Aviron bayonnais rugby pro

Aviron bayonnais
Logo du Aviron bayonnais
Généralités
Nom complet Aviron bayonnais rugby pro
Surnoms l'Aviron
Noms précédents Aviron bayonnais rugby (1906-2001)
Fondation
Statut professionnel SASP (depuis 2001)
Couleurs ciel et blanc
Stade Stade Jean-Dauger
(18 069 places)
Siège Garage de la Nive
1 rue Harry Owen Roe
BP 90417 64104 Bayonne Cedex
Championnat actuel Pro D2 (2021-2022)
Président Philippe Tayeb
Entraîneur Yannick Bru (manager général)
Joël Rey (avants)
Éric Artiguste (défense)
Jean-Frédéric Dubois (attaque)
Site web www.abrugby.fr
Palmarès principal
National[Note 1] Championnat de France de première division (3)
Championnat de France de Pro D2 (1)
Challenge Yves du Manoir (2)

Maillots

Kit left arm AvironBayonnais1920h.png
Kit body AvironBayonnais1920h.png
Kit right arm AvironBayonnais1920h.png
Kit shorts AvironBayonnais1920h.png
Kit socks AvironBayonnais1920h.png
Domicile
Kit left arm AvironBayonnais1920a.png
Kit body AvironBayonnais1920a.png
Kit right arm AvironBayonnais1920a.png
Kit shorts AvironBayonnais1920a.png
Kit socks AvironBayonnais1920a.png
Extérieur

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Saison 2021-2022 de l'Aviron bayonnais rugby pro
0

Dernière mise à jour : 16 août 2018.

L'Aviron bayonnais rugby pro[Note 2] est la section rugby fondée en de l'Aviron bayonnais, club omnisports basé à Bayonne dans les Pyrénées-Atlantiques. Le club évolue dans le championnat de Pro D2 et est actuellement présidée par Philippe Tayeb. Le staff technique responsable de l'équipe première est, lui, composé du manager général Yannick Bru et des entraîneurs Rémy Ladauge et Joël Rey.

Le club basque a notamment été trois fois champion de France en 1913, 1934 et 1943, a remporté le challenge Yves du Manoir par deux fois, en 1936 et en 1980 et a remporté le championnat de Pro D2 en 2019.

Il entretient une rivalité historique avec son voisin du Biarritz olympique.

Histoire

Les origines

Le , les joueurs du club de rugby du Stade bayonnais, première équipe de rugby à Bayonne créée un an plus tôt, rejoignent les rangs de l'Aviron bayonnais, jusqu'alors dédié uniquement à la pratique de l'aviron depuis sa création en 1904[2],[3].

Champion de France 1913

L'équipe de l'Aviron bayonnais championne de France le 20 avril 1913 au stade de Colombes.

Le club dispute sa première finale de championnat de France en 1913, où il se défait du SCUF 31-8 au stade Yves-du-Manoir. Grâce à cette victoire, le club est sacré champion de France pour sa première fois de son histoire. Cette victoire et ce titre venaient consacrer une saison magnifique qui vit l'Aviron remporter également le titre de champion de Côte Basque (compétition aujourd'hui disparue).

Après cette merveilleuse saison les journaux parisien ne tarirent pas d'éloges sur l'équipe bleu et blanc. L’hebdomadaire La Vie au Grand Air écrit : "L'équipe de Bayonne fit preuve d'un formidable souffle acquis certainement par un entraînement sévère de qualité physique extraordinaire de souplesse, de roublardise et d'adresse et d'un merveilleux esprit". Ce triomphe de 1913 venait surtout consacrer la philosophie de jeu que l'on appelait alors La manière bayonnaise.

L'Aviron bayonnais en 1914.

Vice-champion de France 1919

Le championnat de France est remplacé par coupe de l'Espérance, pendant la Première Guerre mondiale. La compétition a été jouée pendant quatre saisons, et l'Aviron bayonnais dispute la finale de la dernière édition en 1919 qu'il perd face au Stadoceste tarbais 4-3
au Bouscat[4] après avoir battu le SA Bordeaux EC 13-0 en demi-finale[5].

Vice-champion de France 1922 et 1923

Finale du championnat 1922, Serratte réussit à passer le ballon à Billac en sortie de mêlée, malgré Struxiano.

Le championnat de France reprend ses droits après la guerre, et le club atteint la finale lors de la saison 1922 où il rencontre le Stade toulousain au stade Sainte-Germaine au Bouscat. L'Aviron bayonnais perd la finale 6-0 .

Dribbling du Toulousain Lubin-Lebrère durant la finale du championnat 1923.

Le championnat de France de rugby à XV de première série 1922-1923 est remporté par le Stade toulousain qui bat l'Aviron bayonnais en finale le . Les deux clubs se retrouvent à nouveau la saison suivante en finale, qui est de nouveau gagnée par le Stade toulousain, sur le score de 3-0.

En 1930, Bayonne fait partie des 12 clubs parmi les plus prestigieux, s'opposant à l'amateurisme marron et à ses dérives, qui quittent le championnat de France et forment l’UFRA (Union française de rugby amateur)[6]).

Champion de France 1934

L'Aviron bayonnais champion de France en 1934.
Les avants bayonnais assurent l'avantage en touche.
Les Biarrots obtiennent la remise en touche.

L'Aviron bayonnais atteint la finale du championnat en 1934 et bat son grand rival le Biarritz olympique 13-8 au stade des Ponts-Jumeaux à Toulouse. Cela permet au club de remporter son deuxième championnat après celui gagné en 1913.

