Anglicismes en français

L'usage du français contemporain est marqué par de nombreux anglicismes[1].

Si la tendance s'est inversée ces dernières décennies, avant le XVIIIe siècle la langue anglaise avait plus emprunté à la langue française que le contraire ; ce qui fait que certains des anglicismes actuels du français furent des gallicismes en anglais à une certaine époque (ex. : obsolète). Étiemble rappelle dans Parlez-vous franglais ?[2] que le mot manager vient de ménager, comme « ménagère » et management de ménagement[a] (il faut dans les deux cas veiller aux affaires courantes, gérer un budget, déléguer, etc.).

Beaucoup d'anglicismes utilisés il y a un siècle (on en trouve chez Alphonse Allais) sont tombés aujourd'hui en désuétude ou dans l'oubli. Des anglicismes plus récents comme computer ou software ont disparu, chassés par ordinateur (plus précis, computer désignant n'importe quel type de calculateur, même analogique) ou logiciel (qui fait parfaitement pendant à matériel)[b].

Le nombre et la fréquence des anglicismes varient selon les locuteurs et selon les domaines de spécialité. Certains domaines en regorgent, comme l'économie, mais surtout l'informatique. Celle-ci est en effet sujette à de nombreux emprunts à l'anglais (au jargon informatique anglo-américain) comme dans le reste du monde la musique l'est à l'italien ou la cuisine et la mode… au français; ainsi, la lingua franca de fait entre les informaticiens du monde entier est l'anglais. De plus, la plupart des langages de programmation ont un vocabulaire inspiré de l'anglais, ce qui fait que les programmeurs ont une tendance naturelle à penser en anglais.

Le français contribue cependant à des termes qui s'internationalisent : Informatique, néologisme inventé en 1962 par Philippe Dreyfus[3], a été acclimaté en Informatics vers la fin des années 1970 dans les pays anglophones, où il unifie les disciplines jadis cloisonnées qui s'y nommaient respectivement Computer Science et Data Processing. L'avionique a elle-même sans doute donné naissance à « avionics ». Un autre néologisme français, télématique (apparu vers 1982), désignant la synergie de l'informatique et des télécommunications, y a fait naître compunication ou compucation (contractions de computer communication, 1. communication entre ordinateurs ; 2. télématique).

De nombreux anglicismes possèdent des équivalents français. Leur emploi n'est donc plus motivé par une lacune du lexique français, mais l'unification du vocabulaire permet de faciliter la transmission sans ambiguïté de connaissances pointues et en rapide évolution. Ainsi, dans d'autres domaines comme la zoologie et la botanique, l'usage du latin est généralisé pour nommer plantes et animaux.

Propagation des anglicismes

Exemple d'utilisation de mots d'origine anglaise dans un coupon publicitaire distribué en France.

Origines

Diverses raisons sont avancées pour expliquer le développement des anglicismes en français : il y aurait la régression du grec et du latin dans les études, l'hégémonie de l'anglais comme langue de communication internationale, le mimétisme culturel[c]. Dans les jeunes générations, l'anglais tend à acquérir le statut de langue de prestige au détriment de la langue maternelle, de la même façon que le français jouit du statut de langue de prestige en Afrique francophone, au détriment des langues locales.

Certains journalistes de la télévision française, dont la fonction exige une grande maîtrise du français, introduisent néanmoins dans celui-ci des anglicismes[4]. Lexicaux, syntaxiques ou phonétiques, ces calques jouissent auprès des téléspectateurs d’un fort effet de mode qui garantit leur rapide acclimatation dans la langue française, par le simple fait qu'il s'agit de termes inhabituels et ressentis comme nouveaux donc avantageux[5].

En France, dans le domaine du management du personnel, à la question « Comment s'explique la prédominance de termes venus de l'anglais ? », un ex-conseiller en gestion répond (en 2008), extrait : « la plupart des termes anglais viennent de la psychosociologie américaine qui est l'un des premiers fournisseurs de concepts du monde économique. Depuis l'après-guerre, la montée des études comportementalistes aux États-Unis a accompagné la valorisation de la notion de ressources humaines. Les facs servant ainsi de boîte à outils aux entreprises »[6]. Dans la même interview, il répond aussi aux questions « À quelles fins est utilisé ce vocabulaire ? » (extrait : « les anglicismes font office de cryptage supplémentaire ») et « Comment désamorcer cette manipulation du langage ? ».

Chantal Bouchard énonce six facteurs externes à l'anglicisation du français au Québec dans son article Une obsession nationale : l'anglicisme publié en 1989 dans Recherches sociographiques de l'université Laval[7] :

  • L'environnement : la situation géographique du Québec force le Canadien français à être en constant contact avec les anglophones, qui dominent le reste du pays.
  • L'inaction des gouvernements : durant les années 1900, le gouvernement fédéral anglophone se fait reprocher d'interagir avec son « quasi-unilinguisme » au Québec. Il y aurait un manque de soutien de la langue française au niveau national.
  • L'attitude des anglophones : on reproche aux anglophones et aux commerçants anglophones d'utiliser exclusivement l'anglais, sans s'efforcer de s'adapter aux Canadiens français.
  • Le bilinguisme : le bilinguisme avantage le travailleur à la recherche d'un emploi dans les industries et dans la ville. Du côté linguistique, le bilingue peut avoir de la difficulté à reconnaître lui-même un anglicisme.
  • L'anglomanie en France : la France, qui est le modèle linguistique du Canadien français, succomberait elle-même à la dominance anglophone.
  • La traduction : à cause des facteurs précédents, lorsque les écrits anglais sont traduits en français, il peut y avoir plusieurs erreurs grammaticales, dont des anglicismes. À ce moment-là, même les journaux qui traduisaient n'avaient pas un français soigné.

Hégémonie de l'anglais

L'anglais est devenu le langage de référence dans la communication internationale[8].

Le poids économique, politique et culturel des États-Unis et des pays anglophones se traduit par un quasi-monopole de l'anglais dans de nombreux domaines : publications scientifiques[9], enseignement supérieur commercial et scientifique, enseignement des langues étrangères dans le secondaire, publicité, cinéma, musique, brevets techniques, etc.[d].

Plusieurs entreprises ont été condamnées en justice pour avoir imposé l'anglais à leurs salariés français (GEMS[10], Europ Assistance[11], etc.).

Acclimatation des anglicismes

Si certains des mots anglais qui sont passés en masse dans le français aux XVIIIe et XIXe siècles ont conservé leur graphie d'origine, d'autres avec le temps se sont conformés aux habitudes de l'orthographe française. Ainsi « redingote », qui vient de riding-coat, « paquebot », qui vient de packet-boat, et « boulingrin », qui vient de bowling green, exemples cités par Étiemble dans Parlez-vous franglais ?[12]. C'est aussi le cas de « bol », issu de bowl (orthographié ainsi en 1826), de « partenaire », issu de partner (orthographié de la sorte en 1836), et de « névrose », issu de neurosis[13].

Au XXe siècle, l'orthographe reste inchangée dans la plupart des cas. Dans les formes dérivées des emprunts, en revanche, la francisation est de règle :

  • « upgrader » (mettre à niveau) : ajout de la désinence -er à upgrade
  • « mixage » (mélange de diverses sources sonores) : ajout de la désinence -age à mix
  • « hooliganesque » (relatif aux voyous des stades) : ajout de la désinence -esque à hooligan
  • « footballistique » (relatif au football) : ajout de la désinence -istique à football

L'Académie française considère que, si certains emprunts contribuent à la vie de la langue, d'autres sont nuisibles, inutiles ou évitables. L'Académie s'emploie donc à opérer un tri, par son Dictionnaire et ses mises en garde, ainsi que par le rôle qu'elle tient dans le dispositif d'enrichissement de la langue française mis en place par un décret en 1996, et propose, en collaboration avec les commissions de terminologie, des équivalents français répertoriés dans la base de données FranceTerme, accessible aux professionnels et au grand public par internet[14].

Anglicismes passés de mode

Il arrive que le mouvement de la mode balaye hors du discours quotidien des mots anglais naguère en vogue. Dans L’aventure des mots français venus d'ailleurs, Henriette Walter donne des exemples de ce qu’elle nomme « anglicismes “ringards” »[15] : ainsi on ne parle plus de « kids » et de « teenagers » mais d’« enfants » et d’« ados » (troncation d'un mot français), prendre un « drink » fait penser à une époque révolue (en France mais pas au Québec) et l’adjectif « smart » (au sens d’« élégant ») n’a plus cours du tout[e]. Les « water-closet » sont progressivement devenus les « waters » ou « WC ». Le terme water-closet est donc devenu désuet. L'évolution d'un terme peut être encore plus complexe, par exemple l'anglicisme tour-operator qui est remplacé dans un premier temps par tour-opérateur qui perd régulièrement du terrain face au français voyagiste, cette transition s’effectuant sur une cinquantaine d'années.

Anglicismes en « zone de transition »

On peut anticiper sur l'acclimatation probable ou non de certains anglicismes qui sont à un moment donné dans une zone de transition[16]. Ces anglicismes sont dans une position aléatoire, confortés par un usage indéniable durant une certaine période mais répertoriés comme d'emploi critiqué par les dictionnaires. La période d'acclimatation plus ou moins longue de ces anglicismes, sujette à une mode ou à une urgence technique, débouche sur un passage progressif et pérenne dans l'usage et la langue ou à un rejet et un oubli si un autre terme plus français les a remplacés.

Typologie

On distingue trois grandes catégories d'anglicismes : les emprunts lexicaux, sémantiques et syntaxiques, auxquels s'ajoutent les faux anglicismes (ou faux emprunts) et les xénismes.

Anglicismes lexicaux

Les anglicismes lexicaux regroupent les mots empruntés dans leur forme (parfois francisée) et dans leur sens (on parle alors d'emprunts morpho-sémantiques). Ex. : baby-sitter, intervieweur (francisation partielle de interviewer)[17].

Emprunts en informatique et dans le monde des affaires

Les États-Unis étendent leur emprise dans les domaines des sciences, des techniques, des distractions, des modes alimentaires et vestimentaires. Cette mondialisation économique et cette uniformisation culturelle ont des effets dans le domaine de la langue et notamment du vocabulaire des affaires et de l'informatique. L'Association actions pour promouvoir le français des affaires (APFA[18]) recense plusieurs centaines de termes anglo-américains employés dans les domaines des affaires et de l'informatique[19].

En informatique, les termes anglais prédominent : « Je reboote (redémarre, voire Je fais un hard boot) pour que les drivers (pilotes) que je viens d'updater (de mettre à jour) soient loadés (chargés) sans que le système ne bugue (plante, rencontre un problème) », mais le vocabulaire français tend à remplacer les anglicismes initiaux dès lors que les concepts correspondants deviennent suffisamment familiers. Des mots comme logiciel (sur le modèle de « matériel ») ont été adoptés très rapidement par le grand public (sans toutefois déloger hardware et software chez les professionnels et les techniciens). Quasiment personne, à l'exception de Hubert-Félix Thiéfaine dans Une fille au rhésus négatif – « nous n’sommes que les fantasmes fous d’un computer » – ne dit computer (ou sa francisation computeur) pour « ordinateur », bien que le premier mot soit plus court (tout en étant plus long que l'abréviation « ordi »).

Dans le commerce, l'expression « booster les ventes » a tendance à concurrencer des formes traditionnelles comme « relancer les ventes », « promouvoir les ventes », « dynamiser les ventes » ou « stimuler les ventes ». De même, top est employé à tout bout de phrase alors que le français dispose de « sommet », « faîte », « comble », « summum », « apogée », « zénith », « cime », « pinacle », « plus haut de… », « au mieux de… » (ex. un PC au top de la technologie, « T'es au top, ma fille » (en pleine forme, magnifique, rayonnante), « Une solution tip-top » [ad hoc, idéale, parfaitement adaptée], etc.), et « ce qu'il y a de mieux », « ce qui se fait de mieux », « le meilleur de… », « le nec plus ultra », « la crème de… », « le dessus du panier » (ex. : ne vouloir que du top). Les marques de commerce, les raisons sociales et les appellations de services n’échappent pas à la tendance : FashionShopping.com, Actus People, LiveTransport, Top annonces, Top music, Must Institute, Creditmust, Best of Dordogne Périgord.

Dans la gestion d'entreprises : « Le reporting (rapport d'exploitation) mensuel du service marketing (promotion des ventes) a accéléré la chute des stock-options (options d'achat ou actions optionnelles) du staff (personnel en fonction) ».

Vers la fin du XIXe siècle, où l'anglomanie était en vogue dans certains milieux, le français a fait appel à ses mots pour désigner une construction pourtant inconnue alors en France et en Europe, en fabriquant « gratte-ciel », calque de l'expression américaine sky-scraper.

