André Comte-Sponville

André Comte-Sponville
André Comte-Sponville - Salon du livre de Paris - 23 mars 2014.JPG
Biographie
Naissance
(68 ans)
Paris
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A enseigné
Domaine
Membre de
Mouvement
Formateur
Directeur de thèse
Influencé par
Site web
Distinctions
Principaux livres
Petit Traité des grandes vertus
Dictionnaire philosophique
Le capitalisme est-il moral ?
L'Esprit de l'athéisme

André Comte-Sponville, né le à Paris, est un philosophe français. Il a été membre du Comité consultatif national d'éthique de 2008 à 2016.

Biographie

Enfance et formation (1952-1975)

André Comte-Sponville est le fils de Louise Le Borgne et Pierre Comte-Sponville, lui-même troisième enfant de Julien Comte[1], boulanger du 38 rue Chevert à Paris 7e, né à Imling (Moselle), dans l'Alsace-Lorraine allemande (Reichsland Elsaß-Lothringen). Légalement, à sa majorité, Pierre Comte a adjoint à son nom patronymique, celui des voisins sans enfants de son père, les Sponville, chez lesquels, faute de place, il était, petit enfant, hébergé[2]. Au sortir d'une enfance « plutôt malheureuse[3] » passée rue Ledion à Paris 14e[4], « dans une famille déchirée, avec un père très méprisant, une mère aimante mais dépressive[5] », André Comte-Sponville s'est « découvert peu doué pour la vie, peu porté au bonheur, davantage doué pour l’angoisse, la mélancolie : raison pour laquelle j’ai besoin de philosopher[3]. »

Il souffre alors de trouble de l’élocution et à onze ans se voit romancier[6]. Élevé dans la tradition catholique, il fréquente au sein du lycée François-Villon à Paris, près de la porte de Vanves, l'aumônier Bernard Feillet, qui lui fait lire les Pensées de Pascal et Crainte et Tremblement de Kierkegaard [7]. Auprès de celui-ci, proche du futur évêque d'Évreux Jacques Gaillot et mal noté par son évêque[8], il envisage de devenir prêtre[9]. Il accomplit des retraites à Taizé et à la Trappe[10].

Marqué par mai 68[11], qui est l'occasion pour lui de s'affirmer contre son père[6], c'est à dix-sept ans, en classe de terminale, qu'il rencontre l'athéisme en la personne de son professeur Pierre Hervé[12], figure de la Résistance qui initie ses élèves à la phénoménologie de Maurice Merleau-Ponty et de Jean-Paul Sartre[13]. Ses écrits, encore brouillons, deviennent prolixes[12] et philosophiques : « J’ai lu Céline et Proust vers dix-huit dix-neuf ans, j’ai vu d’évidence que je ne ferais jamais aussi bien. Alors qu’en philosophie, quitte à paraître immodeste, je n’ai pas été écrasé d’admiration pour les contemporains. Je me suis mis au travail avec la volonté de faire une œuvre[6]. »

À dix-huit ans, tout en gardant pour le christianisme un « sentiment de gratitude »[14], il quitte la Jeunesse étudiante chrétienne pour le Parti communiste français. Il s'y lie à Jean Salem, son meilleur ami d'alors[11] et y adhérera dix ans. Porté par l'espoir de renouveau qu'est l'eurocommunisme, il consacre l'essentiel de son temps à l'Union des étudiants communistes (UEC) et est élu au bureau parisien[15] tout en poursuivant son cursus en hypokhâgne à Louis le Grand[16]. En khâgne, il a dans le même lycée pour professeur de philosophie le charismatique André Pessel[17]. Il s'initie au marxisme en lisant « presque tous [l]es livres[18] » de Louis Althusser, figure qui a marqué toute une génération de laquelle il dira : « il était mon maître, et l'est resté »[19],[20].

C'est de celui-ci qu'en intégrant en 1972 l'École normale supérieure de Paris, il devient l'élève, puis l'ami[21]. Dès que sa mère le sait autonome, grâce à une petite bourse, elle reprend un emploi de secrétaire et refait sa vie avec un autre homme[22]. Il a pour autre professeur Jacques Derrida[23]. Il devient au sein de l'UEC le secrétaire des sections des écoles normales supérieures[15]. En 1973, sa compagne, une mathématicienne, et lui, rompent leur relation qui aura duré cinq années[24].

