Armée de terre finlandaise

Armée finlandaise
Suomen maavoimat
Armén finländska
Image illustrative de l’article Armée de terre finlandaise
Armoiries de l'armée de Finlande

Création
Pays Drapeau de la Finlande Finlande
Branche Armée de terre
Effectif 61 000 militaires
176 000 forces de défense locale
Guerres Guerre civile finlandaise
Guerre d'hiver
Guerre de continuation
Guerre de Laponie
Commandant lieutenant-général Petri Hulkko

L'Armée finlandaise (finlandais : Suomen maavoimat, en suédois : Armén finländska) constitue l'une des branches des forces de défense finlandaises.

Historique

Entre 1809 et 1917, le Grand-duché de Finlande est une région autonome de la Russie impériale. Elle a ses propres troupes de 1881 à 1901. D'autres unités militaires existaient auparavant lorsque la Finlande appartenait à la Suède.

Le Grand-duché hérita de la Suède du système de répartition (Suédois: indelningsverket; Finnois: ruotujakolaitos). Cependant, pendant plusieurs années, les dirigeants russes n'ont pas imposé de service militaire en Finlande : les troupes russes en garnison dans le Grand-duché s'occupaient de la majorité des opérations de maintien de l'ordre et de la défense. Ainsi, les bénéfices des officiers issus du système de répartition devenaient des pensions puisque les paiements étaient fondées sur la disponibilité et non le service actif.

Pendant les guerres napoléoniennes, la Finlande forme 3 régiments de 1200 hommes ainsi qu'un Corps Topographique à Hamina. En 1821, le Corps topographique est transformé en école d'officiers. En 1829, un des bataillons d'entraînement sert d'unité de base à un Bataillon de Jeune Garde, la future Garde Finlandaise.

La Garde Finlandaise a pris part à la répression de la révolte polonaise en 1830. Pendant la guerre de Crimée, en 1854, la Finlande envoie 9 bataillons de tirailleurs sur le principe d'un système de rotation. Le service militaire est introduit en Finlande à partir de 1878. La Garde combat durant la guerre russo-turque de 1877-1878 et obtient grâce à sa bravoure le statut de Vieille Garde du Tsar.

L'armée finlandaise est progressivement supprimée durant l'oppression russe à l'orée du XXe siècle. Comme les conscrits finlandais refusent de servir dans l'Armée russe, le service militaire est supprimé en Finlande et remplacé par une taxe payée par le Sénat Finlandais au Trésor impérial.

A l'aube du XXe siècle, l'Empire Russe est affaibli et cet affaiblissement est reflété par la faible capacité des troupes russes à maintenir l'ordre public. Pendant les grèves de 1905 et la guerre russo-japonaise, les Finlandais formèrent des organisations volontaires de défense camouflées en brigades de pompiers.

Il y avait aussi les Gardes Rouges, socialistes, et les Gardes Prétoriennes (ou Gardes Blanches), conservatrices et anti-socialistes. Durant la Première Guerre mondiale, les activistes ont secrètement voyagé en Allemagne pour subir l'entraînement militaire des Jägers (en finnois : jääkärit, en suédois: jägare).

Après l'indépendance et le début de la Guerre civile finlandaise, le gouvernement blanc proclame la Garde Blanche comme troupes gouvernementales. Pendant la guerre civile, la Garde Blanche est assistée des Jägers et de l'Empire Allemand contre les Gardes Rouges aidées des communistes russes.

Après la guerre en 1919, les Gardes Prétoriennes deviennent une organisation séparée. Ainsi, stricto sensu, il n'y aucune continuité entre la Garde Blanche, devenue une organisation de volontaires, et l'Armée Finlandaise qui est une armée gouvernementale fondée sur le service militaire. Cependant, les Jägers obtiennent d'importants postes dans l'armée et les tactiques et principes militaires allemands adoptés.

