Beho

Beho
Beho
Crédit image :
licence GFDL 🛈

L’église Saint-Pierre, à Beho
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région  Région wallonne
Communauté  Communauté française
Province Drapeau de la province de Luxembourg Province de Luxembourg
Arrondissement Bastogne
Commune Gouvy
Code postal 6672
Zone téléphonique 080
Démographie
Gentilé Behonais(e)
ou Behotain(e)
Géographie
Coordonnées 50° 13′ nord, 5° 59′ est
Superficie 3 402 ha = 34,02 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte topographique de Belgique
Crédit image :
Eric Gaba (Sting - fr:Sting) and NordNordWest
licence CC BY-SA 3.0 🛈
City locator 14.svg
Beho
Géolocalisation sur la carte : Belgique
City locator 14.svg
Beho
Géolocalisation sur la carte : Région wallonne
City locator 14.svg
Beho
Géolocalisation sur la carte : province de Luxembourg
Voir sur la carte administrative de province de Luxembourg
Crédit image :
licence CC BY-SA 3.0 🛈
City locator 14.svg
Beho

Beho (prononcer [bəo] ; en allemand Bochholz, en luxembourgeois Boukëlz[1]/Boukels, en wallon B'hô) est un village des hauts plateaux de l'Ardenne belge, à la frontière de l'Eifel. Situé à l'extrémité orientale de la province de Luxembourg il fait administrativement partie de la commune de Gouvy située en Région wallonne (Belgique). C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

Étymologie

Il semble que le nom de Beho ait subi des changements à la suite d'influences différentes.

En 1284, Richard de Bocklolz fait un don au monastère de Hosingen.

En 1332, Jean, seigneur de Bocklolz négocie une intervention armée pour la délivrance du duc de Wanaulas, fait prisonnier à la bataille de Bersweiller. Bocklolz, d'origine germanique, signifierait 'bois de hêtre; l'équivalent allemand moderne serait Buchenholz ou Buchholz. Une influence romane sur la prononciation du nom est attestée dès 1625: Bocklolz devient Ab'ho, ou Behon.

En 1662 un acte d'anoblissement de Louis de Behoult et un acte datant de 1678 au sujet d'un F.J de Behoult confirment que le nom est bien modifié. Le terme courant dans la langue wallonne est dès lors Ab'ho (voire B'ho). La graphie française officielle devient Beho.

D'autres orthographes et prononciations populaires au fil des années étaient également Bocholt (1135), Bockholtz (1294), Buchok (1333), Bolchotz (1446), Bolchoult (1603), et Boucheuls et Bockels (1604) du côté germanique, tandis que la variante romane Behoult est attestée vers 1662.

Brièvement sous occupation allemande lors de la Seconde Guerre mondiale, Beho reporte le nom de Bocholz comme appellation principale, avant de redevenir Beho à la fin de l'occupation.

Histoire

Sous l'Ancien Régime, la terre de Beho était partagée entre la Cour de Tommen et le Comté de Salm, sauf Deyfelt qui relevait de la Seigneurie d'Ouren.

Beho fut érigée en commune du département de l'Ourthe sous le régime français.

En 1823, les villages de Commanster, Deiffelt, Ourthe et Wathermal lui furent adjoints.

En 1839 la commune fut transférée de la province de Liège à celle de Luxembourg.

Entre 1830 et 1920, Beho était le seul village germanophone de Belgique en dehors de l'Arelerland, mais ses habitants avaient appris le wallon pour communiquer avec les habitants du hameau de Commanster, qui faisait partie de l'ancienne commune de Beho jusqu'à son transfert à Vielsalm en 1977. Depuis 1930, la majorité des habitants se déclarent francophones.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, le , jour du déclenchement de la campagne des 18 jours, Beho est prise par les Allemands de la 5e Panzerdivision[2] qui a pour objectif de traverser la Meuse au niveau de Dinant. Ainsi de 1940 à 1944, Beho est annexée au Troisième Reich, exception faite de Commanster.

Patrimoine

Notes et références

Références

  1. Zesummegestallt vum Henri Leyder-Lëtzebuerger Marienkalender 1997-iwwerschaft 3/2011.
  2. Jean-Yves Mary, Le corridor des Panzers, tome I, p.101, Heimdal, 2009

Autres références