Céret

Céret
Céret
Blason de Céret
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Pyrénées-Orientales
(sous-préfecture)
Arrondissement Céret
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du Vallespir
(siège)
Maire
Mandat
Michel Coste (DVG)
2020-2026
Code postal 66400
Code commune 66049
Démographie
Gentilé Cérétans
Population
municipale
7 857 hab. (2019 en augmentation de 2,53 % par rapport à 2013)
Densité 208 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 29′ 21″ nord, 2° 45′ 08″ est
Altitude Min. 107 m
Max. 1 440 m
Superficie 37,86 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Céret
(ville-centre)
Aire d'attraction Céret
(commune-centre)
Élections
Départementales Canton de Vallespir-Albères
(bureau centralisateur)
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie
City locator 14.svg
Céret
Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales
Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Céret
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Céret
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Céret
Liens
Site web mairie-ceret.com

Céret Écouter (en catalan : Ceret) est une commune française d'environ 8 000 habitants située dans le sud de la France. C'est une des sous-préfectures du département des Pyrénées-Orientales. Ses habitants sont appelés les Cérétans et les Cérétanes. Sur le plan historique et culturel, la commune est dans le Vallespir, ancienne vicomté (englobée au Moyen Âge dans la vicomté de Castelnou), rattachée à la France par le traité des Pyrénées (1659) et correspondant approximativement à la vallée du Tech, de sa source jusqu'à Céret.

Exposée à un climat océanique altéré, elle est drainée par le Tech, le Riucerda, la rivière de Vaillère et par divers autres petits cours d'eau. La commune possède un patrimoine naturel remarquable : un site Natura 2000 (« le Tech ») et quatre zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique.

Céret est une commune urbaine qui compte 7 857 habitants en 2019. Elle est dans l'unité urbaine de Céret et fait partie de l'aire d'attraction de Céret.

Connue pour son musée d'Art moderne, ses cerises et sa tradition tauromachique, la ville dont les premières mentions remontent à 814, fut un lieu de négociation du traité des Pyrénées (1659).

Géographie

Localisation

Carte de la commune avec localisation de la mairie.

La commune de Céret se trouve dans le département des Pyrénées-Orientales, en région Occitanie et est frontalière avec l'Espagne (Catalogne)[I 1].

Elle se situe à 26 km à vol d'oiseau de Perpignan[1], préfecture du département. 0 km de Céret[2], sous-préfecture.

Les communes les plus proches[Note 1] sont[3] : Reynès (3,8 km), Saint-Jean-Pla-de-Corts (4,2 km), Vivès (4,6 km), Maureillas-las-Illas (4,8 km), Amélie-les-Bains-Palalda (6,7 km), Llauro (6,9 km), Les Cluses (7,1 km), Le Boulou (7,6 km).

Sur le plan historique et culturel, Céret fait partie du Vallespir, ancienne vicomté (englobée au Moyen Âge dans la vicomté de Castelnou), rattachée à la France par le traité des Pyrénées (1659) et correspondant approximativement à la vallée du Tech, de sa source jusqu'à Céret[4].

Situation de Céret.

Paysages et relief

Col du Puits de la Neige depuis l'Espagne.

La ville est située dans le Vallespir, dans la vallée du Tech qui borde la ville. Elle s'appuie sur le versant nord des Pyrénées, est dominée au sud par le pic de Garces et Fontfrède et est frontalière de l'Espagne au sud. La Méditerranée est située à 24 km à l'est (vers Argelès-sur-Mer) et le massif du Canigou à 20 km à l'ouest. Les principales villes environnantes sont Perpignan au nord-est et Figueres au sud-est.

La commune est frontalière avec la commune espagnole de Maçanet de Cabrenys à laquelle il est possible d'accéder en voiture grâce à une piste de huit kilomètres menant au col du Puits de la Neige, vers les Salines. Celle-ci passe à côté du Têton des Salines.

L'altitude de la commune varie entre 107 et 1 440 mètres. Le point le plus bas se trouve au niveau du Tech et le point culminant au niveau du Roc de France. La mairie de Céret se trouve à une altitude de 154 mètres[7].

Le pic et le col de Fontfrède dominent la ville. Ce col fut un des hauts lieux de passage entre la France occupée et l'Espagne. Une stèle dite « des évadés » y est dressée.

La ville est classée en zone de sismicité 3, correspondant à une sismicité modérée[8].

Vue panoramique de Céret depuis le nord.

Hydrographie

Si aujourd'hui le Tech traverse Céret, il est situé à près de 2 kilomètres du centre historique de la ville, à plus de 50 mètres en contrebas. Cette situation a empêché pendant longtemps tout pompage direct dans le fleuve. L'accès à l'eau se faisait par des forages et par la captation des nombreuses sources drainées par des canaux.

À partir du XIVe siècle, la ville est équipée de divers canaux, d'abord d'évacuation des eaux et de drainage, puis de captation d'eau potable à partir du XVIIe siècle[9].

La construction d'un canal d'arrosage en 1866[10] permet d'irriguer largement les cultures. L'eau du Tech est détournée largement en amont de la ville et le canal suit les courbes de niveau. Ainsi, Céret se trouve à la fois en contrebas du point de captation et du canal et peut être irriguée.

Aujourd'hui, l'alimentation en eau potable se fait en pompant dans le Tech en amont de la ville, indépendamment du canal d'arrosage.

Climat

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat du Bassin du Sud-Ouest », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[11]. En 2020, la commune ressort du type « climat méditerranéen » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Pour ce type de climat, les hivers sont doux et les étés chauds, avec un ensoleillement important et des vents violents fréquents[12].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 2]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré suivant[11].

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000

  • Moyenne annuelle de température : 14,8 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 0 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 10,8 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 3] : 15 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 775 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 6 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 4,1 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[14], complétée par des études régionales[15], prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Vivès », sur la commune de Vivès, mise en service en 1998[16] et qui se trouve à 5 km à vol d'oiseau[17],[Note 4] et où la température moyenne annuelle est de 15,5 °C et la hauteur de précipitations de 656 mm pour la période 1981-2010[18]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Perpignan », sur la commune de Perpignan, mise en service en 1924 et à 26 km[19], la température moyenne annuelle évolue de 15,4 °C pour la période 1971-2000[20], à 15,7 °C pour 1981-2010[21], puis à 16,1 °C pour 1991-2020[22].

Milieux naturels et biodiversité

Réseau Natura 2000

Site Natura 2000 sur le territoire communal.

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d'intérêt écologique élaboré à partir des directives Habitats et Oiseaux, constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS)[Note 5]. Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la directive habitats : « le Tech »[24], d'une superficie de 1 467 ha, héberge le Barbeau méridional qui présente une très grande variabilité génétique dans tout le bassin versant du Tech. Le haut du bassin est en outre colonisé par le Desman des Pyrénées[25].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Une ZNIEFF de type 1[Note 6] est recensée sur la commune[26] : la « vallée du Tech de Céret à Ortaffa » (611 ha), couvrant 10 communes du département[27] et trois ZNIEFF de type 2[Note 7],[26] :

  • « le Vallespir » (47 344 ha), couvrant 18 communes du département[28] ;
  • le « massif des Aspres » (28 819 ha), couvrant 37 communes du département[29] ;
  • la « rivière le Tech » (933 ha), couvrant 14 communes du département[30].

Urbanisme

Typologie

Céret est une commune urbaine car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 8],[31],[I 2],[32]. Elle appartient à l'unité urbaine de Céret, une agglomération intra-départementale regroupant 4 communes[I 3] et 13 888 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[I 4],[I 5].

Par ailleurs, la commune fait partie de l'aire d'attraction de Céret, dont elle est la commune-centre[Note 9]. Cette aire, qui regroupe 3 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[I 6],[I 7].

Occupation des sols

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (57,5 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (57,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (56,2 %), zones agricoles hétérogènes (24,3 %), cultures permanentes (9,6 %), zones urbanisées (7,3 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (1,3 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (1,3 %)[33].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Morphologie urbaine

Le village d'origine s'est développé sur les hauteurs de la rive droite du Tech, à l'abri des inondations. Le centre historique est délimité par les boulevards reprenant le tracé des anciens remparts. Cependant, le bâti ancien représente en 2009 moins de 10 % des zones urbanisées à vocation d'habitat et moins de 1 % de la totalité du territoire communal. Les constructions récentes, quant à elles, représentent un peu plus de 90 % des zones urbanisées à vocation d'habitat et 6,7 % de la totalité du territoire communal[34].

Logement

La ville de Céret compte, en 2009, 4 665 logements. Parmi ceux-ci, 81,2 % sont des résidences principales, 12,3 % sont des résidences secondaires et 6,4 % sont vacants. 59,5 % des ménages de Céret sont propriétaires de leur résidence principale[I 8].

Voies de communication et transports

Céret se situe à l'entrée du Vallespir et de la haute-vallée du Tech. La ville est traversée par la route départementale 115, ancienne route nationale 115, qui relie Le Boulou à l'Espagne par le col d'Ares en suivant le cours du Tech jusqu'à Prats-de-Mollo. Depuis juin 2010 et la mise en service de la déviation ouest du Boulou sur la route départementale 900 (ancienne route nationale 9), elle complète l'accès routier à Céret depuis la plaine roussillonnaise et notamment depuis Perpignan. Le conseil général a pour projet de relier cette déviation à Céret par une route à une fois deux voies, déviant ainsi Saint-Jean-Pla-de-Corts[35] et aboutissant sur la route départementale 618, après le franchissement du Tech par un nouveau pont routier prévu vers 2025.

Céret était de plus desservie par la ligne de chemin de fer reliant Elne à Arles-sur-Tech, qui appartenait au réseau de la Compagnie des Chemins de fer du Midi. À la suite des inondations de 1940 ayant endommagé l'infrastructure, puis d'une série de fermetures après-guerre, la ligne n'est plus desservie que par des trains de fret entre Elne et Le Boulou. Néanmoins, les rails sont toujours en place jusqu'à la limite ouest de Saint-Jean-Pla-de-Corts.

La commune est desservie par plusieurs lignes du réseau régional liO : la ligne 530 entre la gare de Perpignan et Arles-sur-Tech, la 531 entre Prats-de-Mollo-la-Preste et la gare de Perpignan, la 532 entre Coustouges et la gare de Perpignan et enfin la 550 entre Céret et Argelès-sur-Mer.

Risques majeurs

Le territoire de la commune de Céret est vulnérable à différents aléas naturels : inondations, climatiques (grand froid ou canicule), feux de forêts, mouvements de terrains et séisme (sismicité modérée). Il est également exposé à un risque technologique, le transport de matières dangereuses, et à un risque particulier, le risque radon[36],[37].

Risques naturels

Certaines parties du territoire communal sont susceptibles d’être affectées par le risque d’inondation par crue torrentielle de cours d'eau du bassin du Tech[38].

Les mouvements de terrains susceptibles de se produire sur la commune sont soit des mouvements liés au retrait-gonflement des argiles, soit des glissements de terrains, soit des chutes de blocs, soit des effondrements liés à des cavités souterraines[39]. Une cartographie nationale de l'aléa retrait-gonflement des argiles permet de connaître les sols argileux ou marneux susceptibles vis-à-vis de ce phénomène[40]. L'inventaire national des cavités souterraines permet par ailleurs de localiser celles situées sur la commune[41].

Ces risques naturels sont pris en compte dans l'aménagement du territoire de la commune par le biais d'un plan de prévention des risques inondations et mouvements de terrains[42].

Risques technologiques

Le risque de transport de matières dangereuses sur la commune est lié à sa traversée par une canalisation de transport de gaz. Un accident se produisant sur une telle infrastructure est en effet susceptible d’avoir des effets graves au bâti ou aux personnes jusqu’à 350 m, selon la nature du matériau transporté. Des dispositions d’urbanisme peuvent être préconisées en conséquence[43].

Risque particulier

Dans plusieurs parties du territoire national, le radon, accumulé dans certains logements ou autres locaux, peut constituer une source significative d’exposition de la population aux rayonnements ionisants. Toutes les communes du département sont concernées par le risque radon à un niveau plus ou moins élevé. Selon la classification de 2018, la commune de Céret est classée en zone 3, à savoir zone à potentiel radon significatif[44].

Toponymie

Étymologie

Céret est une francisation du nom catalan de la ville : Ceret[45].

L'étymologie rattache le nom de Céret au peuple des Kerètes, Ibères ou pré-Ibères habitant la région, à l'instar d'autres noms de la région tels que Cerdagne, Puigcerdà ou Saint-Laurent-de-Cerdans[46]. Le mot kérète lui-même est construit sur le radical pré-indo-européen *Ker-Kar suivi du suffixe ibère -ete, le tout signifiant « habitants des montagnes ». Les Romains ont latinisé ce nom et créé le pagus des Ceretani dans ce qui est aujourd'hui le haut-Vallespir et la Cerdagne[47]. Les Romains ont pu donner ce nom pour deux raisons :

  • soit Céret était déjà une cité des Kéretes ;
  • soit du fait de sa situation dans le pagus Ceretani, même dans le cas d'un peuplement postérieur aux Ibères[47].

Les différentes mentions du nom donnent vicus Sirisidum en 814, vico Cereto en 866, villa Cerseto en 915, vigo Ceresido en 930, Cered et Ceriteto également au Xe siècle, Ceret, Cericeto aux XIe siècle et XIIe siècle, Cirset vers 1070, Cersed (une des formes les plus courantes) en 1130 et Cerset en 1138[48], puis du XIIIe siècle au XVe siècle Cereto, Ceret, Seret et Saret[47]. Ceret supplante les autres formes au XVIe siècle[47].

Ces différentes graphies, souvent liées à des scribes essayant de transcrire en latin un nom qu'ils ne comprenaient pas et donc probablement non utilisées dans le langage parlé[47], se classent en deux familles :

  • les noms issus du latin Ceresetum désignant un lieu planté de cerisiers : Sirisidum, Ceresido, Cereteto et Cericeto . Cela prouverait l'ancienneté de la culture de la cerise dans cette région ;
  • les noms issus du latin Quercus suggérant plutôt des bois de chênes : Cerseto, Cersed[47].

Les formes du nom liées aussi bien au cerisier qu'au chêne disparaissent progressivement à partir du XIIe siècle, seules subsistant celles liées à l'antique kérète[47].

Les hypothèses se fondant sur *Ker (rocher) et celles sur le cerisier ne sont donc pas incompatibles car le mot latin Cerasus (cerisier) provient lui-même du nom de la cité antique de Kerasos en Asie Mineure, à l'étymologie identique[47].

Gentilé

Les habitants de Céret sont appelés les Cérétans et les Cérétanes d'après la forme catalane Ceretà et Ceretana. Au XIXe siècle, l'usage administratif employait aussi la forme Cérétois tandis que localement, la population utilisait les formes de Cérétenc et Cérétencque, issues des formes catalanes Ceretenc et ceretenca, qui coexistent jusqu'au début du XXe siècle avec Ceretà et Ceretana. Ces deux formes ont depuis disparu en français. En catalan, on rencontre aussi bien les formes Ceretà et Ceretana que Ceretenc et Ceretenca bien que cette seconde forme soit moins employée[50].

Histoire

Protohistoire

Plusieurs vestiges témoignent du passage de populations diverses durant la protohistoire sur le territoire de la commune.

Dans les environs du Mas Carol, se trouve le Roc de Nou Creus (Roc des neuf croix). Ce rocher long d'une quinzaine de mètres pour une hauteur de 2,50 mètres présente de nombreuses croix gravées d'époque dolmenique, ainsi que quelques croix datant du Moyen Âge. On trouve également quelques roches à cupules dans les environs[51].

L'abri de la Porte de Fer est situé sur les hauteurs du ravin de Nogarède. Il s'agit d'un abri sous roche long de 8 mètres ayant été fréquenté régulièrement du XIe siècle au IVe siècle av. J.-C. et sans doute épisodiquement de l'antiquité jusqu'au Moyen Âge. On y a trouvé de nombreux fragments de céramique et de verre ainsi que quelques monnaies romaines[52].

Le site le plus important est celui de la nécropole de Vilanova, situé sur la rive gauche du Tech, et ayant révélé 70 sépultures datées de 900 à 650 av. J.-C. et preuve d'un ancien peuplement sédentaire sur le territoire de la commune dès l'âge du bronze. Le résultat des fouilles effectuées sur ce site est conservé à la Maison du patrimoine Françoise-Claustre à Céret[53].

