American Gangster

American Gangster

Titre québécois Gangster américain
Réalisation Ridley Scott
Scénario Steven Zaillian
Musique Marc Streitenfeld
Acteurs principaux
Sociétés de production Universal Pictures
Imagine Entertainment
Relativity Media
Scott Free Productions
WR Universal Group
Pays de production Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre thriller policier
Durée 157 minutes
176 minutes (version longue)
Sortie 2007

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

American Gangster (Gangster américain au Québec) est un film policier américain réalisé par Ridley Scott et sorti en 2007.

Le film retrace une partie de la carrière criminelle du délinquant américain Frank Lucas et la poursuite de ce dernier par l'inspecteur Richie Roberts. Il reçoit de bonnes critiques et connait un bon succès au box-office.

Synopsis

À New York, en 1968, tandis que la guerre du Viêt Nam fait rage, des conflits opposent les nombreuses familles de la pègre new-yorkaise, dont fait partie celle de Ellsworth « Bumpy » Johnson, à Harlem. Bumpy n'est pas un parrain ordinaire : il est noir et parfois généreux (par exemple, il offre des dindes aux démunis à Thanksgiving).

Après la mort de Bumpy, Frank Lucas, son chauffeur et bras droit, décide de reprendre ses affaires en mettant au point une nouvelle stratégie de trafic de stupéfiants : vendre de l'héroïne pure directement importée du Viêt Nam, à la moitié du prix de celle des autres trafiquants, de bien moins bonne qualité. Le succès de cette drogue, appelée « Blue Magic », est immédiat et Frank Lucas écrase ses concurrents.

Mais l'inspecteur Richie Roberts, à la suite de la mort par overdose de son ancien coéquipier, s'intéresse à cette nouvelle drogue et se bat afin de faire tomber Frank Lucas de sa position.

Fiche technique

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Coproducteurs : Sarah Bowen et Jonathan Filley
Producteurs délégués : Michael Costigan, Branko Lustig, Nicholas Pileggi, Jim Whitaker et Steven Zaillian

Distribution

Frank Lucas en 1975.
Sources et légende : version française (VF) sur AlloDoublage et RS Doublage . Version québécoise (VQ) sur Doublage Québec[5]

Production

Le film devait initialement être réalisé par Antoine Fuqua, mais la version de celui-ci capote. Le projet est ensuite repris par Ridley Scott qui reprit le film pour un budget inférieur[6].

Bande originale

American Gangster
Original Motion Picture Soundtrack

Bande originale de Marc Streitenfeld et divers artistes
Sortie 2007
Genre musique de film, soul, neo soul, rap
Label Def Jam Recordings

Denzel Washington tente initialement de convaincre Brian Grazer d'engager le rappeur Jay-Z pour la bande originale, mais le producteurs préfère utiliser des chansons datant de l'époque de l'intrigue[7]. L'une des bande-annonces utilise cependant le titre Heart of the City (Ain't No Love) du rappeur. Ce dernier est même invité à une projection privée du film. Celui-ci aura une profonde résonance pour Jay-Z, qui décidera d'enregistrer un Album-concept intitulé American Gangster[8].

Finalement, la bande originale du film contient des chansons des années 1960-1970. Le chanteur Anthony Hamilton enregistre cependant deux titres inédits et interprète une chanson dans une scène du film. La musique originale est composée par Marc Streitenfeld, qui avait déjà travaillé le précédent film de Ridley Scott, Une grande année.

Liste des titres[9]
  1. Anthony Hamilton - Do You Feel Me
  2. Lowell Fulson - Why Don't We Do It in the Road?
  3. John Lee Hooker - No Shoes
  4. Bobby Womack - Across 110th Street
  5. Anthony Hamilton - Stone Cold
  6. Sam & Dave - Hold On, I'm Comin'
  7. The Staple Singers - I'll Take You There
  8. Public Enemy - Can't Truss It
  9. Hank Shocklee - Checkin' Up on My Baby
  10. Hank Shocklee - Club Jam
  11. Hank Shocklee - Railroad
  12. Hank Shocklee - Nicky Barnes
  13. Marc Streitenfeld - Hundred Percent Pur
  14. Marc Streitenfeld - Frank Lucas

Accueil

Critiques

La revue agrégée Rotten Tomatoes rapporte que 80 % des critiques ont donné au film un avis positif basé sur 211 commentaires, avec une note moyenne de 710, le consensus étant : « American Gangster est un retour sobre et divertissant aux films de gangsters classiques, avec ses interprètes principaux tirant à fond sur tous les cylindres. » Sur Metacritic, le film a une note de 76100 basée sur 38 avis[réf. nécessaire].

