Apostasie dans l'islam

L’apostasie en islam (arabe : riddah, ردة ou irtidād, ارتداد, recul, défection, rebond) est communément définie comme le fait pour un musulman d'abandonner consciemment l'islam que ce soit au travers de ses paroles ou de ses actes[1],[2],[3]. Cela comprend l’acte de conversion à une autre religion ou le rejet de la foi pour devenir irréligieux[4] par une personne née dans une famille musulmane ou ayant auparavant accepté l’islam[5]. La définition de l’apostasie en islam, et la question de savoir si et comment elle devrait être punie, sont des sujets de controverse et les opinions diffèrent à ce sujet[5],[6],[7].

Selon la doctrine juridique classique, l’apostasie de l’Islam comprend non seulement la renonciation explicite à la foi islamique (que ce soit pour une autre religion ou n'importe quelle forme d'irréligiosité : déisme, agnosticisme, athéisme, antithéisme etc.), mais aussi tout acte ou toute parole qui implique la mécréance, comme le fait de nier un "principe ou une croyance fondamentale" de l’islam[5]. Les jurisconsultes musulmans n’ont pas formulé de règles générales pour établir la mécréance, mais ont plutôt dressé des listes, parfois longues, de paroles et d’actes qui relèvent, selon eux, de l’apostasie[5]. Les règles relatives à l'apostasie ne concernent pas les personnes qui ont été contraintes d'embrasser l'islam, ou bien à l'inverse qui ont été contraintes de prononcer des paroles ou d'effectuer des actes de mécréance pour préserver leurs vies dans un contexte de persécution ou de guerre (voir Taqiyyah ou Kitman)[8],[9].

Jusqu'à la fin du XIXe siècle, l'écrasante majorité des fuqaha sunnites et chiites s'accordaient à dire que l'apostasie était un crime, un pêché et un acte de trahison passible de la peine de mort[5],[10], généralement après une période d'attente pour permettre à l'apostat de se repentir et de retourner à l'islam[5],[11],[12],[13]. Le type d’apostasie que les juristes jugeaient généralement punissable était de nature politique, bien qu’il y ait des divergences d’opinion juridiques considérables à ce sujet[14]. Wael B. Hallaq affirme que « [dans] une culture dont la religion, les principes religieux et la moralité religieuse sont la pierre angulaire, l’apostasie est en quelque sorte l'équivalent de la haute trahison dans l’État-nation moderne. »[15]. Les premiers fuqaha ont développé des institutions juridiques pour contourner cette punition sévère, et la ligne rouge pour condamner quelqu'un à la peine de l'apostat a été placée si haut que pratiquement aucun verdict n'a été rendu dans ce sens avant le XIXe siècle du calendrier julien[1]. Cependant, par la suite, les fuqaha ont abaissé cette ligne rouge pour appliquer la peine de mort, laissant aux Qadah une plus large liberté d’interprétation pour caractériser l'apostasie[1], ce qui s'est traduit parfois par de la clémence et d'autres fois par de la sévérité[16]. À la fin du XIXe siècle, le recours à des sanctions pénales pour l’apostasie est tombé en désuétude, bien que des sanctions civiles soient toujours appliquées[5].

Selon Abdul Rashied Omar, la majorité des fuqaha contemporains continuent de considérer l’apostasie comme un crime méritant la peine de mort[11]. Certains la considèrent comme une forme de crime religieux, d'autres non[5],[6],[17]. D’autres soutiennent que la peine de mort est une sanction inappropriée[18],[19],[20],[21], incompatible avec les injonctions coraniques comme « Nulle contrainte en religion »[22] ou les versets 21 et 22 de la sourate 88, Al-Ghashiya (L’Enveloppante)[23] et/ou qu’il s’agissait d’une loi humaine adoptée par la première communauté musulmane pour prévenir et punir l’équivalent de la désertion ou de la trahison[24], et qu'elle ne devrait être appliquée que si l’apostasie devient un mécanisme de désobéissance et de trouble à l'ordre public (fitna)[25]. Selon Khaled Abou El Fadl, les musulmans modérés  ne croient pas que l’apostasie requiert une peine[23]. Les critiques[26],[27] font valoir que la peine de mort ou tout autre peine pour l'apostasie de l'islam constitue une violation des droits universels de la personne, et que cette question devrait uniquement relever de la liberté de religion ou de pensée[18],[28].

En 2014, les lois de divers pays à majorité musulmane prescrivent pour l’apostat (arabe : مرتد, murtadd) des peines allant de l'emprisonnement à l’exécution[13],[29]. Dans certains pays, les tribunaux de la charia se servent du code civil pour dissoudre le mariage de l’apostat et le priver de ses droits à la garde des enfants  ou à l’héritage[30],[31]. Ces 35 dernières années, trois États internationalement reconnus ont exécuté quatre individus pour apostasie de l’islam : le Soudan en 1985, l'Iran en 1989 et 1998 et l'Arabie saoudite en 1992[22]. En 2013, l'apostasie de l'islam était couvert par les lois pénales de 23 pays à majorité musulmane[29]. L'article 6 de la Constitution tunisienne de 2014 prohibe les accusations d’apostasie (takfir)[32]. Selon un sondage du Pew Research Center, mené entre 2008 et 2012, la proportion de musulmans soutenant la peine capitale pour l'apostat allait de 0,4 % au Kazakhstan à 78,2% en Afghanistan[33].

Références dans les textes musulmans

Dans le Coran

Plusieurs versets parlent de l'apostasie, et bien que condamnée moralement, aucune sanction terrestre n'est préconisée[34]. Diverses versets évoquent l'apostasie, tels que :

« Ils t'interrogent sur le fait de faire la guerre pendant les mois sacrés. Dis : « Y combattre est un péché grave, mais plus grave encore auprès de Dieu est de faire obstacle au sentier de Dieu, d'être impie envers Celui-ci et la Mosquée sacrée, et d'expulser de là ses habitants. L'association est plus grave que le meurtre. » Or, ils ne cesseront de vous combattre jusqu'à, s'ils peuvent, vous détourner de votre religion. Et ceux qui parmi vous abjureront leur religion et mourront infidèles, vaines seront pour eux leurs actions dans la vie immédiate et la vie future. Voilà les gens du Feu : ils y demeureront éternellement. »

— Coran, II, 217

« Ainsi dit une partie des gens du Livre: « Au début du jour, croyez à ce qui a été révélé aux Musulmans, mais, à la fin du jour, rejetez-le, afin qu'ils retournent (à leur ancienne religion). »

— Coran, III, 72

« En vérité, ceux qui ne croient plus après avoir eu la foi, et laissent augmenter encore leur mécréance, leur repentir ne sera jamais accepté. Ceux-là sont vraiment les égarés. »

— Coran, III, 90

« Ô les croyants ! Si vous obéissez à ceux qui ne croient pas, ils vous feront retourner en arrière. Et vous reviendrez perdants. »

— Coran, III, 149

« Ceux qui ont cru, puis sont devenus mécréants, puis ont cru de nouveau, ensuite sont redevenus mécréants, et n'ont fait que croître en mécréance, Dieu ne leur pardonnera pas, ni les guidera vers un chemin (droit). »

— Coran, IV, 137

« Ô les croyants! Quiconque parmi vous apostasie de sa religion… Dieu va faire venir un peuple qu'Il aime et qui L'aime, modeste envers les croyants et fier et puissant envers les mécréants, qui lutte dans le sentier de Dieu, ne craignant le blâme d'aucun blâmeur. Telle est la grâce de Dieu. Il la donne à qui Il veut. Dieu est Immense et Omniscient. »

— Coran, V, 54

« Ne vous excusez pas: vous avez bel et bien rejeté la foi après avoir cru. Si Nous pardonnons à une partie des vôtres, Nous en châtierons une autre pour avoir été des criminels. »

— Coran, IX, 66

« Ceux qui sont revenus sur leurs pas après que le droit chemin leur a été clairement exposé, le Diable les a séduits et trompés. »

— Coran, XLVII, 25

« Quiconque a renié Dieu après avoir cru… — sauf celui qui y a été contraint alors que son cœur demeure plein de la sérénité de la foi — mais ceux qui ouvrent délibérément leur cœur à la mécréance, ceux-là ont sur eux une colère de Dieu et ils ont un châtiment terrible. »

— Coran, XVI, 106

Un verset du Coran explique :

« Nulle contrainte en religion ! Car le bon chemin s'est distingué de l'égarement. Donc, quiconque mécroit au Rebelle tandis qu'il croit en Allah saisit l'anse la plus solide, qui ne peut se briser. Et Allah est Audient et Omniscient »

— Coran, II, 256

Diverses exégèses, telle celle attribuée à Abd-Allah ibn Abbas ou celle d’Ibn Kathir, expliquent que les gens du Livre et les païens ne sont pas obligés de croire à l'unicité de Dieu après avoir embrassé l'islam, qu'il faut rejeter les idoles, et que Dieu connaît la récompense pour ceux qu'ils croient en Lui. Selon les deux Jalal, ce verset aurait été révélé quand les Ansar de Médine ont essayé de contraindre leurs fils à entrer dans l'islam, et Kashani de dire que la conversion doit se faire part le cœur[35]. Lorsqu'un juif ou un chrétien conclut un traité de reddition avec un musulman, il est astreint à payer une taxe appelée djizya et soumit à plusieurs discriminations. Son vainqueur le laisse alors pratiquer sa religion. Ceux n'appartenant pas au judaïsme ou au christianisme ne sont pas concernés par cette dérogation pour l'école chaféite et hanbalite, alors que les hanafites et malikites y incluent les idolâtres[36].

L’idée de l’apostasie s’accompagnait, au temps de Mahomet, d'une hostilité envers l'islam et de la guerre contre ses fidèles, au moins pour s'en défendre. Celui qui croyait s’activait à combattre, ce qui est le principe même du djihad et celui qui apostasiait entendait de ce fait à esquiver cette participation au combat (la notion d'objecteur de conscience n'existe pas en islam). Abd Allâh ibn Saad ibn Sarh, secrétaire de Mahomet, aurait dénaturé plusieurs fois le sens des mots du Coran, et retourné à l'idolâtrie après s'être enfui. En 630, après la prise de La Mecque, il se mit sous la protection d'Othmân ibn Affân, son frère de lait, qui le cachât. Othmân le conduisit devant le prophète des musulmans pour se faire pardonner. Mahomet se montra réticent mais le futur calife insista, tant et si bien qu'Ibn Saad fut pardonné et renouvela sa profession de foi. Selon la Biographie du prophète d'Ibn Hichâm, Mahomet dit à part aux musulmans près de lui qu'il attendait d'eux qu'ils tuent Ibn Saad, ce à quoi ils répondirent qu'ils attendaient son signal. Mais Mahomet répliqua qu'« un signe a quelque chose de perfide qui ne sied pas à un prophète. »

À propos du verset 89 de la sourate IV

« Ils [les hypocrites] aimeraient vous voir mécréants comme ils ont mécru : alors vous seriez tous égaux ! Ne prenez donc pas d'alliés parmi eux, jusqu'à ce qu'ils émigrent dans le sentier d'Allah. Mais s'ils tournent le dos, saisissez-les alors, et tuez-les où que vous les trouviez ; »

— Coran, IV, 89

L'expression « s'ils tournent le dos » fait l'objet d'autres traductions. Selon le commentaire d'Ibn Kathir, rapportant la tradition d' As-Suddi, ceux qui ont tourné le dos sont ceux qui « ont rendu leur abandon de l’islam public »[37]. On retrouve cette interprétation dans certaines traductions du Coran qui remplacent alors directement « s'ils tournent le dos » par « s'ils optent carrément pour l'apostasie »[38].

Le verset 90 crée une exception pour « ceux qui se joignent à un groupe avec lequel vous avez conclu une alliance, ou ceux qui viennent chez vous. » Dans sa traduction commentée du Coran, Grosjean précise que ce verset fait référence aux combattants musulmans qui auraient quitté Mahomet pendant l’émigration à Médine pour rejoindre des Arabes polythéistes. À noter que, selon Ibn Kathir, qui se réfère cette fois au maître du tafsir Ibn Abbas, l'exception mentionnée par le verset IV, 90 serait « abrogée » par la sourate IX, 5 : « Après que les mois sacrés expirent, tuez les associateurs où que vous les trouviez. Capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade. »

Dans les hadith

Les hadiths sont des propos attribués à Mahomet et rapportés par divers témoins. Deux de ces citations sont notamment considérées par certains théologiens islamiques comme allant dans le sens d'une application de la peine de mort en cas d'apostasie :

« Le sang d'un musulman, qui accepte qu'il n'y a d'autre Dieu qu'Allah et que je suis Son prophète, ne peut être versé que dans trois conditions : en cas de meurtre, pour une personne mariée qui s'adonne au sexe de manière illégale, et pour celui qui s'éloigne de l'islam et quitte les musulmans[39] ».

« Celui qui change de religion, tuez-le[40] »

Ce hadith est rapporté par l'imam al-Boukhari (mort en 870 / 256 AH) et n'est pas repris par Muslim (mort en 875 / 261 AH) dans son Sahih. Certains savants de l'islam, Mohamed Charfi par exemple, considèrent ce hadith comme étant ahad, c'est-à-dire rapporté uniquement par une seule personne (en l'occurrence Ibn abbas qui n'avait que 13 ans à la mort du Prophète), ce qui en fait un hadith peu fiable, d'autant que la conduite du Prophète infirme cette sanction ; le Prophète avait juste blamé de son vivant des tribus qui avaient abjuré l'islam, comme celle de Kindi[41].[réf. non conforme]

Rien dans la biographie de Mahomet ne contient la moindre information crédible favorisant la mise en exécution d'une telle sentence. Au contraire, deux épisodes le montrent traitant avec des apostats ou des personnes ayant quitté sa communauté. On le voit signer un traité avec Quraych encore païen, dont une clause précise que rien ne doit empêcher ceux qui le souhaitent de retourner dans la tribu adverse et, partant, de retourner à l'idolâtrie ante-musulmane. Cet article du traité d'Houdaybiya n'est pas recensé par Boukhari dans son Sahih.[réf. nécessaire]

Certains oulémas perçoivent dès le IXe siècle la peine de mort pour apostasie comme une règle.

  • Hadith no 14 d’Ibn Mas`ûd sur "l'inviolabilité du sang du Musulman" :

« Il n'est pas licite de faire couler le sang du musulman, sauf s'il s'agit d'un des trois coupables que voici : le fornicateur dont le mariage a été consommé, le meurtrier qui subira le sort de sa victime, et l'apostat qui se sépare de la communauté musulmane. »

  • L’érudit Ibn Rajab affirme :

« Tuer dans chacun de ces trois cas est consensuellement admis par les musulmans. »

L'ayatollah Khomeini a argué de ce principe pour émettre une fatwa de condamnation à mort contre l'écrivain britannique Salman Rushdie.

Châtiment

Exécution d'une Juive marocaine (Sol Hachuel), peinture d'Alfred Dehodencq datant de 1860.

Le prosélytisme d'une autre religion et l'apostasie des musulmans au profit de celle-ci sont considérés comme des crimes religieux par de nombreux écrivains[42],[43]. Tout au long de l'histoire de l'islam, le prosélytisme et l'apostasie des musulmans ont été interdits par la loi[44],[2],[45].

Il existe des divergences d'opinions parmi les savants musulmans pour savoir quand et comment l'apostasie dans l'Islam devrait être sanctionnée[6],[5],[46].

Fiqh de l'apostasie

Historiquement, dans le droit islamique (charia), la majorité des fuqaha du Moyen Âge estimaient qu'un apostat mâle devait être mis à mort à moins qu'il ne souffre d'un trouble mental ou qu'il n'ait apostasié sous la contrainte, par exemple, en raison du danger imminent d'être tué. La femme apostate doit être exécutée, selon les écoles de jurisprudence islamique sunnite (madahib) fondées par Ash-Shâfi'î, Mâlik et Ahmad, ou emprisonnée jusqu'à ce qu'elle revienne à l'islam d'après l'école sunnite hanafite et les érudits chiites[46],[47].

De nombreux savants musulmans ont considéré l'apostasie comme un hadd (pluriel : hudud), autrement dit un crime obligatoirement puni en vertu des textes du Coran et de la Sunna[5],[48], bien que cette classification ait été rejetée par les fuqaha hanafites et chaféites[5], ainsi que par certains savants d'autres madahib comme le malikite Abu al-Walid al-Baji  et le hanbalite Ibn Taymiyya[49].

En vertu de la loi islamique traditionnelle, un apostat peut se voir accorder une période d'attente et de réflexion pendant sa détention pour se repentir et accepter à nouveau l'islam. S'il ne le fait pas, l'apostat sera tué sans réserve. Cette conception traditionnelle et millénaire des fiqhs islamiques à la fois sunnites et chiites, varie comme suit selon les différents madahib[50],[30],[51] :

  • Hanafisme : recommande trois jours d'emprisonnement entre le jugement et la mise en application de la peine, bien que ces derniers ne soient pas obligatoires. Le fiqh hanafite préconise l’exécution des apostats de sexe masculin. La peine de l'apostat ne s'applique pas aux femmes (qui doivent être maintenue à l'isolement, jusqu'à ce qu'elles se repentent et redeviennent musulmane)[52],[53].
  • Malikisme : laisse jusqu'à dix jours pour se rétracter. Les apostats, qu'ils soient hommes ou femmes, méritent la peine de mort selon la vision traditionnelle du fiqh sunnite malikite[51]. Le repentir de l'hérétique (zindiq) est accepté s'il l'annonce avant que son hérésie (zandaqa) ne devienne publique[54]. Dans le cas inverse, son repentir n'est pas accepté et il est exécuté. Le musulman qui utilise un langage grossier à l'égard d'un ange ou d'un prophète est exécuté indépendamment de son repentir[55].
  • Chaféisme : une période d'attente de trois jours est nécessaire pour permettre à l'apostat musulman de se repentir et de revenir à l'islam. Après ce délai, l'exécution est la sanction traditionnelle recommandée pour les apostats, hommes et femmes[51]. Le repentir de l'hérétique (zindiq) est accepté et il n'est pas exécuté. Le repentir de l'apostat multirécidiviste est accepté et il n'est pas exécuté. Le musulman qui utilise un langage grossier à l'égard d'un ange, d'un prophète ou d'Allah n'est pas exécuté s'il se repent[55].
  • Hanbalisme : une période d'attente peut-être accordée, mais n'est pas nécessaire. L'exécution est la sanction traditionnelle recommandée pour les apostats des deux sexes[51]. Le repentir de l'hérétique (zindiq) n'est pas accepté et il est exécuté. Le musulman qui apostasie et se repent à plusieurs reprises est exécuté. Le musulman qui utilise un langage grossier à l'égard d'un ange, d'un prophète ou d'Allah est exécuté indépendamment de son repentir[55].
  • Jafarisme : une période d'attente peut-être accordée, mais n'est pas nécessaire. Les hommes apostats doivent être exécutés tandis que les femmes doivent être maintenues à l'isolement et battues tous les jours aux heures de prière rituelle jusqu'à ce qu'elles se rétractent et retournent à l'islam[51],[52],[56].

Cependant, selon l'historien du droit Sadakat Kadri , alors que l'apostasie était normalement punie de mort, les exécutions étaient rares car « il était largement admis » que tout accusé apostat qui « se repentait en prononçant la chahada » (lâ illâha illâ-l-lâh → "Il n'est point de divinité, si ce n'est Allah") « devait être pardonné » dans cette dounia et voir sa punition différée au Jour du jugement. Ce principe a été maintenu "même dans des situations extrêmes", comme lorsqu'un délinquant adopta l’islam "uniquement par crainte de la mort", sur la base d'un hadith dans lequel le prophète Muhammad blâma l'un de ses partisans pour avoir tué un pilleur qui avait attesté sa foi[57],[58],[59],[60].

Responsabilités civiles

En Islam, l'apostasie a traditionnellement été considérée à la fois comme un crime d'ordre religieux et d'ordre civil ; la peine pour le premier inclut la peine capitale ou la prison, tandis que le second est passible de sanctions civiles[5],[61]. Par conséquent, dans tous les madhahib de l’islam :

  • les biens de l’apostat sont saisis et distribués à ses parents musulmans ;
  • son mariage est annulé (faskh) ;
  • ses enfants sont soustraits à sa garde et considérés comme pupille de l'État islamique[5].

Dans le cas où toute la famille aurait apostasié ou s'il n'y avait pas de parents musulmans survivants reconnus par la charia, les biens de l'apostat seront saisis par l'État islamique (une partie du fay, الفيء). Si l'apostat n'est pas exécuté, comme dans le cas des femmes apostates chez l'école hanafite, la personne perd également tous ses droits en matière de succession[20],[21]. L'école de jurisprudence sunnite hanafite permet d'attendre l'exécution avant que les enfants et les biens ne soient saisis tandis que les autres madhahib ne considèrent pas cette période d'attente comme obligatoire[5].

Points de vue alternatifs

Plusieurs anciens érudits musulmans n'étaient pas en faveur de la peine de mort, parmi ces derniers on peut citer Ibrahim al-Nakha'i  (mort en 715 / 96 AH) et Sufyān al-Thawrī ainsi leurs partisans, qui lui ont préféré un emprisonnement à durée indéterminée jusqu'à la repentance. Le faqih hanafite Sarakhsi a également appelé à des peines différentes pour l'apostasie religieuse non séditieuse et celle de nature séditieuse et politique, considérée comme de la haute trahison[62],[63].

Les érudits islamiques médiévaux ont également différé sur la punition de la femme apostate : la mort, l'esclavage ou l'emprisonnement à durée indéterminée jusqu'à la repentance. Abou Hanifa et ses partisans ont refusé la première option et soutenu la troisième. Les érudits hanafites soutiennent qu'il ne faut pas tuer la femme apostate, car il était interdit de tuer des femmes sous la charia[63]. En revanche, les érudits malikites, chaféites, hanbalites et mêmes jafarites ont interprété d'autres parties de la charia comme autorisant la peine de mort comme une punition possible pour les femmes apostates musulmanes, en plus de l'emprisonnement[31].

Des musulmans réformateurs contemporains tels que les coranistes Ahmed Subhy Mansour [64], Edip Yuksel  et Muhammad Shahrour ont souffert d’accusations d’apostasie et de demandes d’exécution, émises par des ecclésiastiques islamiques tels que Mahmoud Ashur, Mustafa Al-Shak’a, Mohammed Ra’fat Othman et Yusif Al-Badri[65]. Bien qu’il ait prétendu avoir reçu des menaces de mort, Edip Yuksel pense également que des apostats très médiatisés qui sont controversés devraient être tués. Il a écrit : « L’apostasie n’est pas ce qui tue. C’est une combinaison d’être controversé et d’avoir une grande visibilité. »[66].

Mahmoud Mohamed Taha, exécuté par le gouvernement soudanais, alors que des milliers de manifestants protestaient contre son exécution[67],[68], et Faraj Fouda, victime d'extrémistes islamistes arrêtés et emprisonnés pendant 20 ans[69],[70], sont des exemples récents d'écrivains et d'activistes tués pour apostasie. Le lauréat égyptien du prix Nobel de littérature Naguib Mahfouz a été blessé dans une tentative d'assassinat, paralysant son bras droit[71]. Le cas d'Abdul Rahman Jawed, un Afghan qui s'est converti au christianisme, a suscité un débat sur la question. Bien qu'il ait initialement été condamné à mort, il a finalement été libéré car il était jugé mentalement inapte à subir un procès[72]. De plus, certains États islamiques qui n'exécutent pas directement les apostats, facilitent et encouragent parfois indirectement les exécutions extrajudiciaires perpétrées par la famille de l'apostat, surtout si l'apostat s'exprime[73].

Opposition à la peine de l'apostat

Au cours des siècles, un certain nombre de grands ouléma, tels le faqih malikite Abu al-Walid al-Baji  (mort en 1081 / 474 AH) et le faqih hanbalite Ibn Taymiyya (mort en 1328 / 728 AH), ont affirmé que l’apostasie n’est pas un hadd et qu’elle n’est donc passible que d’une peine laissée à la discrétion du cadi (tazir)[49]. Certaines autorités plus anciennes, comme Ibrahim al-Nakha'i  et Sufyān al-Thawrī, ainsi que le faqih hanafite Sarakhsi (mort en 1096 / 490 AH), croyaient qu’il fallait demander à un apostat de se repentir indéfiniment et ne jamais le condamner à mort[49],[74]. Selon Sarakhsi, l’apostasie de l’islam est un grand crime, mais sa punition est différée au jour du jugement[74]. Le point de vue selon lequel le Qor'ān ne parle que d'une punition dans l'akhira pour l’apostasie a également été retenu par le Grand Imam d’Al-Azhar (1958-1963) Mahmoud Shaltout , qui a soutenu que la prescription de la peine de mort pour l’apostasie trouvée dans le hadith visait seulement à prévenir l’agression contre les musulmans et la sédition contre l’État islamique naissant[74]. L'érudit ahmadiste contemporain Mirza Tahir Ahmad  cite un certain nombre de compagnons de Muhammad ou des premiers érudits musulmans (Ibn al-Humam, al-Marghinani , Ibn Abbas, Sarakhsi, Ibrahim al-Naka’i) pour montrer qu’il n’y avait pas d'ijma (consensus des ouléma ou de la communauté) sur la mise à mort du murtadd au début de l’Islam[75].

Ridda et Irtidâd

Il existe dans l'islam deux types d'apostasie : la ridda[76] et l'irtidâd[77]. Les deux mots ont une racine commune (RDD)[78] avec le sens de rejeter.

Les guerres de Ridda

Guerres de Ridda

Ridda signifie le rejet mais aussi la sécession. Reste à savoir ce que rejetaient ceux qui firent l'objet des guerres de ridda racontées dans la littérature des expéditions.

De nombreuses contrées arabes apostasièrent à la mort du Prophète de l'islam. Seuls étaient restés musulmans les villes de Médine, La Mecque, Taëf et le village de Djuwâthâ à Bahreïn.

Cette apostasie s'est manifestée de diverses manières. C’est ainsi qu’on trouva des bédouins qui commencèrent à refuser de payer la Zakât, d’autres abandonnèrent complètement l’Islam et retournèrent au christianisme, au judaïsme ou à l’adoration des statues, d’autres encore allèrent jusqu'à prétendre qu’ils étaient eux-mêmes des prophètes à l'instar de Musaylima al-kadhdhâb (le Menteur), al-Aswâd al-‘Unsî, Talîha ibn Khuwaylid ou encore Sajah.

Cette situation serait due au fait que la plupart des bédouins n'avaient qu'une connaissance superficielle de l'enseignement islamique et bon nombre d'entre eux s'étaient convertis pour de faibles raisons. Contrôlant alors une bonne partie de la Péninsule arabique, les musulmans avaient une force qui imposait le respect. Cela particulièrement durant les deux dernières années de la vie du Prophète. En effet, un nombre considérable de bédouins se convertirent à l’Islam contraints par un rapport de force largement favorable aux musulmans. D’autres embrassèrent l’Islam pour des raisons économiques, d’autres encore furent fascinés et attirés par la puissance des musulmans et d’autres par imitation de leur chef tribal. Ainsi, ces nouveaux adhérents ne semblaient guère être véritablement convaincus et parmi eux, semblerait-il, se cachaient des ennemis de cette jeune religion qui a anéanti celle de leurs ancêtres. De plus, la plupart des tribus pensaient que l’État islamique disparaîtrait avec la mort de celui qui l’avait fondé[79].

Irtidâd

Étymologiquement, l'irtidâd correspond au « retour en arrière ». Elle signifie le détournement délibéré, sans contrainte aucune, du musulman, mature et conscient, de l'islam vers la dénégation. Cette définition est aussi bien valable pour l'homme que pour la femme. Chez les hanbalites les plus rigoristes, la sentence de mort est admise pour les hommes et récusée pour les femmes. L'argument de la récusation tient aux circonstances du hadith, liées aux conquêtes et sécessions.

La peine de mort est par ailleurs appliquée dans les pays arabo-musulmans à la suite de nombreux délits qui n'ont rien de religieux. Comme le note Tareq Oubrou[80] « Ce qui se passe dans le monde musulman sur cette question relève d’intérêts politiques et économiques sans aucune logique ni éthique. »

Une tradition existe qui suffirait à justifier l'abolition de cette pratique pour peu que des gouvernements démocrates dans les pays concernés le souhaitent. On peut donc s'interroger sur le point de savoir si les gouvernements qui intègrent la charia (en fait, la prennent pour source de droit dans cette interprétation particulière) dans leur constitution ne le font pas dans le projet de disposer des potentialités de terrorisme d'État qu'elle recèle. Le rejet, la persécution voire la peur du meurtre poussent des apostats de l'islam à choisir l'exil.

Apostasie contrainte

Le point de vue traditionnel estime qu'un musulman qui renie sa religion sous la contrainte (comme ce fut le cas par exemple après la Reconquista) n'est pas un apostat. Ainsi, `Ammâr Ibn Yâsir, un des premiers compagnons du Prophète, y fut contraint. Selon la tradition, Dieu révéla alors à son sujet :

« Quiconque a renié Dieu après avoir cru… - sauf celui qui y a été contraint alors que son cœur demeure plein de la sérénité de la foi - mais ceux qui ouvrent délibérément leur cœur à la mécréance, ceux-là ont sur eux une colère de Dieu et ils ont un châtiment terrible[81] »

Dans le monde islamique

Apostasie dans les pays à prédominance musulmane en 2013.
  • Peine de mort
  • Prison, perte de la garde des enfants
  • Convertir un musulman est un crime

Sous le califat Abasside

C'est le calife Al Mansûr (754-775) qui modifia la hisba.

Au début du règne du calife Al-Mahdî (775-785) apparut le premier muhtasib[82] dont la mission consistait à traquer les apostats et autres hérétiques. Curieusement, étaient déclarés comme tels les opposants du calife comme le prouve l'impunité accordée par le calife Harun ar-Rachid (786-809) à un hérétique comme Abū al-ʿAtāhiyya tandis qu'il évinçait la puissante famille des Barmécides à l'aide de cette accusation. Autrement dit, il aurait utilisé ce prétexte à des fins politiques…

Afghanistan

La constitution afghane appelle au respect des conventions internationales que le pays a signées comme la Déclaration universelle des droits de l'homme dont un article prévoit la liberté de religion. Mais, elle oblige toute loi à être conforme à l'islam dont l'interprétation traditionnelle réserve la peine de mort aux musulmans ayant renoncé à leur religion, comme en témoigne l’affaire Abdul Rahman[83].

Algérie

Le droit à la liberté de religion est garanti par l’article 18 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques ratifié par l’Algérie en 1989, par l’article 36 de la Constitution algérienne qui garantit la liberté de conscience ainsi que par l’article 2 de l’ordonnance no 06-03 garantissant le libre exercice du culte.

L'islam est religion d'État, et une loi prévoit jusqu'à 1 million de dinars (8 000 ) d'amende en cas de prosélytisme, cette notion ayant une acceptation variable[84].

En 2012, un jeune chrétien, Mohamed Ibouène, a été condamné par le tribunal de Béchar (sud de l’Algérie) à un an de prison ferme et une amende de 50 000 DA pour le chef d’inculpation « d’incitation d’un musulman, avec pression, à changer de religion », autrement dit pour prosélytisme. Il a fait appel de ce jugement et le verdict final a été prononcé 2013. Il échappe à la prison, mais son amende a été doublée.

En 2015, un prédicateur salafiste avait lancé une fatwa contre l’écrivain Kamel Daoud pour avoir « mené une guerre contre Allah, son prophète, le Coran et les valeurs sacrées de l’islam », réclamant sa mort. La justice algérienne a condamné, en première instance, le prédicateur à trois mois de prison ferme et une forte amende[85]. Cependant, la Cour d’appel d’Oran a prononcé par la suite son incompétence territoriale concernant cette affaire rendant ainsi caduc le premier jugement prononcé.

Arabie saoudite

L’Arabie saoudite n’a pas de code pénal et base entièrement sa législation sur son interprétation de la charia, dont l'application est confié à des tribunaux religieux. La jurisprudence en Arabie saoudite, et le consensus de ses juristes est que la loi islamique impose la peine de mort aux apostats[86].

Dans deux articles publiés en 1966, ibn Baz, le vice-président de l'université islamique de Médine, déclara que ceux qui prétendent que le soleil est statique et ne bouge pas (thābita la jāriya) sont des apostats et que par conséquent, il devient licite de les tuer et qu'il incombe à l'autorité responsable de le faire[87],[88],[89],[90]. Il réaffirma ses propos en 1982 arguant que de telles assertions vont à l'encontre de la révélation[91] (« et le soleil court vers un gîte qui lui est assigné; telle est la détermination du Tout Puissant, de l’Omniscient. » – al-Qorʾān, Sourate 36, Ya Sin, verset 38).

Le , Sadiq Malallah a été décapité publiquement à Al-Qatif dans la province orientale d’Arabie saoudite après avoir été reconnu coupable d’apostasie et de blasphème. Sadiq Malallah, musulman appartenant à la minorité chiite d’Arabie saoudite, a été arrêté en avril 1988 et accusé d’avoir lancé des pierres à une patrouille policière. Il aurait été maintenu à l’isolement pendant de longues périodes au cours de ses premiers mois de détention et torturé avant sa première comparution devant un juge en juillet 1988. Le juge lui aurait demandé explicitement de se convertir du chiisme au wahhabisme (mouvement réformiste apparu dans le Nejd au XVIIIe siècle et à l'origine des différents États saoudiens, il tient les chiites duodécimains dans leur globalité pour des mécréants), et lui aurait promis une peine plus légère s’il se pliait à sa requête. Après avoir refusé de le faire, il fut conduit à la prison al-mabahith al-'Amma (appartenant au renseignements généraux) à Dammam, où il a été détenu jusqu’en avril 1990. Il fut ensuite transféré à la prison al-mabahith al-'Amma de Riyad, où il demeura jusqu’à la date de son exécution. Sadiq Malallah aurait participé aux efforts visant à améliorer les droits de la minorité chiite d’Arabie saoudite[92].

La loi sur l'apostasie est activement utilisée en Arabie saoudite. Par exemple, en 2012, les autorités saoudiennes ont accusé Hamza Kashgari, un écrivain saoudien, d'avoir apostasié à la suite de commentaires qu'il avait formulés sur Twitter. Il s'est enfui en Malaisie, où il a été arrêté puis extradé à la demande de l'Arabie saoudite pour faire face à ces accusations[27]. Kashgari s'est repenti, à la suite de quoi les tribunaux ont ordonné qu'il soit placé en détention préventive. De même, deux citoyens saoudiens musulmans sunnites ont été arrêtés et accusés d'apostasie pour avoir adopté l'Ahmadisme[93]. En , les deux accusés d'apostasie avaient purgé une peine de deux ans d'emprisonnement dans l'attente de leur procès[94].

En 2012, le département d'État américain a affirmé que les manuels scolaires de l'Arabie saoudite comprenaient des chapitres justifiant l'exclusion sociale et le meurtre d'apostats[93].

Le poète palestinien Ashraf Fayad y a été condamné à mort pour apostasie le [95]. Début 2016, cependant, sa condamnation à mort fut commuée en 8 ans de prison et 800 coups de fouet[96]. De même le blogueur Raif Badawi risque la mort[97].

En 2015, Ahmad Al Shamri  est condamné à mort pour apostasie après s'être filmé en train de déchirer une copie du Coran[98].

En janvier 2019, Rahaf Mohammed, âgée de 18 ans, a fui l'Arabie saoudite après avoir apostasié et subit de mauvais traitement de la part de sa famille. En route pour l'Australie, elle a été arrêtée par les autorités thaïlandaises à Bangkok alors que son père tentait de la ramener de force, mais Rahaf a réussi à utiliser les médias sociaux pour attirer l'attention sur son cas[99]. Après une intervention diplomatique, elle obtint finalement l’asile au Canada, où elle arriva et s’installa peu de temps après[100].

Bangladesh

Au Bangladesh, des blogueurs ont été tués parce que se revendiquant athées[101]. Il n'y a pas de loi condamnant strictement l'apostasie, mais les islamistes sont puissants.

Brunei

Le sultanat de Brunei applique la charia. L'apostasie est donc passible de la peine de mort[102].

Égypte

Opinion officielle de l'université al-Azhar du Caire, la plus grande institution islamique du monde[103],[104] relative au cas d'un homme qui se convertit au christianisme :

« Étant donné qu'il a abandonné l'islam, il sera invité à exprimer son repentir. S'il ne se repent pas, il devra être tué selon la charia. »

La fatwa précise que la même sentence s'applique aux enfants quand ils atteignent leur majorité.

Ce pays est signataire du Pacte international relatif aux droits civils et politiques qui admet formellement le droit de changer de religion sans conséquences négatives, et l'apostasie n'est pas explicitement condamnée par la loi.

L'article 98f du code pénal réprime « tout acte de dégradation ou de mépris à l'égard d'un lieu ou d'une secte religieuse dans l'intention de porter préjudice à l'unité nationale ou à la paix sociale ». Il a été occasionnellement utilisé pour condamner la conversion de musulmans à une autre religion ou pour avoir tenu des propos relevant de l'athéisme.

À la suite de l'affaire Nawal el Saadawi, la loi no 3 du réserve au Procureur de la République le droit d'engager la procédure de poursuites pour crime contre Dieu ou pour crime contre le peuple, à l'inverse de la hisba qui traditionnellement laissait ce droit à tout un chacun.

En 2005, un musulman récemment converti au christianisme, Gasir Mohammed Mahmoud, fut interné dans un asile psychiatrique et ne dut sa liberté qu'aux pressions de la communauté internationale[105].

Émirats arabes unis

L'islam est religion d'état et la charî'a islamique première source de législation. Les minorités chrétiennes ou hindoues ont l'interdiction d'afficher leur foi ou d'en faire part aux musulmans[106],[107].

L’apostasie est un crime capital aux Émirats arabes unis[108],[109]. En 1978, les Émirats arabes unis ont entamé un processus d’islamisation de la loi, après que leur conseil des ministres ait voté pour la nomination d’un haut comité chargé d’identifier toutes les lois qui entraient en contradiction avec la charî'a. Parmi les nombreux changements qui ont suivi, les Émirats arabes unis ont incorporé les hudud de la Charî'a dans leur Code Pénal - considérant que l’apostasie est l’un d’entre eux[110]. L’article 1eret l’article 66 du Code pénal des Émirats arabes unis exigent que les crimes relevants des hudud soient punis par la peine de mort[110],[111],[112], par conséquent l’apostasie est passible de la peine de mort aux Émirats arabes unis.

La loi des Émirats arabes unis considère qu’il s’agit d’un crime et sanctionne l'usage d'Internet pour prêcher contre l’islam ou pour faire du prosélytisme envers les musulmans à l’intérieur des frontières internationales de la nation. Ses lois et ses fonctionnaires ne reconnaissent pas la conversion à une autre religion que l'islam. En revanche, la conversion à l’islam est reconnue, et le gouvernement publie par les médias une liste annuelle des résidents étrangers qui se sont devenus musulmans[113].

Érythrée

Il est interdit de choisir une religion autre que l'islam, l'orthodoxie, le catholicisme ou le luthéranisme[114]. Ceux qui choisissent le protestantisme évangélique sont persécutés[115].

Indonésie

En Indonésie, plus de 80 % des habitants sont musulmans, mais les minorités religieuses sont considérées à égalité. Du fait de l'histoire de l'Indonésie, l'athéisme, associé au communisme, est condamnable[116],[117]. Des milices s'organisent pour lutter contre l'apostasie et fermer les lieux de culte qui ne sont pas autorisés[118]. On cite le cas d'Alexander Aan, élevé musulman mais qui a déclaré être athée sur le réseau social facebook. Il a été condamné pour athéisme et blasphème en 2012 à deux ans et demi de prison et 100 000 roupies d'amende[119].

Iran

De tradition chiite, l'Iran a condamné à mort des musulmans ayant apostasié sur la base de la charia non codifiée[120]. Des peines sont régulièrement prononcées, et servent souvent également à museler toute opposition politique intérieure au pouvoir des mollahs. Certains sunnites considèrent le chiisme comme une sorte d'apostasie. En , l'Iran a annoncé son intention de renoncer à inclure dans son projet de nouveau Code pénal l'apostasie comme crime[121], mais un pasteur chrétien d'Iran, Youcef Nadarkhani est condamné sur cette base en 2010.

Jordanie

Un Jordanien a quitté son pays pour échapper aux poursuites concernant son apostasie de l'islam. Un poète a été accusé d'apostasie, et condamné à une lourde peine de prison[122],[123],[124].

Koweït

L'apostasie est passible de mort[125].

Libye

Le rejet de l'islam peut être sanctionné par la perte de la citoyenneté.

Après la chute de Mouammar Kadhafi, certains groupes islamistes menacent ceux qu'ils appellent les « apostats »[126].

Malaisie

Le ministre Shahidan Kassim  a déclaré :

« La Constitution fédérale ne reconnaît pas les personnes sans religion […]. Je suggère qu’on les traque[127]. »

L’article 11 de la constitution fédérale de Malaisie garantit à chacun le droit de choisir sa religion, mais l’article 3 dispose que l’islam est la religion officielle et qu’on ne doit pas en prêcher d’autre aux musulmans. La majeure partie des États ont adopté la Loi de contrôle et de restriction qui prévoit une amende de 10 000 ringits ou une peine d’un an de prison pour ceux qui induisent un musulman à changer de religion. La critique de l’islam est considérée par la loi comme un acte de sédition (Sedition Act hérité de la période coloniale). Il est donc très difficile aux musulmans (essentiellement les Malais, considérés comme musulmans de naissance) d’abandonner leur religion car ils doivent pour cela faire entériner leur choix par un tribunal religieux musulman, seule juridiction compétente en la matière depuis 1988. La demande est presque toujours refusée, et une peine peut être imposée pouvant aller jusqu’à la prison ou l'enfermement dans un camp de « réhabilitation » jusqu'au renoncement de leur projet d'officialisation de leur apostasie. Deux cas particulièrement connus sont ceux de Lina Joy et Kamariah Ali qui bataillent depuis plusieurs années pour faire reconnaître leurs conversions respectives au catholicisme et à la « Religion du Ciel », un mouvement syncrétiste d’apparition récente. La première a vu sa demande de faire reconnaitre son changement de religion par un tribunal civil rejetée définitivement en cassation le [128].

La question de l’apostasie fait l’objet de débats animés entre les musulmans libéraux qui estiment qu’il n’y a aucun avantage à maintenir de force un non-croyant dans l’islam et une forte et active minorité de fondamentalistes désireux d’imposer encore plus de restrictions, comme des peines de prison obligatoires, voire la peine de mort. Selon Zainah Anwar, directrice de Sisters in Islam[129], la concurrence pour les voix des Malais musulmans entre le parti malais UMNO et le PAS islamiste se traduit par une surenchère identitaire, dont l’islamisation progressive du système judiciaire entamée dans les années 1980 est un des résultats. Le développement simultané de deux tendances contradictoires (renforcement du pouvoir des tribunaux islamiques et soutien de la société pour la liberté de religion) est source de conflits[130].

Par ailleurs, si l’apostasie était facilitée, l’apostat devrait en contrepartie perdre sa qualité de Malais, et donc le bénéfice des quotas que l’article 153 de la constitution fédérale leur réserve dans l’administration, le commerce et l’éducation. Mais il est vrai que ces dispositions avantageuses sont déjà menacées par le désir d’élever la compétitivité économique nationale[131].

Au niveau fédéral, les lois traitant sur le sujet de l'apostasie varient de l'application de la peine de mort dans les États du Kelantan et du Terengganu à des risques de peine de prison particulièrement sévère dans les États de Malacca, Sabah, Pahang et de Perak dans le cas ou la conversion de l'islam est refusée par les tribunaux de la charia. Les condamnés peuvent également être soumis à des détentions forcées dans des camps de « réhabilitation à la religion musulmane » pour les dissuader de quitter leurs religions natales, de nombreux témoignages affirment que les personnes emprisonnées y subiraient régulièrement des humiliations collectives tels que l'isolation ou la bastonnade de la part de leurs geôliers[132]. Néanmoins l'apostasie semble toutefois légale uniquement dans l'État du Negeri Sembilan[133] mais au prix d'une procédure extrêmement difficile qui implique entre autres de suivre des cours d'études coraniques en présence d'un imam étalés sur de nombreux mois dans l'espoir d'en dissuader la conversion[134]. Le gouvernement malaisien n'aurait officiellement autorisé entre 2000 et 2010 que 135 demandes d'apostasies sur 863.

Maldives

Renoncer à l'islam revient à renoncer à sa citoyenneté. Il est interdit de quitter l'islam ou d'émettre de l'incrédulité[135]. À partir de l'âge de 7 ans, la peine encourue pour apostasie est la mort[136].

Maroc

Jamaâ Aït Bakrim (musulman devenu chrétien) a été condamné fin 2003 à quinze ans de prison pour prosélytisme (article 220 du Code pénal marocain, entre six mois et trois ans) et pour destruction des biens d'autrui (article 581 du Code pénal marocain, entre dix et vingt ans). Dans l'acte de jugement, il est écrit que « le fait que Jamaâ nie les accusations de prosélytisme est en contradiction avec les aveux tenus auparavant lors des P.V. préliminaires où il proclamait qu'il était le fils du Christ et qu'il souhaitait que les Marocains deviennent chrétiens. L'accusé est un apostat qui mérite, selon les préceptes de la charia, de mettre fin à sa vie »[137].

Certaines sources avancent le nombre de 150 000 apostats pour ces dix dernières années, au profit du christianisme[137]. En 2007, 3 500 marocains seraient devenus chrétiens[138].

En droit, seul le prosélytisme non musulman est puni et non l'apostasie[139]. En effet, le Maroc a signé le Pacte international relatif aux droits civils et politiques dont l'article 18 affirme la liberté de conscience.

Toutefois, en 2013, le quotidien Akhbar Al Youm annonce que le Conseil supérieur des Oulémas a émis une fatwa affirmant que le musulman qui apostasie mérite la peine de mort[140]. Rédigée en en réponse à une demande du ministère des Habous, la fatwa est reprise dans un recueil publié en 2013[141].

En , le ministre de la justice Mustapha Ramid demande la libération d'un détenu pour apostasie, et déclare « Il n’y a aucune loi qui punit les apostats »[142].

Mauritanie

La Mauritanie a condamné à mort Mohamed Ould Cheikh M'Kheitir pour apostasie fin 2014, alors que les écrits qui l'incriminent n'attaquent en rien l'intégrité du prophète ou sa foi en la religion[143],[144]. Il est actuellement en prison en attente d'un appel[145]. Son avocat ayant reçu des menaces de mort, il a refusé de le défendre. Il semble que la condamnation soit poussée par des motifs politiques liés aux partis salafistes[146].

Nigeria

Certains états du nord appliquent la charia, mais la plupart des décisions en ce sens ont été cassées par les tribunaux fédéraux[147]. Cependant, en raison des pressions communautaires et familiales, un apostat risque la mort et doit quitter la région[148].

Oman

Un apostat voit son mariage annulé, encourt une peine comprise entre dix jours et trois ans de prison, et entre 5 et 500 Riyals Omanis d'amende[149].

Ouganda

En Ouganda les chrétiens anciennement musulmans sont victimes de violences de la part des islamistes[150].

Pakistan

La législation anti-blasphème au Pakistan est très dure, et permet notamment de condamner les apostats[151],[152].

Soudan

La militante soudanaise des droits de l'homme Nahla Mahmoud  discute avec l'apostate iranienne Maryam Namazie de la situation des apostats au Soudan.

L'article 126 alinéa 2 du Code pénal du Soudan (1991) prévoit :

« Quiconque est reconnu coupable d'apostasie est invité à se repentir sur une période à déterminer par le tribunal. S'il persiste dans son apostasie et s'il n'a pas été converti récemment à l'islam, il sera mis à mort[153]. »

Le , le réformiste Mahmoud Mohamed Taha est pendu en place publique pour « sédition et apostasie »[154],[155].

Le , Mekki Kuku (Al Faki Kuku, dit), un nuba, est emprisonné à Khartoum et attend son jugement pour l'acte d'apostasie de l'islam vers le christianisme.

Nahla Mahmoud , ancienne militante musulmane soudanaise et défenseuse des droits de l'homme, a estimé qu'entre 120 et 170 citoyens soudanais ont été condamnés pour apostasie au cours des années 2010, 2011 et 2012, et que la plupart se sont repentis pour éviter la peine de mort[156].

Le , Meriam Ibrahim, une femme chrétienne dont le géniteur était musulman, a été condamné à mort pour apostasie, ainsi qu'à être fouetté à cent reprises pour « adultère » car elle avait contracté un mariage d'associateurs, non reconnu par la loi soudanaise. Suite à d'importantes pressions internationales, elle fut finalement autorisée à quitter le pays le [157].

En 2015, 27 coranistes sont jugés pour apostasie et risquent la mort[158].

Le , le ministre de la Justice du Soudan annonce que le gouvernement met fin à la peine de mort pour apostasie, dans l'objectif de se détacher de la charia[159].

Somalie

L'apostasie est punie de mort. Le , Farhan Haji Mose, a été décapité publiquement par des shebabs pour s'être converti au christianisme après un voyage d'affaires au Kenya en 2010[160].

Tadjikistan

Les attaques islamistes visent en particulier les nouveaux convertis[161].

Tchétchénie

La république de Tchétchénie applique la charia, et condamne donc l'apostasie[162].

Yémen

L'apostasie est passible de mort[163]. Il y a environ un millier d'apostats, qui sont persécutés.

Dans d'autres pays

France

En 1999, Jean-Pierre Chevènement a soumis un engagement qu'il qualifiait de « non négociable » aux autorités musulmanes, mais sur demande de l'UOIF, un article garantissant le droit de changer de religion a été retiré[164],[165],[166]. Sur le territoire français et bien qu'ils aient plus d'une centaines de milliers de sympathisants parmi les ex-mahométans[167]. , les deux principales personnalités fermement engagées en faveur de l'apostasie, l'écrivain et blogueur français Majid Oukacha et la réfugiée politique marocaine Zineb El Rhazoui, ne bénéficient pas de la liberté de circulation en raison des menaces de mort qui pèsent sur eux et de l'insuffisance de la protection qui leur est accordée par les autorités françaises.

Inde

Selon le recensement de 2011, environ 172 millions de musulmans vivaient en Inde, représentant environ 14,2 % de la population totale du pays[168].

Au début du XXIe siècle, un mouvement apostat non organisé a commencé à émerger en Inde, généralement parmi les jeunes femmes et hommes musulmans (dans la vingtaine ou la trentaine) bien éduqués des zones urbaines[169]. Ils sont souvent troublés par les enseignements et les pratiques religieuses (tels que l’abandon, l’intolérance et la violence à l’égard des non-musulmans), doutant de leur véracité et de leur moralité, et ont commencé à les interroger[169]. Sentant que leurs proches et les autorités islamiques ne leur fournissaient pas de réponses satisfaisantes, et ne disposant pas d'interprétations et d'informations alternatives sur l’islam sur Internet, ni de la capacité à communiquer entre eux sur les médias sociaux, ces personnes ont décidé d'apostasier[169].

Royaume-Uni

La campagne #ExMuslimBecause du Conseil central des ex-musulmans de Grande-Bretagne, fin 2015.

Le Conseil central des ex-musulmans de Grande-Bretagne  est la section britannique du Conseil central des ex-musulmans, qui représente les apostats qui craignent pour leur vie parce qu’ils ont renoncé à l’islam. Il a été lancé à Westminster le . Le Conseil proteste contre les États islamiques qui punissent encore les apostats musulmans par la mort en vertu de la charia. Le Conseil est dirigé par Maryam Namazie, qui a reçu le titre de laïciste de l’année en 2005 et a fait face à des menaces de mort[170]. La British Humanist Association et la National Secular Society ont parrainé le lancement de l’organisation et ont soutenu ses activités jusqu'à maintenant[171]. Un sondage réalisé en par le groupe de réflexion Policy Exchange a révélé que 31 % des musulmans britanniques estimaient que le fait de quitter la religion musulmane devrait être passible de la peine de mort[172].

Le Conseil central des ex-musulmans de Grande-Bretagne « aide » environ 350 apostats par an, dont la majorité ont été menacés de mort par des islamistes ou des membres de leur famille[173]. Le nombre d'apostats est inconnu en raison d'un manque d'études sociologiques sur les problèmes et de la réticence des apostats à discuter ouvertement de leur statut[173]. Dans son article pour The Observer, Andrew Anthony a fait valoir que les apostats n'avaient pas réussi à obtenir le soutien d'autres groupes progressistes, en raison de la prudence avec laquelle ils étaient catalogués comme islamophobes ou racistes par d'autres mouvements progressistes[173].

En , le Conseil central des ex-musulmans de Grande-Bretagne a lancé la campagne sur les médias sociaux #ExMuslimBecause, encourageant les apostats à publiciser leur apostasie et à expliquer pourquoi ils ont quitté l’islam. En deux semaines, le mot-clic avait été utilisé plus de 100 000 fois. Les partisans ont soutenu qu’il devrait être possible de questionner et de critiquer librement l’islam, les opposants ont affirmé que la campagne était, entre autres choses, haineuse et ont déclaré que les excroissances extrémistes de l’islam étaient injustement assimilées à la religion dans son ensemble[174].

Outre le Conseil central des ex-musulmans de Grande-Bretagne, une nouvelle initiative pour les apostats britanniques, Faith to faithless , a été lancée par Imtiaz Shams et Aliyah Saleem  au début de l'année 2015[173],[175].

Ex-musulmans se reconvertissant à l'Islam

Malgré l'apostasie de personnes anciennement musulmanes, certaines se reconvertissent à leur première foi. Elles sont parfois surnommées les « ex-ex-musulman » (ex-ex-muslim en anglais). Des groupes musulmans ont fait des interviews de ces personnes[176],[177].

Notes et références

  1. a b et c (en) Gerhard Böwering , Patricia Crone, Mahan Mirza, Wadad Kadi, Muhammad Qasim Zaman et Devin J. Stewart , The Princeton Encyclopedia of Islamic Political Thought, Princeton University Press, , 656 p. (ISBN 0691134847 et 9780691134840, lire en ligne), p. 40
  2. a et b (en) Diane Morgan, Essential Islam: A Comprehensive Guide to Belief and Practice, Santa Barbara, ABC-CLIO, , 263 p. (ISBN 0313360251 et 9780313360251), p. 182-184
  3. (en) Hebatallah Ghali, « Rights of Muslim Converts to Christianity » [archive du 3 septembre 2014] [PDF], sur Department of Law, School of Humanities and Social Sciences, American University in Cairo, Egypt, (consulté le 4 septembre 2014) : « Whereas apostate (murtad) is the person who commits apostasy ('rtidad), that is the conscious abandonment of allegiance or... renunciation of a religious faith or abandonment of a previous loyalty. », p. 2
  4. (en) « No God, not even Allah », sur Economist.com, (consulté le 2 février 2020)
  5. a b c d e f g h i j k l m et n Rudolph Peters et Gert J. J. De Vries, « Apostasy in Islam », Die Welt des Islams, vol. 17, nos 1/4,‎ , p. 1–25 (DOI 10.2307/1570336, JSTOR 1570336).
  6. a b et c Magdi Abdelhadi, « What Islam says on religious freedom », BBC News,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 14 octobre 2009).
  7. (en) Yohanan Friedmann , Tolerance and Coercion in Islam: Interfaith Relations in the Muslim Tradition, Cambridge University Press, (ISBN 1139440799 et 9781139440790), chap. 4 (« Apostasy »), p. 121-159
  8. (en) Eric D. Patterson  (dir.), John P. Gallagher (dir.) et Raymond Ibrahim , Debating the War of Ideas, Springer, , 264 p. (ISBN 0230101984 et 9780230101982, lire en ligne), p. 82 :

    « Muslims who were forced to choose between recanting Islam or suffering persecution were, and still are, permitted to lie by feigning apostasy »

  9. (en) James T. Monroe, Hispano-Arabic Poetry, Gorgias Press , (ISBN 978-1-59333-1153), p. 69
  10. (en) Bernard Lewis, The Middle East, a Brief History of the Last 2000 Years, Touchstone Books, (ISBN 978-0684807126, lire en ligne), p. 229
  11. a et b (en) Mohammed Abou-Nimer  (dir.) et David Augsburger  (dir.), Peace-Building by, between, and beyond Muslims and Evangelical Christians, Lexington Books, , 324 p. (ISBN 0739135236 et 978-0-7391-3523-5), chap. 15 (« The Right to religious conversion: Between apostasy and proselytization »), p. 179-194
  12. (en) Kecia Ali  et Oliver Leaman , Islam: The Key Concepts, Routledge, , 182 p. (ISBN 0415396387 et 9780415396387), p. 10
  13. a et b (en) John L. Esposito, The Oxford Dictionary of Islam, Oxford University Press, , 384 p. (ISBN 0199757267 et 9780199757268), p. 22
  14. (en) Asma Afsaruddin , Striving in the Path of God: Jihad and Martyrdom in Islamic Thought, Oxford University Press, , 370 p. (ISBN 0199730938 et 9780199730933, lire en ligne), p. 242
  15. (en) Wael B. Hallaq, Sharī'a: Theory, Practice, Transformations, Cambridge University Press, , 614 p. (ISBN 0521861470 et 9780521861472, lire en ligne), p. 319
  16. (en) Knut S. Vikør , Between God and the Sultan: A History of Islamic Law, Oxford University Press, , 387 p. (ISBN 0195223985 et 9780195223989), p. 291
  17. (en) « Sudan woman faces death for apostasy », sur BBC.com, (consulté le 2 février 2020)
  18. a et b (en) Ibrahim M. Abu-Rabi‘ , The Blackwell Companion to Contemporary Islamic Thought, Blackwell Publishing, , 675 p. (ISBN 978-1-4051-2174-3), p. 167-169
  19. (en) David Forte (1994), Apostasy and Blasphemy in Pakistan, Conn. Journal Int'l Law, Vol. 10, pp. 43–45, 27–47
  20. a et b (en) Samuel Marinus Zwemer , « The Law of Apostasy », The Muslim World, vol. 14, no 4,‎ , p. 36–37, Chapter 2 (ISSN 0027-4909).
  21. a et b Kazemi F. (2000), Gender, Islam, and politics, Social Research, Vol. 67, No. 2, pp. 453-74
  22. a et b (en) Andrea Elliott, « In Kabul, a Test for Shariah », sur NYTimes.com, (consulté le 2 février 2020)
  23. a et b (en) Khaled Abou El Fadl, The great theft : wrestling Islam from the extremists, San Francisco, HarperOne, (ISBN 978-0-06-118903-6 et 0-06-118903-0, OCLC 86073869, lire en ligne), p. 158
  24. (en) John Esposito, What Everyone Needs to Know about Islam, Oxford University Press, , 2e éd., 268 p. (ISBN 0199794138 et 9780199794133, lire en ligne), p. 74
  25. Albayrak Ahmet, dans : Oliver Leaman  éd., The Qur'an: An Encyclopedia. p. 526-27
  26. (en) « UN rights office deeply concerned over Sudanese woman facing death for apostasy », sur UN News Centre, (consulté le 2 février 2020)
  27. a et b (en) « Saudi Arabia: Writer Faces Apostasy Trial », sur HRW.org, (consulté le 16 juin 2019).
  28. (en) Rein Müllerson, Human Rights Diplomacy, Psychology Press, , 225 p. (ISBN 0415153905 et 9780415153904), p. 64
  29. a et b (en) « Laws Criminalizing Apostasy in Selected Jurisdictions » [PDF], sur LOC.gov, (consulté le 2 janvier 2020)
  30. a et b (en) Samuel Marinus Zwemer , « The Law of Apostasy », The Muslim World, vol. 14, no 4,‎ , p. 41-42, Chapter 2 (ISSN 0027-4909).
  31. a et b (en) Samuel Marinus Zwemer , « The Law of Apostasy », The Muslim World, vol. 14, no 4,‎ , p. 42–43, Chapter 2 (ISSN 0027-4909).
  32. Marie Verdier, « Constitution tunisienne: l'accusation d'apostasie interdite », sur La-Croix.com, (consulté le 2 février 2020)
  33. (en) « Muslim Beliefs About Sharia », sur PewForum.org, (consulté le 2 février 2020)
  34. Stéphane Papi, L'influence juridique islamique au Maghreb : Algérie, Libye, Maroc, Mauritanie, Tunisie, Harmattan, , 398 p. (lire en ligne), p. 182.
  35. (mul) « Commentaries for 2.256 », sur quranx.com (consulté le 30 septembre 2020).
  36. Françoise Micheau, Dhimmi, In. Mohammad Ali Ammir-Moezzi (dir), Dictionnaire du Coran, Robert Laffont, 2007.
  37. (mul) « Commentaries for 4.89 », sur quranx.com (consulté le 30 septembre 2020).
  38. Traduction citée dans Dounia Bouzar, Désamorcer l'islam radical : Ces dérives sectaires qui défigurent l'islam, Éditions de l'Atelier, , 224 p. (lire en ligne).
  39. Sahîh Bukhari, vol. 9, livre 83, numéro 17, rapporté par Abdullah
  40. Sahîh Bukhari, vol. 9, livre 84, numéro 57, rapporté par A'krama Mouli Ibn Abbas
  41. Livre en ligne p.182-183
  42. J. Sperber (2000), Christians and Muslims: The Dialogue Activities, Theologische Bibliothek Topelmann, Walter de Gruyter, p. 66
  43. David Keer (2000), Islamic Da 'wa and Christian Mission: Towards a comparative analysis, International Review of Mission, Volume 89, Issue 353, pp. 150–71
  44. John Esposito, Islam and democracy, Oxford, UK, Oxford University Press, , 72–73 p. (ISBN 978-0-19-510816-3).
  45. Rosalind Hackett, Proselytization revisited, London, Routledge, , 139–40 p. (ISBN 978-1-84553-228-4).
  46. a et b Heffening, W., « The Encyclopaedia of Islam », dans Encyclopaedia of Islam, vol. 7, Brill Academic Publishers, , 635–6 p. (ISBN 978-90-04-09419-2).
  47. Duane Alexander Miller, « 'Your Swords do not Concern me at all': The Liberation Theology of Islamic Christianity », St Francis Magazine, vol. 7, no 2,‎ , p. 244, 228–60 (lire en ligne[archive du ], consulté le 16 novembre 2012).
  48. Mohamed El-Awa (1993), Punishment in Islamic Law, American Trust Publications, (ISBN 978-0892591428), pp. 53–54, 1–68
  49. a b et c Mohammad Hashim Kamali, « Punishment in Islamic Law: a Critique of The Hudud Bill of Kelantan, Malaysia », Arab Law Quarterly , vol. 13, no 3,‎ , p. 203–234 (DOI 10.1163/026805598125826102, JSTOR 3382008).
  50. Frank Griffel (2001), Toleration and exclusion: al-Shafi 'i and al-Ghazali on the treatment of apostates, Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 64(03), pp. 348-349
  51. a b c d et e David F Forte (2011), Islam’s Trajectory, Revue des Sciences Politiques, No. 29, pp. 93, 97–98, 92–101
  52. a et b Rudolph Peters, Crime and punishment in Islamic law, Cambridge, UK, Cambridge University Press, , 64–65 p. (ISBN 978-0-521-79670-5).
  53. (en) Shaybānī, Muḥammad ibn al-Ḥasan, approximately 750-804 or 805. (trad. Majid Khadduri ), The Islamic law of nations : Shaybānī's Siyar, Johns Hopkins Press, [1966], 311 p. (ISBN 0801803349, 9780801803345 et 0801869757, OCLC 511842, lire en ligne), p. 205.
  54. (en) Abdullah Saeed et Hassan Saeed , Freedom of Religion, Apostasy and Islam, Routledge, , 240 p. (ISBN 1351935747 et 9781351935746, lire en ligne), p. 81
  55. a b et c (en) Saeed 2017, p. 82.
  56. (en) Nisrine Abiad, Sharia, Muslim States and International Human Rights Treaty Obligations: A Comparative Study, London, BIIC, , 240 p. (ISBN 190522141X et 978-1-905221-41-7, lire en ligne), p. 26
  57. Muhammad n'a pas été choqué par les affirmations selon lesquelles le défunt n’avait adopté l’islam que pour éviter d'être mis à mort. «Qui vous absous, Oussama , demanda-t-il à plusieurs reprises au tueur pour avoir ignoré la confession de foi?»
  58. (en) « Riyad as-Salihin / Book 1 / Hadith 393 », sur Quranx.com (consulté le 16 juin 2019).
  59. Forty Hadiths on the Merit of Saying La Ilaha Illallah « https://web.archive.org/web/20150904045814/http://www.sunnah.org/aqida/forty_hadith_merits_tahlil.htm »(Archive • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), |Compiled by Dr. G.F. Haddad|(Hadith 26, Narrated by Bukhari, Muslim, Ahmad, Tayalisi, Abu Dawud, Nasa'i, al-`Adni, Abu `Awana, al-Tahawi, al-Hakim, and Bayhaqi.)
  60. (en) Sadakat Kadri, Heaven on Earth : A Journey Through Shari'a Law from the Deserts of Ancient Arabia .., Macmillan, , 332 p. (ISBN 978-0-09-952327-7, lire en ligne[archive du ]), p. 239.
  61. (en) Emon, Anver M., Ellis, Mark S. et Glahn, Benjamin., Islamic law and international human rights law, Oxford University Press, (ISBN 9780191645693, 0191645699 et 9780191741104, OCLC 815823791, lire en ligne), p. 229-231.
  62. (en) Abdullah Saeed et Hassan Saeed , Freedom of Religion, Apostasy and Islam, Ashgate, , 227 p. (ISBN 0754630838 et 9780754630838), p. 85
  63. a et b (en) Leaman, Oliver, 1950-, The Qurʼan : an encyclopedia, Routledge, (ISBN 0415326397, 9780415326391 et 9780415775298, OCLC 62918343, lire en ligne), p. 551.
  64. (en) Willis Witter, « Anti-Al Qaeda Base Envisioned; Exiled Egyptian Cleric Seeking to Reclaim Islam in 'War of Ideas' », sur Questia.com, (consulté le 12 juillet 2019).
  65. « علماء أزهريون: القرآنيون مرتدون.. والأدلة من الكتاب المقدس تدينهم » [archive du ], Aawsat.com (consulté le 12 novembre 2013).
  66. « Alisina.org - Everything You Need to Know about Islam » [archive du 7 juillet 2014].
  67. Robin Wright, Sacred Rage, 203, 4 p..
  68. « Apostacy | International Humanist and Ethical Union » [archive du ], Iheu.org (consulté le 12 novembre 2013).
  69. Ramadan Al Sherbini, « Slain Egyptian anti-Islamist writer Faraj Fouda remembered », Gulf News,‎ (lire en ligne[archive du ]).
  70. [1] « https://web.archive.org/web/20080529031635/http://www.islamonline.net/servlet/Satellite?c=ArticleA_C&cid=1173695096768&pagename=Zone-Arabic-Daawa%2FDWALayout »(Archive • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), .
  71. (en) « President pays tribute to Mahfouz », sur news.bbc.co.uk, (consulté le 12 juillet 2019).
  72. (en) « Afghan convert freed from prison », sur news.bbc.co.uk, (consulté le 12 juillet 2019).
  73. Duane Alexander Miller, Living among the Breakage: Contextual Theology-Making and Ex-Muslim Christians, Edinburg, UK, Ph.D. Thesis, School of Divinity, University of Edingburg, .
  74. a b et c Saeed 2004, p. 122.
  75. (en) Ahmad, Tahir, 1928-2003., The truth about the alleged punishment for apostasy in Islam : an address on the occasion of Jalsa Salana - the annual conference, U.K., held at Islamabad, Tilford, on 27th July 1986, Islam International Publications, , 175 p. (ISBN 1853728500 et 9781853728501, OCLC 70398702, lire en ligne), p. 139-142.
  76. arabe : ridda, ردة.
  77. arabe : irtidād, ارتداد.
  78. arabe : radda, ردّ, rejeter ; rendre ; restituer ; répondre
  79. http://www.islamweb.net/frh/index.php?page=articles&id=207751
  80. Tareq Oubrou, Loi d'Allah, Loi des hommes : liberté, égalité et femmes en islam, Albin Michel 2002
  81. Le Coran, XVI, 106
  82. arabe : muḥtasib, محتسب, contrôleur des prix ; chargé de hisba.
  83. L'affaire Abdul Rahman telle que rapportée par Amnesty International
  84. José GARÇON, « Apostasie périlleuse en Algérie », Libération,‎ (lire en ligne).
  85. « Algérie : Kamel Daoud gagne son procès contre le prédicateur salafiste Abdelfattah Hamadache – Jeune Afrique », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne, consulté le 23 août 2020).
  86. Saudi Arabia - Laws Criminalizing Apostasy « http://archive.wikiwix.com/cache/20171231144725/https://www.loc.gov/law/help/apostasy/index.php »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), Library of Congress (May 2014)
  87. Ibn Baz, « Refuting and criticizing what has been published in "Al-Musawwir" magazine » [archive du ], sur "Al-Musawwir" magazine (Part No. 3; Page No. 157), The General Presidency of Scholarly Research and Ifta of the Kingdom of Saudi Arabia, (consulté le 22 janvier 2012).
  88. « Archived copy » [archive du ] (consulté le 26 septembre 2015).
  89. Abd al-Aziz ibn Baz, Al-adilla al-naqliyya wa al-ḥissiyya ʿala imkān al-ṣuʾūd ila al-kawākib wa ʾala jarayān al-shams wa al-qamar wa sukūn al-arḍ, Riyadh, Maktabat al-riyāḍ al-ḥadītha, , 36, 45 p. :

    « arabe : ولم أكفّر من قال بدوران الأرض، ولا من قال إن الشمس تجري حول نفسها، وإنما صرحت بتكفير من قال إن الشمس ثابتة لا جارية هذا هو في المقال السابق ، وكفر من قال هذا القول ظاهر من كتاب الله ، ومن سنة رسوله صلى الله عليه وسلم لأن الله سبحانه يقول:(والشمس تجري...)... أما القول بأن الشمس تجري حول نفسها وهي ثابتة في محل واحد... ، فلم أتعرضه في المقال بالكلية لا بنفي ولا إثبات ، ولم أتعرض لكفر قائلة ، p.36 arabe : أما المسألة الثانية وهي القول بثبوت الشمس، وجريها حول نفسها ، فلم أتعرض لها في المقال السابق بنفي أو إثبات، ولم أكفّر من قال ذلك ، p.45 »

