Bouillé-Courdault

Bouillé-Courdault
Bouillé-Courdault
Le port de Courdault.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement Fontenay-le-Comte
Canton Fontenay-le-Comte
Intercommunalité Communauté de communes Vendée Sèvre Autise
Maire
Mandat
Stéphane Guillon
2014-2020
Code postal 85420
Code commune 85028
Démographie
Gentilé Bouilletais, Courdelais
Population
municipale
584 hab. (2016 en augmentation de 18,46 % par rapport à 2011)
Densité 60 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 23′ 29″ nord, 0° 41′ 16″ ouest
Altitude m
Min. 2 m
Max. 22 m
Superficie 9,76 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de la Vendée
City locator 14.svg
Bouillé-Courdault

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de la Vendée
City locator 14.svg
Bouillé-Courdault

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bouillé-Courdault

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bouillé-Courdault
Liens
Site web Site officiel

Bouillé-Courdault est une commune française située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire.

Commune de la région naturelle du Marais poitevin, elle est incluse dans le parc naturel régional du marais poitevin.

Ses habitants sont les Bouilletais (pour Bouillé) et les Courdelais (pour Courdault)[1].

Géographie

Le territoire municipal de Bouillé-Courdault s’étend sur 976 hectares. L’altitude moyenne de la commune est de 6 mètres, avec des niveaux fluctuant entre 2 et 22 mètres[2],[3].

Toponymie

En poitevin, la commune est appelée Boullàe-Courdàu[4].

Histoire

La commune est née du regroupement des communes de Bouillé et de Courdault en 1827. Bouillé-Courdault fait partie des dernières communes du Sud-Vendée qui résistent à l'hégémonie de la droite dans le département[réf. nécessaire] : au second tour des élections présidentielles du 6 mai 2007, Ségolène Royal est largement arrivée en tête loin devant Nicolas Sarkozy.

Politique et administration

Liste des maires

Article connexe : Histoire des maires de France.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 En cours Stéphane Guillon[Note 1],[5]   agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[7].

En 2016, la commune comptait 584 habitants[Note 2], en augmentation de 18,46 % par rapport à 2011 (Vendée : +4,51 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
298276290337560646669657686
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
727725727720724714663663670
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
632621584519508477468423412
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
462473408408418435457481571
2016 - - - - - - - -
584--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 2008, Bouillé-Courdault comptait 456 habitants (soit une augmentation de 5 % par rapport à 1999). La commune occupait le 17 450e rang au niveau national, alors qu'elle était au 16 813e en 1999, et le 252e au niveau départemental sur 282 communes.

Pyramide des âges

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (24,7 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (25,1 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,8 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,2 % d’hommes (0 à 14 ans = 20 %, 15 à 29 ans = 14,7 %, 30 à 44 ans = 23,1 %, 45 à 59 ans = 18,2 %, plus de 60 ans = 24 %) ;
  • 50,8 % de femmes (0 à 14 ans = 19,8 %, 15 à 29 ans = 13,4 %, 30 à 44 ans = 24,1 %, 45 à 59 ans = 17,2 %, plus de 60 ans = 25,5 %).
Pyramide des âges à Bouillé-Courdault en 2007 en pourcentage[10]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
0,9 
10,7 
75 à 89 ans
12,5 
13,3 
60 à 74 ans
12,1 
18,2 
45 à 59 ans
17,2 
23,1 
30 à 44 ans
24,1 
14,7 
15 à 29 ans
13,4 
20,0 
0 à 14 ans
19,8 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[11]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Lieux et monuments

Maison près du port de Courdault en mai 2011.
  • Église Saint-Quentin.

Château

Une motte féodale a été repérée par photographie archéologique aérienne par Maurice Marsac au lieu-dit le Grand Levis, inventaire M Marsac S.355.[1]. Elle est de forme quadrangulaire protégée par des fossés angulaires emboités. La commune de Bouillé-Courdault abrite les ruines du château où serait né Jacques du Fouilloux en 1521[12]. Au nord, la propriété est bordée par la fontaine Saint-Quentin.

Canal

Courdault est le point de départ du canal de la vieille Autise.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Bouillé-Courdault sur le site de l'Institut géographique national
  • Site officiel de la commune

Notes et références

Notes

  1. Réélu en 2008.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références

  1. Dictionnaire des communes de Vendée, Ouest-France, Rennes, 1991 (ouvrage rédigé par les correspondants d'Ouest-France en Vendée).
  2. « Commune 32668 », Géofla, version 2.2, base de données de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la France métropolitaine, 2016 [lire en ligne].
  3. « Bouillé-Courdault », Répertoire géographique des communes, fichier de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la Métropole, 2015.
  4. Jean-Loïc Le Quellec, Dictionnaire des noms de lieux de la Vendée, La Crèche, Geste Éditions, coll. « Geste Poche » (no 14), , 3e éd. (1re éd. 1995), 443 p. (ISBN 2-84561-263-X), p. 52.
  5. Site officiel de la préfecture de la Vendée - liste des maires(doc pdf)
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  10. « Résultats du recensement de la population de la Vendée en 2007 », sur insee.fr (consulté le 6 mai 2011)
  11. Renaissance architecture beaux-arts litterature science vendee