Barrage de Treignac

Barrage de Treignac,
barrage des Bariousses
Treignac Bariousses barrage (5).jpg
Le barrage de Treignac.
Géographie
Pays
Région
Département
Arrondissement
Coordonnées
45° 33′ 16″ N, 1° 48′ 53″ E
Cours d'eau
Objectifs et impacts
Vocation
Propriétaire
Date du début des travaux
1949
Date de la fin des travaux
1951
Date de mise en service
1952
Barrage
Type
barrage voûte en béton
Hauteur
(lit de rivière)
22,5 m
Hauteur
(fondation)
26 m
Longueur
150 m
Épaisseur en crête
2,5 m
Épaisseur à la base
m
Réservoir
Nom
Altitude
513 m
Volume
7,5 millions de
Superficie
1,01 km²
Longueur
km
Centrale(s) hydroélectrique(s)
Chingeat
Hauteur de chute
164 m
Puissance installée
32,5 MW
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Arch dam 12x12 n.svg
Localisation sur la carte de Nouvelle-Aquitaine
voir sur la carte de Nouvelle-Aquitaine
Arch dam 12x12 n.svg
Localisation sur la carte de la Corrèze
voir sur la carte de la Corrèze
Arch dam 12x12 n.svg

Le barrage de Treignac, ou des Bariousses est un barrage français situé en région Nouvelle-Aquitaine, dans le département de la Corrèze sur la commune de Treignac. Il barre le cours de la Vézère.

Sa retenue, le lac des Bariousses, s'étend sur 101 hectares et possède une base de loisirs.

Géographie

Le barrage de Treignac barre le cours de la Vézère à l'intérieur du parc naturel régional de Millevaches en Limousin, dans le département de la Corrèze, sur la commune de Treignac. Construit à 490 mètres d’altitude, il se trouve à environ deux kilomètres et demi au nord-est du bourg de Treignac et six kilomètres à l'ouest de celui de Gourdon-Murat.

Historique

Le barrage a été édifié de 1949 à 1951[1] et mis en service en janvier 1952[2] pour la production d'hydroélectricité[3].

Soixante ans plus tard, deux journées portes ouvertes ont été organisées pour faire découvrir l’installation et la zone Natura 2000 [4].

Exploitation et caractéristiques techniques

D'un volume de 13 000 m3, l'ouvrage est un barrage voûte en béton long de 150 mètres[1]. La hauteur par rapport au terrain est de 22,5 mètres[3] et de 26 mètres, fondations comprises[1]. L'épaisseur du barrage en crête est de deux mètres cinquante et en pied de quatre mètres[1]. La crête est à une hauteur de 516 m[3]. Le barrage est complété par une digue haute de 9,5 mètres et longue de 185 mètres[2].

Il est exploité par Électricité de France[3].

Une galerie souterraine suivie d'une conduite forcée[2] forme une hauteur de chute de 164 mètres, jusqu'à l'usine hydroélectrique de Chingeat, située au bord de la Vézère sept kilomètres en aval du barrage[4]. D'une puissance installée de 32,5 MW, elle fonctionne depuis mai 1952 et produit annuellement l'équivalent de la consommation électrique d'une ville de 36 000 habitants[4].

Le barrage fait partie de l'aménagement hydroélectrique de la Vézère qui comporte cinq autres structures représentant au total une puissance supérieure à 65 MW, produisant ainsi annuellement l'équivalent de la consommation électrique d'une ville de 90 000 habitants[2].

Retenue

Le lac des Bariousses.

À une altitude de 513 mètres NGF[5], le lac des Bariousses s'étend sur 101 hectares[3]. Il est partagé entre trois communes du département de la Corrèze : Treignac principalement, Saint-Hilaire-les-Courbes sur environ trente hectares, et Lestards pour une mince bande longue de 250 mètres à l'extrémité amont du lac. En dehors de la Vézère, il est alimenté par quelques ruisseaux mais également par l'eau de la retenue du barrage de Monceaux la Virolle (ou barrage de Viam), après qu'elle a permis la production hydroélectrique à l'usine de Monceaux[4]. Le volume d'eau stocké représente 7,5 hm3[1] pour un bassin versant de 231 km2[3].

Environnement

Le barrage et le lac se situent dans le parc naturel régional de Millevaches en Limousin et font partie de la réserve de biosphère du bassin de la Dordogne[6]. Le sentier de grande randonnée 440B (GR 440B) passe en contrebas du barrage de Treignac puis longe la rive orientale du lac des Bariousses.

Photothèque

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références

  1. a b c d et e Barrage de Treignac, Structurae, consulté le 19 août 2018.
  2. a b c et d Panneau d'information d'EDF Aménagement hydroélectrique de Treignac, à côté du barrage, vu le 2 juin 2018.
  3. a b c d e et f Comité français des barrages et réservoirs, « Nouvelle-Aquitaine : Barrage de Treignac », sur www.barrages-cfbr.eu (consulté le 19 août 2018).
  4. a b c et d EDF met barrages et usines en lumière, La Montagne, 24 juillet 2012, consultée le 19 août 2018.
  5. [PDF] Barrage de Treignac, DREAL Nouvelle-Aquitaine, consulté le 19 août 2018.
  6. [ https://biosphere-bassin-dordogne.fr/notre-biosphere/caracteristiques/ Spécificités et zonages], Biosphère Bassin Dordogne, consulté le 27 décembre 2018.

Voir aussi

Articles connexes