Antiquité

Bien que la ville de Céret ne soit pas citée dans l'antiquité, divers éléments prouvent que son territoire était à la fois un lieu de passage et occupé par des populations sédentaires.

Les Romains construisirent un pont sur le Tech pour relier la plaine à Arles-sur-Tech de l'autre côté du Tech. L'ouvrage à deux arches fut détruit en 522 par une crue du fleuve[54]. Les piles, des éléments de la route romaine et d'un poste de garde ad Centurionem peuvent être observés à 150 m en amont des ponts actuels[55].

Deux sites montrent des vestiges d'anciennes constructions. L'un, situé à l'est de Céret près de l'ancienne voie romaine au lieu-dit Las Tumbas ou plaine des tombeaux, a révélé des ruines d'une grosse exploitation rurale, peut-être un village, ayant existé du IIe siècle av. J.-C. au Ve siècle apr. J.-C.[52]. Ce site est situé à environ 2 700 m en aval des ponts sur la rive droite. Il abrite notamment, outre des substructions et poteries romaines, les vestiges d'une villa gallo-romaine datant de la république[56] et un tombeau de briques fait d'une voûte en encorbellement. Cet espace à cheval entre Saint-Jean-Pla-de-Corts et Céret a été connu sous le nom de Locertetum, donné en 833 par Louis le Pieux avec le vicus Sirisidum aux frères Wimar et Radon. Il fut détruit lors des guerres qui suivirent la chute du royaume de Majorque et une chapelle fut construite sur ses ruines en 1387[57].

L'autre site, situé au lieu-dit Bentes Farines, laisse penser qu'il y avait là aussi des constructions à vocation artisanale ou agricole, que des céramiques ont permis de dater précisément de la deuxième moitié du IVe siècle au début du Ve siècle[52].

Royaumes de Majorque et d'Aragon

L'histoire de Céret commence lors de la formation de l'Empire carolingien. Le Vallespir fait alors partie des marches d'Espagne. C'est un pagus dépendant du comté de Roussillon.

Les premières mentions de Céret apparaissent au IXe siècle. La ville apparaît d'abord comme un fief des comtes d’Empuries sous contrôle de Pons de Vernet. Le Castellas, ancien château seigneurial de la ville, date de cette époque[58]. La ville se développe dès cette époque en cellera, zone sacrée et noyau urbain primitif de trente pas autour de l’église. Aux XIe et XIIe siècles, une première extension est construite au sud, englobant l'actuelle place de la fontaine des neuf jets. Au XIIIe siècle, la zone intramuros est construite[59].

En 1172, Alphonse II, comte de Barcelone et roi d'Aragon, hérite du Roussillon et ses pagus dont le Vallespir. Jacques Ier d'Aragon partage en 1262 ses possessions entre ses fils. Jacques II de Majorque hérite du royaume de Majorque, du Roussillon et de Céret.

Cette époque, la ville se voit protégée par des remparts et des douves[60] et la construction de l'abbaye bénédictine de Saint-Ferréol.

La rupture politique entre les héritiers de Jacques Ier entraîne la prise de possession du royaume de Majorque par la couronne d'Aragon. Pierre IV d'Aragon envahit et annexe le Roussillon en 1344.

En 1268, Guillaume V, vicomte de Castelnou, obtient Céret en dot lors de son mariage avec Ava. Sa fille en hérite en 1312. L'année suivante, en 1313, la fontaine des neuf jets est construite, sous le règne de Sanç Ier de Majorque[62].

Comme le veut la mode de l'époque et un certain calcul politique, une forme d'autonomie est offerte par le vicomte dans la gestion de la ville. Quatre consuls sont élus annuellement par la population. À partir de 1321, la ville fait construire le pont du Diable[63]. Les frais sont partagés entre Céret et les villages en amont du Tech qui en tirent parti.

Avant le XIVe siècle, la ville semble avoir été limitée à l'est par un ravin lui donnant une posture défensive naturelle. La zone accueillait « une activité métallurgique ». Ce ravin est comblé vers le début du XIVe siècle, un nouveau quartier est construit ainsi que des remparts, sur l'emplacement contemporain des arcades. Le nouveau quartier possédait un canal de 1,20 m de profondeur, qui servait de drainage et d'égouts[64].

Blason de la ville (1723).

Période espagnole

À la suite du mariage d'Isabelle de Castille et de Ferdinand d'Aragon et de l'union des deux royaumes qui s'ensuivit, Céret dépend du royaume d'Espagne. À cette occasion, la fontaine des neuf Jets fut alors surmontée d'un lion, emblème de l'Espagne.

Le couvent des Capucins fut construit en 1581. Un couvent des Carmes fut construit en 1648 sur le site occupé aujourd'hui par le musée, la mairie et l'office du tourisme. La rivalité entre les Capucins et les Carmélites virera en un conflit, dont l'issue sera la destruction des deux édifices pendant la Révolution française.

En 1640, les représentants de la Généralité de Catalogne signèrent dans la commune un pacte avec le représentant de Louis XIII, le cardinal de Richelieu. Une épidémie de peste toucha la ville de 1651 à 1655 et fera une centaine de victimes[66].

En 1641, en pleine guerre franco-espagnole, la cité privilégiée reçut des droits spéciaux, à l'égal de Ille. Un second privilège lui fut accordé lors de la conférence de Céret lorsque les représentants des royaumes de France et d'Espagne négocièrent en 1660 la nouvelle frontière entre les deux pays, point laissé ouvert par le traité des Pyrénées (signé en 1659).

Période française

Fontaine des neuf jets, vers 1935. E. Erre

L'annexion du Roussillon à la France met fin aux droits spéciaux accordés à la ville. À cette occasion, la tête du lion surmontant la fontaine des neuf jets, initialement tournée vers l'Espagne, est tournée vers la France, et la phrase suivante est gravée : «Venite Ceretens, leo factus est gallus» (« Venez Cérétans, le lion s'est fait coq »)[62]

Céret devient commune en 1790. L'abolition des privilèges proclamée par la Révolution française s'accompagne d'un partage des bois et prés communaux, qui se fait dans une certaine anarchie. De nombreux riverains et propriétaires vont alors se servir anarchiquement dans ce qui reste des anciennes forêts. Certains massifs sont ainsi dévastés en quelques années, parfois brûlés pour en revendre la cendre comme engrais, quand on n’y prend pas également l’humus pour le mettre sur les champs, rapporte Antoine Becquerel[67]. La jeune préfecture des Pyrénées-Orientales, dans une proclamation imprimée et affichée, tente de raisonner la population : « Les cailloux des monts, entraînés par les eaux, encombrent les lits des rivières et les font déborder. Nos superbes forêts de Céret et de Prades sont détruites. Il n'y aura bientôt plus de bois de chauffage ; les bois taillis ne peuvent suffire aux forges, et la rigueur des saisons a fait périr une quantité d'oliviers »[67].

Durant la guerre du Roussillon, la ville est le siège d'une bataille le , victoire facile de l'armée espagnole contre l'armée française, peu expérimentée[48]. Dès lors occupée par les Espagnols, elle n'est reprise que le par les Français. Les remparts fraîchement reconstruits au sortir de cette guerre sont démolis par Napoléon Ier [précision nécessaire]auquel les Cérétans ferment les portes. Devant l'inutilité de ce type d'ouvrage face aux canons, les remparts sont transformés en arcades.[réf. nécessaire]

Céret absorbe la commune de Palol, située au sud-est parmi sa partie la plus montagneuse, le [69].

Une épidémie de choléra touche la ville du au 18 octobre de la même année. 64 personnes meurent en 2 jours entre le 8 et 9 octobre[70].

Le Second Empire donne lieu à la construction du canal d'arrosage.

Pendant la 1re guerre mondiale, 2 hôpitaux bénévoles ont été organisés. L'un, rue de la Fusterie dans la Maison Bonnet, financé par l'Anglaise Dorothy Allhusen. Le deuxième, à l'école communale des garçons (ancienne école Sainte-Marie ou école des Frères de la Sainte Famille), financé par Mme Justin Bardou-Job[71],[72].