Box-office

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis 130 164 645 $ 13
Drapeau de la France France 1 219 831 entrées 12

Monde Total mondial 266 465 037 $ - -

Distinctions

Commentaires

À noter

Lieux du tournage du film.
  • C'est la première fois que Denzel Washington travaille sous la direction de Ridley Scott, tandis que Russell Crowe, quant à lui, travaille pour la troisième fois avec le réalisateur britannique. Washington a travaillé avec le frère cadet de Ridley, le réalisateur Tony Scott, sur cinq longs-métrages de 1995 à 2010.
  • Au cours d'une scène où Frank Lucas dévoile son business à ses cousins en leur montrant comment on prépare la drogue, dans un appartement, on voit une émission dans l'écran de la télévision. C'est Free to Choose, une émission des années 1980 de l'économiste Milton Friedman qui prône des valeurs libérales, notamment les vertus du marché libre et la libéralisation de la drogue. Ceci peut donc être pensé comme un clin d'œil à ces valeurs que Frank Lucas semble défendre.
  • Dans l'histoire réelle, une fois Frank Lucas mis en prison, Richie Roberts et Frank Lucas devinrent des amis proches, à tel point que Richie Roberts paya les études des enfants de Frank Lucas.
  • Le contrat de Denzel Washington prévoyait qu'il soit payé même si on annulait le film. Or le film fut annulé une première fois et repris. Denzel Washington reçut donc deux salaires pour le même film[10].
  • Dans son album Drôle de parcours, le rappeur français La Fouine, cite à la fin de sa chanson « Quand je partirai », la fameuse phrase de Dominic Cattano : « Ce n'est pas compliqué. On réussit, on se fait quelques ennemis, ou alors on loupe son coup et on se fait quelques amis. C'est une question de choix. »
  • Un documentaire de Marc Levin, Mr Untouchable, sorti en 2007, raconte la véritabe histoire de Leroy Nicky Barnes.
  • Les anciens agents de la DEA, Jack Toal, Gregory Korniloff et Louis Diaz ont intenté une action en justice contre Universal pour diffamation. La poursuite a finalement été classée par la juge de district américaine Colleen McMahon.

Version longue

Une version director's cut plus longue de 16 minutes est disponible sur le DVD du film[11],. Le DVD est paru avec possibilité de lecture de la version cinéma ou la version longue. Toutefois, les scènes rajoutées dans la version longue ne furent pas doublées. On trouve également deux scènes supplémentaires dont le mariage de Frank.

Jeu vidéo

American Gangster: The Mobile Game, jeu vidéo adapté du film édité par Gameloft, est sorti le sur téléphone mobile puis le sur BlackBerry.

Notes et références

  1. (en) « American Gangster (2007) », sur Box Office Mojo, IMDb (consulté le )
  2. « Fiche du doublage québécois du film » sur Doublage Québec, consulté le 26 novembre 2014
  3. Benjamin Rozovas, « Des racines et Denzel », Première n°473,‎ , p. 51
  4. (en) David M. Halbinger et Jeff Leeds, « For Jay-Z, Inspiration Arrives in a Movie » [archive du ], sur The New York Times, (consulté le )
  5. (en) « American Gangster Production Notes » [archive du ], sur Universal Pictures (consulté le )
  6. (en) Various – American Gangster (Original Motion Picture Soundtrack) - Discogs
  7. E! Online / Forbes 'World's Most Powerful Celebrities 2007
  8. http://www.movie-censorship.com/report.php?ID=4896

Annexes

Articles connexes

Liens externes