Au revoir là-haut (film)

Au revoir là-haut
Réalisation Albert Dupontel
Scénario Albert Dupontel
Pierre Lemaitre
Musique Christophe Julien
Acteurs principaux
Sociétés de production Stadenn Prod.
Manchester Films
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie dramatique
Durée 115 minutes
Sortie 2017


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Au revoir là-haut est une comédie dramatique française coécrite et réalisée par Albert Dupontel, sortie en .

Il s'agit d’une adaptation du roman du même nom de Pierre Lemaitre, prix Goncourt 2013.

Synopsis

En , Albert Maillard est interrogé par un officier de la Gendarmerie française, au Maroc. À travers son témoignage, il raconte la fin de sa participation à la Première Guerre mondiale, sa rencontre avec Édouard Péricourt, fils de bonne famille parisienne, défiguré lors du conflit. Ensemble, ils montent une opération d'escroquerie. De son côté, Henri d'Aulnay-Pradelle, leur ancien lieutenant « va-t-en guerre », est devenu lui aussi escroc. Il est même parvenu à intégrer la famille Péricourt, dont le patriarche règne sur la classe politique parisienne.

Fiche technique

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution

Production

Genèse et développement

Le film est annoncé dès le mois d'août 2014[5].

Au moment de la fin du Festival de Cannes 2017, douze pays ont pré-acheté le film[6].

Pierre Lemaitre, l'auteur du roman, a été associé à la rédaction du scénario du film. L'adaptation cinématographique est très fidèle au roman : si l'on compare le livre et le film, il est facile de le constater. Sans la dévoiler, la scène de la fin est toutefois différente, plus allégorique et moins cynique dans le film que dans le livre.[réf. nécessaire]

L'écriture du scénario nécessite deux ans de travail, et connaît treize versions[7].

Distribution des rôles

C'est Bouli Lanners qui devait jouer le rôle d'Albert Maillard, mais il ne peut pas tourner pour cause de fatigue, et c'est finalement Albert Dupontel lui-même qui joue ce rôle[8].

Tournage

La préparation du film dure trois mois, puis le tournage s'étale sur quatorze semaines, de à [7]. La post-production, comprenant notamment la création de très nombreux effets visuels (500 plans en contiennent dans le film fini), débute ensuite, et s'achève en [7].

Albert Dupontel et l’équipe du tournage débutent à Theuville dans le Vexin[9],[10], de début mars à mi-juin 2016[11]. Certaines scènes sont tournées à l'hôtel particulier de la rue Fortuny à Paris, dont la société de production d'Albert Dupontel était locataire pour les besoins du film[12].

Musique

Au revoir là-haut

Bande originale de divers artistes
Sortie [13]
Genre musique de film
Compositeur Christophe Julien, Ennio Morricone, Nino Rota, Rachel Portman, Debbie Wiseman
Label Milan

La musique originale du film est composée par Christophe Julien. On peut par ailleurs entendre de nombreux morceaux empruntés à d'autres films.

Liste des titres

N.B. : tous les titres sont composés par Christophe Julien, sauf exceptions notées[13]

  1. Albert Swing - 3:23
  2. Seul - 2:16
  3. L'arnaque et la poste - 1:51
  4. T'es joli - 1:11
  5. Le champ de bataille - 2:03
  6. Pauline et Albert chez les Péricourt - 2:48
  7. Raquel (Nino Rota) - 1:23 (tiré du film Spara forte, più forte... non capisco d'Eduardo De Filippo)
  8. Le cimetière - 2:17
  9. Il m'a vue nue (Mistinguett ; Orchestre Jazz Fred mêlé du Mouling Rouge) 3:07
  10. Le sable - 1:27
  11. Darkness et la côte 113 - 1:12
  12. I Won't Ruin Him (Rachel Portman) - 3:24 (tiré du film Despite the Falling Snow de Shamim Sarif)
  13. Suspicion (Ennio Morricone) - 2:47 (tiré du film Stato interessante de Sergio Nasca)
  14. Le miroir - 1:12
  15. Les photos - 3:03
  16. Bucket of the Detective (Debbie Wiseman) - 2:38 (tiré de la série Dickensian)
  17. Ne te retourne pas - 2:18
  18. Variety Stomp (Fletcher Henderson & His Orchestra) - 3:03
  19. Dernière heure - 1:14
  20. Les masques - 1:06
  21. La recherche de Pradelle - 1:29
  22. Pauline et le glas - 1:05
  23. La sortie de l'hôpital - 0:55
  24. I Was Blackmailed (Rachel Portman) - 2:06 (tiré du film Despite the Falling Snow de Shamim Sarif)
  25. Pauline, Albert et les alliances - 2:19
  26. What the Eyes Doesn't See (Debbie Wiseman) - 3:22 (tiré de la série Dickensian)
  27. La terrasse - 3:40
  28. Bon voyage, soldat Maillard - 4:36
Autres morceaux présents dans le film[13]

Accueil

Avant-premières, festivals et sorties

Au revoir là-haut est présenté en avant-première le au Cinémoviking de Saint-Lô, avant sa sortie nationale en France le [4] comme en Belgique et Suisse romande.

Entre-temps, le film est choisi comme film d'ouverture en au Festival du film francophone d'Angoulême. En , il est projeté au Festival du film français d'Helvétie et au Festival international du film de Saint-Sébastien, où il récolte le Premio de la Asociación de Donantes de Sangre de Gipuzkoa, a la Solidaridad / Elkartasun Saria[14].

Au Québec, le film est présenté à Montréal en , dans le cadre du festival Cinémania, où il reçoit le prix du public[15], avant sa sortie le .

