Bill Blass

Bill Blass
Biographie
Naissance
Décès
(à 79 ans)
New Preston
Nationalité
Activité
Autres informations
Arme
Conflit
Distinctions

William Ralph "Bill" Blass, né le et mort le (à 79 ans) à Fort Wayne, dans l'Indiana, est un créateur de mode américain[1]. Il est connu pour ses adaptations et ses combinaisons innovantes de textures et de motifs[1]. Il a reçu de nombreuses récompenses de la mode : sept prix Coty et le Fashion Institute of Technology Award du Lifetime Achievement du FIT en 1999[1].

Jeunesse

Bill Blass, né William Ralph Blass en 1922, est le seul fils de Ralph Aldrich Blass, un vendeur de matériels de voyage qui s'est suicidé alors que son fils avait cinq ans, et de Ethyl Pâques Keyser (morte en 1952), une couturière. Il a une sœur aînée, Virginia Mae, née en 1920.

Dans son autobiographie, Bill Blass écrit que les marges de ses cahiers d'école étaient emplies de croquis d'inspiration d'Hollywood au lieu de notes. À quinze ans, il a commencé à coudre, puis à vendre des robes de soirée pour 25 $ à un fabricant de New York. À dix-sept ans, il avait économisé assez d'argent pour faire ses études à Manhattan. Il a immédiatement excellé dans ses études de mode et à dix-huit ans était le premier homme à gagner Mademoiselle Design's award. Chaque semaine il dépensait son salaire en vêtements et chaussures.

En 1942, Blass s'est enrôlé dans l'armée. Il a été affecté dans le 603e bataillon de camouflage avec un groupe d'écrivains, artistes, ingénieurs du son, techniciens de théâtre et d'autres professionnels de la création. Leur mission était de faire croire à l'armée allemande que les Alliés étaient placés dans de faux endroits. Ils ont fait cela en utilisant des enregistrements, des mannequins et d'autres matériaux.

Carrière dans la mode

Bill Blass a commencé sa carrière de mode à New York en 1946[1]. Il était le protégé, comme Oscar de la Renta ou Calvin Klein plus tard, du baron français Nicolas Louis Alexandre de Gunzburg[2] (rédacteur à Vogue et Harper's Bazaar). En 1970, après deux décennies de succès dans la mode masculine et féminine, il a acheté Maurice Rentner Ltd, qu'il avait rejoint en 1959, et l'a rebaptisée Bill Blass limited[1]. Les années 1970 sont le point culminant de sa notoriété[3]. Lors des trente années qui ont suivi, il a élargi sa ligne pour inclure maillots de bain, fourrures, bagages, parfums, et la création de chocolats. En 1998, son entreprise réalisait 700 millions de dollars de chiffre d'affaires annuel.

Les créations de Bill Blass sont connues pour être confortables à porter, soignées et précises jusque dans les détails[3].

Le Bill Blass Édition Continental Mark

À partir de 1976, et jusqu'en 1992, Bill Blass prête ses talents à la Ford Motor Company pour une édition exclusive de leur marque de voiture Continental Mark. En 1976, il a créé des vêtements avec Emilio Pucci, Hubert de Givenchy et Cartier. Après 1983, l'édition Blass est devenue tout simplement une couleur unique et quelques fonctionnalités qui étaient sur le modèle standard.

Tyler Rose était assistante styliste pour William Blass.

La retraite et la mort

En 1999, Bill Blass vend Limited pour 50 millions de dollars à Michael Groveman et se retire dans sa maison à New Preston dans Connecticut. On lui a diagnostiqué un cancer de la langue en 2000[4]. Peu de temps après, il commença à écrire ses mémoires[5]. Son cancer se transforma plus tard en cancer de la gorge, entraînant sa mort en 2002[4]. Il est mort dix jours avant son 80e anniversaire.

Blass était collectionneur d'art et était un fin connaisseur des antiquités. Dans son testament, il a légué la moitié de sa fortune, composée de 52 millions de dollars en immobilier et en importantes sculptures antiques, au Metropolitan Museum of Art[6],[7].

Publications

  • Manger dans le Cookbook de Manhattan : une collection de recettes gourmandes à partir de grands restaurants de Manhattan, avec Joan G. Hauser (1983).
  • Bare Blass, édité par Cathy Horyn (2002).

Article connexe

Liens externes

Notes et références

  1. a b c d et e (en) Bill Blass Biography - Biography.com
  2. (en) Dupont, Ronald J, Jr., « Baron Nicolas de Gunzburg », The Vernon Stories of Jacobus Van Brug, (consulté le 9 juillet 2006)
  3. a et b Harriet Worsley (trad. de l'anglais), 100 idées qui ont transformé la mode [« 100 ideas that changed fashion »], Paris, Seuil, , 215 p. (ISBN 978-2-02-104413-3), « Le luxe sans obsentation », p. 161
  4. a et b (en) Bill Blass
  5. (en) Bare glass book review from Look Online.
  6. (en) Rebecca Mead, « Den of Antiquity: the Met Defends its Treasures », The New Yorker,‎ , p. 54–61
  7. (en) [PDF] http://www.metmuseum.org/annual_report/2005_2006/pdf/03report-from-director06.pdf