Réemprunts intégrés

Panonceau d’affichage devant la terrasse d’un bistrot parisien.

Les langues s'enrichissent mutuellement : ainsi des mots comme bazar et choucroute sont des emprunts, le premier au persan bâzâr, « marché public », le second au dialecte alsacien sûrkrût, « herbe sure » (c.-à-d. chou aigre)[20]; de même le paquebot fut un temps le packet-boat et la redingote le riding-coat (« habit de monte »)[f], pour reprendre des exemples cités par Étiemble. Si la langue française emprunte actuellement beaucoup à l'anglais pour les raisons exposées ci-dessus, le contraire a longtemps été vrai (en particulier avec l'invasion de l'Angleterre par Guillaume le Conquérant en 1066 et la possession, durant le Moyen Âge, par la couronne d'Angleterre de vastes provinces sur le territoire de l'ancienne France) et la langue anglaise contient de nombreux gallicismes dont certains, par un effet linguistique, donnent naissance à de nouveaux mots employés à leur tour par les francophones, ce qu'on appelle des réemprunts :

  • challenge, qui vient de l'ancien français « chalenge », rivalise avec défi (comme dans relever un challenge et un challenge perdu d'avance), surtout en France, mais également au Québec, avec toutes les variantes de prononciation de /ʃalɑ̃ʒ/ à /tʃalɛ̃dʒə/ ;
  • e-mail / email (abrév. de electronic mail, courrier électronique ou courriel), où le mot mail vient de malle-poste ;
  • marketing, nom verbal formé sur to market, lui-même verbalisation du nom market, issu du français « marché » ;
  • management (gestion), de « ménagement », au sens, tombé en désuétude, de gestion. Manager (dont Christiane Collonge rappelle la similitude avec « ménagère », les qualités demandées – planifier, gérer un budget et des ressources... – étant bien les mêmes) vient du français des XVIIe et XVIIIe siècles « ménager » (masc.) (d'où le féminin « ménagère ») ;
  • budget, repris par les Anglais de l'ancien français bougette, « sac », « valise », diminutif de bolge, « sac de cuir ». Sa transformation en « sac du trésorier » puis en « financement d'une action » s'est produite outre-Manche, avant que le mot nous revienne sous ce nouveau sens[21] ;
  • rosbif vient de roast beef, bœuf rôti (l'anglais utilise le mot d'origine française beef pour la viande servie sur la table, et les mots anglo-saxons ox ou cow pour l'animal sur pied ; roast vient de l'ancien français « rost », devenu un peu plus tard « rôt » ; il faut savoir que les nouveaux maîtres de l'Angleterre après 1066 imposaient leur langue à table mais laissaient leurs serviteurs libres d'utiliser la leur dans leur travail) ;
  • tennis, qui vient du français « tenez », expression employée lors du service dans le jeu de paume, ancêtre du tennis. Terme repris par les Anglais, lesquels déformèrent le mot « tenez » en tennis ;
  • denim pour désigner la toile avec laquelle sont fabriqués les blue jeans, originellement fabriquée dans la ville de Nîmes ;
  • mayday, des pilotes en difficulté, vient du français « m'aider » ;
  • pedigree, de l'anglo-français « pe de gru » (foot of crane), signe en forme de patte d'oiseau indiquant la filiation dans les anciens manuscrits généalogiques ;
  • pony, de l'ancien français « poulenet » qui désignait les chevaux de petite taille.

La proximité étymologique de certains mots anglais avec le français peut faciliter l'adoption de calques de néologismes. Ainsi « flexicurité » se construit de la même manière en français et en anglais, et n'est pas considéré comme un anglicisme.

Sémantique anglicisée

La sémantique anglicisée provient de l'emprunt du sens ou de l'un des sens d'un mot anglais qui a une forme très voisine de celle du mot français historiquement correspondant[17].

L'influence anglaise sur la langue est sensible dans les traductions approximatives, notamment dans les médias, entre autres à cause des faux-amis et des expressions calquées sur l'anglais : J'ai une opportunité d'emploi (opportunity) pour « possibilité d'emploi ». En informatique, library traduit par « librairie » au lieu de « bibliothèque », implemented traduit par « implémenté » au lieu de « appliqué », « réalisé » ou « mis en œuvre ».

Au Québec, ce type d'anglicisme est plus répandu, mais « acclimaté » linguistiquement (« sac de pinottes » (sack of peanuts) = sachet d'arachides).

Syntaxe anglicisée

Le français anglicisé reprend certaines formes syntaxiques anglaises :

  • le placement de l'adjectif avant le nom plutôt qu'après : la « positive attitude » au lieu de « l’attitude positive », « l'actuel gouvernement » au lieu de « le gouvernement actuel » ;
  • la création de qualificatifs et de compléments de nom par simple juxtaposition de substantifs : « exemplaire papier » au lieu de « exemplaire sur papier » ou « exemplaire imprimé » ; « relation clients » (noter le désaccord singulier/pluriel) au lieu de « relation avec les clients » ou « relation commerciale » ;
  • le rejet de l'adjectif à côté d'un mot qu'il ne qualifie pas : « les dernières vingt-quatre heures », au lieu de « les vingt-quatre dernières heures » ;
  • le calque d'adjectifs composés anglais formés d'un adverbe en -ly et d'un adjectif simple ou d'un participe passé : « politiquement correct », calque de politically correct[22] comme dans « le viol politiquement correct de la langue française »[23], ou encore « génétiquement modifié », calque de genetically modified ;
  • l'utilisation inutile de superlatifs : « la quatrième meilleure performance mondiale » au lieu de « la quatrième performance du monde » ;
  • l'usage croissant de la forme passive, initialement beaucoup plus répandue en anglais qu'en français, qui supplante l'actif, régime habituel du français[24] (« des travaux ont été entrepris » au lieu de « on a entrepris des travaux ») ;
  • l'inversion du complément de nom dans les noms de magasins, de restaurants, d'hôtels, d'enseignes, de festivals, de rencontres sportives, etc. (« Alpes Hôtel » au lieu de « Hôtel des Alpes », « le Nice Jazz Festival » au lieu de « le Festival de Jazz de Nice », « la Biarritz Cup » au lieu de « la Coupe de Biarritz » (compétition de golf)) ; de même dans les noms d'administrations, de collectivités locales : « Pontivy Communauté » plutôt que « Communauté de communes de Pontivy » ;
  • la mise d'une majuscule à tous les composants des appellations d'organismes, d'institutions, d'associations (comme dans « Association Les Plus Beaux Villages de France ») et à des noms communs (influence de la pratique anglaise dite upstyle).

