Armée de terre de la République islamique d'Iran

نیروی زمینی ارتش جمهوری اسلامی ایران
Image illustrative de l’article Armée de terre de la République islamique d'Iran

Création - présent
Pays Drapeau de l'Iran Iran
Type Armée de terre
Effectif ~350 000[1]
Fait partie de Armée de la république islamique d'Iran
Surnom NEZAJA
Équipement ~691[2]
Guerres Guerre Iran-Irak
Commandant Brigadier-général Kiomars Heydari
Pavillon Flag of the Islamic Republic of Iran Army Ground Forces.svg

L'armée de terre d'Iran est la branche terrestre de l'armée de la république islamique d'Iran. Sa fonction est la préservation de la souveraineté et la protection des frontières de l'Iran.

L'histoire des forces terrestres en Iran remonte à l'empire achéménide et la forme actuelle des forces terrestres en tant qu'une armée moderne a été établie sous le règne de Reza Shah Pahlavi et s'est développée sous le règne de Mohammad Reza Shah.

Actuellement, le général de brigade Kiomars Heydari est le commandant en chef de l'armée de terre d'Iran. Le quartier général du commandement des forces terrestres de l'armée est situé dans la région de Lavizan , au nord-est de Téhéran. Semi-professionnelle, l'armée iranienne est reconnue comme l'une des plus puissantes de la région[réf. nécessaire].

L'Iran dispose de eux forces terrestres distinctes, qu'il convient de ne pas cofondre : l'armée de Terre, ou Artesh, et le Corps des Gardiens de la révolution islamique, qui dépendent directement du Guide de la révolution.

Il est important de ne pas confondre l'Artesh (armée régulière) avec les troupes des Gardiens de la révolution islamique, qui sont en fait une armée idéologique et parallèle.

Historique

L'armée royale de la Perse compte environ 30 000 hommes lors du putsch militaire déclenché par Reza Khan dans la nuit du 20 au . Celui-ci réforme cette institution dont l'archaïsme a été démontré lorsque les combats entre l'armée ottomane et Alliés russo-britanniques ont débordé sur son territoire lors de la Première Guerre mondiale.

Des véhicules armés sont achetés à partir de 1924. Les premiers sont 4 automitrailleuses Rolls-Royce M1921 armés d'une mitrailleuse Vickers .303 British. La France vend en 1925 quelques chenillettes Citroën P2 et chars Renault FT mais on ne sait pas s'ils ont été effectivement livrés.

De fait, le premier blindé armé d'un canon a entré en service opérationnel en nombre limité inconnu est le véhicule de reconnaissance American LaFrance TK-6 a roues armé d'un canon de 37 mm en 1933[3]. 12 Marmon-Herrington M1934 équipés de la même arme sont livrés en 1935.

La Tchécoslovaquie devient un fournisseur de l'armée perse à partir de 1931 en livrant fusils, mitrailleuses et artillerie.

En 1934, la Perse change de nom et devient l'Iran.

Entre août 1936 et mai 1937, 50 chars léger tchécoslovaques ČKD TNH armés de canons et 50 chenillettes CKD AH-IV  équipé de mitrailleuses ZB-26 et les deux prototypes sont livrés. Ils sont intégrés à parts égales aux première et seconde divisions d'infanterie.

En 1941, les effectifs sont de 125 000 hommes, répartis en 9 divisions d'infanterie et 5 brigades. Elles sont balayées[pas clair] lors de l'invasion anglo-soviétique de l'Iran lancée le .

L'armée est réorganisée à partir de 1944 au standard américain jusqu'à la révolution islamique de 1979[4].

Personnel

En 2020, l'armée de terre iranienne compte environ 350 000 soldats réguliers (non conscrits) et 220 000 conscrits[5].

L'Iran peut aussi appeler un nombre substantiel de réservistes puisque la plupart des hommes ont un service militaire d'une durée de deux ans à effectuer à un moment de leur vie. Il est connu que les éléments conscrits de l'armée ne sont pas aussi bien entrainés que les soldats professionnels.

Engagements

Notes et références

  1. « L'armée de terre et la force aérienne iranienne », Défense & Sécurité Internationale, no 146,‎ mars - avril 2020, p. 52 (ISSN 1772-788X)
  2. « 2021 Iran Military Strength », sur globalfirepower.com (consulté le 17 avril 2021).
  3. (en) « American LaFrance » TK 6 », sur http://www.trucksplanet.com (consulté le 7 septembre 2016).
  4. Yann Mahé, « 1936-1945, Iran », Batailles et Blindés, no 74,‎ , p. 4-5.
  5. « L'armée de terre et la force aérienne iranienne », Défense & Sécurité Internationale, no 146,‎ mars - avril 2020, p. 52 (ISSN 1772-788X)

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes