Arnouville

Arnouville
Arnouville
La fontaine, place de la République.
Blason de Arnouville
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-d'Oise
Arrondissement Sarcelles
Canton Garges-lès-Gonesse
Intercommunalité Communauté d'agglomération Roissy Pays de France
Maire
Mandat
Pascal Doll
2015-2020
Code postal 95400
Code commune 95019
Démographie
Gentilé Arnouvillois, Arnouvilloises
Population
municipale
14 353 hab. (2016 en augmentation de 4,48 % par rapport à 2011)
Densité 5 054 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 59′ 00″ nord, 2° 25′ 00″ est
Altitude 75 m
Min. 40 m
Max. 76 m
Superficie 2,84 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Val-d'Oise

Voir sur la carte administrative du Val-d'Oise
City locator 14.svg
Arnouville

Géolocalisation sur la carte : Val-d'Oise

Voir sur la carte topographique du Val-d'Oise
City locator 14.svg
Arnouville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Arnouville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Arnouville
Liens
Site web arnouville95.fr

Arnouville, anciennement Arnouville-lès-Gonesse Écouter, est une commune située à l'extrémité sud-est du Val-d'Oise, à 18 km au nord de Paris (12 km de la porte de la Chapelle).

Géographie

Arnouville est limitrophe de : Gonesse, Bonneuil-en-France, Garges-lès-Gonesse, Sarcelles et Villiers-le-Bel.

La commune est desservie par le (RER)(D) avec la gare située sur son territoire : gare de Villiers-le-Bel - Gonesse - Arnouville.

La ville est desservie par diverses lignes de bus :

Urbanisme

Morphologie urbaine

La ville est principalement résidentielle et pavillonnaire. À la différence des villes limitrophes, Arnouville ne compte aucune cité. Le quartier commerçant est situé autour de la gare RER Villiers-le-Bel - Gonesse - Arnouville. Sur le nombre d'établissements actifs, il y a 20 % d'entreprises de construction et 20 % de « commerces et réparation automobiles ».

La ville compte diverses épiceries, un Auchan, et un Lidl.

Logement

Projet d'aménagement

L'avenue du Parisis passera par Arnouville.

Toponymie

Arnoni villa au IXe siècle, Arnonvilla, Villa Ermain au Xe siècle, Emonvilla[2].

Durant le XIe siècle, le village porte le nom du propriétaire du principal domaine, un certain Ermenoldis ou Ermenoldu. Le bourg s’appelait alors Ermenouville. Ermenovilla au XIIe siècle, Ermenolvilla en 1124, Hermenovilla en 1251, Ermenovilla juxta Gonessiam au XIIIe siècle, Hermenonisvilla[2].

C'est en 1757 que le bourg prend le nom définitif d’Arnouville, sous l’influence du Comte J.-B. Machault. La ville s’appelle Arnouville-lès-Gonesse, pour ne pas être confondue avec Arnouville-lès-Mantes. Arnonville en 1794, la commune est rebaptisée Arnouville en 1801, puis Arnouville-lès-Gonesse en 1843.

Le , le Premier ministre autorise le changement de nom de la commune : Arnouville redevient le nom officiel de la commune[3].

Histoire

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Essai de restitution de la vue sur le grand parterre du château d'Arnouville, XVIIIe siècle.

La terre d'Arnouville fut en 1757, érigée en comté en faveur de Jean-Baptiste de Machault d'Arnouville, garde des sceaux et ancien contrôleur général des finances de Louis XV. Le château que ce seigneur y fit bâtir n'est qu'en partie réalisé[4].