Faux anglicismes

À côté des anglicismes, on trouve ce qu'on appelle de faux anglicismes, c'est-à-dire des lexèmes pris dans la langue anglaise (ils en ont l'orthographe et la prononciation), mais ne sont pas utilisés de cette façon dans la langue d'origine, au point que certains n'existent pas.

Certains faux anglicismes procèdent de la volonté qu'ont les publicitaires de conserver le profit du prestige de la culture anglophone en France tout en étant compris d'un public connaissant mal l'anglais[25] : certains titres d'œuvres de fiction se trouvent ainsi « traduits » par des expressions anglophones plus intelligibles que le titre original : le titre du roman Back to Blood de Tom Wolfe est ainsi devenu en « français » Bloody Miami. Cette pratique est très fréquente dans la traduction des titres de films, avec par exemple The Hangover dont le titre français est Very Bad Trip[26],.

Noms composés tronqués

Un autre type de faux anglicisme provient de l'abréviation d'un nom composé anglais en ne gardant que le mot de gauche (alors que le mot important pour les anglophones est le mot de droite, impossible à supprimer). Par exemple, pour désigner un costume de soirée, le mot smoking est employé par les Français (mais aussi dans de nombreuses autres langues). Pourtant, les Britanniques utilisent dinner jacket et les Américains tuxedo ou son abréviation tux, car smoking n'existe pas en anglais autrement que comme forme du verbe to smoke (fumer) : c'est que l'anglicisme smoking est en fait l'abréviation, propre aux Français, de l'anglais smoking jacket. On peut citer également les abréviations suivantes : un clap (pour clapboard ou clapstick, ardoise de tournage, claquoir, claquette), des dreads (pour dreadlocks, cadenettes de rasta), etc.

Xénismes

Un xénisme est une locution étrangère (parfois réduite à un seul mot) perçue comme non intégrée mais évoquant fréquemment la culture étrangère, et distinguée typographiquement par des italiques ou des guillemets, ainsi Happy birthday to you, To be or not to be, Time is money.

Ces petites phrases, salutations, proverbes, interjections, etc., « en anglais dans le texte », de la langue française sont bien répertoriées :

  • All right = C'est tout bon, Tout est bien
  • Business is business = Les affaires sont les affaires
  • Damned! = Nom de Dieu !, Bon sang !, Maudit ! (Québec)
  • Fuck! = Putain !, Bordel !
  • Fuck off! = Fout / Fiche le camp !
  • Fuck you! = Va te faire voir (chez les Grecs) / mettre / foutre !
  • Go! = C'est parti !, En avant !, Allez !, Allez-y !, Vas-y !, On y va !, Départ !, Partez !, Saut !
  • Last but not least = Dernier point, et non des moindres
  • Make love, not war! = Faites l'amour, pas la guerre !
  • Peace and love! = Aimez-vous, mes frères et mes sœurs !
  • My tailor is rich (phrase tirée de la méthode Assimil d'apprentissage de l'anglais et citée pour signaler la possession de quelques rudiments de cette langue, également connue car utilisée dans le film Le Gendarme à New York)
  • Nobody's perfect! (réplique finale du film Certains l'aiment chaud de Billy Wilder (1959)) = Nul n'est parfait !, La perfection n'est pas de ce monde !
  • No comment! = Sans commentaire !, Passons !
  • No problem! = C'est d'accord ! Ça marche !
  • Of course! = Bien entendu !, Bien sûr !, Évidemment !
  • Oh my God! = (Oh) mon Dieu !, Seigneur !, Jésus Marie Joseph !
  • Shit! = Merde !, Chiotte !
  • Shocking! = Scandaleux !, Oh ! (angl. brit. This is outrageous!)
  • The end! = C’est fini !, Rideau !
  • The show must go on = 1) (sens littéral) Que le spectacle continue ; 2) (sens dérivé) Les affaires continuent
  • Time is money = Le temps, c'est de l'argent
  • Wait and see! = Attendons voir !
  • Yes! = Oui !, Ouais ! (cri de joie, de victoire)

Il existe de faux xénismes, ainsi :

  • Fingers in the nose! (pseudo-anglais (angl. Hands down) popularisé par le titre d'un manuel de vocabulaire) = Les doigts dans le nez !
  • It's in the pocket! (pseudo-anglais (angl. You've got it made!)) = C'est dans la poche !, C'est comme si c’était fait !

Verbes francisés

Dans les domaines de l'informatique logicielle, de la réseautique et des jeux sur écran, nombre de verbes anglais se retrouvent francisés par l'adjonction de la désinence -er propre aux verbes du 1er groupe[28] » :

  • to blast donne blaster comme dans « blaster les ennemis avec des tonnes d'armes »
  • to download donne downloader comme dans « downloader un logiciel depuis le site de son auteur »
  • to mail donne mailer comme dans « passer son temps au bureau à mailer des photos à ses collègues
  • to forward donne forwarder, comme dans « je te forwarde la blague qu'on vient de me mailer »

L'acclimatation se fait également par l'adjonction de la terminaison -eur, indiquant par qui l'action est faite, à une base anglaise (nom ou verbe) :

  • un bikeur est un adepte de la moto ou du vélo tout terrain (bike)
  • un longboardeur est un pratiquant de la planche à voile lourde ou de la grande planche à roulettes (longboard)
  • un tuneur est celui qui tune (personnalise) son automobile
  • un rockeur, francisation de l'américain rocker
  • un rappeur est un chanteur de rap
  • un zappeur — voire un zappeur fou — qui, dans cette dernière expression, est une personne qui monopolise compulsivement la télécommande, souvent au détriment des autres usagers.

Autre ajout de suffixe français : le suffixe -ette, comme dans

  • punkette, pour désigner une jeune punk ;
  • zapette, dérivée du verbe anglais to zap, qui lui-même a été francisé en zapper

La francisation peut être phonétique, souvent dans un but humoristique comme dans :

  • le Ouèbe (pour le Web)[29] ;
  • ouaouh (pour wow !, c'est-à-dire oh la la ! ou bravo) ;
  • le foute (pour foot, abréviation française du jeu de football) ;
  • travelingue (pour travelling, abréviation française de travelling shot, un panoramique).

Usage

Au Canada

De par sa politique linguistique bilingue [30], le Canada jouit d’une grande diversité linguistique, ce qui en fait un espace d’analyse très riche. De fait, de multiples études ont été conduites pour observer les habitudes langagières des locuteurs dans diverses régions du territoire.

