Athéisme positif et négatif

(Redirigé depuis Athéisme négatif et positif)
Description imagée des diverses formes d'athéismes d'après les concepts anglo-saxons décrivant athéisme fort (explicite) et athéisme faible (implicite)

L'athéisme négatif, également appelé athéisme faible et athéisme doux, est un type d'athéisme où une personne ne croit en l'existence d'aucune divinité mais n'affirme pas explicitement qu'il n'y en a pas. L'athéisme positif, également appelé athéisme fort et athéisme dur, est la forme d'athéisme qui affirme en outre qu'aucune divinité n'existe[1],[2],[3].

Les termes «athéisme négatif» et «athéisme positif» ont été utilisés par Antony Flew en 1976[1] et sont apparus dans les écrits de George H. Smith[4] et de Michael Martin depuis 1990[5].

Champ d'application

En raison de la flexibilité du terme dieu, il est possible qu'une personne puisse être un athée positif / fort en termes de certaines conceptions de Dieu, tout en restant un athée négatif / faible sur d'autres définitions. Par exemple, le Dieu du théisme classique est souvent considéré comme un être suprême personnel omnipotent, omniscient, omniprésent, soucieux des humains et des affaires humaines. On pourrait être un athée positif pour une telle divinité, tout en étant un athée négatif par rapport à une conception déiste de Dieu en rejetant la croyance en une telle divinité, mais sans affirmer explicitement qu'elle est fausse.

L'athéisme positif et négatif est fréquemment utilisé par le philosophe George H. Smith comme synonyme des catégories moins connues de l'athéisme implicite et explicite[4]. Les athées « positifs » affirment explicitement qu'il est faux que des divinités existent. Les athées « négatifs » affirment qu'ils ne croient pas qu'il existe des divinités, mais n'affirment pas explicitement qu'il est vrai qu'aucune divinité n'existe. Ceux qui ne croient pas qu'il existe de divinités, mais qui n'affirment pas une telle non-croyance, sont inclus parmi les athées implicites. Parmi les athées "implicites" figurent donc les suivants: les enfants et les adultes qui n'ont jamais entendu parler des divinités; des gens qui ont entendu parler de divinités mais qui n'ont jamais réfléchi à ce concept; et des agnostiques qui suspendent la croyance au sujet des divinités, mais ne rejettent pas une telle croyance. Tous les athées implicites sont inclus dans la catégorisation négative / faible[6],[7].

Sous la classification de l'athéisme négatif, les agnostiques sont athées. La validité de cette catégorisation est cependant contestée et quelques athées éminents comme Richard Dawkins l'évitent. Dans Pour en finir avec Dieu, Dawkins décrit les personnes pour qui la probabilité de l'existence de Dieu est entre "très élevée" et "très faible" comme "agnostique" et réserve le terme "athée fort" à ceux qui prétendent savoir qu'il n'y a pas de Dieu. Il se catégorise comme un « athée de fait » mais pas comme un « athée fort » à cette échelle[8]. Au sein de l'athéisme négatif, le philosophe Anthony Kenny fait une distinction supplémentaire entre les agnostiques, qui trouvent la revendication « Dieu existe » incertaine, et les non-cognitivistes théologiques, qui considèrent que tout discours sur les dieux est dénué de sens[9].

Significations alternatives

Jacques Maritain a utilisé les expressions négatives / positives dès 1949, mais avec un sens différent et dans le contexte d'un apologiste strictement catholique[10].

Goparaju Ramachandra Rao (1902–1975), mieux connu sous son Surnom de Gora, était un réformateur social indien, militant anti-caste et athée. Il a proposé une philosophie qu'il a appelée «athéisme positif», qui traitait l'athéisme comme un mode de vie dans son livre de 1972, Athéisme positif[11].

De même, la communauté athée d'Austin (ACA) utilise le terme d'athéisme positif dans le sens de donner un visage positif à l'athéisme et de dissiper l'image fausse et négative de l'athéisme dépeinte par les religieux, en particulier dans les lieux de culte. Positive Atheism Magazine « voit l'athéisme comme une attitude positive et saine - beaucoup plus saine que toute approche théiste de la vie »[12].

Les agnostiques ne sont pas toujours de simples athées implicites. Par exemple, Philip Pullman, l'auteur anglais de la trilogie fantastique À la croisée des mondes, qui a l'athéisme comme thème principal, est un athée explicite[13],[14] mais se décrit également comme techniquement agnostique[15].

Voir également

Références

  1. a et b Antony Flew, The Presumption of Atheism, and other Philosophical Essays on God, Freedom, and Immortality, New York, Barnes and Noble, , 14ff p. (lire en ligne), « The Presumption of Atheism » :

    « In this interpretation an atheist becomes: not someone who positively asserts the non-existence of God; but someone who is simply not a theist. Let us, for future ready reference, introduce the labels 'positive atheist' for the former and 'negative atheist' for the latter. »

  2. Michael Martin, The Cambridge Companion to Atheism, Cambridge University Press, (ISBN 0-521-84270-0, lire en ligne)
  3. « Definitions of the term "Atheism" », Ontario Consultants on Religious Tolerance, (consulté le 1er juin 2010)
  4. a et b Atheism, Ayn Rand, and Other Heresies - an excerpt; George H. Smith; 1990
  5. Michael Martin, Atheism: A Philosophical Justification, Temple University Press, (ISBN 0-87722-943-0, lire en ligne), p. 26 "negative atheism, the position of not believing a theistic God exists" / "positive atheism: the position of disbelieving a theistic God exists"; p. 464: "Clearly, positive atheism is a special case of negative atheism: Someone who is a positive atheist is by necessity a negative atheist, but not conversely".
  6. The Case Against God - en excerpt; George H. Smith; 2003
  7. « Are You a Negative Atheist? »
  8. The God Delusion, pp. 50–51
  9. Kenny, « Worshipping an Unknown God », Ratio, vol. 19, no 4,‎ , p. 442 (DOI 10.1111/j.1467-9329.2006.00339.x)
  10. Maritain, « On the Meaning of Contemporary Atheism », The Review of Politics, vol. 11, no 3,‎ , p. 267–280 (DOI 10.1017/S0034670500044168, lire en ligne[archive du ]) :

    « By positive atheism I mean an active struggle against everything that reminds us of God – that is to say, anti-theism rather than atheism – and at the same time a desperate, I would say heroic, effort to recast and reconstruct the whole human universe of thought and the whole human scale of values according to that state of war against God. »

  11. Robyn E. Lebron, Searching for Spiritual Unity...Can There Be Common Ground?, CrossBooks, (ISBN 978-1-4627-1262-5, lire en ligne), p. 532
  12. What is Positive Atheism?; Positive Atheism Magazine; Novembre 1998
  13. "As an atheist I'm rather on difficult ground here, but presumably this is what a Christian believes." The Dark Materials debate: life, God, the universe... (interview of Pullman by Rowan Williams), Telegraph.co.uk, 17 mars 2004.
  14. Miller, Laura, « 'Far From Narnia' » [Life and Letters article], The New Yorker : « he is one of England’s most outspoken atheists. ... He added, “Although I call myself an atheist, I am a Church of England atheist, and a 1662 Book of Common Prayer atheist, because that’s the tradition I was brought up in and I cannot escape those early influences.” »
  15. « Sympathy for the Devil by Adam R. Holz », Plugged In Online (consulté le 14 septembre 2013) : « I suppose technically, you'd have to put me down as an agnostic. »