Après sa disgrâce, pendant plus de trente ans il vécut oublié de tous d'abord dans sa terre d'Arnouville-lès-Gonesse, où il avait entrepris en 1750 de faire construire par les architectes Contant d'Ivry et Chevotet un vaste château moderne dans un parc. L'ensemble, qui ne fut pas achevé, les travaux ayant sans doute été interrompus avec la disgrâce de Machault, devait être grandiose : le bâtiment qui a subsisté, en équerre, comporte 18 fenêtres et lucarnes de façade et l'aile en retour projetée n'a jamais été construite. Le marquis d'Argenson avait noté dans une lettre de 1751 : « il fait des dépenses folles à son château d'Arnouville-lès-Gonesse : il y a abattu le village et fait devant sa maison une place publique grande comme la place Vendôme ; il espère que le roi y passera en venant de Compiègne, et il y fait passer le chemin. »

À la suite de plusieurs partages au XIXe siècle, le château échoit en 1868 au comte de Choiseul d'Aillecourt, qui le vend en 1872 à la baronne Nathaniel de Rothschild (1825-1899); celle-ci entreprend de dépouiller le château de ses ferronneries du XVIIIe siècle pour les faire remonter dans l'abbaye des Vaux-de-Cernay, dont elle fait l'acquisition en 1873. C'est ainsi que disparaissent une partie de la ferronnerie du grand escalier et la monumentale grille d'entrée, dessinée par Contant d'Ivry et réalisée par Nesle, artisan serrurier du village.

Louis XVIII resta à Arnouville pendant les trois jours qui précédèrent son entrée à Paris. C'est là que le , 3 000 hommes de la garde nationale de Paris se rendirent pour complimenter le roi.

Cette commune abrite une importante communauté arménienne[5].

C'est le 28 juin 1915, durant la première Guerre mondiale que le Centre d'instruction du tir contre aéronefs est installé à Arnouville-lès-Gonesse[6].

Communauté arménienne

Les Arméniens exterminés à partir de 1915 dans l'Empire ottoman débarquent à Marseille au tout début des années 1920. De nombreuses familles remontent la vallée du Rhône jusqu'à Paris. Les premiers Arméniens arrivent à Arnouville à partir de 1922. Ils venaient d’Anatolie, des villes : Amasya, Afyon ou de grandes villes comme Istanbul, Ankara, Kütahya. Ils s’installèrent dans le quartier de la Fosse aux poissons et s’orientèrent vers des activités commerciales et artisanales[7].

Politique et administration

Arnouville fait partie de la juridiction d’instance de Gonesse, et de grande instance ainsi que de commerce de Pontoise[8],[9].

Tendances politiques

Liste des maires

Liste des maires successifs[10]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1934 1940 Antoine Demusois PCF Employé chemin de fer
Député de Seine-et-Oise
1941 1945 Emile Chaboussant    
mai 1945 octobre 1947 Antoine Demusois PCF Employé chemin de fer
Député de Seine-et-Oise
octobre 1947 mars 1977 Paul Mazurier SFIO Publiciste
mars 1977 juin 1998[11] Claude Bigel PSD puis UDF Entrepreneur
Conseiller régional d'Île-de-France (1994 → 1998)
juin 1998[11] novembre 2015[12] Michel Aumas[13] UDF puis UMP
puis UDI (PR) puis LR
Ingénieur retraité
Conseiller départemental de Garges-lès-Gonnesse (2015 → )
Démissionnaire pour cumul de mandat
26 octobre 2015[14] En cours
(au 16 avril 2016)
Pascal Doll LR Vice-président de la CA Roissy Pays de France (2016 → )

Jumelages

Population et société

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[15],[Note 1].

En 2016, la commune comptait 14 353 habitants[Note 2], en augmentation de 4,48 % par rapport à 2011 (Val-d'Oise : +3,52 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
340311242273277275293281355
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
342373446394453492459452488
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
5196069091 6774 0206 2856 8796 5527 932
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
10 22711 11411 08510 53012 22312 29112 83313 73714 353
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement

La ville compte quatre écoles maternelles et quatre écoles primaires. En ce qui concerne l'enseignement secondaire, elle est dotée de deux collèges (un public, Jean-Moulin, et un privé, Saint-Didier) et d'un lycée d’enseignement professionnel (Virginia Henderson).

Au collège Jean-Moulin, l'option proposée est le latin et les langues vivantes l'anglais, l'allemand et l'espagnol. Le taux de réussite au brevet en 2009 est de 58,6 %. Il monte en 2013 à 72,6 % (avec un taux de mention de 31,5 %). En France, 91,2 % des collèges ont des résultats au moins équivalents à ceux-ci[réf. nécessaire].