Carrière de professeur de philosophie (1976-1998)

Agrégé de philosophie en 1975, André Comte-Sponville enseigne à partir de 1976 la philosophie aux classes de terminale, effectue une année de stage au lycée Adolphe-Chérioux de Vitry-sur-Seine, puis deux années au lycée Dupleix de Landrecies, dans le Nord, et deux au lycée Joseph Fourier d'Auxerre. Le 23 décembre 1978, il épouse l'agrégée et poétesse Maximine Lagier, dont il aura trois fils. En 1980, il pétitionne contre l'invasion de l'Afghanistan par l'URSS et ne renouvelle pas son adhésion à un PCF[25] déliquescent. En 1981[3], sa fille et premier enfant, âgée de six semaines[6], décède d'une méningite foudroyante.

De 1981 à 1984, il enseigne à l'École normale d'instituteurs de Melun. Il s'installe non loin de là, dans un modeste pavillon de Moret-sur-Loing qui le met à un quart d'heure à pieds de la forêt de Fontainebleau. C'est alors que sa mère se suicide[22]. Les questions de psychopédagogie soulevées par la formation des instituteurs, le conduisent à une relecture assidue de Sigmund Freud[26]. Lui-même aura entrepris une courte mais intense psychanalyse de deux années[27], pour finalement adopter, et ne plus abandonner, une pratique régulière du zazen enseignée par son ami Jacques Castermane[6], un disciple de Karl von Dürckheim[28]. Il trouve le temps de préparer, sous la direction de Marcel Conche, une thèse de doctorat[29], qu'il soutient en Sorbonne en 1983 et qui est publiée l'année suivante[30].

Après ces huit années consacrées aux élèves puis aux professeurs de l'enseignement secondaire, il postule à un poste d'assistant au département de philosophie de l'université Paris-1 Panthéon-Sorbonne que dirige le spinoziste Robert Misrahi, ex-secrétaire de Jean-Paul Sartre et successeur de Vladimir Jankélévitch. Soutenu par l'historien de la philosophie Jean Deprun[31], il y est nommé pour la rentrée 1984[32]. Aux côtés de Michel Paty, Pierre Macherey, Didier Gil, Jacques d'Hondt, il est un des « maîtres de conférences », nouveau titre donné en 1985 à sa fonction par la réforme Saunier-Seïté, du séminaire d'histoire du matérialisme délivré par le Centre d'histoire des systèmes de pensée moderne (CHSPM)[33], école doctorale que dirige Olivier Bloch, puis anime, sur le site de Tolbiac, des cours pour les élèves de première, deuxième et troisième année. À la naissance de son troisième fils, en 1987[34], il se sépare de sa femme.

En 1995, son septième livre, Petit Traité des grandes vertus, est un succès, vendu en France à 300 000 exemplaires (hors poche) et traduit en vingt quatre langues[35]. Désormais célèbre, il s'en trouve définitivement libéré des contraintes financières[6]. Trois ans plus tard, la direction du CHSPM revient à Jean Salem[36], resté marxiste. À l'âge de quarante six ans, André Comte-Sponville clôt quatorze années d'enseignement universitaire pour se consacrer à l'écriture et à des conférences données en dehors de l'alma mater.

Philosophe médiatique

Comte-Sponville, en 2013 au forum annuel de la société CBRE.

André Comte-Sponville a beaucoup écrit dans la presse grand public (Le Monde, Libération, Le Nouvel Observateur, L’Événement du jeudi, L’Express, Psychologies, Le Monde des religions, Challenges), mais a aussi dirigé trois numéros de la Revue internationale de philosophie, consacrés respectivement à Montaigne (no 181, 1992), Pascal (no 199, 1997) et Alain (no 215, 2001). Cette même revue lui consacrera un numéro[37].

Divorcé depuis 1996, il officialise le 13 juillet 2000 une vie partagée depuis 1988[34] avec la portraitiste imaginaire[38] Sylvie Thybert.

Il est souvent invité sur les plateaux télévisés, notamment chez Michel Polac, Bernard Pivot, Guillaume Durand, Frédéric Ferney, François Busnel, Christine Ockrent, Patrick Poivre d'Arvor, Serge Moati, Catherine Ceylac et Frédéric Taddeï. Régulièrement, des entreprises privées et structures patronales l'invitent à tenir des conférences, pour lesquelles elles le rétribuent confortablement[39],[40],[41]. En 2006, il en fait, à travers une s.a.r.l., une activité commerciale[42].

Membre du comité d'honneur de l'Association pour le droit de mourir dans la dignité[43] qui déclare que « la liberté de choix est une valeur plus haute que la vie[44] », il siège au Comité consultatif national d'éthique de à [45].