L'installation au début du XXe siècle de nombreux peintres cubistes[73] (Juan Gris, Pablo Picasso...) vaut au village le surnom de Mecque du cubisme, même si ce n'est pas la seule école représentée à Céret (Chaïm Soutine, Pinchus Krémègne, Marc Chagall…). Cette richesse permet à Pierre Brune et Franck Haviland, la construction d'un Musée d'Art moderne en 1950[74].

En 1922, l'œuvre commandée en 1919 à Aristide Maillol pour le monument aux morts est installée[75].

La même année, des familles cérétanes réunies en société font construire des arènes[76]. Une statue Torero du Monde est érigée près des arènes. Cette œuvre est la copie d'une statue de Manolo Hugué, sculptée alors qu'il est installé dans le village, et exposée au musée. Pablo Picasso fait à son tour don en 1953 de 35 coupelles sur le thème de la tauromachie au musée d'art moderne, créant une relation entre la vie artistique cérétane et le monde tauromachique.

Lors de la guerre d'Espagne et de la retirada, le village accueille un grand nombre de réfugiés. Durant la Seconde Guerre mondiale, Céret est un point de passage de la Résistance de la France vers l'Espagne. En 1946, une stèle des évadés est érigée près du pic de Fontfrède qui domine le village, lequell recevra la croix de guerre[78]. La ville de Céret, tout comme quatre autres communes, est également décorée de la médaille de la reconnaissance française pour son rôle lors de la Seconde Guerre mondiale. D'après le décret d'Édouard Depreux qui attribue cette médaille à cinq communes dont Céret, « La ville [...] a été à l'avant-garde de la résistance à l'ennemi dans le Roussillon. Trois-cent-quarante de ses fils ont préféré s'expatrier plutôt que de subir l'oppression de l'ennemi et du gouvernement de Vichy et sont allés servir dans les rangs des Forces françaises combattantes jusqu'à l'Armistice du 8 mai 1945. Les organisations de résistance de cette commune ont eu, indépendamment de leurs services de renseignement et de leurs troupes armées, une action particulièrement efficace dans l'aide aux personnalités politiques et militaires désirant quitter la France pour se soustraire à l'ennemi. Trois mille cinq cents personnes ont ainsi été acheminées au-delà de la frontière, 340 de ses habitants ayant rejoint les rangs des Forces françaises combattantes. »[79]

Politique et administration

Canton

La commune de Céret est le chef-lieu du canton de Céret depuis sa création en 1790[69]. À compter des élections départementales de 2015, la commune est incluse dans le nouveau canton de Vallespir-Albères, dont elle est le bureau centralisateur.

Tendances politiques et résultats

Administration municipale

En plus du maire, le conseil municipal comprend sept adjoints et vingt-et-un conseillers municipaux[80].

La mairie.

Liste des maires

Alain Torrent, maire de Céret de 2001 à 2020.
Michel Coste, maire depuis 2020.
Liste des maires successifs depuis la Libération de la France
Période Identité Étiquette Qualité
Jacques Souquet    
Gaston Cardonne PCF Employé des contributions indirectes
Sénateur des Pyrénées-Orientales (1946 → 1948)
Conseiller général du canton de Céret (1945 → 1951)

(décès)
Henri Guitard SFIO Avoué
Conseiller général du canton de Céret (1951 → 1963)
1964 Marcel Parayre    
1983 Michel Sageloly[81] SFIO puis PS Préparateur en pharmacie puis droguiste détaillant
Conseiller régional de Languedoc-Roussillon
Conseiller général du canton de Céret (1964 → 1982)
Henri Sicre PS Inspecteur des impôts
Député de 4e circonscription des Pyrénées-Orientales (1988 → 2007)
Conseiller régional de Languedoc-Roussillon (1986 → 1988)
Conseiller général du canton de Céret (1982 → 2001)
1996 Michel Sageloly (fils) DVD  
Henri Sicre PS Inspecteur des impôts
Député de 4e circonscription des Pyrénées-Orientales (1988 → 2007)
Conseiller général du canton de Céret (1982 → 2001)
Alain Torrent DVG Professeur agrégé de mathématiques
[82],[83] 3 juillet 2020 Alain Torrent DVG Professeur agrégé de mathématiques
Président de la CC du Vallespir
3 juillet 2020[84] En cours Michel Coste DVG Ingénieur, Président de la Communauté de communes

Jumelages

Population et société

Démographie ancienne

La population est exprimée en nombre de feux (f) ou d'habitants (H).

Évolution de la population
1365 1378 1470 1515 1553 1643 1709 1720 1730
227 f242 f194 f163 f142 f340 f498 f416 f498 f
1755 1765 1767 1774 1789 - - - -
587 f1 350 H2 215 H498 f440 f----
(Sources : Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9))

Démographie contemporaine

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[88]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[89].

En 2019, la commune comptait 7 857 habitants[Note 10], en augmentation de 2,53 % par rapport à 2013 (Pyrénées-Orientales : +3,73 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 7542 1812 5172 6923 2513 3023 3133 5193 586
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 4883 5853 7373 7083 6293 7773 8183 8283 766
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 8403 8413 9214 4724 9185 0525 1185 1485 091
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
5 4215 4385 9876 7987 2857 2917 5687 5837 747
2019 - - - - - - - -
7 857--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[90] puis Insee à partir de 2006[91].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[92] 1975[92] 1982[92] 1990[92] 1999[92] 2006[93] 2009[94] 2013[95]
Rang de la commune dans le département 6 5 4 5 10 9 9 11
Nombre de communes du département 232 217 220 225 226 226 226 226

Enseignement

Le collège Jean-Amade.

La commune compte deux écoles maternelles (Joan-Miró et du Pont-de-Céret) et deux écoles élémentaires (Pablo-Picasso et Marc-Chagall).

Céret compte aussi un collège (Jean-Amade), un lycée public (Déodat-de-Séverac) et un lycée d'enseignement agricole privé (LEAP) (BeauSoleil). Le lycée public propose l'accès aux baccalauréats généraux, à plusieurs baccalauréats professionnels ainsi qu'au baccalauréat technologique STMG (Sciences et Technologie du Management et de la Gestion)[96]. Le LEAP accueille 160 élèves[97] et propose des classes de 4e et 3e agricoles, ainsi que la préparation au baccalauréat professionnel SAPAT (Services aux personnes et aux territoires) en trois ans[98].

Ces établissements portent des noms d'artistes (peintre, écrivains ou musiciens) ayant vécu à Céret, à l'exception de Joan Miró qui demanda à réaliser une exposition au musée de Céret en 1977, sans toutefois y résider.

Manifestations culturelles et festivités

Paseo lors de la Féria de Céret Céret de toros.
Fêtes et marchés
  • Marché : samedis ;
  • Fête patronale : 18 septembre pour la Saint-Ferréol, ou dimanche suivant[7] ;
  • Fête communale : Pentecôte et 18 août[7] ;
  • Mi-mars : Carnaval ;
  • Un dimanche d'avril : La Cavallade, cavalcade de chevaux sur les boulevards, danses et musique Country ;
  • Pâques : Procession du Ressuscité[7] ;
  • Suivant Pâques : Les Pasquettes, concerts de musique sacrée en l'église Saint-Pierre ;
  • Fin mai : Fête de la cerise (21e édition en 2014[99]) ;
  • Fin juin : Festival Las Quérencias, concerts de guitares et flamenco ;
  • Mi-juillet : Féria ;
  • Foire : derniers samedi et dimanche d'octobre[7].
Événements
  • Mi-août : Festival de flamenco[100] ;
  • Mi-août : Festival de musique en Catalogne[101] ;
  • Début septembre : Salon du livre, depuis 2008[102] ;
  • Mi-septembre : Course de la Ronde Cérétane, depuis 1984.
Corrida

Les arènes actuelles ont été inaugurées en 1922[76] mais la tradition taurine est présente dans le village depuis au moins 1577[76] sous la forme de courses de taureaux. La première corrida avec mise à mort à Céret a lieu en 1894. Chaque année, depuis 1988[104], l'ADAC, Association des aficionados cérétans, organise dans les arènes des corridas pendant la feria. Cette association est connue dans le monde taurin pour être torista, c'est-à-dire, qui fait du taureau l'élément central de la corrida. La ville est membre du l'Union des villes taurines françaises. La feria a lieu le week-end le plus proche du 14 juillet.

