Antoine Ghonda

Antoine Ghonda

Antoine Ghonda en 2023
Fonctions
Député national
En fonction depuis le
(5 ans, 3 mois et 28 jours)
Élection 30 décembre 2018
Ministère des Affaires étrangères de la République démocratique du Congo

(1 an et 22 jours)
Président Joseph Kabila
Biographie
Nom de naissance Antoine Ghonda Mangalibi
Date de naissance (59 ans)
Lieu de naissance Louvain (Belgique)
Nationalité congolaise
Parti politique À nous de bâtir le Congo (ANB)
Diplômé de Université internationale de Floride

Antoine Ghonda

Antoine Ghonda Mangalibi, né le à Louvain en Belgique, est un homme politique congolais et député national, élu de la circonscription de Madimba dans la province du Kongo-Central[1],[2],[3],[4].

Il était l'ambassadeur itinérant du chef de l'État de la république démocratique du Congo. Il a été nommé à ce poste par Joseph Kabila après sa sortie du gouvernement par le président de son ex-parti le Mouvement de libération du Congo, le vice-président Jean-Pierre Bemba.

Biographie

Antoine Ghonda est originaire de la province du Kongo-Central en république démocratique du Congo. Il est né à Louvain, en Belgique. Il a fait ses études secondaires et ses études universitaires aux États-Unis. À Miami en Floride où il a décroché une licence en relations internationales à l'université internationale de Floride et à Boston Harvard où il a suivi un Senior Executive program en Sécurité Internationale. Durant la présidence de Laurent-Désiré Kabila, il joint le Mouvement de libération du Congo (MLC), un groupe rebelle dirigé par Jean-Pierre Bemba en ayant eu le poste de secrétaire national chargé des relations extérieures. Dans le gouvernement de transition, il a été ministre des Affaires étrangères du au . Ensuite, le président Joseph Kabila va le nommer comme son ambassadeur itinérant chargé de la politique et de la diplomatie jusqu’en date des élections.

Antoine Ghonda est élu député national dans la circonscription électorale de Madimba dans la province du Kongo-Central, il est membre du groupement politique Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie[5].

Passage au ministère des Affaires étrangères, affaire accord de Lusaka

En 2004, alors qu'Antoine Ghonda est ministre des Affaires étrangères, il participe indirectement à la remise en question de la participation du Congo-Brazzaville au processus de Kimberley. Plusieurs pays producteurs et exportateurs de diamants se réunissent au Canada afin d'éviter que certaines productions de diamants empruntent des voies peu correctes (exploitations illégales, contrebande). Or, le Congo-Brazzaville, qui n'est pas réputé pour avoir de grosses quantités de diamants dans son sous-sol, est un pays exportateur[6]. Il est donc estimé que des diamants passent la frontière illégalement depuis la RDC. Le Congo-Brazzaville se retrouve exclu du processus de Kimberley. C'est lors du sommet de l'Union Africaine que le Président Yoweri Kaguta Museveni demandera au ministre Ghonda, à travers l'accord de Lusaka d'autoriser l'Ouganda à renvoyer ses troupes en RDC pour traquer les forces négatives. Le ministre va refuser la proposition de Yoweri Museveni et le président de l'Ouganda, fâché, demandera à son ami Jean-Pierre Bemba d'intervenir auprès du président Kabila pour limoger son ministre des Affaires étrangères. Celui-ci perd donc ainsi son poste.

Notes et références

  1. « Vos Députés », sur assemblee-nationale.cd (consulté en )
  2. « Liste des députés », sur talatala.cd (consulté en )
  3. « Cour Constitutionnelle : voici la liste définitive des Députés Nationaux », sur laprosperiteonline.net (consulté en )
  4. « RDC : la liste définitive de 500 députés nationaux ( provinces et circonscriptions) », sur congoprofond.net (consulté en )
  5. « Antoine Ghobda Mangalibi PPRD », sur talatala.cd (consulté le )
  6. Article sur RFI

Voir aussi

Article connexe

Liens externes