Attentat du 7 août 2019 à Kaboul

(Redirigé depuis Attentat à la bombe d'août 2019 à Kaboul)

Attentat à la bombe d'août 2019 à Kaboul

Localisation Kaboul, Afghanistan
Cible Un poste de police et une école de formation militaire dans l'ouest de Kaboul
Coordonnées 34° 29′ 50″ nord, 69° 06′ 51″ est
Date
9 h 00 (UTC+4:30)
Morts 14
Blessés 145
Auteurs Talibans

L'attentat du 7 août 2019 à Kaboul est l'explosion d'une voiture piégée à un poste de contrôle devant un poste de police de la capitale afghane, Kaboul, le 7 août 2019[1]. L'explosion se produit tôt le matin dans un quartier à majorité chiite de l'ouest de la ville[2]. Au moins 14 personnes sont tuées et 145 sont blessées, principalement des civils[3]. Les talibans revendiquent la responsabilité de l'attaque, citant le fait qu'un de leurs kamikazes a attaqué « un centre de recrutement »[1]. L’attaque a lieu alors que des négociations entre les talibans et les États-Unis sont en cours[2] à Doha au Qatar depuis septembre 2018[4].

Contexte

À la suite des attentats du 11 septembre, les États-Unis demandent aux talibans de leur remettre Oussama ben Laden, alors chef du groupe terroriste Al-Qaïda[5]. Après le refus des talibans, les forces armées des États-Unis, avec le soutien britannique, réalisent plusieurs bombardements sur les forces des talibans[6]. Cela mène à la guerre en Afghanistan, les États-Unis obtenant le soutien du Canada, de l'Australie, de la France et de l'Allemagne. La guerre fait au moins 244 000 victimes civiles en Afghanistan, en Irak, au Pakistan, en Somalie, au Yémen, en Syrie et dans d'autres pays visés par la guerre et par la guerre contre le terrorisme[7]. Les talibans contrôlent toujours 59 districts, même s'ils sont démis de leurs fonctions en 2001 par les États-Unis[8].

Au fil des ans, les États-Unis négocient avec les talibans afin de mettre un terme à la guerre. Une solution, à savoir le retrait des troupes américaines avant l'élection présidentielle de 2020 aux États-Unis, est proposée en juillet et août 2019[9]. En dépit de ces négociations de paix en cours, les talibans ciblent des civils qui vont participer à l'élection présidentielle afghane de 2019[10] lors de divers attentats menés au cours du premier semestre de 2019. Le groupe menace de perturber les élections du 6 août, les qualifiant de "sans valeur", car elles n’ont aucune légitimité[11].

Ce n'est pas la première fois qu'un commissariat de police est pris pour cible. En avril 2019, une attaque de grande envergure commise par les talibans dans l'ouest de l'Afghanistan coûte la vie à 30 soldats et policiers[12]. Un événement similaire se produit le 27 juillet 2019 lorsqu'un attentat suicide à la bombe près d'un poste de police dans la province de Ghazni tue trois policiers et en blesse 12[13]. La Mission d'assistance des Nations Unies en Afghanistan déclare que le mois de juillet 2019 est le plus meurtrier en Afghanistan depuis mai 2017 en raison de l'augmentation du nombre de victimes civiles[14].

L'école de formation militaire ciblée sert également de centre de recrutement pour les forces de sécurité[3].

Attaque

La bombe explose vers 9 h 00, heure locale, le 7 août 2019, lorsqu'un véhicule cible les portes du quartier général de la police du district 6[15]. Le véhicule est arrêté à un poste de contrôle de sécurité situé à l'extérieur du bâtiment. Le quartier général de la police est situé à Golaee Dawa Khana, un quartier chiite[16]. Le quartier général de la police et une école de formation militaire sont les principales cibles. Selon les témoins, l'explosion laisse une épaisse fumée dans le ciel et forme un grand cratère. Le poste de police, une école de formation militaire à proximité et toutes les fenêtres d'un rayon de 1,5 km sont détruits[17]. L'explosion fait 14 morts, dont quatre policiers et 145 blessés, principalement des femmes et des enfants ; 92 des blessés sont des civils[18]. Deux des assaillants sont tués et un autre est arrêté. La bombe utilisée est identifiée comme étant une voiture piégée, tandis que les talibans affirment qu'un camion piégé plus gros a été utilisé à la place[19]. L'attaque a lieu quelques jours avant la fête islamique de l'Aïd al-Adha[20].