La Guerre d'Hiver

Au début de la Guerre d'Hiver, en 1939, l'armée finlandaise est composée de 9 divisions, de 4 brigades et d'un certain nombre de bataillons et de compagnies autonomes. L'armée est organisée en 3 corps. Le II et III corps sont regroupés dans l'Armée de l'Isthme stationnée dans l'Isthme de Carélie, sur la voie la plus probable de l'attaque soviétique principale le IVe Corps défend la région située au nord du lac Ladoga. Le reste de la frontière du IVe Corps au port de Petsamo sur l'Océan Arctique est défendu par le Groupe d'armée Nord Finlande composé d'une poignée de bataillons autonomes.

Dans le but d'organiser un système de relève des unités du front, une Brigade de Remplacement du Front (Kenttätäydennysprikaati, KT-Pr) composée de 9 bataillons est constituée. Mais, à cause de la violence de l'offensive soviétique, ces bataillons de relève durent être utilisés comme troupes de combat et non de renforcement. AInsi, 3 Divisions de Renforts ou Divisions Nationales de Renforts (1.Koti.TD – 3.Koti.TD) sont formées avec les réservistes disponibles. Alors que la situation devient plus critique, les 1re et 3e Divisions de Renforts sont dissoutes et reconstituées dans les 21ème et 23ème Divisions et sont envoyées au front le . La 2ème Division de Renforts est déployée en régiments individuels dans le Nord de la Finlande.

Ordre de Bataille

Armée de l'Isthme

L'Armée de l'Isthme (Kannaksen Armeija, KannA) défendait l'isthme de Carélie et était commandée par le Lieutenant-Général Hugo Österman.

  • IIe corps d'armée (Lieutenant-Général Harald Öhquist)
    • 4ème division
    • 5ème division
    • 11ème division
  • IIIe Corps d'armée (Major-Général Erik Heinrichs)
    • 8ème division
    • 10ème division
  • Réserve
    • 1ère Division

Quatre groupes de retardement, nommés selon leurs emplacements, étaient stationnés à la frontière finno-soviétique.

Formations indépendantes
  • IVe Corps d'armée (IV AK) (Major-Général Juho Heiskanen)
    • 12ème Division
    • 13ème Division
  • Groupe d'armée Nord Finlande (Pohjois-Suomen Ryhmä) (Major-Général Wiljo Tuompo)
    • Groupe de Laponie (Lapin Ryhmä) stationné à Salla et Petsamo
    • Groupe de Carélie du Nord (Pohjois-Karjalan Ryhmä) stationné en Carélie du Nord
Réserve du Commandant en Chef
  • 6ème Division (Sud Finlande)
  • 9ème Division (Nord Finlande)
  • Brigade de Renforcement du Front (KT-Pr)

La Guerre de Continuation

Article principal : Guerre de Continuation

La Guerre de Continuation ( (en finnois : jatkosota ; en suédois : fortsättningskriget ; en russe : Война́-продолже́ние) désigne la guerre opposant l'Union Soviétique à la Finlande dans le cadre de l'opération Barbarossa menée par l'Allemagne de Hitler. L'Armée de Carélie est constituée le dès le début de la Guerre de Continuation. Sept corps d'armées finlandais sont déployés durant la guerre, numérotés de I à VII. A la demande des Allemands, l'armée finlandaise est chargée de la défense d'un front s'étirant du Golfe de Finlande à la Cajanie (Kainuu en finnois). L'armée allemande de Norvège (ArmeeOberKommand (AOK) Norwegen en allemand) se chargeait du front le long de la frontière finno-soviétique de la Cajanie à Petsamo. Durant l'été et l'automne 1941, l'armée finlandaise reconquît les territoires perdus lors de la Guerre d'Hiver et s'enfonça loin dans la région de Carélie orientale. A l'hiver 1942, le gouvernement finlandais arrêta l'offensive et le front stagna pendant plus de deux ans.