Sardanes
La Cobla Principal de Llobregat lors de la Fête de la sardane 2013.

Le festival international de sardane a lieu chaque année depuis 1958, le weekend suivant celui de la feria.

Céret comme la ville de Banyoles en Catalogne sud sont considérées comme de hauts-lieux « sardanistes ». Les deux villes coopèrent autour du concours de composition pour cobla « Ceret-Banyoles ».

Santé

La commune possède une clinique privée (clinique du Vallespir) ouverte en 1971 et faisant partie d'un groupement de 11 cliniques du Languedoc-Roussillon.

Le nombre des médecins généralistes, non remplacés à la suite des départs à la retraite, a tendance à diminuer.

On compte aussi trois officines de pharmacie, trois opticiens, trois audio-prothésistes, de nombreux masseurs-kinésithérapeutes et infirmières libérales.

Social

Association caritative

Le local de la Croix-Rouge à Céret.
  • La Croix-Rouge a été présente dès 1888 avec la Société de Secours aux Blessés militaires.[réf. nécessaire] En 2021, elle a un local au 1, avenue Jules Ferry. Elle fait notamment de la distribution alimentaire et de l'accompagnement social.

Sports

Équipements
  • Stade de rugby Louis Fondecave, situé Avenue d'Espagne, en face du Lycée Déodat de Séverac. Il est fermé en 2021 pour travaux de remise en conformité des tribunes[105].
  • Stade de football Font Calda
  • Gymnase Font Calda
  • Gymnase des Tilleuls
  • Salle de danse
  • Salle de gymnastique et de boxe
  • Stade synthétique
  • Courts de tennis
Clubs
  • Céret Football Club : Club créé en 1963, regroupant actuellement 240 licenciés répartis dans 14 équipes[106].
  • Céret sportif : Club de rugby créé en 1915.
  • Club des Nageurs Cérétans (CNC) : club de natation créé en 1973[107].
  • Le Vallespir Volley : club et école de formation à la pratique du volley-Ball créé en 1986 sous le nom Volley-Ball Amélien et devenu Vallespir Volley en 2005. L'école est créée en 2008[108].
Événements
  • Ronde cérétane : course à pied, à deux parcours (6 km et 20 km), ayant lieu depuis 1984.
  • Rond'color, course à pied de 5 km ayant lieu depuis 2016, la veille de la Ronde cérétane, et durant laquelle des pigments de couleurs sont jetés sur les participants[109].

Le dimanche, la ville accueille le départ de la 15e étape du Tour de France 2021 entre Céret et Andorre-la-Vieille (AND).

Économie

Revenus

En 2018, la commune compte 3 688 ménages fiscaux[Note 11], regroupant 7 352 personnes. La médiane du revenu disponible par unité de consommation est de 20 540 [I 9] (19 350  dans le département[I 10]). 45 % des ménages fiscaux sont imposés[Note 12] (42,1 % dans le département).

Emploi

Taux de chômage
2008 2013 2018
Commune[I 11] 10 % 12,5 % 13,8 %
Département[I 12] 10,3 % 12,9 % 13,3 %
France entière[I 13] 8,3 % 10 % 10 %

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 4 236 personnes, parmi lesquelles on compte 70 % d'actifs (56,2 % ayant un emploi et 13,8 % de chômeurs) et 30 % d'inactifs[Note 13],[I 11]. En 2018, le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans est supérieur à celui de la France et du département, alors qu'il était inférieur à celui du département en 2008.

La commune est la commune-centre de l'aire d'attraction de Céret[Carte 2],[I 14]. Elle compte 2 866 emplois en 2018, contre 2 866 en 2013 et 2 720 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune est de 2 430, soit un indicateur de concentration d'emploi de 118 % et un taux d'activité parmi les 15 ans ou plus de 44,4 %[I 15].

Sur ces 2 430 actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, 1 377 travaillent dans la commune, soit 57 % des habitants[I 16]. Pour se rendre au travail, 76,4 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 2 % les transports en commun, 15,6 % s'y rendent à deux-roues, à vélo ou à pied et 6 % n'ont pas besoin de transport (travail au domicile)[I 17].

Activités

Revenus de la population et fiscalité

Revenus de la population

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 23 980 [I 18]. En 2011, ce revenu est de 24 590 [I 19].

En 2010, le revenu fiscal médian par unité de consommation est de 17 458 [I 8].

Fiscalité

En 2014, la totalité des impôts encaissés par la commune de Céret s'élevait à 4 112 000 , incluant taxe foncière, taxe d'habitation et CFE (cotisation foncière des entreprises). Ramené à la population de Céret, cette somme constitue une moyenne de 524  par habitant, pour une moyenne en France de 490  par habitant.

Les taux des différentes taxes à Céret en 2014 sont les suivants :

  • Taxe d'habitation : 14,18 % pour le taux communal et 9,97 % pour le taux intercommunal.
  • Taxe foncière sur les propriétés bâties : 20,45 % pour le taux communal et 19,51 % pour le taux départemental.
  • Taxe foncière sur les propriétés non-bâties : 43,27 % pour le taux communal et 2,17 % pour le taux départemental.
  • Taxe intercommunale additionnelle au foncier non-bâti : 35,04 %.
  • Cotisation foncière des entreprises : 32,24 % pour le taux intercommunal.

Emploi

L'effectif total de l'emploi sur Céret en 2009 est de 2 818 personnes, parmi lesquelles 79,1 % sont salariées. L'effectif total a augmenté de 0,9 % de 1999 à 2009[I 8].

En 2009, le taux d'activité des 15-64 ans est de 68,1 % et le taux de chômage de 18,4 %. La commune comprend au 658 demandeurs d'emploi toutes catégories confondues, parmi lesquels figurent 512 demandeurs d'emploi de catégorie A[I 8].

Entreprises et commerces

Agriculture

De la fin du XIXe siècle jusque dans les années 1980, Céret est un village agricole assez important. À la fin du XIXe siècle, la commune est nationalement réputée pour sa production de noisettes, tandis que la production de cerises, encore artisanale, ne prend son véritable essor qu'à partir des années 1920. En mai 1932, des cerises de Céret sont transportées pour la première fois par avion et offertes au président de la République. La tradition d'offrir au président un cageot des premières cerises de l'année s'est depuis maintenue à Céret. En 1938, le canton de Céret concentre à lui seul 45 000 des 90 000 cerisiers du département. Les 25 000 cerisiers de Céret produisent alors en moyenne 1 250 tonnes annuellement. Dans les années 1960, la petite ville de 5 000 personnes produit 3 000 tonnes de cerises primeurs. En 2009, la production de cerises a été divisée par 11.

Artisanat et industrie

Au XIXe siècle, de nombreuses activités industrielles sont implantées : espadrilles et souliers, bouchons, tonneaux, meubles, pipes, fouets, lacets, etc. De nos jours, l'essentiel de la production industrielle traditionnelle a disparu.

La ville possède une antenne de la Chambre de commerce et d'industrie de Perpignan et des Pyrénées-Orientales.

Activités de services

Le tourisme est une des premières ressources de la ville.

Culture locale et patrimoine

Jusqu'au début du XXe siècle, le village est construit autour de l'église Saint-Pierre et d'un rempart circulaire. C'est un village construit en pente douce sur piémont pyrénéen. Les constructions sont caractéristiques de la région à base de pierres roulées en granite. On note la présence de marbre sur certains édifices (église, fontaines). Limité par les Pyrénées au sud, par des ravins à l'est et à l'ouest, la ville se développe au cours du XXe siècle vers le nord, jusqu'à atteindre le Tech en contrebas. Les fossés bordant les remparts sont comblés et transformés en boulevards ombragés par de hauts platanes. Après d’importants travaux de terrassement pour combler partiellement le ravin de Tins, la ville se développe au début du XXIe siècle à l'ouest.

Monuments religieux

La ville de Céret est dotée d'une douzaine de bâtiments religieux.

