tenailles de la 1re armée canadienne, partant de la région de Nimègue dans le cadre de l'opération Veritable, et de la 9e armée américaine, traversant la Roer lors de l'opération Grenade, devait commencer le , mais fut retardé de deux semaines lorsque les Allemands inondèrent la vallée de la Roer en détruisant les vannes de deux barrages sur le haut Roer (barrage de la Rur et barrage d'Urft). Pendant les deux semaines d'inondation de la petite rivière, Hitler n'a pas permis à Rundstedt de retirer les forces allemandes derrière le Rhin, arguant que cela ne ferait que retarder l'inévitable combat. Hitler lui ordonna de se battre là où ses forces se tenaient.

Au moment de la décrue et après le passage de la 9e armée américaine au-dessus de la Roer le , d'autres forces alliées se rapprochèrent de la rive ouest du Rhin. Les divisions allemandes restèrent sur la rive ouest du Rhin furent coupées en morceaux. 280 000 hommes furent faits prisonniers. La résistance allemande obstinée avait coûté cher ; leurs pertes totales ont atteint environ 400 000 hommes[16].

Conséquences

Des soldats américains traversant le Rhin dans des embarcations d'assaut (mars 1945).

Les Alliés ont franchi le Rhin en quatre points. Un passage fut une occasion saisie par les forces américaines lorsque les Allemands échouèrent à faire sauter le pont Ludendorff à Remagen ; un autre était un assaut précipité ; et deux traversées étaient prévues :

  • La 1re armée américaine poursuivit agressivement les troupes allemandes en désintégration et, le , elles prirent de façon inattendue le pont Ludendorff à Remagen. La 9e division blindée étendit rapidement la tête de pont en un passage à grande échelle.
  • Bradley émit au général George Patton — dont la 3e armée américaine avait combattu à travers le Palatinat — de « prendre le Rhin en fuite ». C'est exactement ce que fit la 3e armée dans la nuit du 22 au , traversant le fleuve au cours d'un assaut précipité au sud de Mayence à Oppenheim.
  • Au nord, le Rhin est deux fois plus large, avec un volume d'eau bien plus élevé qu'à l'endroit traversé par les Américains. Montgomery, commandant du 21e groupe d'armées, estima qu'il pouvait traverser en toute sécurité qu'avec une attaque soigneusement préparée. Lors de l'opération Plunder, il enjamba le Rhin à Rees et Wesel dans la nuit du 23 au , assisté par la plus grande opération aéroportée de l'Histoire à être conduite en un seul jour et à un même endroit[Note 3], l'opération Varsity.
  • Dans la zone du 6e groupe d'armées allié, la 7e armée américaine attaqua à travers le Rhin dans la région entre Mannheim et Worms le . Un cinquième passage à plus petite échelle fut ensuite réalisé par la 1re armée française à Spire.

Après avoir traversé le Rhin, les Alliés ont rapidement pénétré au cœur de l'Allemagne. La fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe suivit peu après.

Notes et références

Notes
  1. Selon l'historien militaire allemand Rudiger Overmans, les Allemands tués au combat pourraient atteindre plus de 70 000 personnes de septembre 1944 à mars 1945. Il affirme que les chiffres totaux des morts au combat allemands sur le front occidental jusqu'au 31 décembre 1944 sont d'environ 339 957. Rudiger Overmans a écrit l'un des ouvrages les plus détaillés et les plus complets sur les victimes allemandes de la Seconde Guerre mondiale.
  2. L'embargo légal sur le service obligatoire à l'étranger a fait l'objet d'un plébiscite national le 27 avril 1942. Environ 64% de la population était favorable à la suppression de la restriction, mais au Québec francophone, 72% étaient contre.
  3. La composante aéroportée de l'opération Market Garden était plus importante, mais les zones de parachutage étaient réparties sur trois zones distinctes et les opérations se sont déroulées sur plusieurs jours. L'opération Varsity s'est déroulée en une seule journée et dans un seul lieu, constituant ainsi la plus grande opération aéroportée de l'histoire après Market Garden.
Références
  1. MacDonald, C (2005), The Last Offensive: The European Theater of Operations. University Press of the Pacific, p.322
  2. De Lattre, p. 398
  3. US Adjutant General, Army battle casualties and nonbattle deaths in World War II., (lire en ligne), p. 93
  4. Zaloga, Steve, and Dennis, Peter (2006). Remagen 1945: endgame against the Third Reich. Oxford: Osprey Publishing. (ISBN 1-84603-249-0). Page 88.
  5. Ruppenthal, Logistic Support of the Armies, Vol. I, pp. 501-502
  6. Ruppenthal, Logistic Support of the Armies, Vol. I, pp. 547-51
  7. Ruppenthal, Logistic Support of the Armies, Vol. II, p. 170
  8. Ruppenthal, Logistic Support of the Armies, Vol. I, p. 487
  9. Ruppenthal, Logistic Support of the Armies, Vol. I, p. 484
  10. Administrative History of the Operations of 21 Army Group, p. 47
  11. Ruppenthal, Logistic Support of the Armies, Vol. I, pp. 520
  12. Stacey, « Chapter IV - Recruiting and Training in Canada », Official History of the Canadian Army, Department of National Defence (consulté le 18 février 2010), p. 118–123
  13. « African American Volunteers as Infantry Replacements », United States Army Center of Military History, (consulté le 4 octobre 2007)
  14. Stacey, « Chapter XIII: Antwerp, Arnhem and Some Controversies, August–September 1944. The Pursuit to the Somme and Antwerp », Official History of the Canadian Army, Department of National Defence (consulté le 1er juillet 2009)
  15. Weigley (1981), pp. 364-369
  16. Zaloga, Dennis p. 88

Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie

  • Ted Ballard, Rhineland 15 September 1944-21 March 1945, Washington, United States Army Center of Military History, coll. « CMH Online bookshelves: World War II Commemorative Brochures », c. 1990 (lire en ligne)
  • Robin Neillands, The Battle for the Rhine, Weidenfeld & Nicolson, , 335 p. (ISBN 978-0-297-84617-8)
  • Zaloga, Steve et Dennis, Peter, Remagen 1945 : endgame against the Third Reich, Osprey Publishing, (ISBN 1-84603-249-0)
  • Earl F. Ziemke, The US Army in the Occupation of Germany 1944-1946, Washington, United States Army Center of Military History, coll. « Army Historical Series », (1re éd. 1975) (lire en ligne), « ChapterX: The Rhineland Campaign »
  • Russell F. Weigley, Eisenhower's Lieuitenants : The Campaign of France and Germany, 1944-1945, Bloomington, Indiana, Indiana Univ. Press, (ISBN 0-253-20608-1)

Lectures complémentaires

Liens externes