Dans une étude publiée en 1988, Poplack, Sankoff et Miller rendent compte des emprunts à l’anglais dans un corpus documentant les usages de locuteurs francophones d’Ottawa-Hull, dont le français est extrêmement anglicisé. Les emprunts à l'anglais représentent 0,8 % des occurrences et 3,3 % du vocabulaire[31],[32].

Cette même étude analyse également les influences sociales sur les taux et les modèles d'utilisation des mots d’emprunt, par le biais de facteurs sociolinguistiques tels que le sexe, l'âge et le niveau d'instruction, ainsi que la capacité bilingue personnelle et la communauté linguistique des locuteurs. L'étude évalue le rôle de chacun de ces facteurs dans les taux d'emprunt (en termes de types et d’occurrences) et/ou dans les types d'emprunt (préférence pour les mots empruntées ponctuellement par rapport aux mots d'emprunt établis). Il ressort des résultats que l’appartenance à une classe sociale est le principal déterminant des taux d'emprunts globaux, tant en termes d’occurrences que de types d'emprunts, les groupes de la classe ouvrière devançant les locuteurs de la classe moyenne. Toutefois, la classe sociale n'a pas d'influence systématique sur le type d'emprunts (ponctuels ou établis). Le quartier a également un effet important, principalement dû au degré d’exposition à l’anglais dans l’environnement. L'âge du locuteur et sa maîtrise de l'anglais ont des effets systématiques mais généralement peu significatifs, en particulier sur les habitudes d'emprunt.

En France

Depuis en tout cas la fin du 20ème siècle, il semble que la presse française utilise plus d'emprunts à l'anglais qu'à d'autres langues et avec une forte fréquence. Par ailleurs, il est également possible d’observer le degré d’enracinement des emprunts dans le lexique d’une langue réceptrice afin de pouvoir définir quels types d'emprunts sont plus enclins à perdurer et par le biais de quels facteurs.

Une étude de Chesley (2010)[33] a examiné les contextes d’apparition des mots d'emprunt à l'anglais dans des articles du journal Le Monde parus entre 1989 et 1992 puis dans des articles du Figaro publiés entre janvier 1996 et décembre 2006, afin d'évaluer l'enracinement et la permanence des anglicismes. Cette étude met en évidence une corrélation entre les anglicismes attestés dans le Monde et dans le Figaro : les anglicismes présents dans le Monde ont tendance à se retrouver dans le Figaro. En revanche, cette corrélation ne se retrouve pas avec les emprunts à d’autres langues : par exemple, huit espagnolismes sont identifiés dans Le Monde contre un seulement dans Le Figaro. Cela montre donc, en comparaison avec d’autres emprunts à d’autres langues, le fort ancrage des anglicismes dans le discours français.

Selon une autre étude Chesley et Baayen (2010)[34], on peut observer l’enracinement des emprunts lexicaux dans le lexique d'une langue réceptrice, lesquels sont limités par une série de facteurs différents. Pour déterminer quels emprunts sont en train de s'ancrer dans le lexique français, cette étude a également eu recours aux archives du journal Le Monde (Abeillé et al. 2003)[35] de 1989-1992 puis aux archives en ligne du Figaro, pour les années 1996-2006, en prenant la fréquence dans ce second corpus comme indicateur de l'enracinement dans le lexique français. En utilisant la fréquence comme mesure de l'enracinement lexical, ils ont pu constater que plusieurs facteurs tels que la dispersion, la fréquence, le caractère polysémique ou non, la durée et le contexte culturel d'un emprunt ainsi que la langue du donneur de l'emprunt contribuent à déterminer le degré d'enracinement lexical d'un emprunt en français. D’après leur résultats, tous ces facteurs pourraient aussi être pertinents lors de l'examen des emprunts dans d'autres langues réceptrices.

Attitude face à l’usage (Québec et France)

Quant à l’emploi d’anglicismes, les réactions peuvent être plus ou moins hostiles selon le pays. C’est ce qu'O. Walsch développe dans son étude comparative[36]qui vise à déterminer le degré de purisme de ces deux pays quant à l’usage de mots empruntés de l’anglais. Pour ce faire, dans un questionnaire en ligne anonyme, des emprunts non assimilés (ex. : « webpage » ), des emprunts assimilés (ex. : « page web ») ainsi que des calques (ex. : « page sur toile ») ont été proposés dans un texte lacunaire afin de voir l’attitude des individus et leur comportement face aux anglicismes ou aux substituts et quelle variante ils préfèrent utiliser. Pour la France, malgré le fait que l’Académie Française perçoive les anglicismes comme néfastes pour la langue française, il se trouve que la population n’y est pas tant opposée. Les résultats montrent que les Français ont un degré de purisme modéré car ils tendent à préférer l’utilisation d’emprunts non assimilés et, au contraire, évitent les emprunts assimilés ou des calques. Au contraire, les Québécois ont plus recours aux emprunts assimilés et aux calques et manifestent donc un niveau de purisme plus élevé que celui des Français.

Politiques en matière d'anglicismes

En 2009, plusieurs associations francophones ont lancé un appel international à la défense de la langue française face à l'anglais[37].

Les anglicismes sont plus nombreux dans les pays où le français est en contact quotidien avec l'anglais. Au Canada, notamment à Montréal, on utilise de très nombreux anglicismes, surtout dans les domaines de la mécanique et de la construction. Dans certaines régions de la province de Québec, l'emploi d'anglicismes est fréquent. La situation est encore plus prégnante dans les régions frontalières en contact avec l'anglais, comme l'Outaouais qui jouxte l'Ontario anglophone.