    .
  90. For another response from the 1970s see
  91. Elias, Amin, et Youssef Aschi. « Science et islam aux 19e et 20e siècles. De la primauté des sciences religieuses au « miracle scientifique » dans le Coran », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, vol. 130, no. 2, 2016, pp. 31-43.
  92. (en) « Saudi Arabia – An upsurge in public executions », sur amnesty.org, (consulté le 16 juin 2019).
  93. a et b U.S. Department of State, Bureau of Democracy, Human Rights and Labor, International Religious Freedom Report for 2012: Saudi Arabia (20 May 2013)
  94. (en) « HRW urges Saudi to free two Ahmadis held for apostasy », sur DailyStar.com, (consulté le 16 juin 2019).
  95. « Pour sauver le poète palestinien Ashraf Fayad de la décapitation », sur L'Humanité (consulté le 30 janvier 2016).
  96. http://www.itele.fr/monde/video/le-poete-palestinien-accuse-dapostasie-echappe-a-la-peine-de-mort-mais-pas-aux-coups-de-fouets-152515
  97. « Le blogueur Raif Badawi risque encore la peine de mort », sur Numerama, (consulté le 23 août 2020).
  98. (en) Richard Spencer, « Saudi Arabia court gives death penalty to man who renounced his Muslim faith », sur Telegraph.co.uk, (consulté le 16 juin 2019).
  99. Jamie Fullerton et Helen Davidson, « 'He wants to kill her': friend confirms fears of Saudi woman held in Bangkok », The Guardian,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 7 janvier 2019).
  100. (en) « Rahaf al-Qunun: Saudi teen granted asylum in Canada », sur BBC.com, (consulté le 16 juin 2019).
  101. « Vague d'assassinats de blogueurs athées au Bangladesh », sur france24.com, (consulté le 23 août 2020).
  102. « Le sultanat de Brunei introduit la loi islamique, les palaces occidentaux se vident », sur nouvelobs.com, L'Obs, (consulté le 23 août 2020).
  103. (en) Mohamad Bazzi, « Welcome to the Counter-Jihad », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  104. « Egypt Azhar meeting seeks unity on document », The Egyptian Gazette,‎ (lire en ligne).
  105. http://www.nycodem.net/actualites-chretiennes/?p=lire&view_topic=65003&t=Il-quitte-l-Islam-pour-le-Christianisme-et-se-retrouve-interne-en-psychiatrie-
  106. « Emirats arabes unis - », sur religieuse.org, (consulté le 23 août 2020).
  107. https://www.oikoumene.org/fr/press-centre/news/a-dubai-les-chretiens-prient-cote-a-cote-mais-pas-toujours-ensemble
  108. (en) Robert Evans, « Atheists face death in 13 countries, global discrimination: study », sur Reuters.com, (consulté le 4 juillet 2019).
  109. « The International Briefing: Persecution of Atheists and Apostates » [archive du ].
  110. a et b Butti Sultan Butti Ali Al-Muhairi, « The Islamisation of Laws in the UAE: The Case of the Penal Code », Arab Law Quarterly, vol. 11, no 4,‎ , p. 350 (DOI 10.2307/3381546, lire en ligne, consulté le 4 juillet 2019).
  111. Articles de la loi 3 de 1987, al Jarida al Rasmiyya, vol. 182, 8 décembre 1987
  112. Al-Muhairi, « Conclusion to the Series of Articles on the UAE Penal Law (with Glossary and Bibliography) », Arab Law Quarterly, vol. 12, no 4,‎ , p. 384–399 (ISSN 0268-0556 et 1573-0255, DOI 10.1163/026805597125825951, lire en ligne, consulté le 4 juillet 2019).
  113. United Arab Emirates 2012 International Religious Freedom Report U.S. Department of State (2013)
  114. « Érythrée - », sur religieuse.org, (consulté le 23 août 2020).
  115. Olivier Mary, « L’Erythrée, une prison à ciel ouvert », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  116. « Commentary : Is there room for atheists in Indonesia? », sur The Jakarta Post (consulté le 23 août 2020).
  117. https://www.cairn.info/revue-internationale-de-politique-comparee-2001-1-page-59.htm
  118. Dominique Lagarde et, « Chrétiens en terre d'islam », L'Express,‎ (lire en ligne, consulté le 23 août 2020).
  119. « Atheist Alexander Aan gets of prison », sur The Jakarta Post (consulté le 23 août 2020).
  120. (en) Rudolph Peters, Crime and punishment in Islamic law : Theory and practice from the sixteenth to the twenty-first century, Cambridge, Cambridge University Press, , 219 p. (ISBN 978-0-521-79226-4, notice BnF no FRBNF40013349, présentation en ligne), p. 179.
  121. (en) Iran scraps death penalty for apostasy and stoning, Christian News on Christian Today
  122. « Jordanie Un poète accusé d'apostasie par la justice », sur L'Orient-Le Jour, (consulté le 23 août 2020).
  123. (en) « Jordanie - Un poète est accusé d'être un ennemi de l'islam, et passible de la peine de mort - Point de Bascule Canada », sur Point de Bascule Canada, (consulté le 23 août 2020).
  124. « Jordanian poet prepares for jail », The National,‎ (lire en ligne, consulté le 23 août 2020).
  125. http://www.oasiscenter.eu/fr/articles/liberté-religieuse/2009/03/09/catholiques-au-koweït-la-liberté-inachevée-et-le-voisin-encombrant
  126. « Libye : 'Les apostats de Fajr Libya (...) doivent savoir qu'une guerre se profile' », sur Togo Diplomatie (consulté le 23 août 2020).
  127. (en) « Minister urges govt to hunt down atheist group », sur TheSundaily.my, (consulté le 7 juillet 2019).
  128. Yahoo News 2007-05-30
  129. Association de Malaises musulmanes
  130. Opinion favorable au droit à l'apostasie
    Opinion défavorable au droit à l'apostasie
    Analyse des imperfections de la législation en rapport
    Islamisation de la Malaisie
  131. Ambiguïté et contradictions de la législation malaise en matière d'apostasie.
  132. http://www.state.gov/documents/organization/222357.pdf MALAYSIA 2013 INTERNATIONAL RELIGIOUS FREEDOM REPORT
  133. http://www.malaysiakini.com/news/166920 Jamil Khir: Permohonan murtad 135 orang diluluskan
  134. http://www.freemalaysiatoday.com/category/nation/2012/11/10/sis-recognise-freedom-to-change-faith/ SIS: Recognise freedom to change faith
  135. « Maldives - », sur religieuse.org, (consulté le 23 août 2020).
  136. « Les Maldives rétablissent la peine de mort pour les enfants de plus de 7 ans », sur sudouest.fr, (consulté le 23 août 2020).
  137. a et b Jamâa Aït Bakrim, Marocain chrétien condamné à 15 ans de prison, le 27 janvier 2011
  138. 3500 Marocains devenus Chrétiens en 2007
  139. (en) Rapport annuel 2008 sur la liberté religieuse dans le monde auprès de l'ambassade des États-Unis à Rabat (lire en ligne).
  140. Conseil Supérieur des Oulémas : peine de mort pour les Marocains musulmans qui changent de religion (Akhbar Al Youm)
  141. Apostasie/peine de mort : les explications du Conseil Supérieur des Oulémas, Lakome, 16 avril 2013
  142. « Ramid : « Il n’y a aucun texte de loi qui punit les apostats » », sur Telquel (consulté le 23 août 2020).
  143. « Décryptage : que signifie la condamnation à mort du jeune Mauritanien coupable d’apostasie ? – Jeune Afrique », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne, consulté le 23 août 2020).
  144. Le Monde avec AFP, « Un homme condamné à mort pour apostasie en Mauritanie », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  145. Sabine Cessou et Sabine Cessou, « Que devient Mohamed Mkhaitir, condamné à mort pour apostasie? », sur rfi.fr, (consulté le 23 août 2020).
  146. http://www.amnesty.fr/Nos-campagnes/Abolition-de-la-peine-de-mort/Dossiers/apostasie-relance-la-peine-de-mort-en-Mauritanie-14959
  147. http://www.bbc.co.uk/french/highlights/story/2009/11/091108_nigeria_charia.shtml
  148. « Nigeria - », sur religieuse.org, (consulté le 23 août 2020).
  149. https://www.loc.gov/law/help/apostasy/index.php#oman
  150. https://journalchretien.net/2016/12/29/actualitechretienne/ouganda-15-chretiens-blesses-par-des-extremistes-pendant-le-culte-de-noel-29338.html
  151. « Au Pakistan, la loi antiblasphème continue ses ravages », Libération,‎ (lire en ligne).
  152. AFP, « Pakistan: grandeur et misère des mariages inter-religieux », La Croix,‎ (lire en ligne).
  153. Ibn Warraq, « Apostasy, Human Rights, Religion and Belief » [archive du ], sur New English Review, (consulté le 11 décembre 2017).
  154. Apostacy – International Humanist and Ethical Union
  155. The Moderate Martyr « https://web.archive.org/web/20140407015421/http://www.newyorker.com/archive/2006/09/11/060911fa_fact1 »(Archive • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), : A radically peaceful vision of Islam|by George Packer|11 September 2006.
  156. Lou Garçon, « L'Afrique tuera-t-elle Dieu? », Slate Afrique,‎ (lire en ligne, consulté le 17 avril 2018).
  157. Mark Tran, « Sudanese woman spared death sentence for apostasy arrives in Italy », The Guardian,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 30 juillet 2014).
  158. Le Figaro.fr avec AFP, « Soudan: 27 musulmans jugés pour «apostasie» », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  159. Xavier Le Normand (avec Ecofin et Soudan Tribune), « Le Soudan met fin à la peine de mort pour apostasie », La Croix,‎ (lire en ligne).
  160. « Un chrétien somalien converti décapité par des islamistes », sur L'observatoire de la Christianophobie, (consulté le 23 août 2020).
  161. http://www1.rfi.fr/actufr/articles/114/article_81757.asp
  162. Lorraine Millot, « La Tchétchénie soumise à la charia de Kadyrov », Libération,‎ (lire en ligne).
  163. « Yémen - », sur religieuse.org, (consulté le 23 août 2020).
  164. Leila BABES et Michel RENARD, « Quelle liberté de conscience? », Libération,‎ (lire en ligne).
  165. Malika Zeghal, « La constitution du Conseil Français du Culte Musulman  : reconnaissa... », sur revues.org, Archives de sciences sociales des religions, Éditions de l'École des hautes études en sciences sociales, (ISBN 2-7132-2043-2, ISSN 0335-5985, consulté le 23 août 2020), p. 97–113.
  166. https://www.senat.fr/rap/r15-757/r15-7571.pdf page 87
  167. http:// Le livre de Majid Oukacha devient un phénomène - Agoravox... www.agoravox.tv › article › le-livre-.
  168. (en) « India has 79.8% Hindus, 14.2% Muslims, says 2011 census data on religion », sur Firstpost.com, (consulté le 12 juillet 2019).
  169. a b et c (en) « India's Ex-Muslims: shedding traditional Islam for science », sur Firstpost.com, (consulté le 12 juillet 2019).
  170. (en) Jonthan Petre, « New group for those who renounce Islam », sur Telegraph.co.uk, (consulté le 7 juillet 2019).
  171. (en) Maryam Namazie, « Launch of the Council of ex-Muslims of Britain », sur www.scoop.co.nz, (consulté le 7 juillet 2019).
  172. « Living Apart Together » [archive du ], sur Policy Exchange, Policy Exchange, (consulté le 3 juillet 2013).
  173. a b c et d (en) Andrew Anthony, « Losing their religion: the hidden crisis of faith among Britain’s young Muslims », sur TheGuardian.com, (consulté le 7 juillet 2019).
  174. (en) Anne-Marie Tomchak et Greg Brosnan, « Ex-Muslims give reasons they left the faith, using a hashtag », sur BBC.com, (consulté le 7 juillet 2019).
  175. (en) Elisa Meyer, « How One Woman Left Islam to Campaign for Atheism », sur www.worldreligionnews.com, (consulté le 7 juillet 2019).
  176. Voir sur medium.com.
  177. Voir sur becomingthealphamuslim.com.

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Référence externe