En 2018, il entre au conseil d'administration de son éditeur Humensis, et en 2019 à celui de la filiale Libris[46].

Philosophie

Pour une éthique fondée en raison

Ses philosophes de prédilection sont Épicure, les stoïciens, Montaigne et Spinoza. Parmi les contemporains, il se sent surtout proche de Claude Lévi-Strauss[47], Marcel Conche[48] et Clément Rosset, en Occident, et de Swami Prajnanpad[49] et Krishnamurti en Orient.

André Comte-Sponville tente de rapprocher les réponses des philosophes traditionnels des questions d'aujourd'hui. « Comment vivre ? », « Comment être heureux ? », « La vie a-t-elle un sens ? », « Comment trouver la sagesse sans se soumettre aux religions ? », « Comment être libre ? », « La vertu est-elle encore possible ? », « Jusqu’où va la tolérance ? »[50].

C'est un philosophe se décrivant comme matérialiste, rationaliste et humaniste. Il propose une métaphysique matérialiste, une éthique humaniste et une spiritualité sans Dieu, présentées comme « une sagesse pour notre temps[51] ».

Il dit avoir perdu la foi à dix huit ans, mais de cette foi, il reste en lui une morale helléno-chrétienne et une spiritualité laïque, qui débouche sur une mystique de l’immanence : « Nous sommes déjà dans le Royaume ; l’éternité, c’est maintenant[52]. » Selon Luc Ferry, il serait proche du bouddhisme[53]. Michel Onfray le définit comme « un chrétien athée[54] ». Lui-même se définit comme « athée non dogmatique et fidèle[55] » : « athée » car il ne croit en aucun dieu, « non dogmatique » car il intègre le fait que l'athéisme est une croyance et non pas un savoir, « fidèle » car restant attaché à un certain nombre de valeurs morales, culturelles et spirituelles, tronc commun de l'humanité, transmises historiquement par les grandes religions.

Politiquement, Comte-Sponville se définit comme social-démocrate ou libéral de gauche[56]. Á l'occasion des élections présidentielles de 2017, Comte-Sponville affirme au journal Le Parisien avoir voté pour Emmanuel Macron au premier et au second tour, car le candidat était « le seul à être résolument pro-européen » et réalisait, à ses yeux, « l'union nationale », sur une base « et de droite et de gauche »[57].

« Insistantialisme »

« Par jeu et par opposition à l'existentialisme, pour caractériser [sa] position[58] », André Comte-Sponville a forgé le concept d’insistantialisme. Selon Laurent Bove, c'est « un des concepts-clés de l’originalité prospective de la démarche proprement philosophique d’André Comte-Sponville. L’insistantialisme est, en effet, en premier lieu, la définition d’une métaphysique matérialiste du temps sur laquelle s’étaye une éthique, une politique, et aussi une esthétique[59]. ».

Comte-Sponville explique : « L’insistance, c’est donc la vérité de l’existence, pour tout être, et pour l’homme même dès qu’il se débarrasse des illusions finalistes, spiritualistes ou anthropocentriques qu’il se fait sur lui-même. Adieu l’existentialisme ! Aucun projet n’échappe au présent, aucune transcendance n’échappe à l’immanence, aucune liberté n’échappe au réel. L’homme n’est pas un empire dans un empire, ni un néant dans l’être. Il est ce qu’il est, il fait ce qu’il fait : il n’échappe ni au principe d’identité, ni au principe de raison. L’essence précède l’existence, ou plutôt rien n’existe que ce qui est (essence et existence, dans le présent de l’être , sont bien sûr confondues), et c’est pourquoi exister, c’est insister : parce que c’est continuer d’être et d’agir. Cela vaut pour l’homme comme pour tout être physique, c’est-à-dire pour tout être. L’insistantialisme, si vous me passez le mot, n’est pas un humanisme, ou ce n’est pas d’abord un humanisme : c’est d’abord un naturalisme, c’est d’abord une pensée de l’être, de la puissance, du devenir, et ce n’est que secondairement que nous pourrons, si nous le voulons, y trouver des raisons humaines de vivre et de lutter[60] »

Philosophie de l'expérience intime

En 2012, il confie :

« En quarante ans de vie adulte, je n’ai vécu célibataire qu’un an. Je crois à l’amour conjugal. Ce que je partage avec ma femme depuis vingt-quatre ans est ce que j’ai pu vivre de meilleur[34]. »

Il pratique la méditation assise et silencieuse en tant qu'exercice « indissociablement corporel et spirituel »[61].

Dans L’Inconsolable et autres impromptus paru en 2018 et qui se compose de 12 articles, Comte-Sponville traite plusieurs sujets de façon intimiste : ce qu'il y a d’inconsolable dans la condition humaine, mais aussi la joie de vivre, l'ennui, Beethoven, Jules Laforgue, Louis Althusser, le droits des animaux, la solitude, le sort des chrétiens dans le monde, ainsi qu'un résumé de sa « métaphysique athée »[62],[63]. Le philosophe y aborde notamment son expérience de la perte de son premier enfant, une petite fille emportée à six semaines par une méningite foudroyante. Il indique dans une entrevue au sujet de son livre[64] :

« Je voulais sortir de l'érudition : pour toucher le lecteur de manière plus profonde, être plus vrai. Quand on parle de sagesse les gens vous fantasment comme un sage, ce que je ne suis pas ! Je voulais philosopher sur ce que je suis vraiment, dire la vérité... en m’éloignant de la technique... »

Distinctions

Réception critique

En 1984 à propos du premier livre du jeune André Comte-Sponville, Le mythe d'Icare[30], Michel Foucault, lui-même revenu avant sa mort prématurée[68] à une philosophie conçue comme une sagesse pratique[69] lui écrit une courte lettre chaleureuse le remerciant de lui avoir adressé son livre et lui témoignant sa reconnaissance, ajoutant : « Voici, enfin, un vrai livre de philosophie, une véritable éthique[70]. »

En 1999, le philosophe et épistémologue Dominique Lecourt a qualifié de « piètres penseurs », dans son livre homonyme[71], plusieurs philosophes très présents dans les médias tels qu'André Comte-Sponville et Luc Ferry[72], leur pensée n'étant pas, selon lui, à la hauteur de philosophes emblématiques des années 1960 tels que Foucault et Deleuze[73]. Le critique Michel Crépu considère que « la colère de Dominique Lecourt contre les « philosophes médiatiques » est saine. Mais que d'amalgames ! [...] Une fois de plus, tout se passe comme si le label « 68 » était intouchable. Au nom de quel sens étrange de la propriété ? L'auteur a voulu faire son numéro et il s'arrose lui-même[73] ».

Jean-François Raguet, écrivain contestataire, pamphlétaire, en guerre contre la philosophie contemporaine et issu de la nébuleuse trotskiste, a eu pour cible notamment André Comte-Sponville dans les années 2000[74].

Louis Cornellier, écrivain québécois, écrit qu’« André Comte-Sponville sait combiner la rigueur et l'accessibilité », et note que « ses qualités de style en font un des écrivains les plus lumineux de la francophonie actuelle [en 2005][75]. »

Jacques Bouveresse, philosophe français, lui reproche, en 2009, de faire partie de ces confrères contemporains, comme Luc Ferry et Alain Finkielkraut, devenus des « obligés du pouvoir, quasiment », et qu'il « aime encore mieux les Staliniens, carrément, les Staliniens qu’on devait supporter dans les années soixante. Ils avaient une autre classe, ce n’est pas du tout comparable »[76].

Michel Meyer, philosophe belge, directeur de la Revue internationale de philosophie, le considère comme « l'un des plus grands philosophes français depuis Sartre[77]. »

En 2020, un Cahier de L’Herne, collection qui honore les auteurs « qui ont marqué leur génération », est consacré à Comte-Sponville[78].

Œuvre

Traités de sagesse

  • Traité du désespoir et de la béatitude, PUF.
    • Tome 1, Le mythe d’Icare, 1984.
    • Tome 2, Vivre, 1988.
  • Une éducation philosophique, PUF, 1989.
  • L’Amour la solitude, Paroles d'Aube, 1992.
  • Petit Traité des grandes vertus, PUF, 1995.
  • L’Être-temps, PUF, 1999.
  • Le Gai Désespoir, Alice Éditions, Liège, 1999.
  • Chardin ou La matière heureuse, Adam Biro, 1999.
  • Le Bonheur, désespérément, Pleins Feux, 2000.
  • La Vie humaine, Hermann, 2005.
  • Le Sexe ni la mort. Trois essais sur l’amour et la sexualité, Albin Michel, 2012.
  • Du tragique au matérialisme (et retour), PUF, 2015.