Seul club invaincu en phase de poules avec 6 victoires en 6 matches de Championnat, Bayonne cède pourtant dès les quarts de finale devant l'USA Perpignan.

Vainqueur du challenge Yves du Manoir 1936

Bayonne remporte le challenge Yves du Manoir en 1936 contre Perpignan.
Challenge du Manoir 1936 à Toulouse (finale), sortie du demi de mêlée Cunibert.

L'année suivante en 1936, il gagne le challenge Yves du Manoir, battant l'USAP en finale sur le score de 9-3.

Maurice Celhay en action, un des nombreux internationaux de l'Aviron bayonnais

En 1939, Bayonne termine premier club français à l'issue des matchs de poules mais est éliminé dès les quarts de finale par le RC Toulon. Pendant quelques années, l'Aviron bayonnais joue temporairement au stade Saint-Jean, jusqu'en 1941 où il déménage vers le stade Saint-Léon[7].

Champion de France 1943

Jean Dauger, trois-quart centre en possession du ballon face au RCF au stade Jean Bouin (octobre 1942).

Le club gagne à nouveau le championnat de France en 1943 en battant en finale le SU Agen sur le score de 3-0 au parc des Princes à Paris[8]. La même année, le club atteint les quarts de finale de la coupe de France, éliminé 13-6 par le Stade bordelais.

L'Aviron bayonnais champion de France en 1943.

Vice-champion de France 1944

La saison suivante, Bayonne se hisse encore en finale mais perd cette fois la finale face à l'USAP 20-5 et ne peut donc conserver son titre.

En 1945, l'Aviron est éliminé en quart de finale du Championnat par le Stade toulousain.

En 1946, les juniors Reichel sont champions de France pour la première fois de leur histoire après une victoire en finale contre le Lyon OU avec le futur international Paul Labadie comme talonneur.

En 1947, Bayonne est qualifie pour la deuxième phase réservé aux 32 meilleurs clubs français mais échoue à atteindre les huitièmes de finale.

En 1948, Bayonne est battu en quart de finale par Toulon 7-5 sur un essai de Marc Jaffrin à 20 secondes de la fin du match[9].

Demi-finaliste du championnat 1950

En 1949, Bayonne connaît une saison difficile et termine dernier de sa poule avec un bilan de 2 victoires, 1 nul et 7 défaites.

Après cette saison difficile, Bayonne doit passer par une poule de barrage en début de saison pour assurer son maintien en première division. Sous l'impulsion du futur talonneur international Paul Labadie[10], il termine premier de cette poule devant Céret, Bagnères et Montélimar. Il reste donc dans les 48 clubs de première division. Il termine ensuite deuxième de sa poule derrière Vienne et se qualifie pour les phases finales du Championnat. Il continue alors de déjouer les pronostics et élimine alors successivement le Stade toulousain en seizième, le FC Lourdes en huitième, Montferrand en quart avant d'être éliminé par le Racing club de France 13-9 en demi-finale.

Cet exploit sera toutefois sans lendemain et le club devra attendre 32 ans pour retrouver le dernier carré du championnat.

Résultats sportifs irrégulier (1951-1979)

Années 1950

À partir des années 1950, le club est à la peine et n'est plus aussi populaire mais conserve toutefois sa place en première division. Non qualifié entre 1951 et 1955, il atteint les huitièmes de finale en 1956, 1958 et 1959 et les quarts de finale en 1957. Les juniors Reichel du club remportent un deuxième titre de champion de France en 1953.

En challenge Yves du Manoir, Bayonne fait partie des 4 clubs invités pour la renaissance de cette compétition en 1952 et termine 3e[11]. Il obtient également la qualification en 1959. Premier de sa poule devant Dax[12], il est pourtant largement battu dès les quarts de finale face à Pau 30-0 dont la troisième ligne domine les débats[13].

Années 1960

Défaite de L'Aviron bayonnais sur le terrain du Stade toulousain 23-3 pour le compte du championnat 1963.

Dans les années 1960, il perd en seizième en 1960 et 1962 puis en huitième en 1961 puis manque la qualification en 1963 avant d’atteindre les quarts de finale en 1964. Puis, il est éliminé en seizième de finale entre 1965 et 1967 avant de disputer les huitièmes de finale en 1968, qu’il perd contre Toulon 20-13, futur finaliste.

En Challenge, Bayonne n'obtient la qualification qu'en 1960. Sorti deuxième de sa poule derrière Périgueux[14], il est éliminé en quart de finale par Béziers 12-3 après un match heurtée[15]. Bayonne échouera ensuite à se qualifier 15 saisons consécutives entre 1961 et 1975.

Années 1970

Entre 1969 et 1972, il est à nouveau battu en seizième de finale du championnat puis atteint les quarts de finale en 1973, éliminé par le grand Béziers. Puis après 2 seizièmes de finale consécutifs en 1974 et en 1975, il manque la qualification en 1976 à cause d’une défaite à domicile 6-24 contre Oloron, son concurrent direct.

Les résultats ne sont pas meilleurs en du Manoir où le club ne se qualifie qu'à une seule reprise en 1976. Bayonne est alors éliminé en quart de finale par Graulhet 15-3 après avoir éliminé La Voulte 18-8 en huitième de finale.

Montée en puissance (1977-1979)

Puis, le club sous l’impulsion de ces jeunes prometteurs comme Laurent Pardo ou Patrick Perrier et du centre venu du Boucau Christian Bélascain monte en puissance, disputant les quarts de finale en 1977 et en 1979 et les huitièmes de finale en 1978. Bayonne est de nouveau reconnu pour la qualité de son jeu d'attaque.

Le club revient ensuite au sommet au début des années 1980.

Retour au sommet et déclin

Vainqueur du challenge Yves du Manoir 1980

Il devra attendre 1980 pour retrouver sa gloire d'antan en remportant le trophée du challenge Yves du Manoir, battant l'AS Béziers 16-10[16] et ainsi obtenir son deuxième titre dans cette compétition.

Bayonne remporte le challenge Yves du Manoir en 1980 contre le grand Béziers.

Vice-champion de France 1982

Après avoir largement éliminé Grenoble 20-3 en demi-finale grâce à son superbe jeu d’attaque[17], Bayonne atteint la finale du championnat en 1982 mais perd contre le SU Agen 18-9 au parc des Princes à Paris. Dominant largement devant, Bayonne attaque pourtant sans discernement et de manière systématique. Il se voit ainsi contrer par les Agenais qui marqueront 4 essais[18].

Depuis 1982, le club n'a plus atteint la finale du championnat de France.

Demi-finaliste du championnat 1983

La saison suivante, après avoir dû passer par les barrages et éliminer Tulle, Montauban et Lourdes, il perd en demi-finale du Championnat contre Béziers 19-12. En Challenge, Bayonne atteint les quarts de finale, éliminé par le SU Agen 10-6.

En 1984, Bayonne atteint les demi-finales de la coupe de France, éliminé par le FC Lourdes 15-0 puis les huitièmes de finale du Championnat, battu par l'US Dax.

L'aviron est encore éliminé en huitième de finale du Championnat les 2 années suivantes, respectivement par le Stade toulousain en 1985 et par le SU Agen en 1986.

La rentrée dans le rang

Avant dernier de sa poule la saison suivante, Bayonne est relégué dans le second groupe puis est finalement sauvé par la fédération qui lance une nouvelle formule du championnat à 80 clubs.

En effet, les championnats 1988 et 1989 sont initialement disputé seize poules de cinq. Les deux premiers de chaque poules (soit 32 clubs) forment ensuite le groupe A et disputent ensuite une phase de qualification en étant groupés en quatre poules de huit. Les quatre premiers de chaque poule du groupe A (soit 16 clubs) sont qualifiés pour disputer les huitièmes de finale que dispute alors Bayonne mais le club est alors éliminé par le Racing club de France et par le RC Narbonne.

En 1990, l'Aviron termine premier de son groupe en challenge du Manoir mais est éliminé dès les quarts de finale par Narbonne tandis qu'il est absent des phases finales du Championnat. L'année suivante, il manque de peu la qualification en Championnat et atteint les huitièmes de finale du Challenge.

Bayonne, renforcé par l'ouvreur basque Didier Pouyau dispute ensuite un quart de finale du Championnat en 1992 perdu d’extrême justesse 16-15 face à son voisin biarrot qui s’impose grâce à un drop de Franck Corrihons en fin de match dans un stade Maurice-Trélut plein. En Challenge, Bayonne atteint aussi les quarts de finale, battu par le Racing CF 23-15.

Vainqueur de la coupe Moga 1995

Non qualifié pour le Top 16 lors des saisons 1993 et 1995, Bayonne remporte toutefois la coupe André Moga contre son voisin palois 22-15 sur le terrain de Mont-de-Marsan.

Relégation en groupe A2

Bayonne finit par descendre au terme de la saison 1995-96 malgré des joueurs de qualité comme Stéphane Aussel ou encore Christophe Lamaison qui mutera pour Brive à la fin de la saison et Jean-Michel Gonzalez qui signera à la Section paloise. La même année, les juniors Reichel sont champions de France, vainqueur de Toulon en finale.

La période moderne

En , en marge de la professionnalisation du rugby, l'association Aviron bayonnais œuvre à la création d'une SAOS, qui sera transformée un an plus tard en SASP sous le nom Aviron bayonnais rugby pro[19].

Au début des années 2000, toujours en Pro D2, l'Aviron bayonnais tente de monter en élite sans y parvenir malgré une deuxième place en 2000 et une demi-finale en 2001.

C'est en 2003-2004 que le club gagne son ticket pour la première division en terminant premier de Pro D2. Ce classement lui permet ainsi de disputer les demi-finales de Pro D2. Sur sa lancée, Bayonne gagne sa demi-finale contre Dax sur le score de 16 à 14 et atteint le stade de la finale. Mais pour la finale l'Aviron est battu par le FC Auch sur le score de 9-26 et voit le titre de champion de 2e division lui échapper.

L'Aviron bayonnais a beaucoup évolué depuis que le club est monté en Top 14 (anciennement Top 16), avec l'apport de joueurs étrangers notamment. Depuis son retour en première division, l'Aviron bayonnais lutte pour assurer son maintien en élite pendant quatre ans. En 2006, malgré un parcours en Top 14 difficile, le club trouve un nouveau souffle en challenge européen en se qualifiant pour les quarts de finale, ou le 2 avril 2006 Bayonne perd contre les Anglais des London Irish 48-5. En 2007, Alain Afflelou concrétise son intérêt pour le club; il apporte de l'argent et aide le club à progresser pour être parmi les meilleurs.

Lors de la saison 2008-2009 l'Aviron bayonnais peut, pour la première fois depuis le retour en première division, lutter pour une place en coupe d'Europe mais termine 7e du Top 14.

L'alignement des avants lors d'une touche en faveur de l'Aviron bayonnais au stade Marcel-Michelin le .

La saison suivante, le club a beaucoup d'ambitions et veut rééditer la bonne saison passée. Malheureusement, cela ne se passe pas comme prévu pour l'Aviron et le club doit se battre pour son maintien en Top 14. L'Aviron bayonnais joue son maintien contre Montauban, alors 12e avec 47 points et Montauban 13e avec 45 points à la fin de la 25e journée. Lors de l'ultime match de la saison, l'Aviron bayonnais perd son match aux allures de finale contre Montauban terminant a la 13e place avec 47 points à 2 points de Montauban au soir de la 26e et dernière journée du championnat. Alors que le club doit descendre en Pro D2 en , Bayonne est sauvé sur tapis vert pour cause de difficultés budgétaires de Montauban qui est finalement rétrogradé à sa place.

En , Alain Afflelou devient vice-président du club de Bayonne.

En , Bernard Laporte arrive au club, en tant que conseiller du président et vient avec un projet d'agrandissement du stade Jean-Dauger. Mais un différend avec le président du club, Francis Salagoïty, pousse Bernard Laporte à partir en . Le principal sponsor du club Alain Afflelou annonce également qu'il partira à la fin de la saison 2010-2011. Après plusieurs luttes internes, Francis Salagoïty et Alain Afflelou décident de s'en remettre au vote du conseil d’administration pour prendre les commandes du club, proposant chacun un projet. Alain Afflelou est soutenu par Michel Cacouault (ancien vice-président du club). En , lors de la grande réunion du club, Francis Salagoïty, mis en minorité par les membres du conseil d'administration, démissionne du club. Michel Cacouault est élu président du club. Alain Afflelou reste vice-président et indique qu'il sera sponsor principal pour les saisons à venir.

Pour la saison 2011-2012, le club basque se donne les moyens pour le titre en recrutant les All Blacks Joe Rokocoko (68 sélections, 46 essais) et Neemia Tialata (48 sélections avec la Nouvelle-Zélande), le Wallaby Mark Chisholm (58 sélections avec l'Australie), le demi de mêlée international gallois Mike Phillips (Ospreys), l'international français Cédric Heymans (Stade toulousain) et le prometteur ailier de Grenoble, Marvin O'Connor.

En , alors que l'Aviron bayonnais se trouve à une 11e place (l'objectif de début de saison était d'être dans les six premiers du classement) Christian Gajan et Thomas Lièvremont sont démis de leur fonction. Pour les remplacer, Didier Faugeron et Jean-Pierre Élissalde sont nommés entraîneurs de l'équipe. Lors de ce changement d'entraîneur Michel Cacouault démissionne de son poste de président. Il indique aussi qu'il démissionne de toute fonction au club et, le , Alain Afflelou devient président du club bayonnais. Jean-Pierre Elissalde sera remercié un mois plus tard. Cette année là, les juniors Reichel sont champions de France pour la quatrième fois de leur histoire.

Depuis la saison 2012-2013, Christian Lanta et Christophe Deylaud, en provenance du SU Agen, officient en tant qu'entraîneur.

En , Philippe Ruggieri quitte son poste du directoire et Alain Afflelou quitte son poste de président du conseil de surveillance en indiquant également réduire son sponsoring pour le club (de 4M à 200 000 euros)[20]. Pour les remplacer Emmanuel Merin prend la direction du club.

Pour la saison 2014-2015, Christian Lanta quitte le club et Christophe Deylaud est nommé entraineur des espoirs. Ils sont remplacés par l'Argentin Patricio Noriega [21] qui prend les fonctions d'entraineur des avants, secondé par Nicolas Morlaes, l'ancien responsable du centre de formation qui prend le rôle d'entraineur des arrières. Cette équipe est épaulée par Jean-Michel Gonzalez qui prend du galon et devient conseiller du président[22]. Dans le même temps, Alain Afflelou revient sur sa décision et réinjecte de l'argent, à hauteur de 1,7 million d'euros.

L'AB retombe vite dans ses travers. Les buteurs sont fébriles. Certains joueurs sont poussés dehors (Jgenti à Brive, Fonua en Angleterre) alors que d'autres disparaissent de l'équipe (B. Stewart, S. Vaka, D. Haare...) au profit des jeunes talentueux comme Ugalde ou Sayerse et l'international, Charles Ollivon.

En  : l'entreprise Alain Afflelou se retire et stoppe son sponsoring avec le club[23].

À l'issue de la saison 2014-2015, l'Aviron bayonnais termine à la 13e place synonyme de relégation en deuxième division après 11 ans passé en Top 14.

Le , Emmanuel Merin quitte son poste de président de l'Aviron bayonnais à la suite de l'échec du projet de fusion avec le Biarritz olympique. Pour lui succéder l'ex président de l'aviron de 1999 à 2011 Francis Salagoïty reprend la présidence du club.

L'Aviron bayonnais retrouve le Top 14 dès sa première saison de Pro D2 après avoir gagné la finale d'accession au stade Ernest-Wallon contre Aurillac en s'imposant 21 à 16[24],[25].

La remontée n'est toutefois pas pérenne car le club ne parvient pas à se maintenir en top 14 lors de la saison 2016-2017 et finit à la 14e place du championnat avec 30 points. Le club redescend alors en Pro D2, et ne se qualifie pas pour les phases finales du championnat lors de la saison 2017-2018, où il termine à la 8e place.

Champion de France de Pro D2 2019

La fin de saison 2017-2018, du club est surtout marqué par une nouvelle tentative de fusion avec son rival, le Biarritz olympique. Devant l'opposition des supporters du club, l'opération échoue et Francis Salagoïty démissionne de ses fonctions en mars 2018. Pierre-Olivier Toumieux (président du conseil de surveillance) et Philippe Tayeb (président du directoire) lui succèdent en avril 2018, et opèrent plusieurs changements dans l'encadrement du club pour la saison 2018-2019, avec notamment la rupture du contrat de Pierre Berbizier, manager général, et l'arrivée de Yannick Bru à la tête de l'équipe. Celle-ci termine à la 3e place de la phase régulière de la saison 2018-2019 de Pro D2 et parvient à remonter en top 14 à la faveur de trois victoires consécutives en phases finales (en barrage contre Nevers, en demi-finale contre Oyonnax, puis lors de la finale contre Brive)[26]. Vincent Etcheto, entraîneur des arrières, quitte le club à la fin de l'exercice 2018-2019, son contrat n'ayant pas été prolongé. Il est remplacé par Rémy Ladauge, venu du Soyaux Angoulême XV.

Après deux saisons en deuxième division, l'Aviron bayonnais retrouve donc l'élite pour la saison 2019-2020 de Top 14.

Relégation en Pro D2 2021

A l'issue de la saison 2020-2021 le club bayonnais termine 13e du championnat de Top 14 a égalité de points avec les Béarnais de la Section paloise malgré une victoire de plus, et se voit départagé à la suite des deux défaites dans la saison face à ces derniers ; l'Aviron bayonnais devra donc disputer un match de barrage pour sauver sa place dans l'élite du rugby. Face au Biarritz olympique, dans le derby basque, et après une égalité à la fin des prolongations (6-6), l'Aviron s'incline aux tirs au but (5-6) à Aguiléra. Les Bayonnais sont de fait relégués en Pro D2[27].

Palmarès

Compétitions nationales Anciennes compétitions

Bilan par saison

Saison Championnat Division Classement
2020-2021 Top 14 Première division 13e / Relégation
2019-2020 Top 14 Première division 9e (Championnat suspendu après 17 journées en raison de la crise sanitaire liée au Covid-19)
2018-2019 Pro D2 Seconde division 3e / Finale (champion) / promotion
2017-2018 Pro D2 Seconde division 8e
2016-2017 Top 14 Première division 14e / Relégation
2015-2016 Pro D2 Seconde division 2e / Vainqueur de la finale d'accession / Promotion
2014-2015 Top 14 Première division 13e / Relégation
2013-2014 Top 14 Première division 10e
2012-2013 Top 14 Première division 8e
2011-2012 Top 14 Première division 12e
2010-2011 Top 14 Première division 7e
2009-2010 Top 14 Première division 13e
2008-2009 Top 14 Première division 7e
2007-2008 Top 14 Première division 9e
2006-2007 Top 14 Première division 8e
2005-2006 Top 14 Première division 12e
2004-2005 Top 16 Première division 12e
2003-2004 Pro D2 Seconde division 1er / Promotion / Finaliste
2002-2003 Pro D2 Seconde division 6e
2001-2002 Pro D2 Seconde division 9e
2000-2001 Pro D2 Seconde division 3e / Demi-finale
1999-2000 Élite 2 Seconde division Première phase 2e / Seconde phase 2e
1998-1999 Élite 2 Seconde division 6e / Barrage
1997-1998 Groupe A2 Seconde division 8e
1996-1997 Groupe A2 Seconde division 7e
1995-1996 Groupe A1 Première division 9e / Relégation

Image et identité

Couleurs et maillots

Les couleurs traditionnelle de l'Aviron bayonnais sont le bleu ciel et blanc, où le club porte ces couleurs lors de ses matchs à domicile.

L'Aviron bayonnais change de logo en 2008.

Mascotte

Pottoka au stade Jean-Dauger.

La mascotte du club est un pottok, une race de cheval vivant au Pays basque, baptisée Pottoka. Elle fait ses débuts le [29].

On l'engage auprès de l'association basque Haur heri, qui aide les enfants malades de l'hôpital de Bayonne, action particulièrement appréciée à Bayonne ainsi que par les enfants qui retrouvent le sourire quand il passe les voir. En 2014, il crée avec l'aide du chanteur Gorka Robles une chanson, Bonjour, Agur, où il chante accompagné d'enfants malades ainsi que par quelques joueurs de l'Aviron (M.Ugalde, G.Rouet, J.Rokocoko, S.Spedding, G.Lovobalavu). Tous les bénéfices de ce CD sont reversés à l'association des enfants malades.

Le jour du dernier match de la phase régulière de Pro D2 de la saison 2015-2016 contre le Stade montois, il foule la pelouse de Jean-Dauger pour la 300e fois[réf. nécessaire].

Hymne

Les paroles sont de Dominique Herlax sur l'air de Griechischer Wein (Vino Griego en espagnol, Vin grec en français), un air populaire composé par le musicien autrichien Udo Jürgens en 1974 ayant eu beaucoup de succès dans le Sud-Ouest de la France[30],[31]. L'hymne est connu localement sous le nom de Peña Baiona.

Les supporters

Les supporters de l'Aviron soutiennent activement leur club pendant les matchs du championnat, agissent comme un seizième homme de l'équipe.