Quelques anglicismes propres au Canada :

  • assumer (to assume) : présumer, supposer
  • délai (delay) : retard (mais n'est pas un anglicisme dans l'acception de « temps dont l'on dispose pour accomplir quelque chose »)
  • évidence (evidence) : preuve, en droit ou pour des choses scientifiques
  • patente (patent) : invention, bidule
  • checker : (selon le contexte) regarder, vérifier, surveiller
  • faire du sens (to make sense) : avoir un sens
  • bon matin[38] (good morning) : bonjour
  • être sous l’impression (to be under the impression) : avoir l’impression
  • Moi, un comédien… : Moi, comédien… (article inutile précédant une profession et dans le cas d'une apposition)
  • être en amour (to be in love) : être amoureux
  • prendre une marche (to take a walk) : aller se promener à pied
  • avoir le pouce vert (to have a green thumb) : avoir la main verte
  • pâte à dents (toothpaste) : dentifrice
  • à l'année longue (all year long) : toute l'année, à longueur d'année
  • payer attention (to pay attention) : prêter attention, faire attention
  • être supposé faire (to be supposed to do) : être censé faire
  • mettre de l'emphase sur (to put emphasis on) : mettre l'accent sur
  • Faire application / appliquer pour (application/apply for a job) : être candidat à un emploi
  • canceller (to cancel) : annuler
  • céduler / une cédule (to schedule / a schedule) : mettre à l'horaire / un horaire

Les pays francophones créent les néologismes qu'ils jugent adaptés, particulièrement dans le domaine informatique (Toile pour Web, abréviation de World Wide Web, courriel pour e-mail, pourriel pour spam, etc.). Une institution très active sur le plan néologique est l'Office québécois de la langue française (OQLF) : l'utilisation de ses néologismes est obligatoire au sein de l'appareil administratif du Québec. L'expérience montre cependant qu'une traduction n'est universellement acceptée que si elle est correctement choisie : avant la (demi-)création du couple « matériel » et « logiciel », aujourd'hui d'usage universel, des organismes avaient essayé d'imposer « quincaille » et « mentaille », apparemment trop hâtivement calqués sur hardware et software pour avoir du succès.

Lutte contre les anglicismes

Si l'emprunt de termes anglais est vu par certains[Qui ?] comme le signe d'un enrichissement de la langue française au contact de la langue dominante, il est considéré par d'autres[Qui ?] comme la marque d'une incapacité culturelle à créer les mots idoines et à les populariser[39].

En France

  • Depuis les années 1970, le gouvernement français s'est employé à fixer par voie réglementaire la terminologie officielle après consultation des commissions ministérielles de terminologie, en précisant le cas échéant les termes étrangers à éviter[40]. C'est ainsi que le mot « logiciel », proposé à la commission de l'informatique par Philippe Renard en 1970, a supplanté en moins de dix ans le terme anglais software et que « baladeur », conçu en 1983 par la commission de l'audiovisuel et de la publicité, a remplacé walkman[41]. Le mot informatique lui-même est un néologisme créé en 1962 par Philippe Dreyfus, contraction des termes « information » et « automatique[42] », qui ne possède pas d'équivalent exact en anglais (il existe des concepts proches, comme information technology, computer science ou data processing).
  • Jacques Toubon, ministre français de la Culture de mars 1993 à mai 1995, a en revanche échoué en proposant une liste complète de mots à utiliser à la place des mots anglais. Sa proposition fut même l'objet de moqueries en son temps et la loi Toubon (no 94-88) pour la promotion de la francophonie fut ironiquement surnommée « loi AllGood » (exemple d'échec à l'usage : vacancelle n'a jamais pu rivaliser avec week-end, qui s'est fixé en franco-français pour désigner le samedi-dimanche.
  • Le décret du 3 juillet 1996 a profondément réformé le dispositif d'enrichissement du lexique de la langue française qui existait jusqu'alors. Ce dispositif s'appuie désormais sur la « Commission d'enrichissement de la langue française ». Placée auprès du Premier ministre, cette commission coordonne les travaux de terminologie, en liaison avec différents partenaires, comme l'Académie française, l'Académie des sciences, l'Association française de normalisation (Afnor), l'Institut national de la langue française (CNRS-INaLF) et d'autres commissions de terminologie de pays francophones, comme l'Office québécois de la langue française au Québec. Les listes de termes adoptés sont diffusées sous forme de brochures, publiées au Journal officiel (elles deviennent alors d'emploi obligatoire pour les services de l'État et les établissements publics, ainsi que dans les cas prévus par la loi du relative à l'emploi de la langue française — dite loi Toubon). Par exemple, les mots remue-méninges (2000) et courriel (2003) ont été proposés pour remplacer brainstorming et e-mail. Les termes publiés sont consultables sur le site de la Délégation générale à la langue française (DGLF).
  • Chaque année, l'association « Défense de la langue française », une académie parodique, décerne le Prix de la Carpette anglaise à un membre de l'élite française qui, selon son jury, s’est distingué par une initiative visant à promouvoir l’anglais en France et dans les institutions européennes au détriment du français.

Au Québec

Charte de la langue française

Au Québec, la loi sur la langue officielle (loi 22) a été adoptée en 1974.

La Charte de la langue française (loi 101), adoptée le , a institué le Conseil supérieur de la langue française et la Commission de toponymie du Québec. La Commission de la protection de la langue française a pour mission d'assurer le respect de la Charte de la langue française. La Charte de la langue française a été modifiée le (loi 104).

Rôle de l’Office québécois de la langue française

L’Office de la langue française (OLF) et le ministère des Affaires culturelles du Québec sont créés le . Le , l'OLF devient l’Office québécois de la langue française (OQLF). Son rôle est de veiller à ce que le français soit la langue du travail, des communications, du commerce et des affaires dans l'Administration et les entreprises. Il rédige un dictionnaire en ligne, le Grand dictionnaire terminologique, donnant les équivalents français de termes anglais ou latins dans 200 domaines d'activité. Il propose également les alternatives à l'utilisation de plus de 150 anglicismes employés couramment et signale les faux-amis.

Le Québec se montre souvent plus réticent que l'Europe francophone à utiliser des mots anglais, ce à quoi les annonceurs publicitaires s'adaptent. Par exemple l'ordinateur portable MacBook d'octobre 2008 est vanté par Apple pour sa « coque unibody » en France, mais pour son « boîtier monocorps » au Canada francophone.