« Propos »

Impromptus, paru en 1996, se veut une rénovation d'une manière d'écrire pratiquée par Alain dans ses Propos.
  • Impromptus, PUF, 1996, 92 p.
— Douze articles écrits « sur-le-champ et sans préparation [...] fidèles au premier jet, à l’invention du moment, comme faisait Schubert, comme faisait Montaigne »[79].
  • Le Goût de vivre et cent autres propos, Albin Michel, 2010.
  • L’Inconsolable et autres impromptus, PUF, 2018.
  • Contre la peur, et cent autres propos, Albin Michel, 2019[80],[81]
— Recueil de chroniques publiées dans diverses revues.

Aphorismes

  • Du corps, PUF, 2009.

Essais à deux

Études éthiques

Entretiens philosophiques

  • Avec Ph. Capelle, Dieu existe-t-il encore ?, Cerf, 2005.
  • Avec F. L'Yvonnet, C'est chose tendre que la vie, Albin Michel, 2015.
  • Avec Frédéric Amauger, trad. LSF Vivien Fontvieille, Sous le signe de la philosophie, Eyes Éditions, 2018 (ISBN 978-2-9557825-1-4), 72 p.
— Complété d'une vidéo de l'entretien avec traduction en langue des signes.

Essais à partir de philosophes

  • « Je ne suis pas philosophe » : Montaigne et la philosophie, Honoré Champion, 1993.
  • Camus, de l’absurde à l’amour (en collaboration), Paroles d'Aube, 1995.
  • Le Miel et l’Absinthe. Poésie et philosophie chez Lucrèce, Hermann, 2008.
  • Lucrèce, poète et philosophe, La Renaissance du Livre, 2001.
  • Dictionnaire amoureux de Montaigne, Plon, 2020.

Ouvrages didactiques

  • De l’autre côté du désespoir. Introduction à la pensée de Svâmi Prajnânpad, Jean-Louis Accarias L'Originel, 1997.
  • Présentations de la philosophie, Albin Michel, 2000.
  • Dictionnaire philosophique, PUF, 2001. Deuxième édition en 2013 (400 nouvelles entrées)[82].
  • La Philosophie, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2005.

Contribution à des ouvrages collectifs

  • Pourquoi nous ne sommes pas nietzschéens (en collaboration), Grasset, 1991.
  • A-t-on encore besoin d’une religion ?, André Comte-Sponville, Bernard Feillet, Alain Rémond, et Alain Houziaux, éditions de l'Atelier, 2003 (ISBN 978-2708236950).
  • La plus belle histoire du bonheur, avec Jean Delumeau et Arlette Farge, Seuil, 2004.
  • Aimer désespérément, Albin Michel, avec Étienne Klein, Jean-Yves Leloup, Marie de Solemne, 2006 (ISBN 978-2226172808).
  • Le Management relationnel : Manager et Managé sont dans un bateau…, Philippe Van Den Bulke, Ivan Monème, Luc Doublet et André Comte-Sponville, rééd. chez Dunod, coll. « Progrès du management » (ISBN 978-2100497768).
  • Écologie et Spiritualité, Albin Michel, avec, entre autres, Jacques Brosse, Eugen Drewermann, Albert Jacquard, Jacques Lacarrière, Théodore Monod, Jean-Marie Pelt, Pierre Rabhi, Annick de Souzenelle… , 2006 (ISBN 2226172823).
  • Regards sur le sport, collectif, dirigé par Benjamin Pichery et François L'Yvonnet, Le Pommier/INSEP, 2010, 256 p. (ISBN 978-2-7465-0484-4).

Préfaces

  • Éric Oudin & Cyril Morana, L’Art, de Platon à Deleuze, 2009 (ISBN 978-2212544589).
  • Catherine Merrien, L’Amour, de Platon à Comte-Sponville, éd. Eyrolles, 2009.
  • Éric Oudin & Cyril Morana, La Liberté, d’Épicure à Sartre., 2010 (ISBN 978-2212547337).

Discographie

  • 2005 : Petit Traité des grandes vertus, Livraphone.
  • 2007 : Le Bonheur, conceptions orientales et occidentales (3 CD audio), avec François Jullien, éd. Frémeaux & Associés.
  • 2008 : L’Amour (3 CD audio), éd. Frémeaux & Associés.
  • 2008 : Qu’est-ce qu'une spiritualité sans Dieu ? (3 CD audio), éd. Frémeaux & Associés.
  • 2009 : André Comte-Sponville (DVD 100 min), en compagnie de François L'Yvonnet, conception et réalisation Benjamin Pichery, éd. INSEP, coll. « Regards sur le sport ».
  • 2010 : Le Mal : le Méchant, le Salaud, le Pervers, le Médiocre (3 CD audio), avec Michel Terestchenko, éd. Frémeaux & Associés.

Notes et références

  1. A. Comte Sponville, cité in F. L'Yvonnet, C'est chose tendre que la vie, p. 16, Albin Michel, Paris, 2015 (ISBN 978-2-226-31489-5).
  2. Anna Paula Marques Haddad Basso, dir. Luiz Felipe de Cerqueira e Silva Pondé , Do labirinto ao desespero: oateísmo de André Comte-Sponville - Mestrado em Ciência da Religião., p. 22-23, PUC-SP, São Paulo, 2017.
  3. a b et c Bernard Roisin, « André Comte-Sponville "Pas besoin de philosophie quand on est doué pour la vie" », sur Echo.be, (consulté le 28 décembre 2015).
  4. A. Comte Sponville, cité in F. L'Yvonnet, C'est chose tendre que la vie, p. 20, Albin Michel, Paris, 2015 (ISBN 978-2-226-31489-5).
  5. « André Comte-Sponville: "Pourquoi n'aurait-on pas le droit d'être antichristianisme ou anti-islam? », sur LExpress.fr, (consulté le 11 février 2020)
  6. a b c d e et f Anastasia Vécrin, « André Comte-Sponville, tendre vers le fini », sur Libération.fr, (consulté le 11 février 2020)
  7. Anna Paula Marques Haddad Basso, dir. Luiz Felipe de Cerqueira e Silva Pondé , Do labirinto ao desespero: oateísmo de André Comte-Sponville - Mestrado em Ciência da Religião., p. 25, PUC-SP, São Paulo, 2017.
  8. Témoignage, L'Express, 20 mars 1997
  9. A. Comte-Sponville, Une éducation philosophique, p. 20, PUF, Paris, 1989 (ISBN 9-782130-426028).
  10. A. Comte-Sponville, Une éducation philosophique, p. 19, PUF, Paris, 1989 (ISBN 9-782130-426028).
  11. a et b A. Comte Sponville, cité in F. L'Yvonnet, C'est chose tendre que la vie, p. 290, Albin Michel, Paris, 2015 (ISBN 978-2-226-31489-5).
  12. a et b Anna Paula Marques Haddad Basso, dir. Luiz Felipe de Cerqueira e Silva Pondé , Do labirinto ao desespero: oateísmo de André Comte-Sponville - Mestrado em Ciência da Religião., p. 23, PUC-SP, São Paulo, 2017.
  13. A. Comte Sponville, cité in F. L'Yvonnet, C'est chose tendre que la vie, p. 31, Albin Michel, Paris, 2015 (ISBN 978-2-226-31489-5).
  14. Christine Aulenbacher, Spiritualités et théologie. 2e édition revue et augmentée, LIT Verlag Münster, (ISBN 978-3-643-90251-1, lire en ligne), p. 176.
  15. a et b A. Comte Sponville, cité in F. L'Yvonnet, C'est chose tendre que la vie, p. 291, Albin Michel, Paris, 2015 (ISBN 978-2-226-31489-5).
  16. Anna Paula Marques Haddad Basso, dir. Luiz Felipe de Cerqueira e Silva Pondé , Do labirinto ao desespero: oateísmo de André Comte-Sponville - Mestrado em Ciência da Religião., p. 28, PUC-SP, São Paulo, 2017.
  17. A. Comte Sponville, cité in F. L'Yvonnet, C'est chose tendre que la vie, p. 29, Albin Michel, Paris, 2015 (ISBN 978-2-226-31489-5).
  18. A. Comte Sponville, cité in F. L'Yvonnet, C'est chose tendre que la vie, p. 40, Albin Michel, Paris, 2015 (ISBN 978-2-226-31489-5).
  19. François Dosse, La saga des intellectuels français: L’avenir en miettes (1968-1989), Editions Gallimard, (ISBN 9782072789687, lire en ligne), p. 51
  20. « André Comte-Sponville: "Pourquoi n'aurait-on pas le droit d'être antichristianisme ou anti-islam? », sur LExpress.fr, (consulté le 18 avril 2019)
  21. Revue Perspectives critiques, n° 1, 2006, p. 7 à 27 : « L'autre maître (Souvenirs concernant Louis Althusser) ».
  22. a et b Anna Paula Marques Haddad Basso, dir. Luiz Felipe de Cerqueira e Silva Pondé , Do labirinto ao desespero: oateísmo de André Comte-Sponville - Mestrado em Ciência da Religião., p. 27, PUC-SP, São Paulo, 2017.
  23. Anna Paula Marques Haddad Basso, dir. Luiz Felipe de Cerqueira e Silva Pondé , Do labirinto ao desespero: oateísmo de André Comte-Sponville - Mestrado em Ciência da Religião., p. 29, PUC-SP, São Paulo, 2017.
  24. A. Comte Sponville, cité in F. L'Yvonnet, C'est chose tendre que la vie, p. 39, Albin Michel, Paris, 2015 (ISBN 978-2-226-31489-5).
  25. A. Comte Sponville, cité in F. L'Yvonnet, C'est chose tendre que la vie, p. 292, Albin Michel, Paris, 2015 (ISBN 978-2-226-31489-5).
  26. A. Comte Sponville, cité in F. L'Yvonnet, C'est chose tendre que la vie, p. 136, Albin Michel, Paris, 2015 (ISBN 978-2-226-31489-5).
  27. A. Comte Sponville, cité in F. L'Yvonnet, C'est chose tendre que la vie, p. 134, Albin Michel, Paris, 2015 (ISBN 978-2-226-31489-5).
  28. D. Durand, « Accompagnement », Centre Dürkheim, Mirmande, 2010.
  29. A. Comte-Sponville, Éléments pour une sagesse matérialiste : vers une politique et une esthétique matérialistes., Paris I, Paris, 1983, 440 p.
  30. a et b A. Comte-Sponville, Le mythe d’Icare, PUF, Paris, 1984.
  31. A. Comte Sponville, cité in F. L'Yvonnet, C'est chose tendre que la vie, p. 131, Albin Michel, Paris, 2015 (ISBN 978-2-226-31489-5).
  32. Sur le site de la Sorbonne.
  33. « SÉMINAIRE D’HISTOIRE DU MATÉRIALISME 1984-1985 », université Paris-1 Panthéon-Sorbonne, Paris, 2018.
  34. a b et c Élodie Maurot, « André Comte-Sponville, un philosophe amoureux », sur la-croix.com, (consulté le 28 décembre 2015).
  35. « André Comte-Sponville, Petit traité des grandes vertus (Paris, Presses universitaires de France, 1995), réédition en format de poche : 2011 » [PDF], sur dogma.lu (consulté le 1er janvier 2016)
  36. « Jean Salem », université Paris-1 Panthéon-Sorbonne, Paris, 2018.
  37. Revue internationale de philosophie, no 258 "André Comte-Sponville", Bruxelles, 2011 (ISSN 0048-8143).
  38. « Sylvie THYBERT », in Jo-Alice Pellon & Châ Haziza, Zart.com, Pont-Farcy, [s.d.]
  39. (...) « le très médiatique agrégé de philo André Comte-Sponville (reçoit un cachet de) (35000 F.) pour une causerie chez Vivendi Environnement. » Les « ménages » des «stars» du journalisme (selon Capital d’octobre 2001)
  40. Caroline Michel, "De 3000 à 10000 euros la conférence : le lucratif business des intellectuels", Nouvel Obs, 10 février 2016
  41. Jacques Monin, "Les conférences : un marché à prix d'or", Secrets d'Info, France Inter 18 septembre 2015
  42. L'art de conférer, SIREN 489 794 594, R.C.S., Melun, 3 mai 2006 - 26 septembre 2012.
  43. Liste des membres du Comité de parrainage Site de l'ADMD.
  44. « L’euthanasie en accusation » - Pétition, 15 000 signatures contre la dépénalisation, Fabrice Madouas, Valeurs Actuelles n° 3668, 16 mars 2007.
  45. Sur le site du CCNE.
  46. Humensis, SIREN 791 917 230, R.C.S., Paris.
  47. Sponville sur Lévi-Strauss
  48. Dialogue avec M Conche
  49. Auquel il a consacré un livre : "De l'autre côté du désespoir (Introduction à la pensée de Svâmi Prajnânpad)", Editions Accarias L'Originel, 1997.
  50. Sur Radio Canada
  51. Traité du désespoir et de la béatitude, PUF, avant-propos
  52. L'esprit de l’athéisme, Albin Michel, 2006, p. 217
  53. Luc Ferry, dans le livre qu’ils ont écrit ensemble, « La sagesse des Modernes »
  54. Traité d’athéologie, Grasset, 2005, p. 84
  55. Europe 1, Au cœur de l'Histoire du 09/12/2013, animée par Franck Ferrand.
  56. « Le capitalisme est-il moral ? », p. 154 à 159
  57. « Présidentielle 2017 : 32 personnalités s'engagent pour le second tour », sur leparisien.fr,