Plusieurs organisations de supporters existent :

  • La Peña Baiona organise les déplacements en bus ou en avion pour permettre aux supporters de soutenir leur équipe loin de Jean-Dauger
  • Les Gars de l'Aviron (LGA) interviennent pour les animations du stade, depuis la création de Pottoka jusqu'à l'animation du TtikiKop (groupe d'enfants qui assistent aux matchs). La LGA regroupe 16 peña bayonnaises
  • En 2011, une nouvelle association voit le jour : les Socios de l'Aviron bayonnais. L'ambition est de fédérer les supporters et de les regrouper pour faire l'acquisition de parts sociales du club et ainsi être représentés au sein des instances dirigeantes. Quatre ans après, cette expérience reste unique en France. À ce jour, les supporters, par l'intermédiaire des Socios AB détiennent 1 % du capital du club (limité mais pas dérisoire, le premier actionnaire détient 6 %)
  • En avril 2015, un nouveau groupe de supporteurs voit le jour : le BOC (Bayonnais d'origine certifiée). Cette association a été créée par cinq jeunes passionnés qui ont pour but de rendre à Jean-Dauger l'ambiance des saisons passées. Ce groupe de supporteurs anime les matchs en tribune sud. L'association compte pas moins de 350 adhérents dès la première saison. Le premier parrain a été Charles Ollivon avant son départ du club pour rejoindre le Rugby club toulonnais - il est alors remplacé par le talonneur Simon Labouyrie. Les animations proposés au sein de l'association sont diverses : canons à confettis, multiples drapeaux géants, stand photos, stand maquillage, achat de matériel pour les catégories de jeunes... En 2020 l'association BOC compte environ 350 adhérents, dont environ 120 regroupés en tribune EUROPCAR. Ugo Boniface et Peyo Muscarditz sont les parrains actuels de l'association BOC.

En juillet 2015, à la suite du projet de fusion avorté avec le Biarritz olympique, les Socios lancent une souscription populaire, une campagne de financement participatif, afin de lever des fonds pour la formation bayonnaise et acheter des parts supplémentaires.

Au cours de la saison 2017-2018, les diverses tractations en coulisses entre les actionnaires d'AB Lagunak afin de mettre en place un énième projet de fusion avec le Biarritz olympique poussent les quatre associations de supporteurs à s'unir. Leur importante pression conduira Francis Salagoïty et Christian Devèze à la démission. Ces derniers, après avoir maintes fois répété que leur présence à la tête du club était le symbole d'une grande stabilité et d'un abandon de toutes les discussions avec l'éternel rival, sont contraints de quitter leurs postes.

Les finales de l'Aviron bayonnais

Championnat de France de 1re division

On accède à l'article qui traite d'une saison particulière en cliquant sur le score de la finale.

Date de la finale Vainqueur Score Finaliste Lieu de la finale Spectateurs
Aviron bayonnais 31 – 8 SCUF Stade Yves-du-Manoir, Colombes 20 000
Stade toulousain 6 – 0 Aviron bayonnais Route du Médoc, Le Bouscat 20 000
Stade toulousain 3 – 0 Aviron bayonnais Stade Yves-du-Manoir, Colombes 15 000
Aviron bayonnais 13 – 8 Biarritz olympique Stade des Ponts Jumeaux, Toulouse 18 000
Aviron bayonnais 3 – 0 SU Agen Parc des Princes, Paris 28 000
USA Perpignan 20 – 5 Aviron bayonnais Parc des Princes, Paris 35 000
SU Agen 18 – 9 Aviron bayonnais Parc des Princes, Paris 41 165

Barrage de maintien en Top 14

Date de la finale Vainqueur Score Finaliste Lieu de la finale Spectateurs
Biarritz olympique 6 – 6 (tab 6-5) Aviron bayonnais Parc des sports d'Aguiléra, Biarritz entre 5 000[32] et 8 000[33]

Championnat de France de 2e division

On accède à l'article qui traite d'une saison particulière en cliquant sur le score de la finale.

Date de la finale Vainqueur Score Finaliste Lieu Spectateurs
1910
finale 2e série
Aviron bayonnais 10 – 0 Évreux AC ? ?
FC Auch 26 – 9 Aviron bayonnais Stade municipal de Beaublanc, Limoges ?

finale désignant le
vice-champion
Aviron bayonnais 21 - 16 Stade aurillacois Stade Ernest-Wallon, Toulouse 19 500
Aviron bayonnais 21-19 CA Brive Stade du Hameau, Pau 17 000

Championnat de France espoirs

Date de la finale Vainqueur Score Finaliste
ASM Clermont Auvergne 22 – 21 Aviron bayonnais

Coupe de l'Espérance

Date de la finale Vainqueur Score Finaliste Lieu de la finale Spectateurs
Stadoceste tarbais 4 – 3 Aviron bayonnais Route du Médoc, Le Bouscat ?

Challenge Yves du Manoir

On accède à l'article qui traite d'une saison particulière en cliquant sur le score de la finale.

Date de la finale Vainqueur Score Finaliste Lieu de la finale Spectateurs
Aviron bayonnais 9 – 3 USA Perpignan Stade des Ponts Jumeaux, Toulouse 17 000
Aviron bayonnais 16 – 10 AS Béziers Parc des Princes, Paris ?

