Confédération des petites et moyennes entreprises

(Redirigé depuis CGPME)
Confédération des petites et moyennes entreprises
Notre valeur ajoutée, c'est l'homme"[1] !
Histoire
Fondation
1944
Cadre
Type
Siège social
10 Terrasse Bellini
92800 Puteaux
Pays
Langue
Organisation
Membres
Entre 300 000 et 600 000
Président
Personnes clés
Affiliation
Budget
9 millions d'€ (2011)
Site web
[1]

La Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME), anciennement Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME), est une organisation patronale française représentant les petites et moyennes entreprises.

Historique

Avant la Seconde Guerre mondiale, la représentation syndicale des petites et moyennes entreprises est assurée par la Confédération générale de la production française, puis, à partir de 1936 et jusqu'en 1940, de la Confédération générale du patronat français. Ces deux organisations ambitionnent de défendre les intérêts de l'ensemble des entreprises françaises, sans distinction de taille.

En 1936, les accords de Matignon qui font suite à l'arrivée au pouvoir du Front populaire suscitent des dissensions parmi les adhérents de la Confédération générale de la production française. Certains chefs de petites et moyennes entreprises, à l'instar de l'industriel Léon Gingembre, critiquent une mainmise des patrons de grandes entreprises sur l'organisation patronale[2].

Après guerre, le souvenir des accords de Matignon reste vif au sein du patronat français. Le refus du gouvernement provisoire de la République française de rétablir la Confédération générale du patronat française, dissoute par décret par le régime de Vichy, lui donne l'occasion d'autonomiser la représentation syndicale des PME français[3].

Léon Gingembre crée la Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME) en octobre 1944. Elle est aujourd'hui présente dans tous les départements de France, et parfois comme structure régionale. Elle exerce de nombreux mandats patronaux auprès des CCI, des commissions départementales des impôts (CDI), de la commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées, du FONGECIF, de Pôle emploi, de la CPAM, de la CAF, de l’URSSAF, des juges consulaires ou des mandats emploi et formation notamment à l’Agefos-PME.

Ses adhérents sont des dirigeants d'entreprise qui ont investi leur propre patrimoine dans leur société.

L'actuel président de la CPME est François Asselin.

Il est le successeur de Jean-François Roubaud qui avait été élu par 72 % des votants le  ; son mandat a été renouvelé en janvier 2010.

Depuis 2003, la CPME réunit chaque année au Palais des congrès de Paris plus de 10 000 chefs d'entreprise lors de Planète PME, la journée nationale CPME, où se déplacent souvent plusieurs ministres.

En juillet 2016, la CGPME annonce qu'elle va être rebaptisée et s'appellera la CPME (Confédération des petites et moyennes entreprises) dès l'année suivante[4], et rafraîchira également son identité visuelle[5]. Ce changement de nom devient effectif au [6].

Représentation

La CPME représente environ 1 500 000 PME par le biais des branches professionnelles d'une part et par les adhésions individuelles d'autre part. Elle réunit près de 250 fédérations professionnelles.

En 2011, la CPME revendique 600 000 adhérents indirects[7] pour un budget de 9 millions d’euros. Elle a reçu 6,8 millions d'euros de subventions publiques au titre de sa contribution aux organismes paritaires, soit 75 % de ses recettes[8].

Les présidents

  1. Léon Gingembre, de 1944 à 1978
  2. René Bernasconi, de 1978 à 1990
  3. Lucien Rebuffel, de 1990 à 2000
  4. Jacques Freidel, de 2000 à 2002 (démissionnaire)
  5. Jean-François Roubaud, de 2002 à 2015[9]
  6. François Asselin, depuis 2015[10]

Activité de lobbying

Fichier:Cortège de la manifestation de la CGPME à Paris le 1er décembre 2014.webmLire le média
Cortège de la manifestation de la CGPME à Paris du 1er décembre 2014

Auprès des institutions de l'Union européenne

La CPME est inscrite depuis 2011 au registre de transparence des représentants d'intérêts auprès de la Commission européenne, et déclare en 2017 pour cette activité des dépenses annuelles d'un montant compris entre 200 000 et 300 000 euros[11].

En France

Pour l'année 2017, la CPME déclare à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique exercer des activités de représentation d'intérêts en France pour un montant qui n'excède pas 75 000 euros[12].

Logos

Notes et références

  1. Code Éthique de l'Entrepreneur de la CGPME
  2. Sylvie Guillaume, « Léon Gingembre défenseur des PME », Vingtième siècle. Revue d'histoire,‎ , p. 69-80 (lire en ligne)
  3. Pierre Drouin, « M. Georges Villiers cède la présidence du C.N.P.F. à M. Paul Huvelin Du corporatisme aux grands espaces... », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  4. La CGPME va changer de nom et de look en 2017, Le Figaro, 6 juillet 2016.
  5. La CGPME change de logo et devient la CPME, BFM Business, 5 janvier 2017.
  6. Rebaptisée CPME, la vieille CGPME veut croire à une seconde jeunesse, Le Figaro, 5 janvier 2017.
  7. Selon Michel Offerlé, la CGPME compterait moins de 300 000 adhérents.
  8. Nicolas Lagrange, « De gros enjeux chez les patrons », Liaisons sociales, no 143,‎ , p. 20-25
  9. CGPME : Jean-François Roubaud passe la main, Les Échos, 16 septembre 2014.
  10. François Asselin, nouveau patron de la CGPME et chantre du « dialogue social d'homme à homme », L'Opinion, 21 janvier 2015.
  11. « Registre de transparence », sur le site de la Commission européenne (consulté le 10 juin 2018)
  12. « Fiche Organisation « Haute Autorité pour la transparence de la vie publique », sur www.hatvp.fr (consulté le 10 juin 2018)

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes