Boeing KC-46

Boeing KC-46

Boeing KC-46 Pegasus
Vue de l'avion.
Un des premiers KC-46A en 2016.

Constructeur Drapeau : États-Unis Boeing
Rôle Avion ravitailleur
Statut En production, en service
Premier vol
Mise en service
Investissement 2,8 milliards de dollars[1]
Coût unitaire 241 millions de dollars[2]
Nombre construits 38 appareils livrés[3]
Dérivé de Boeing KC-767

Le Boeing KC-46 Pegasus, fabriqué par Boeing, est une version de l'avion Boeing 767-200 avec un cockpit dérivé du Boeing 787 qui est destinée au ravitaillement en vol.

Historique

Premier ravitaillement par KC-46 d'un C-5M Galaxy le 29 avril 2019.

Le , l'avion a été sélectionné par l'United States Air Force (USAF) en tant que lauréat du concours de ravitailleurs KC-X pour remplacer les anciens Boeing KC-135 Stratotanker après l'annulation en 2006 du contrat concernant le Boeing KC-767. Ce contrat d'un montant de 4,9 milliards de dollars américains est verrouillé dans un accord ferme et à prix fixe avec Boeing. Ce contrat tient l'entrepreneur financièrement responsable des dépassements de coûts. En juin 2020, l'entreprise souffre de dépassements de coûts d'environ 4,6 milliards de dollars.

La production débute en septembre 2013. Les 18 premiers exemplaires devaient être livrés en 2017 pour une mise en service en 2018, mais le programme a du retard. 161 autres avions commandés devaient être livrés d’ici 2028.

En juillet 2015, Boeing annonce qu'il passera une deuxième charge de 536 millions de dollars sur ses résultats à la suite de problèmes sur le système d'alimentation en carburant, portant la charge totale à 1,3 milliard de dollars avant impôts. Des analystes estiment que les coûts de développement auraient été minorés pour remporter le contrat face à Airbus[4].

En décembre 2018 le Japon passe une commande pour deux exemplaires destinés a la force aérienne d'autodéfense japonaise, le second devant être livré en 2021[5].

L'USAF prend possession de son premier appareil le avec des restrictions d'utilisation. Elle a refusé d'accepter le KC-46 à deux reprises jusqu'en avril 2019. Les inspecteurs militaires ont découvert des objets étrangers et des outils et des vis oubliés dans des zones fermées telles que les parties d'aile de l'avion. Début 2020, les KC-46A ne sont pas aptes à être engagés en opération de combat. Leur « Remote Vision System » [RVS], c’est à dire un système de caméras qui, fourni par Rockwell Collins, permet de contrôler avec précision le ravitaillement en vol d’un autre appareil, ayant des défaillances[6].

Israël veut en commander huit début 2020[7].

Le 9 juin 2020, l'US Air Force a annoncé qu'elle avait retardé la date de la production de série du Boeing KC-46A Pegasus jusqu'à la fin de l'exercice 2024 le temps que Boeing corrige les défauts de l'avion.

Notes et références

  1. (en) Charles Ramey, « Boeing Awarded $2.8B for KC-46A Tanker Initial Production », sur boeing.mediaroom.com, (consulté le 27 juin 2020).
  2. (en) Michael J. Sullivan, Defense Acquisitions : Assessments of Selected Weapon Programs, Washington (D.C.), United States Government Accountability Office, , 194 p. (lire en ligne [PDF]), p. 111.
  3. (en) Boeing, « 767 Model Summary », sur active.boeing.com, (consulté le 27 juin 2020).
  4. Boeing passera une lourde charge sur son avion ravitailleur
  5. Justine Boquet, « Un deuxième ravitailleur Boeing KC-46A pour le Japon », Air et Cosmos,‎ (lire en ligne, consulté le 12 décembre 2018).
  6. (en) « Years Late, It’s ‘Pass-Fail’ Now For Boeing’s KC-46 Tanker : Gen. Miller », sur breakingdefense.com, Above the Law, (consulté le 3 septembre 2020).
  7. http://www.opex360.com/2020/03/04/ladministration-americaine-approuve-la-vente-de-8-avions-ravitailleurs-kc-46a-a-israel/