Personnalités du club

Effectif 2021-2022

Nom Poste Naissance Nationalité sportive Sélections
(points marqués)
Dernier club Arrivée au club
(année[Note 4])
Ugo Boniface Pilier Drapeau de la France France - Formé au club 2017
Swan Cormenier Pilier Drapeau de la France France - Sporting Club Albigeois 2019
Jean-Baptiste de Clercq Pilier Drapeau de la Belgique Belgique FC Oloron 2019
Luc Mousset Pilier Drapeau de la France France - Stade rochelais 2018
Chris Talakai Pilier Drapeau de l'Australie Australie New South Wales Waratahs 2021
Luka Tchelidze Pilier Drapeau de la Géorgie Géorgie RC Toulon 2021
Maxime Delonca Talonneur Drapeau de la France France - US Dax 2018
John Ulugia Talonneur Drapeau de l'Australie Australie ASM Clermont 2020
Torsten van Jaarsveld Talonneur Drapeau de la Namibie Namibie Cheetahs
Free State Cheetahs
2018
Mariano Galarza Deuxième ligne Drapeau de l'Argentine Argentine Union Bordeaux-Bègles 2019
Matthew Luamanu Deuxième ligne Drapeau des Samoa Samoa Harlequin Football Club 2019
Denis Marchois Deuxième ligne Drapeau de la France France Section paloise 2021
Konstantin Mikautadze Deuxième ligne Drapeau de la Géorgie Géorgie Montpellier HR 2020
Bastien Bergounioux Troisième ligne Drapeau de la France France - Formé au club 2018
Jean Monribot Troisième ligne Drapeau de la France France - RC Toulon 2019
Asier Usarraga Troisième ligne Drapeau de l'Espagne Espagne Biarritz olympique 2020
Baptiste Heguy Troisième ligne Drapeau de la France France - Formé au club 2017
Filimo Taofifenua Troisième ligne Drapeau de la France France - US Dax 2018
Uzair Cassiem Troisième ligne Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud Scarlets 2021
Guillaume Rouet Demi de mêlée Drapeau de l'Espagne Espagne Formé au club 2012
Michael Ruru Demi de mêlée Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande - Melbourne Rebels 2019
Hugo Zabalza Demi de mêlée Drapeau de la France France - Formé au club 2019
Shaun Venter Demi de mêlée Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud Ospreys 2021
Maxime Lafage Demi d'ouverture Drapeau de la France France - Stade rochelais 2019
Manuel Ordas Demi d'ouverture Drapeau de la France France - Formé au club 2017
Théo Costossèque Centre Drapeau de la France France - Racing 92 2021
Yan Lestrade Centre Drapeau de la France France - Formé au club 2017
Peyo Muscarditz Centre Drapeau de la France France - Formé au club 2016
Isaia Toeava Centre Drapeau des Samoa Samoa RC Toulon 2021
Yann David Centre Drapeau de la France France Castres olympique 2021
Remy Baget Ailier Drapeau de la France France - Stade Toulousain 2018
Arthur Duhau Ailier Drapeau de la France France - Formé au club 2017
Joe Ravouvou Ailier Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande à 7 à 7 2020
Teiva Jacquelain Ailier Drapeau de la France France à 7 Stade montois 2021
Gaëtan Germain Arrière Drapeau de la France France FC Grenoble 2020
Sireli Maqala Arrière Drapeau des Fidji Fidji à 7 Nabua 2021

Joueurs emblématiques

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Joueur de l'Aviron bayonnais.
Équipe de l'Aviron bayonnais en avril 1913.

Entraîneurs

Saisons Entraîneur(s) Adjoint(s)
1973 - 1975 Robert Baulon
1975 - 1976 André Blanc
Raymond Ascarat
1976 - 1980 Roger Etcheto
Jean Saussié
1980 - 1981 Francis Léta
Roger Etcheto
Jean Saussié
1981 - 1990 Francis Léta
1990 - 1991 René Viguera
Louis Bordachar
1991 - 1993 Jean Louis Luneau
Christian Belascain
1993 - 1994 Jean Louis Luneau
Michel Bafcop
1994 - 1995 Jean Louis Luneau
Michel Paredon
1995 - 1997 Pierre Perez
Patrick Perrier
1997 - 1998 Pierre Peytavin
Robert Navarron
1998 - 2000 Jean Philippe Bidart
René Viguera
2000 - 2001 Francis Léta
Michel Montory
2001 - 2004 Pierre Bouisset Thierry Mentières
Pierre Peytavin
2004 - 2005 Gilbert Doucet Thierry Mentières (avants)
Peio Alvarez (arrières)
2005 - 2006 Xavier Péméja (avants)
Peio Alvarez (arrières)
2006 - 10/2006 Jean-Pierre Elissalde Xavier Péméja (avants)
Frédéric Faragou (arrières)
10/2006 - 2008 Xavier Péméja (avants)
Jean-François Beltran (arrières)
2008 - 01/2010 Richard Dourthe Thierry Mentières (avants)
Jean-Philippe Coyola (arrières)
01/2010 - 06/2010 Christian Gajan
2010 - 12/2011 Thomas Lièvremont (avants)
Frédéric Tauzin (arrières)
12/2011 - 01/2012 Jean-Pierre Elissalde Didier Faugeron (arrières)
Pierre-Henry Broncan (avants)
01/2012 - 06/2012 Didier Faugeron Denis Avril (avants)
2012-2013 Christian Lanta Christophe Deylaud (arrières)
Denis Avril (avants)
2013-2014 Christophe Deylaud (arrières)
2014-2015 Patricio Noriega (avants) Nicolas Morlaes (arrières)
Rob Linde (Touche)
Daniel Larrechea (jeu au pied)
2015-2017 Vincent Etcheto Dewald Senekal (avants)
Simone Santa Maria (défense)
2017-2018 Pierre Berbizier Joël Rey (avants)
Vincent Etcheto (arrières)
Simone Santa Maria (défense)
2018-2019 Yannick Bru Joël Rey (avants)
Vincent Etcheto (arrières)
Éric Artiguste (défense)
2019-2021 Joël Rey (avants)
Rémy Ladauge (attaque)
Éric Artiguste (défense)
À partir de 2021 Joël Rey (avants)
Éric Artiguste (défense)
Jean-Frédéric Dubois (consultant du jeu d'attaque)