La relative inactivité du front se termina brutalement en juin 1944 lors de l'offensive Vyborg-Petrozavodsk menée par l'Union Soviétique. Cette offensive fut une défaite pour les Finlandais et eut pour conséquence la perte de larges territoires dans l'isthme de Carélie, notamment la ville de Viipuri, et un repli des territoires occupés en Carélie orientale. Cependant, l'avance soviétique fut stoppée lors de la bataille de Tali-Ihantala. Par la suite, l'Union Soviétique concentra ses forces en Europe Centrale et la Finlande signa une paix séparée avec l'URSS en .

Organisation

L'armée de terre finlandaise est divisé en :

  • l'infanterie,
  • l'artillerie de campagne,
  • l'antiaérien,
  • les pionniers,
  • les communications,
  • la maintenance.

Siège

Léopard 2A4 de l'armée finlandaise acheté en 2002 défilant le jour de l'Indépendance.

Le siège de l'armée de terre finlandaise est à Mikkeli.

La formation

Elle s'organise :

  • Académie de l'armée ou MaaSK qui forme les officiers et se trouve à Lappeenranta,
  • Utti Jäger (UtJR) régiment pour les hélicoptères, les forces spéciales, la police militaire; et se trouve à Utti (aéroport de Kouvola).

Spécificité

L'armée finlandaise est celle qui a le plus important ratio d'artillerie par rapport aux autres unités[1].

Grade et reconnaissance

Catégories[2] Officiers généraux Officiers supérieurs Officiers Subalternes
Kenraali kauluslaatta.svg Kenraaliluutnantti kauluslaatta.svg Kenraalimajuri kauluslaatta.svg Prikaatikenraali kauluslaatta.svg FIN-eversti.svg FIN-everstiluutnantti.svg Majuri kauluslaatta.svg Kapteeni kauluslaatta.svg Yliluutnantti kauluslaatta.svg Luutnantti kauluslaatta.svg Vänrikki kauluslaatta.svg
Grade finlandais Kenraali Kenraaliluutnantti Kenraalimajuri Prikaatikenraali Eversti Everstiluutnantti Majuri Kapteeni Yliluutnantti Luutnantti Vänrikki
Grade
Français
Général d'armée Général de corps d'armée Général de division Général de brigade Colonel Lt-colonel Commandant Capitaine Lieutenant-Chef Lieutenant Sous-lieutenant|
catégories Sous-officiers Soldats du rang
Sotilasmestari kauluslaatta.svg Ylivääpeli kauluslaatta.svg Vääpeli kauluslaatta.svg Ylikersantti kauluslaatta.svg Kersantti kauluslaatta.svg Alikersantti kauluslaatta.svg Korpraali kauluslaatta.svg Sotamies kauluslaatta.svg
Nom finlandais Sotilasmestari Ylivääpeli Vääpeli Ylikersantti Kersantti Alikersantti Korpraali Sotamies
dénomination
française
Major Adjudant-chef Adjudant Sergent-chef Sergent Sous -Sergent Caporal Soldat


Notes :

- Le sous-sergent, premier grades des sous-officiers dans l´armée de terre Finlandaise, est assimilé au caporal-chef Francais (qui est pourtant un militaire du rang).

- Le lieutenant-chef, officier de l´armée de terre Finlandaise, est un grade qui n´a pas d´équivalent en France. Hiérarchiquement, il est au dessus d´un lieutenant Francais, et en dessous d´un capitaine Francais.


Liens externes

Notes et références

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Finnish Army » (voir la liste des auteurs).
(ru) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en russe intitulé « Сухопутные войска Финляндии » (voir la liste des auteurs).
(fi) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en finnois intitulé « Suomen_maavoimat » (voir la liste des auteurs).

Notes

Références

  1. défensive gestes Economist. 24/07/2008.
  2. Maavoimien arvomerkit

Liens externes