Réactions

Domestiques

  • Le chef de l'exécutif afghan Abdullah Abdullah publie une déclaration sur Twitter condamnant l'attaque, déclarant que celle-ci vise à perturber l'élection présidentielle afghane de 2019. Il déclare également : « Nous sommes attachés au processus démocratique et notre détermination est inébranlable. Au lieu d'attaques terroristes, résolvons nos problèmes par la négociation »[2].
  • Roya Rahmani, l'ambassadeur sortant de l'Afghanistan aux États-Unis, déclare dans une interview à Washington, D.C., condamnant les attaques et les talibans : « On ne comprend pas pourquoi quelqu'un qui a l'idée de la paix en tête voudrait continuer à tuer des gens »[21].

Étrangères

  • Zalmay Khalilzad, représentant américain en Afghanistan, publie une déclaration sur Twitter dans laquelle il condamne les attaques[22] et déclare : « l'accent devrait être mis sur la réduction immédiate de la violence à mesure que nous nous rapprochons des négociations intraafghanes qui aboutiront à une feuille de route politique et à un cessez-le-feu permanent »[23].

Références

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « August 2019 Kabul bombing » (voir la liste des auteurs).
  1. a et b (en-GB) Reuters, « Kabul attack: nearly 100 injured in Taliban bombing, say officials », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne)
  2. a b et c (en) « Kabul », The Independent (consulté le 7 août 2019)
  3. a et b (en-US) « Taliban suicide blast in Kabul kills 14 people, injures 145 », Los Angeles Times, (consulté le 7 août 2019)
  4. Ghazal-Golshiri, A Kaboul, un climat de doute et de violence dans Le Monde du 15 août 2019 p. 2
  5. « The history of the Afghanistan war », Newsround, (consulté le 9 août 2019)
  6. (en) « A Timeline of the U.S. War in Afghanistan », Council on Foreign Relations (consulté le 10 août 2019)
  7. « Civilians Killed & Wounded | Costs of War », watson.brown.edu (consulté le 10 août 2019)
  8. « Afghanistan: Who controls what », www.aljazeera.com (consulté le 10 août 2019)
  9. (en) « The U.S. is Close to a Peace Deal With the Taliban, Officials Say », Time (consulté le 10 août 2019)
  10. (en) « UN Afghan Mission ‘outraged’ by deadly Taliban attack in Kabul, as hardline group threatens election violence », UN News, (consulté le 10 août 2019)
  11. (en) « Taliban Attack In Kabul Kills At Least 14 », NPR.org (consulté le 10 août 2019)
  12. (en-US) Fahim Abed, « Taliban Attack Kills Dozens in Afghanistan Despite U.S. Efforts in Peace Talks », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  13. (en) « Three Police Killed In Taliban Suicide Attack In Southeast Afghanistan », RadioFreeEurope/RadioLiberty (consulté le 10 août 2019)
  14. (en) « UN reminds parties of their responsibility to protect civilians - Civilian casualty rates spike in July », UNAMA, (consulté le 10 août 2019)
  15. CNN, « 14 dead and 145 people injured in Taliban bomb attack in Afghanistan », CNN (consulté le 8 août 2019)
  16. (en) « At Least 14 Killed, 145 Wounded In Taliban Car Bombing In Kabul », RadioFreeEurope/RadioLiberty (consulté le 8 août 2019)
  17. (en-US) Fahim Abed, Fatima Faizi et Mujib Mashal, « Violence in Afghanistan Worsens as U.S.-Taliban Peace Talks Plod On », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  18. Faiez et Anna, « Taliban suicide blast in Kabul kills 14 people, 145 wounded », The Washington Post, (consulté le 8 août 2019)
  19. (en-GB) « Taliban bomb Kabul amid peace talk 'progress' », https://www.bbc.com,‎ (lire en ligne)
  20. CBS/AP, « Taliban claims it's behind one of year's worst attacks in Kabul, with scores dead and wounded », www.cbsnews.com,‎ (lire en ligne)
  21. Deb Riechmann, « Afghan ambassador: Taliban attacks undermine peace talks », sur AP NEWS, (consulté le 10 août 2019)
  22. (en) U. S. Special Representative Zalmay Khalilzad, « Indiscriminate attacks and intentional Injury to civilians are never warranted. We condemn the attack today in Kabul for which the Taliban claimed responsibility, and in which scores were killed and reportedly more than 145 injured, including many civilians. », sur @US4AfghanPeace, (consulté le 9 août 2019)
  23. (en) U. S. Special Representative Zalmay Khalilzad, « The focus should be on immediately reducing violence as we move closer to intra-Afghan negotiations that will produce a political roadmap and a permanent ceasefire. », sur @US4AfghanPeace, (consulté le 9 août 2019)