Présidents

Notes et références

Notes

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. La forme officielle de la SASP est « Bayonne rugby - Aviron bayonnais rugby pro »[1].
  3. Pour le centenaire du club de la structure originale de l'Aviron bayonnais créée en 1904, deux ans avant qu'elle n'intègre une section rugby.
  4. Pour les joueurs formés au club, année de leur première apparition en équipe professionnelle.

Références

  1. « Mentions Légales », sur abrugby.fr (consulté le ).
  2. David 2015, p. 16.
  3. « L'Histoire de l'Aviron Bayonnais », sur abrugby-asso.fr (consulté le ).
  4. « L'histoire de l'ABRP - Les années 1910-1919 », sur bayonnais.com (consulté le ).
  5. « Bayonne bat nettement le Sabec », L'Auto,‎ (lire en ligne).
  6. Garcia 1996, p. 256.
  7. « Le stade Jean-Dauger à Bayonne », sur www.asbayonne.fr, AS Bayonne (consulté le ).
  8. « Finale du championnat de France de rugby : Aviron bayonnais - SU Agen », sur www.ina.fr, INA (consulté le ).
  9. Garcia 1996, p. 293.
  10. Garcia 1996, p. 839 et 845.
  11. Mérillon 1990, p. 45.
  12. Mérillon 1990, p. 75.
  13. Mérillon 1990, p. 74.
  14. Mérillon 1990, p. 81.
  15. Mérillon 1990, p. 82.
  16. Mérillon 1990, p. 227.
  17. Stéphane Pulze (préf. Serge Blanco), Les heures de gloire du FC Grenoble, Éditions Le Dauphiné libéré, 2005, 191 p., p.96 (ISBN 978-2-916272-00-9).
  18. Garcia 1996, p. 552.
  19. David 2015, p. 141.
  20. Pierre Penin et Laurent Zègre, « Aviron bayonnais : Afflelou retire trois millions », sur SudOuest.fr, (consulté le )
  21. Laurent Zègre, « Patricio Noriega, un destin singulier », sur SudOuest.fr, (consulté le )
  22. Thibault Perrin, « Top 14 - Aviron bayonnais. Patricio Noriega remplace Christian Lanta, Alain Afflelou réinjecte des fonds », sur www.lerugbynistere.fr, .
  23. Laurent Zègre, « Aviron Bayonnais : Alain Afflelou n’est plus le patron », sur SudOuest.fr, (consulté le )
  24. Laurent Zègre, « Aviron Bayonnais : Isabelle, les revoilà », sur SudOuest.fr, (consulté le )
  25. Richard Escot, « En battant Aurillac en finale d'accession, Bayonne retrouve le Top 14 », sur lequipe.fr, .
  26. Laurent Zègre, « Rugby – finale de Pro D2 : les Fêtes de Bayonne sont avancées », sur SudOuest.fr, (consulté le )
  27. Jean-Marie Llense, « Le BO s'impose aux tirs au but et accède au Top 14 après un derby basque des plus fous », sur rugbyrama.fr, (consulté le ).
  28. David 2015, p. 184.
  29. Francis Marmande, « De l’Autriche au Pays basque, l’étrange odyssée du « vin grec » chanté par Udo Jürgens », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  30. « L’hymne de l’Aviron Bayonnais est né… en Autriche », sur sudouest.fr, (consulté le ).
  31. « Jean-Baptiste Aldigé, président du BO : « Je ne peux pas croire qu'on essaye de salir cette joie-là » », L'Équipe, (consulté le ).
  32. « Les Biarrots reviennent dans la légende », Sud Ouest Dimanche, no 3741,‎ , p. 34-35.
  33. David 2015, p. 100.
  34. a et b David 2015, p. 51-52.
  35. David 2015, p. 162.

Annexes

Bibliographie

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • [Mérillon 1990] Jean Mérillon, Le challenge Yves-Du-Manoir : Histoire du rugby, Éditions Chiron, , 335 p. (ISBN 978-2702703953) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Henri Garcia, La fabuleuse histoire du rugby, Éditions de la Martinière, , 935 p. (ISBN 2-7324-2260-6)
  • Manuel Castiella, Un Siècle de Rugby à Bayonne, Biarritz/Paris, Atlantica, , 2e éd., 356 p., broché (ISBN 978-2-7588-0302-7)
  • [David 2015] Alban David, Histoire du rugby au Pays basque : De 1900 à aujourd'hui, Éditions Sud Ouest, , 277 p. (ISBN 978-2-8177-0430-2, notice BnF no FRBNF44468997) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Filmographie

Le documentaire Beau Joueur, réalisé par Delphine Gleize et sorti au cinéma en 2019, suit les efforts de l'équipe pour se maintenir dans l'élite lors de la saison 2016-2017 du Top 14.

Liens externes