Exemples d'anglicismes

Un exemple de l'usage de la langue anglaise dans le français européen avec le terme « people » remplaçant les mots « personnalités », « célébrités », « vedettes ».
  • Les baby-boomers pour parler de la génération de l'après-guerre (1945-1964).
  • Les breaking news[44] (en français : « Sur les téléscripteurs », « Toutes dernières nouvelles » — breaking : (en parlant d'une nouvelle) qui éclate, qui s'ébruite).
  • Le buzz sur le Web[45] (buzz : 1/ battage, bruit fait autour de quelque chose, 2/ premiers frémissements, bouche-à-oreille suscité(s) par une nouveauté musicale, 3/ un pétard de cannabis).
  • Les concept-cars (concept car = automobile réalisée selon une formule toute faite et servant souvent d’étude à un modèle de série ; en français : voiture-concept (calque), voiture expérimentale).
  • Les fake news pour « fausses nouvelles », « informations fallacieuses », ou « infox », mot-valise formé à partir de « information » et « intoxication »[46] (on employait d'ailleurs anciennement « intox » dans un sens très proche, comme antonyme à « info »).
  • L'univers de la high tech[45],[47] remplaçant l’expression « hautes technologies ».
  • Un jingle = musiquette, ritournelle publicitaire, virgule musicale.
  • Un live = en direct. Diffusion d'un spectacle en direct. Enregistrement live = en concert, en spectacle, en public. Il y a aussi le pléonasme : direct live.
  • Le one man show (en France) = seul-en-scène, spectacle (en) solo, solo (se produire dans des one-man shows : se produire en solo) (s'il s'agit d'une femme : one-woman show).
  • People (abr. de l'anglais famous people ou beautiful people ou very important people) (en France) = 1/ (les/des people) (la) gent fortunée et célèbre, (le) gratin / beau monde / gotha, (les) gens en vue / célèbres / riches et célèbres, (les) célébrités, (les) personnalités, (les) vedettes; 2/ (le/du people) (la) presse des vedettes / du gotha, (les) nouvelles des vedettes / du gotha. Parfois francisé en « pipole ». Le terme de « pipolisation » a été employé[48], pour désigner une tendance à réduire le débat politique à l'étalage de la vie privée de ses acteurs.
  • Le pitch (en France) = bref résumé d'un film, d'un roman, synopsis.
  • La playmate (du magazine Playboy) : 1/ égérie (du mois), 2/ (sens dérivé) belle plante.
  • Les podcasts radiophoniques (podcast, contraction de pod broadcast = émission de radio sous forme de fichier audio téléchargeable depuis Internet sur lecteur audio ou ordinateur) émission radio à la carte, balado-diffusion, balado (Québec).
  • Le prime time (en France) = première partie de soirée, début de soirée, heures de grande écoute, plage/tranche horaire très écoutée, plage/tranche horaire très regardée (télévision) (de 20 h à 23 h en semaine, de 19 h à 23 h le dimanche). L’access prime-time (en France) = tout début de soirée ; (selon le cas) tranche horaire 18 h 30 - 20 h, créneau horaire du 19 - 20 h (télévision).
  • Le replay : à la fin d'une vidéo, on invite le spectateur à « rejouer » (replay) pour « repasser », « réécouter », « réentendre ».
  • Un senior, sénior = aîné, ancien. Le mot senior a supplanté troisième âge, qui avait occulté personnes âgées, qui lui-même avait évincé vieux (phénomène de « tapis roulant euphémistique », en anglais euphemism treadmill ).
  • Un show = un spectacle, un concert, une représentation, un récital.
  • Le timing (en France) = 1/ minutage (faire une erreur de timing : mal calculer son coup) ; 2/ synchronisation ; 3/ programmation ; 4/ échéancier, calendrier (un timing serré : un calendrier serré).
  • Le week-end = au Québec, le terme est surtout utilisé par les médias ; la plupart des Québécois francophones disent « fin de semaine ».
  • Le zapping politique de la semaine[49] (dans le jargon de la chaîne câblée Canal+, florilège des moments de télévision les plus marquants d'une période écoulée).

Notes et références

Notes

  1. Dans Manon Lescaut, Manon demande au chevalier des Grieux : « laisse-moi, pour quelque temps, le ménagement de notre fortune. »
  2. Si le français a créé les mots « ordinateur », « logiciel, » et « numérique », par contre de nombreux pays[Lesquels ?] continuent d'utiliser les termes anglophones computer, software ou digital.
  3. Jean Tournier évoque également la situation de faiblesse de la langue française, dont la maîtrise n'est plus assurée chez les jeunes générations du fait de l'inadéquation de l'enseignement du français et de l'influence linguistique négative des médias, cf Jean Tournier, Les mots anglais du français, op. cit., en part. Introduction, p. 14-15.
  4. Écrivant en 1989, Maurice Pergnier, dans son livre Les anglicismes, paru aux Presses universitaires de France, évoque cette situation en ces termes : « La suprématie socio-économique des États-Unis, d'où découle une puissante hégémonie culturelle, a fait de l'anglais, en quelques décennies, la langue de communication universelle incontestée. Il n'y a guère de précédents (...) si on excepte le cas (...) du latin, de la fin de l'Antiquité à la Renaissance ».
  5. Mais il est revenu en force dans les années 2010, dans un sens différent, avec les smart-phones (téléphones intelligents).
  6. Pour le terme « redingote », fabriqué au début du XVIIIe siècle, il faut savoir qu'il avait repassé la Manche à la fin de ce même siècle pour désigner divers habits à la mode, cf. The New Fowler's, Modern English Usage, third edition, edited by R. W. Burchfield, Oxford, 1996, p. 661).

