Battista Malatesta

Battista Malatesta
Biographie
Naissance
Décès
Activités
Famille
Père
Conjoint
Autres informations
Ordre religieux
Coat of arms of Federico and Guidobaldo da Montefeltro.svg
blason

Battista Malatesta («Iohanna Baptista Malatesta»), connue aussi comme Battista di Montefeltro, née à Urbino en 1384 et morte à Foligno le [1] était une poétesse italienne de la Renaissance[2].

Biographie

Battista Malatesta est la fille d'Antoine II de Montefeltro, comte d'Urbino, et la petite-fille de Frédéric II de Montefeltro. Le , elle épouse Galeazzo Malatesta, l'héritier de la seigneurie de Pesaro. Galeazzo arrive au pouvoir en 1429, mais est tellement haï comme un souverain qu'il est chassé de sa ville en 1431 après deux ans de pouvoir. Battista rentre dans sa ville d'Urbino pendant que son mari se réfugie à Venise, puis finalement à Florence. Ils se séparent definitivement en 1445, Battista désormais seule abandonne les études laïques pour ceux spirituels, devenant sœur franciscaine de l'Ordre des Clarisses le à l'âge de 63 ans sous le nom desuor Girolama au monastère Santa Lucia de Foligno où elle meurt le [1].

De studiis et litteris

Battista Malatesta était une femme savante de l'aristocratie qui a été éduquée dans la philosophie et les langues, et était une poétesse et oratrice. Elle correspondait avec d'autres savants de son temps comme Leonardo Bruni[3]. La lettre que Leonardo Bruni a adressé à Battista Malatesta de Montefeltro, intitulée « De studiis et litteris » a été écrite en 1424[4]. Dans celles-ci, Bruni décrit un programme d'études adapté aux femmes, estimant que le savoir détenu par les humanistes de la Renaissance n'est pas réservé qu'aux hommes et que les études classiques sont « dignes d'être poursuivies aussi bien par les hommes et que par les femmes ». De studiis et litteris est le plus ancien exemple connu d'échanges entre hommes et femmes à propos de l'éducation des femmes[2],[5]. En 1433, Battista Malatesta accueille à Urbino l'empereur Sigismond par un discours en latin qui un demi-siècle plus tard a été jugé digne d'être enregistrés dans les rôles[1].

Articles connexes

Notes et références

  1. a b et c (it) Anna Falcioni, « Battista di Montefeltro », sur Treccani.it
  2. a et b (en) Sister Prudence Allen, The concept of woman. 1250-1500, Grand Rapids, MI, 2, (ISBN 0-8028-3347-0)
  3. (en) Leonardo Bruni d'Arezzo, Vittorino da Feltre and Other Humanist Educators, Cambridge, Cambridge University Press, (lire en ligne), p. 119–33
  4. (en) James Hankins, Plato in the Italian Renaissance, Leiden, Brill, , 847 p. (ISBN 90-04-09161-0, présentation en ligne)
  5. (en) William Harrison Woodward, Vittorino da Feltre and other humanist educators : essays and versions. An introduction to the history of classical education, University of California Libraries,

Liens externes