Culture locale et patrimoine

Lieux et monuments

Monuments historiques

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Arnouville compte trois monuments historiques sur son territoire.

  • Église Saint-Denis, rue du Ratelier (inscrite monument historique par arrêté du 12 juin 1986[18]) : C'est une œuvre méconnue de l'architecte néo-classique Jean-Baptiste Chaussard, qui a été achevée en 1782, quelques années seulement avant la Révolution française. Elle remplace l'église médiévale, de fondation très ancienne, qui se situait dans le parc du château d'Arnouville. La reconstruction s'inscrit dans un projet urbanistique de grande ampleur voulu par le comte Jean-Baptiste de Machault d'Arnouville, qui porte à la fois sur le château et son domaine, et sur le village. Chaussard mène un discours architectural pauvre, et se passe de tout décor sculpté. À l'extérieur, seule la façade a bénéficié de soins décoratifs. À l'intérieur, deux colonnades d'ordre dorique apportent une subdivision en trois vaisseaux. Avec l'entablement aux multiples strates de modénature et le fronton en arc de cercle qui domine la niche du retable du maître-autel, ce sont les seuls éléments qui structurent l'espace. Les deux retables latéraux au chevet des collatéraux, qui se basent sur l'ordonnancement du portail, sont toutefois indissociables du développement architectural de l'édifice, et rompent avec la nudité des murs qui règne ailleurs[19].
  • Château d'Arnouville (inscrit monument historique par arrêté du 17 octobre 2000[20]) : Ce long bâtiment de style classique, sans étage mais avec une mansarde, a été construit entre 1750 et 1758 selon les plans de l'architecte Pierre Contant d'Ivry, pour le compte de Jean-Baptiste de Machault d'Arnouville, ministre du roi Louis XV. Les descendants de Machault d’Arnouville y résidèrent et s’y succédèrent jusqu’en 1868. Le château abrite aujourd'hui une école d'horticulture (l’Institut thérapeutique, éducatif et pédagogique, ITEP, Pierre-Male, qui forme des adolescents présentant des troubles du comportement), dont les élèves assurent l'entretien du parc à la française. Une orangerie contemporaine du château subsiste comme dernier élément des vastes dépendances. La grille d'entrée du parc est remarquable ; elle a été réalisée en 1754 par Nesle, artisan serrurier local[21].
  • Fontaine monumentale, place de la République (inscrite monument historique par arrêté du 29 mars 1929[22]) : Élément central du plan en étoile du nouveau village voulu par le seigneur local Jean-Baptiste de Machault, elle orne le rond-point de l'actuelle place de la République depuis 1750. Elle est décorée de sculptures d’après les dessins de Claude Guillot-Aubry.

Autres éléments du patrimoine

  • Grange de la ferme-Cheval, 23 avenue de la République : Aujourd'hui restaurée, cette solide grange du XVIIIe siècle témoigne de l'importance de l'activité agricole à Arnouville avant l'urbanisation intensive du secteur[21].
  • Église arménienne catholique Saint-Grégoire-l'Illuminateur, 69 avenue Henri-Barbusse : L'installation d'Arméniens rescapés du génocide arménien sur la commune date de 1922, où ils construisent une petite église en 1927. Elle est bénie par monseigneur Bahaian, évêque d'Ankara, en date du [21].
  • Église Notre-Dame-de-la-Paix, 16 rue Paul-Bert : C'est la plus grande église d'Arnouville, construite en 1959 dans un style rompant avec l'architecture sacrale conventionnelle. L'édifice est remarquable pour son immense vitrail qui en constitue la façade[21].
  • Église arménienne apostolique Sainte-Croix de Varak, 31-33 rue Saint Just. Elle est construite en 1931. Dans la cour de l'église, un khatchkar, une stèle sculptée ornée d'une croix, a été érigée en mémoire des un million cinq mille victimes arméniennes du génocide de 1915.
  • Monument au génocide arménien, rue Jean-Jaurès : La stèle inspirée de l'art traditionnel arménien : un Khatchkar a été inaugurée le par le maire, Michel Aumas, l'ambassadeur de l'Arménie, Edward Nalbandian, et par plusieurs personnalités ecclésiastiques.
  • Église Saint-Jean-Apôtre-des-Chaldéens, inaugurée le [23].