Accueil critique

En France, l'accueil critique est positif : le site Allociné recense une moyenne des critiques presse de 3,9/5. Albert Dupontel a réussi à condenser le livre de Pierre Lemaitre en un récit vif et équilibré, selon Samuel Douhaire dans Télérama.fr[17]. La critique de Jacques Mandelbaum sur Le Monde.fr est moins élogieuse : il reproche une recherche excessive de perfection tout en voulant traiter de multiples questions, ce qui nuit à la vie des personnages[18].

Au Québec, dans La Presse, Marc-André Lussier juge le récit parfois prévisible mais se dit impressionné par le jeu des acteurs, la direction artistique et la séquence d'ouverture. Dans Le Devoir, André Lavoie parle d'un spectacle enlevant, mais qui survole des sujets délicats déjà abordés dans d’autres films de manière plus frontale. Dans Le Journal de Montréal, Christophe Rodriguez, de son côté, y va d'une critique très élogieuse.

Box-office

Distinctions

Récompenses

Nominations et sélections

L'acteur Laurent Lafitte, nommé dans la catégorie meilleur second rôle.

Notes et références

  1. Dossier de presse sur UniFrance.org [PDF]
  2. « Entretien avec Albert Dupontel », sur Caméo Nancy (consulté le 23 octobre 2017)
  3. [xls] Liste de films agréés sur le site du CNC (onglet 2016, case E26).
  4. a et b « Albert Dupontel à Saint-Lô pour l’avant-première d’Au revoir là-haut », sur Ma Ville Saint-Lô, (consulté le 13 août 2017).
  5. Pauline Le Gall, « Au revoir là-haut de Pierre Lemaitre adapté par Dupontel », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne, consulté le 22 juin 2017).
  6. « Au revoir là-haut (2016) », sur Unifrance (consulté le 22 juin 2017).
  7. a b et c (en) Vincent Frei, « See you up there (aka Au revoir là-haut) : Cédric Fayolle – VFX supervisor – Mikros Image », sur www.artofvfx.com, (consulté le 26 octobre 2020).
  8. « Albert Dupontel : «Au revoir là-haut est une sorte de film d'auteur à tendance populaire» », lefigaro.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 6 décembre 2017)
  9. « Albert Dupontel adapte un Goncourt dans le Vexin », sur La Gazette du Val d'Oise (consulté le 2 avril 2017).
  10. « Albert Dupontel en tournage d’Au revoir là-haut jusqu'à la mi-juin », Le Film Français,‎ (lire en ligne, consulté le 2 avril 2017).
  11. La Gazette L'Echo, « THEUVILLE : Albert Dupontel tourne actuellement son film "Au revoir là-haut" », (consulté le 6 septembre 2017)
  12. Sandrine Blanchard (avec Beatrice Jérôme), « Hôtel Fortuny : la société de production d’Albert Dupontel se défend de tout passe-droit », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 15 novembre 2017)
  13. a b et c Bande originale Au revoir là-haut - Cinézik
  14. a et b Service Communication, « Une dizaine de prix pour le cinéma français à San Sebastián », sur Unifrance, (consulté le 19 octobre 2017)
  15. « Au revoir là-haut remporte le Grand Prix Mel Hoppenheim », sur festivalcinemania.com (consulté le 17 février 2019)
  16. « Au revoir là-haut de Albert Dupontel - (2017) - Film - Drame, Comédie dramatique - L'essentiel - Télérama.fr » (consulté le 15 novembre 2017)
  17. Jacques Mandelbaum, « Au revoir là-haut : tragédie ou fantaisie, Dupontel peine à choisir », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 15 novembre 2017)
  18. JP-Boxoffice.com ; page du film Au revoir là-haut consulté le 20 avril 2018.
  19. « Les Prix Historia 2019 », sur historia.fr, (consulté le 27 décembre 2019)

Annexes

Articles connexes

Bibliographie

  • Au revoir là-haut, roman, Paris, Albin Michel, 2013 (ISBN 978-2-226-24967-8), 566 pages ; réédition, Paris, LGF, coll. « Le Livre de poche » no 33655, 2015 (ISBN 978-2-253-09893-5) ; version audio lue par l'auteur, deux disques compact audio (durée : 16 heures), Audiolib, (ISBN 978-2-35641-701-5).
  • Au revoir là-haut, bande dessinée adaptée de l'auteur, dessins de Christian De Metter, Rue de Sèvres, 2015 (ISBN 978-2-369-81199-2).
  • Propos recueillis par Nathalie Chifflet, « Questions à Albert Dupontel Des problématiques d'aujourd'hui », Le Républicain Lorrain no 2101, Groupe Républicain Lorrain Communication, Woippy, , p. 21, (ISSN 0397-0639)
  • Nathalie Chifflet, « Les masques splendides des gueules cassées », Le Républicain Lorrain no 2101, Groupe Républicain Lorrain Communication, Woippy, , p. 21, (ISSN 0397-0639)
  • Yann Tobin, « Au revoir là-haut », Positif, no 681, Paris, Institut Lumière/Actes Sud , , p. 56-57, (ISSN 0048-4911).
  • Alexis Brocas, « Rebonjour là-haut », Le Magazine littéraire, no 585-586, Paris, Sophia Publications , novembre-, p. 112, (ISSN 0024-9807).
  • Au revoir là-haut - Dossier de presse, Unifrance [PDF].
  • Jean-Philippe Gunet, « J'aime Au-revoir là-haut ! Succès tant critique que public, récompensé notamment par cinq césars et vu par plus de 2 millions de personnes en salles, le film d'Albert Dupontel a littéralement emballé notre journaliste. Il s'en explique. », Télécâble Sat Hebdo no 1485, SETC, Saint-Cloud, , p. 22-23, (ISSN 1630-6511)

Liens externes