Références

  1. Éric Denécé et Claude Revel, L'autre guerre des États-Unis : économie : les secrets d'une machine de conquête, Paris, R. Laffont, , 298 p. (ISBN 978-2-221-10368-5, OCLC 419534912).
  2. Etiemble, Parlez-vous franglais?, Paris, Gallimard, coll. « Idées » (no 40), , 376 p. (OCLC 2743393).
  3. Michel Volle - étymologie du mot informatique.
  4. « Les téléastes – pas tous mais beaucoup – portent une bonne part de responsabilité en la matière », Alfred Gilder, Et si l'on parlait français ? Essai sur une langue universelle, préface de Claude Hagège, Le cherche midi éditeur, 1993.
  5. Maurice Pergnier, Les Anglicismes. Danger ou enrichissement pour la langue française ?, Presses universitaires de France, 1989, p. 155-157 (La responsabilité des journalistes); citation : « Par la puissance des moyens modernes de communication, les journalistes concourent en effet plus que quiconque non seulement à propager mais surtout à légitimer les anglicismes. Ils ne sont pas seulement des amplificateurs de l'image, ils servent (qu'ils le veuillent ou non) de modèles. De même qu'un produit industriel faisant de la publicité dans les médias voit ses ventes augmenter de façon significative, de même un mot, un cliché, un néologisme, un anglicisme, qui "passe à l'antenne" ou aux presses du journal à grande diffusion, se propage et se trouve immédiatement légitimé et valorisé ».
  6. « Un discours qui verrouille la réalité », L'Humanité, (consulté le 11 août 2012).
  7. Chantal Bouchard, « Une obsession nationale: l'anglicisme », Recherches sociographiques,‎ (lire en ligne).
  8. (en) David Crystal, English as a global language, Cambridge, UK New York, Cambridge University Press, coll. « Canto Classics », , 212 p. (ISBN 978-1-107-61180-1, OCLC 968533320, lire en ligne).
  9. « Des défis de la diffusion des connaissances en français », sur Le Devoir (consulté le 19 janvier 2021).
  10. Rodolphe Helderlé, 570 000 euros d'amende pour refus de traduction, site Novethic, 3 mars 2006]
  11. La justice ordonne à Europ Assistance de traduire un logiciel en français, AFP, 5 décembre 2008.
  12. Étiemble 1964.
  13. Walter 1997, p. 183.
  14. Anglicismes et autres emprunts sur le site de l'Académie française.
  15. Walter 1997, p. 196.
  16. Anglicismes en transition, paragraphe sur le site de l'Université du Québec, Centre de communication écrite..
  17. a et b Jean Tournier, Les mots anglais du français, Paris, Belin, coll. « Français retrouvé » (no 32), , 620 p. (ISBN 978-2-7011-2304-2, notice BnF no FRBNF36711263), p. 9.
  18. Page de l'APFA sur le site de la presse francophone
  19. Présentation du lexique
  20. Cf Henriette Walter et Gérard Walter, Dictionnaire des mots d'origine étrangère, Larousse, 1991.
  21. R. Grandsaignes d'Hauterive, Dictionnaire d'ancien français. Moyen Âge et Renaissance, Librairie Larousse, 1947, p. 70
  22. Jean Tournier, Les mots anglais du français, Paris, Belin, coll. « Français retrouvé » (no 32), , 620 p. (ISBN 978-2-7011-2304-2, notice BnF no FRBNF36711263), p. 583 (« Liste des calques »).
  23. Philip Thody, Le Franglais: Forbidden English, Forbidden American : Law, Politics and Language in Contemporary France. A Study in Loan Words and National Identity, A&C Black, 2000, 308 p., p. 41 :
    « I have not dealt with what are known in French as 'des calques linguistiques', terms so obviouly modelled on foreign expressions that they look as though they have been copied on to tracing paper. There are a number of these, of which three of the most obvious are 'la majorité silencieuse' (the silent majority), 'garder un profil bas' (keep a low profile) and 'politiquement correct'. The fact that they are examples of morphologically impeccable French nevertheless makes it hard to see them as examples of 'le franglais'. » « J'ai laissé de côté ce qu'on appelle en français « calques linguistiques », tournures reproduisant si manifestement des expressions étrangères qu'elles semblent avoir été décalquées. Il y en a un certain nombre, dont trois des plus évidents sont « la majorité silencieuse » (the silent majority), « garder un profil bas » (keep a low profile) et « politiquement correct ». Le fait qu'il s'agisse d'exemples de français à la morphologie impeccable fait néanmoins qu'il est difficile de les voir comme des exemples de « franglais ». »
  24. (en) P. Rowlett, Franglais, Encyclopedia of Language & Linguistics (Second Edition), p. 624-626.
  25. Line Engstrøm, « Les anglicismes dans le français hexagonal contemporain. Analyse d’un corpus de presse », Institutt for litteratur, områdestudier og europeiske språk,‎ (lire en ligne).
  26. « traduction - Why "Very Bad Trip" instead of "Gueule de bois"? - French Language Stack Exchange », sur stackexchgange.com (consulté le 19 novembre 2016).
  27. Exemples tirés de Christian Lassure, Quelques verbes anglais francisés, sur le site English-for-Techies.
  28. « « Internet » : un casse-tête pour les langagiers », sur www.btb.termiumplus.gc.ca (consulté le 19 janvier 2021).
  29. Gagnon, C. (2014). Québec et Canada : entre l’unilinguisme et le bilinguisme politique. Meta, 59(3), 598–619. https://doi.org/10.7202/1028659ar
  30. (en) Poplack, Sankoff et Miller, « The social correlates and linguistic processes of lexical borrowing and assimilation », Linguistics, vol. 26, no l,‎ , p. 47-104 (lire en ligne)
  31. Pierre Achard, « Maurice Pergnier, Les anglicismes. Danger ou enrichissement pour la langue française ? [compte-rendu] », Langage & société, vol. 52,‎ , p. 89-90 (lire en ligne)
  32. Chesley, P. 2010. «Lexical borrowings in French: Anglicisms as a separate phenomenon». Journal of French Language Studies, Volume 20, Issue 3, p 231-251.
  33. Chesley, P. & H. Baayen. 2010. Predicting new words from newer words: Lexical borrowings in French. Linguistics 48. 1343–1374.
  34. Abeillé, Anne, Lionel Clément & François Toussenel. 2003. Building a treebank for French. In Anne Abeillé (ed.), Treebanks: Building and using parsed corpora, 165–188. Kluwer
  35. Walsch, O., 2013. «‘Les anglicismes polluent la langue française’, Purist attitudes in France and Quebec.» University of Cambridge. French Language Studies 24, p. 423-449.
  36. « L'anglais, langue unique ? », sur communistefeigniesunblogfr, L'Humanité, (consulté le 25 janvier 2015).
  37. Capsule du mois : bon matin, Impératif français, 6 novembre 2008.
  38. « Anglicismes : une menace ou un enrichissement de la langue française ? », sur LCI (consulté le 19 janvier 2021).
  39. Cf Les grandes lignes du dispositif (mis en place pour l'enrichissement de la langue française).
  40. Cf Ces mots, aujourd'hui courants, ont été créés par les commissions ministérielles de terminologie.
  41. Cf. Christian Lassure, Tech - Vocabulaire anglais-français de la haute technologie, Ellipses, 1991, en part. « French neologisms ending in 'ique' and their English counterparts », p. 19.
  42. La Dépêche, 4 octobre 2008 [1]
  43. a et b Nouvel Observateur, 2 octobre 2008 [2]
  44. Recommandation sur les équivalents français à donner à l'expression fake news (lire en ligne)
  45. L'Express, 3 octobre 2008 [3]
  46. « Le Net des études françaises: Études du Web corpus d'usages linguistiques: pipolisation », sur barthes.enssib.fr (consulté le 19 janvier 2021).
  47. Le Figaro, 3 octobre 2008 [4]

Annexes

Bibliographie

  • Jean Tournier, Les mots anglais du français, Paris, Belin, , 621 p. (ISBN 978-2-7011-2304-2)
  • Jean-Paul Kurtz, Dictionnaire étymologique des anglicismes et des américanismes, Books on Demand, 2013, tome premier, 508 p., tome second, 508 p.

Articles connexes

Liens externes