  • Le principal en est l'église Saint-Pierre (Logo monument historique Classé MH (1998))[115], résultat de la superposition et reconstructions de quatre édifices. Une église préromane signalée en 814[116], une deuxième église romane avec son clocher à bandes lombardes du XIe siècle, une troisième église de style gothique. Divers éléments de cet édifice subsistent. L'élément le plus important est un portail en marbre gris du mas Carol, où est inscrit « L'any del nostre senyor 1398 va ser fet aquesta porta » ainsi qu'un clocheton ouvert sur les points cardinaux appelé conjurador[116]. Enfin, l'église du XVIIIe siècle construite sur le modèle de la basilique Saint-Pierre de 1722 à 1779[116]. Plusieurs objets sont référencés dans la base Palissy (voir les notices liées)[115].
  • Le vestige de l'ancien couvent des Capucins, dont seuls subsistent d'origine la chapelle et son chevet campanile, domine le stade Fondecave et l'avenue d'Espagne à l'est du centre-ville. Fondé en 1581, il est réputé pour avoir hébergé la conférence de Céret préparant et rédigeant notamment les dispositions de l'article 42 du traité des Pyrénées, arrêtant les grandes lignes du tracé de la frontière franco-espagnole, au printemps 1660[117],[Note 14]. Après l'abandon définitif de sa fonction religieuse en 1896, le site devient l'habitation du peintre Frank Burty Haviland durant la seconde décade du siècle dernier. Son paysage caractéristique en balcon a servi de sujet à de nombreux peintres du XXe siècle.
  • L'ermitage Saint-Ferréol est situé sur une colline des Aspres au nord de Céret. C'est un lieu de pèlerinage le 18 septembre de chaque année. Il offre une vue panoramique sur la plaine alluviale du Tech et le massif des Albères.
  • L'ermitage Saint-Georges del Pla del Carner est une chapelle romane en ruines. Elle se trouve à l'est de la ville, sur la plaine alluviale du Tech au sein de l'actuel hameau Saint-Georges.
  • La chapelle Saint-Joachim du Mas Perer se trouve sur la commune.
  • Chapelle Sainte-Marguerite du château d'Aubiry.
  • Chapelle Saint-Augustin de Céret.
  • Chapelle Notre-Dame-des-Anges du couvent des Capucins de Céret.
  • Chapelle Saint-Roch de Céret.
  • Chapelle Sainte-Anne du Mas Companyo.
  • Chapelle Saint-Louis-Roi du Mas des Capellans.
  • Chapelle Saint-Augustin du Mas d'en Ribes.
  • Chapelle Sainte-Isabelle du Mas Querol.
  • Chapelle Notre-Dame des Douleurs du Mas Seriès.
  • Chapelle Saint-Sébastien de Céret, située face au pont du Diable (rive nord du Tech), est construite en 1484. Seuls subsistent quelques vestiges intégrés aujourd'hui dans une maison et non visibles de l'extérieur. Une inscription figure à côté de la porte : L'année du Seigneur 1484 fut édifiée la présente chapelle dite du Pont Neuf.
  • Capelleta.

Monuments laïques

Au XXe siècle, la présence de nombreux peintres et de sculpteurs dans la ville favorise la diffusion d'œuvres d'arts dans les rues de Céret. Au début de l'avenue Clemenceau, se profile en perspective la statue de la fille de Déodat de Séverac, Magalie de Séverac, par Manolo Hugué ; Dénommée « La Catalane assise », elle trônait initialement, depuis sa réalisation en 1923, face au côté ouest de la place de la République, place du Barri à l'époque, et rendait hommage au compositeur Déodat de Séverac, dont le portrait créé par Gustave Violet figure en médaillon de bronze sur son socle. S'inspirant pour le visage, d'une jeune Cérétane, Rose Carbonell dont il appréciait la grâce, il eut aussi recours à plusieurs autres jeunes modèles féminins locaux pour l'allure générale, afin de représenter cette jeune Catalane. Depuis le 13 juin 2020, elle s'élève au terme d'un cheminement d'acier gravé chronologiquement du nom de la plupart des peintres ayant œuvré, séjourné ou résidant à Céret, depuis le début du XXe siècle. À mi-parcours, cette liste passe sous le chambranle métallique d'une porte, affichant symboliquement par son ouverture une poésie sur l'olivier et l'équipement artistique en bas-relief du sculpteur et peintre Manolo Hugué, premier de cette longue cohorte d'artistes. Ce nouvel espace dallé de pierres des Albères enrubannées de pierres plus claires de Girona, rapprochant minéralement les 2 Catalognes, met en scène cet « Hommage aux Peintres », architecturé sous le concept et la direction de Sarah Wickenburg, pour mieux valoriser la perspective scandée de l'œuvre métallique du sculpteur catalan Quim Domène.

Le monument aux morts de Céret (Logo monument historique Classé MH (1994)) est une pleureuse, œuvre d'Aristide Maillol.

Le portal de France (Logo monument historique Inscrit MH (1949)) et la porte d'Espagne constituent les vestiges des anciens remparts de Céret.

La fontaine des Neuf Jets (Logo monument historique Classé MH (1910)) est la principale fontaine de la ville, construite en 1313 sur la place du même nom et remodelée plusieurs fois au fil du temps. Le lion situé à son sommet est rajouté en 1479. Dégradé lors de la féria 2011, il est remplacé en [118].

La fontaine de la Sardane de la Paix rendant hommage à Pablo Picasso et au Massif du Canigou, sans oublier l'eau l'irriguant, est réalisée en 2012 par les artistes céramistes plasticiens Juliette et Jacques Damville[119],[120].

Le château d'Aubiry (Logo monument historique Inscrit MH (2006)) est construit à la fin du XIXe siècle à l'entrée de Céret, près de Saint-Jean-Pla-de-Corts, par l'architecte danois Viggo Dorph-Petersen à la demande de l'industriel Pierre Bardou-Job qui souhaitait l'offrir à son fils Justin.

Un monument de 1937 édifié en hommage aux constructeurs du canal d'arrosage est l'œuvre de Gustave Violet[10].

Enfin, le monument le plus important est sans doute le pont du Diable (Logo monument historique Classé MH (1840)). Son unique arche de pierre de 45,45 mètres d'ouverture résiste depuis le XIVe siècle aux crues du Tech[121]. Cet ouvrage haut de 22,30 m et renforcé au XVIIIe siècle fait aujourd'hui partie d'un ensemble de trois ouvrages d'art traversant le Tech. En 1883, l'ingénieur général Paul Séjourné[122] réalise le pont de chemin de fer. En 1939, le pont routier est mis en service[122].

Patrimoine culturel

  • Musée d'art moderne de Céret : fondé par Pierre Brune et Franck Haviland et situé au centre-ville, le bâtiment actuel englobe les locaux de l'ancienne gendarmerie, de la bibliothèque ainsi que du musée d'origine, lui-même construit sur un ancien couvent carmélite.
  • Maison du patrimoine Françoise-Claustre : musée archéologique.
  • Musée des instruments : collections de l'ancien Centre international des musiques populaires et fonds Herzka-Nil.
  • De nombreux lieux d'exposition, parmi lesquels : l'Espace Saint-Roch, la Capelleta, la salle Manolo, l'espace Pierre Mau, plusieurs galeries et ateliers d'artistes.

Équipements culturels

  • Médiathèque Ludovic Massé : inaugurée en 2007, elle occupe 1 200 m2 de la maison Companyo ;
  • École de musique, dans le bâtiment de l'ancienne bibliothèque ;
  • Salle de l'Union, salle municipale de spectacles et d'événements ;
  • Salle de cinéma, privée.

Personnalités liées à la commune

Les personnes listées dans la boîte déroulante ci-dessous sont liées à Céret.

Artistes

Les peintres Picasso à gauche, Pierre Brune au centre et Eudaldo, au second plan à droite, avec Consuelo Araoz à ses côtés, à Céret dans les années 1950.

La ville a attiré de nombreux peintres et sculpteurs.