  58. A. Comte-Sponville, Dictionnaire philosophique, Presses Universitaires de France, (ISBN 9782130627791, lire en ligne), p. 520
  59. L. Bove, « Le « temps » de l'insistantialisme. L'énergie et l'histoire », Revue internationale de philosophie,‎ 2011/4, no 258, p. 9-32 (lire en ligne)
  60. A. Comte-Sponville, L’être-temps. Quelques réflexions sur le temps de la conscience., p. 95, PUF, Paris 1999.
  61. Anastasia Vécrin, « André Comte-Sponville «Se désencombrer pour retrouver ce qui compte» », sur Libération.fr, (consulté le 28 décembre 2015).
  62. « Comte-Sponville, ontologiquement inconsolable », sur Le Soir (consulté le 5 janvier 2019)
  63. « André Comte-Sponville - L'inconsolable : et autres impromptus », sur Librairie Mollat Bordeaux (consulté le 5 janvier 2019)
  64. « La philosophie doit être traversée par l’inconsolable », sur Public Sénat, (consulté le 18 décembre 2018).
  65. Daniel Bougnoux, Andre Comte-sponville et Regis Debray, Marcel Gauchet, Yves Michaud, Des intellectuels jugent les médias, MORDICUS, (ISBN 978-2-918414-19-3, lire en ligne), p. 31-32.
  66. « LÉGION D'HONNEUR », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 20 février 2020)
  67. Denis Huisman, Louis Monier et Serge Le Strat, Visages de la philosophie: les philosophes d'expression française du XXe siècle, Arléa, (lire en ligne), p. 52
  68. M. Foucault, Le Souci de soi, coll. Tel, no 280, Gallimard, Paris, 1984 (ISBN 9782070746743).
  69. A. Comte Sponville, cité in F. L'Yvonnet, C'est chose tendre que la vie, p. 38, Albin Michel, Paris, 2015 (ISBN 978-2-226-31489-5).
  70. M. Foucault, Lettre à A. Comte-Sponville, Paris, 15 avril 1984, cité in A. Comte Sponville & F. L'Yvonnet, C'est chose tendre que la vie, p. 37, Albin Michel, Paris, 2015 (ISBN 978-2-226-31489-5).
  71. Dominique Lecourt, Les Piètres penseurs, Paris, Flammarion, , 215 p. (ISBN 978-2080675439)
  72. Christian Ruby, « Dominique Lecourt, Les piètres penseurs, 1999 », Raison présente, vol. 130, no 1,‎ , p. 155–156 (lire en ligne, consulté le 6 juin 2020)
  73. a et b Michel Crépu, « Lecourt, arroseur arrosé », sur LExpress.fr, (consulté le 6 juin 2020)
  74. J-F. Raguet, De la pourriture, article « Comte-Sponville »; voir aussi Roland Jaccard, « Polémistes dans l’âme », Le Monde des livres, 23 juin 2000, et « Le traqueur des ripoux philosophes » L’Express, 1er juin 2000.
  75. Revue canadienne Spirales, no 204, [1]
  76. Voir sur cahiers.kingston.ac.uk.
  77. Revue internationale de philosophie, no 258, 2011, p. 7).
  78. « L’Herne Comte-Sponville », sur www.philomag.com (consulté le 6 juin 2020)
  79. A. Comte-Sponville, « Avant-propos », in Impromptus, p. 5, PUF, Paris, 1996.
  80. « Interview André Comte-Sponville », sur www.lexnews.fr (consulté le 13 avril 2019)
  81. « André Comte-Sponville: "Pourquoi la vie aurait-elle une signification?" », sur rts.ch, (consulté le 18 avril 2019)
  82. « Dictionnaire philosophique, André Comte-Sponville », sur telerama.fr (consulté le 20 avril 2019)

Annexes

Bibliographie

  • 2005 : Revue la Matière et l’Esprit, no 1, « Problèmes du matérialisme (autour d’André Comte-Sponville) », Université de Mons-Hainaut, Mons, Belgique
  • 2008 : Jean Tellez, Être moderne (Introduction à la pensée d'André Comte-Sponville), éd. Germina
  • 2011 : Revue internationale de philosophie, no 258, « André Comte-Sponville » (articles de Laurent Bove, Daniel Cohen, Charles Larmore, Michel Meyer, Martin Seel, Bertrand Vergely ; réponses d'André Comte-Sponville)

Articles connexes

Liens externes