Personnalités liées à la commune

Héraldique

Blason ville fr Arnouville-lès-Gonesse (Val-d'Oise).svg

Les armes d'Arnouville se blasonnent ainsi :

  • d'argent aux trois têtes de corbeaux de sable arrachées de gueules (qui sont de Machault).

Il s'agit des armes de la famille de Machault, seigneurs d'Arnouville.

Arnouville au cinéma et à la télévision

Sport

Il y a un club de football qui s'appelle le ASAF[24]. Il joue sur le stade Léo-Lagrange, rénové en 2013.

En 2012, L'ASAF signe l'exploit sur le terrain du RC Lens avec une victoire 2-1.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Site de la mairie

 Sources et bibliographie

  • Vincent Pruchnicki, Un domaine de ministre au temps de Louis XV : Jean-Baptiste de Machault à Arnouville, Mémoire de Master II, Paris, École du Louvre, 2009 ;
  • Vincent Pruchnicki, Arnouville - Le château des Machault au XVIIIème siècle, éditions Lelivredart [archive], Paris, 2013.

Notes et références

Notes

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références

  1. « Communes limitrophes d'Arnouville » sur Géoportail.
  2. a et b Hippolyte Cocheris, Conservateur de la Bibliothèque Mazarine, Conseiller général du département de Seine-et-Oise, Dictionnaire des anciens noms des communes du département de Seine-et-Oise, 1874
  3. Décret n° 2010-772 du 8 juillet 2010 portant changement du nom de communes (JORF n°0158 du 10 juillet 2010 page 12777), consulté le 19 mars 2011
  4. Vincent Pruchnicki, Un domaine de ministre au temps de Louis XV: Jean-Baptiste de Machault à Arnouville, mémoire de Master II, Paris, École du Louvre, 2009 Vincent Pruchnicki, Arnouville - Le château des Machault au XVIIIème siècle, éditions Lelivredart [archive], Paris, 2013
  5. Article sur le site Le Passé d'Arnouville
  6. Patrice Rodriguez et Guillaume Benailly : Les traces archéologiques du Camp retranché de Paris dans le Val-d’Oise
  7. Article sur le site Le Passé d'Arnouville
  8. Site du Conseil général - Administration du Val-d'Oise
  9. Ministère de la justice - Conseil Départemental de l'Accès au Droit du Val-d'Oise
  10. « Les maires de Arnouville-lès-Gonesse », sur http://www.francegenweb.org/ (consulté le 15 septembre 2015).
  11. a et b « Michel Aumas est fier de son bilan à Arnouville-lès-Gonesse », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne).
  12. Anthony Lieures, « Arnouville : le maire (LR) Michel Aumas passe la main », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne).
  13. Julien Ducouret, « Le maire sortant Michel Aumas réélu avec 72 % des voix », La gazette du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne).
  14. Anthony Lieures, « Le futur maire LR d’Arnouville : « Ce ne sera pas la révolution » », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne).
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 1999, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2015 et 2016.
  18. « Église Saint-Denis », notice no PA00079980, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  19. Dominique Foussard, « Arnouville-lès-Gonesses - Saint-Denis », Églises du Val-d’Oise : Pays de France, vallée de Montmorency, Gonesse, Société d’histoire et d’archéologie de Gonesse et du Pays de France,‎ , p. 38-39 (ISBN 9782953155402).
  20. « Château, parc, orangerie et chapelle », notice no PA95000006, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  21. a b c et d Jean-François Humbert et Dominique Renaux, « Le patrimoine des communes du Val-d’Oise : Arnouville », Collection Le Patrimoine des Communes de France, Paris, Flohic Éditions, vol. II,‎ , p. 1017-1020 (ISBN 2-84234-056-6).
  22. « Fontaine du XVIIIe siècle », notice no PA00079981, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  23. Jacques Hasboun, « Un clocher pour une diaspora », visagonews.com, (consulté le 29 février 2016).
  24. http://www.fff.fr/la-vie-des-clubs/8386/infos-pratiques