Manolo Hugué et Frank Burty Haviland arrivent en 1909, recevant dès l'hiver 1910 le musicien compositeur Déodat de Séverac[123]. Pablo Picasso et Georges Braque les rejoignent en 1911[73]. Le poète Max Jacob avec le peintre Juan Gris viennent à Céret en 1913. Braque travaille avec Picasso entre 1911 et 1914 à l'élaboration de plusieurs œuvres cubistes, tandis que Franck Burty Haviland rachète l'ancien Couvent des Capucins de Céret en 1913. Pierre Brune acquiert le Castellas (ruine de l'ancien château fort) en 1916, lui permettant d'accueillir en 1918 Pinchus Krémègne et Chaïm Soutine[73], suivis en mars 1919 d'André Masson et Maurice Loutreuil, puis d'Auguste Herbin et de Juan Gris en 1920[123]. Entre 1927 et 1929, Marc Chagall s'installe au mas Lloret[124].

Le peintre André Eulry vécut à Céret de 1955 à 1980, tout comme Pinchus Krémègne dans les mêmes années, y faisant construire sa maison-atelier en 1960 à proximité du Couvent des Capucins de Céret. Le musée d'Art moderne de Céret a consacré à tous ces peintres une exposition intitulée Céret, un siècle de paysages sublimés 1909-2009 en 2009.

En 2013, les artistes céramistes Juliette et Jacques Damville furent invités à y créer la fontaine de la Sardane de la paix en hommage à Picasso[125],[126], œuvre souvent renommée « Fontaine de Picasso ».

Culture populaire

Légendes

Selon une tradition rapportée par l'historien catalan Vidal, l'hippogriffe, animal fabuleux, était censé vivre, au Moyen Âge, près de Céret, dans le Comté de Roussillon. On trouverait les traces de ses serres sur un rocher près du mas Carol[127].

Cinéma

Films tournés en partie à Céret :

Littérature

  • Gil Graff, Céret noir, Perpignan, Mare nostrum, coll. « Les polars catalans », , 143 p. (ISBN 978-2-36391-001-1)
  • Jacques Lavergne, Peinture au pistolet à Céret, Perpignan, Mare nostrum, coll. « Les polars catalans », , 317 p. (ISBN 978-2-908476-79-8, BNF 42008396)
  • Magdalena et Nicolas Duffaut, Le cheval dans le cerisier, Brésilley, Éd. Chocolat ! jeunesse, , 28 p. (ISBN 978-2-917516-38-6, BNF 43624296)[128]

Musique

Héraldique

Blason de Céret Blason
D'azur à deux clefs d'argent passées en sautoir et reliées par une chaîne du même ; au chef d'or chargé de quatre pals de gueules.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi

Bibliographie

  • Pierre Cantaloube, Céret et les ponts du Tech, Saint-Estève (Pyrénées-Orientales), Les Presses Littéraires, coll. « Le Tech et ses franchissements », , 2e éd., 340 p. (ISBN 2-35073-009-3, BNF 39988932)
  • Nicolas Dunyach, Céret passions, Perpignan, Éd. Talaia, , 85 p. (ISBN 978-2-917859-48-3, BNF 43817672)
  • Anton de Siboune, Mon vieux Céret : Histoire de Céret, Céret, L. Roque, , 326 p. (BNF 31363370)
  • Paul Tarris, « Notes sur Céret pendant la Révolution », Bulletin de la Société agricole, scientifique et littéraire des Pyrénées-Orientales, Perpignan, no 52,‎

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

Notes et cartes

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes à vol d'oiseau.
  2. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[13].
  3. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Dans les sites Natura 2000, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[23].
  6. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  7. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  8. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  9. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  10. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  11. Un ménage fiscal est constitué par le regroupement des foyers fiscaux répertoriés dans un même logement. Son existence, une année donnée, tient au fait que coïncident au moins une déclaration indépendante de revenus et l’occupation d’un logement connu à la taxe d’habitation.
  12. La part des ménages fiscaux imposés est le pourcentage des ménages fiscaux qui ont un impôt à acquitter au titre de l'impôt sur le revenu des personnes physiques. L'impôt à acquitter pour un ménage fiscal correspond à la somme des impôts à acquitter par les foyers fiscaux qui le composent.
  13. Les inactifs regroupent, au sens de l'Insee, les élèves, les étudiants, les stagiaires non rémunérés, les pré-retraités, les retraités et les autres inactifs.
  14. Aucun écrit officiel ne précise rigoureusement la localisation de la Conférence de Céret dans la ville ou ses abords (bâtiment privé, institutionnel ou religieux) Louis Albesa, Le traité des Pyrénées, , p. 44.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  2. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Carte de la commune dans le zonage des aires d'attraction de villes. », sur l'observatoire des territoires (consulté le ).

Références

Site de l'Insee

  1. « Métadonnées de la commune de Céret » (consulté le ).
  2. « Commune urbaine - définition » (consulté le ).
  3. « Unité urbaine 2020 de Céret » (consulté le ).
  4. « Base des unités urbaines 2020 », (consulté le ).
  5. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », (consulté le ).
  6. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Céret » (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », (consulté le ).
  8. a b c et d INSEE, résumé statistique pour la commune de Céret
  9. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 à Céret » (consulté le ).
  10. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 dans les Pyrénées-Orientales » (consulté le ).
  11. a et b « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 à Céret » (consulté le ).
  12. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans les Pyrénées-Orientales » (consulté le ).
  13. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  14. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur site de l'Insee (consulté le ).
  15. « Emp T5 - Emploi et activité en 2018 à Céret » (consulté le ).
  16. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la commune en 2018 » (consulté le ).
  17. « ACT G2 - Part des moyens de transport utilisés pour se rendre au travail en 2018 » (consulté le ).
  18. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  19. « Fichier RFDM2011COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2011 », sur le site de l'Insee (consulté le ).

Autres sources

  1. Stephan Georg, « Distance entre Céret et Perpignan », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  2. Stephan Georg, « Distance entre Céret et Céret », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  3. « Communes les plus proches de Céret », sur www.villorama.com (consulté le ).
  4. Frédéric Zégierman, Le guide des pays de France - Sud, Paris, Fayard, (ISBN 2-213-59961-0), p. 227-228.
  5. Carte IGN sous Géoportail
  6. Institut cartographique de Catalogne, « Visualisateur cartographique Vissir » (consulté le ).
  7. a b c d et e Michel de La Torre, Pyrénées-Orientales : Le guide complet de ses 224 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », (ISBN 2-7399-5066-7).
  8. « Plan séisme » (consulté le ).
  9. Étienne Roudier et Ingrid Dunyach, Les fouilles archéologiques place Pablo Picasso : Un regard sur le développement de la cité médiévale de Céret, du XIVe siècle à nos jours, maison du patrimoine de Ceret, coll. « Intervention archéologique » (lire en ligne), p. 3-4.
  10. a et b « Office du tourisme, Canal d'arrosage ».
  11. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  12. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  13. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  14. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  15. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Occitanie », sur occitanie.chambre-agriculture.fr, (consulté le )
  16. « Station Météo-France Vivès - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  17. « Orthodromie entre Céret et Vivès », sur fr.distance.to (consulté le ).
  18. « Station Météo-France Vivès - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr.
  19. « Orthodromie entre Céret et Perpignan », sur fr.distance.to (consulté le ).
  20. « Station météorologique de Perpignan - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  21. « Station météorologique de Perpignan - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  22. « Station météorologique de Perpignan - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  23. Réseau européen Natura 2000, Ministère de la transition écologique et solidaire
  24. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Céret », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  25. « site Natura 2000 FR9101478 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  26. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune de Céret », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  27. « ZNIEFF la « vallée du Tech de Céret à Ortaffa » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  28. « ZNIEFF « le Vallespir » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  29. « ZNIEFF le « massif des Aspres » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  30. « ZNIEFF la « rivière le Tech » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  31. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  32. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  33. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  34. Plan local d'urbanisme, section Diagnostic (2009)
  35. Conseil général des Pyrénées-Orientales, « Les grands projets routiers », sur www.cg66.fr (consulté le ).
  36. « Dossier départemental des risques majeurs (DDRM) des Pyrénées-Orientales », sur le site de la préfecture, édition 2017 (consulté le ), chapitre 1 - Liste des risques par commune.
  37. « Les risques près de chez moi - commune de Céret », sur Géorisques (consulté le )
  38. « Dossier départemental des risques majeurs (DDRM) des Pyrénées-Orientales », sur le site de la préfecture, édition 2017 (consulté le ), partie 1 - chapitre Risque inondation.
  39. « Dossier départemental des risques majeurs (DDRM) des Pyrénées-Orientales », sur le site de la préfecture, édition 2017 (consulté le ), partie 1 - chapitre Mouvements de terrain.
  40. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le )
  41. « Liste des cavités souterraines localisées sur la commune de Céret », sur http://www.georisques.gouv.fr/ (consulté le )
  42. « Plans de Préventions des Risques naturels - Base de données actualisée à septembre 2020 », sur georisques.gouv.fr/ (consulté le )
  43. « Dossier départemental des risques majeurs (DDRM) des Pyrénées-Orientales », sur le site de la préfecture, édition 2017 (consulté le ), partie 3 - chapitre Risque transport de matières dangereuses.
  44. « cartographie des risques d'inondations du tri de perpignan/saint-cyprien », (consulté le )
  45. (ca)(fr)Institut d’Estudis Catalans, Université de Perpignan, Nomenclàtor toponímic de la Catalunya del Nord, Barcelone, (lire en ligne).
  46. Jean-Marie Cassagne et Mariola Korsak, Les noms de lieux des Pyrénées-Orientales, Editions Sud-Ouest, , 191 p. (ISBN 9782879019888).
  47. a b c d e f g et h Lluís Basseda, Toponymie historique de Catalunya Nord, t. 1, Prades, Revista Terra Nostra, , 796 p..
  48. a et b Jean Sagnes (dir.), Le pays catalan, t. 2, Pau, Société nouvelle d'éditions régionales, , 579-1133 p. (ISBN 2904610014).
  49. tirachpasqual.cat
  50. Jean Abelanet, Les roches gravées nord-catalanes, Prades, Terra Nostra, coll. « Prehistòria de Catalunya nord », , 209 p..
  51. a b et c Françoise Claustre, Jérôme Kotarba et Denis Loirat, « L'abri de la Porte de Fer, Céret (Pyrénées-Orientales) », Études Roussillonnaises, vol. XIII,‎ 1994/1995, p. 33-37.
  52. Françoise Clautre et Gilles Peyre, La nécropole de Vilanova à Céret (Pyrénées-Orientales), Céret, Maison du patrimoine Françoise-Claustre, , 144 p. (ISBN 978-2-9545166-0-8).
  53. « Paroisse du vallespir ».
  54. « Reynes ».
  55. [PDF] « Archéo 66 », p. 46.
  56. Histoire du Roussillon (lire en ligne), « Introduction ».
  57. « Office du tourisme de Céret, Castellas ».
  58. Étienne Roudier et Ingrid Dunyach, Les archéologiques place Pablo Picasso : Un regard sur le développement de la cité médiévale de Céret, du XIVe siècle à nos jours, maison du patrimoine de Ceret, coll. « Intervention archéologique » (lire en ligne), page 2, figure 3.
  59. « Office du tourisme de Céret, Porte de France ».
  60. a et b « Office du tourisme de Céret, place des 9 jets ».
  61. Albert Salsas, La construction du pont de Céret en MCCCXXI, Céret, L. Lamiot, , 16 p. (lire en ligne).
  62. Étienne Roudier et Ingrid Dunyach, Les archéologiques place Pablo Picasso : Un regard sur le développement de la cité médiévale de Céret, du XIVe siècle à nos jours, maison du patrimoine de Ceret, coll. « Intervention archéologique » (lire en ligne), p. 3.
  63. Fabricio Cárdenas, 66 petites histoires du Pays Catalan, Perpignan, Ultima Necat, coll. « Les vieux papiers », , 141 p. (ISBN 978-2-36771-006-8, BNF 43886275).
  64. a et b Becquerel (Antoine César, M.), Mémoire sur les forêts et leur influence climatérique (exemplaire numérisé par Google) ; 1865 voire pages 43 et suivantes
  65. a et b Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9).
  66. Joseph Bocamy, Rapport sur le choléra épidémique qui a sévi dans les Pyrénées-Orientales pendant les mois de juillet, août, septembre, octobre et novembre 1854, Perpignan, impr. de Mlle A. Tastu, 1856 (lire en ligne)
  67. F. Olier et JL. Quénec'hdu., Hôpitaux militaires dans la guerre 1914-1918, Ysec Editions, (ISBN 978-2846731379), Tome 3 p137
  68. « L'Alliance », sur ressourcespatrimoines.laregion, (consulté le )
  69. a b et c « Musée de Ceret, historique ».
  70. « Musée de Ceret ».
  71. « Office du tourisme de Céret, monument aux morts ».
  72. a b et c .
  73. « Office du Tourisme de Ceret, Fontfrede ».
  74. La ville porte la médaille de la reconnaissance française, M. Mehr, 7 mai 2013, L'Indépendant
  75. Site de la mairie, section Le conseil municipal
  76. La fiche de Michel Sageloly sur le Maitron en ligne
  77. « Elections municipales de Céret : Alain Torrent élu au premier tour », L'Indépendant,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  78. Jean-Michel Collet, « A. Torrent officiellement installé à la mairie par la délégation », L'Indépendant,‎ .
  79. « Céret : Michel Coste et la nouvelle équipe municipale officiellement installés », L'Indépendant,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  80. Martial Mehr, Céret - Lüchow : trente ans d'amitié Franco-Allemande, L'Indépendant, 28 août 2013
  81. Town of Vienna Newsletter, mid-february 1975.
  82. Town of Vienna Newsletter, march 1982.
  83. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  84. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  85. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  86. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  87. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le ).
  88. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  89. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  90. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  91. Site du lycée de Céret, section STMG
  92. Site du lycée Beausoleil, section Le lycée
  93. Site du lycée Beausoleil, section Nos formations
  94. (ca) El Punt avui, Festa de la Cirera a Ceret, 30 mai 2014
  95. Martial Mehr, Céret : Un festival de flamenco qui gagne ses galons, L'Indépendant, 31 juillet 2013
  96. Martial Mehr, Céret : Les femmes à l'honneur du 13e festival de musique, L'Indépendant, 15 août 2013
  97. Martial Mehr, Une journée au rythme de la littérature à Céret, L'Indépendant, 5 septembre 2013
  98. « Association Des aficionados cérétans ».
  99. M. C.W., « Céret : la non-conformité de l’auvent entraîne la fermeture des tribunes de Fondecave "pour trois saisons a minima" », L'Indépendant,‎ (lire en ligne)
  100. L'Indépendant, Martial Mehr, Le Céret football club souffle ses 50 bougies, 26 août 2013
  101. Martial Mehr, Natation estivale : intouchables cérétans, L'Indépendant, 24 août 2013
  102. Site du club Vallespir Volley
  103. rondcolor.rondeceretane.com
  104. a et b « Eglise Saint-Pierre », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le )
  105. a b et c « Église Saint Pierre ».
  106. Alícia Marcet i Juncosa, Abrégé d'histoire des terres catalanes du Nord, Perpignan, Éditions Trabucaire, coll. « Història » (no 1), , 197 p. (ISBN 2-905828-31-5, BNF 35469857), p. 126.
  107. L'Indépendant, Martial Mehr, Le lion reprend sa place, 12 août 2013.
  108. « La fontaine de Picasso inaugurée dimanche à Céret », L'Indépendant,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  109. « ŒŒuvre monumentale fontaine ceret - Juliette & Jacques Damville - artistes plasticiens » (consulté le ).
  110. « Pont du diable sur structuræ ».
  111. a et b « Ponts de Céret ».
  112. a et b Yves Duchateau, La Mecque du cubisme 1900-1950 : Le demi-siècle qui a fait entrer Céret dans l'histoire de l'art, Alter Ego, , 361 p. (ISBN 978-2-915528-25-1 et 2-915528-25-X).
  113. « Marc Chagall », sur Musée d'art moderne de Céret (consulté le ).
  114. « La fontaine de Picasso inaugurée dimanche à Céret », L'Indépendant,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  115. « Œuvre monumentale fontaine ceret – Juliette & Jacques Damville – artistes plasticiens » (consulté le ).
  116. Georges Dominique Bo i Montégut, Légendes populaires des villages du Roussillon, L'Horta del Monastir, 1978.
  117. Martial Mehr, Quand Céret sert de décor à une BD pour enfants, L'Indépendant, 25 août 2013
  118. Céret de toros sur Rate Your Music
  119. Méditerranées sur Rate Your Music