Alsaciens

Alsaciens
Description de cette image, également commentée ci-après
Crédit image:
Marzio Candusso
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Alsaciens à Turckheim.

Populations importantes par région
Alsace 1 861 020 (2013)[1]
Hors Alsace 80 000 (2016)[2]
Autres
Régions d’origine Alsace
Langues alsacien, welche, yédisch-daïtsch, français d'Alsace, français standard
Religions Catholicisme, protestantisme, minorité orthodoxe
Ethnies liées Triboques, Alamans

Les Alsaciens sont les habitants de l'Alsace et, sur le plan migratoire, un peuple originaire de cette région historique et collectivité territoriale située dans l’Est de la France. Ils sont une part du peuple français, depuis l'acquisition progressive du territoire alsacien par la France.

La dernière estimation de population de l'Alsace administrative est de 1 861 020 habitants en 2013[3], il faut tenir compte du fait que ce chiffre inclut les Alsaciens autochtones et les « Alsaciens d'adoption ». Le nombre factuel d'Alsaciens autochtones, en Alsace et dans la France entière, est difficile à estimer, car le gouvernement français ne fait pas ce type de statistiques. Hors Alsace, ils sont estimés en 2016 à un total de 80 000 individus dans le monde[2].

Sur le plan linguistique, les Alsaciens se divisent traditionnellement en deux groupes principaux : les germanophones, parlant l'alsacien (majoritaires), et les romanophones, parlant le welche et le franc-comtois (minoritaires). Sur le plan religieux, ils sont principalement catholiques et protestants, la population alsacienne inclut également une communauté juive.

Ethnonymie

L'ethnonyme et gentilé Alsacien(s) est issu du nom géographique Alsace (voir étymologie du nom Alsace). En allemand, ils sont appelés die Elsässer[4]. Par ailleurs, Elsässer Nation (Nation alsacienne) est mentionné en 1655[4].

Les Alsaciens se distinguent en deux hyponymes depuis 1790 : Bas-Rhinois et Hauts-Rhinois. D'autre part, les Bas-Rhinois surnomment les Hauts-Rhinois Bäckser et inversement, l'origine et la signification de ce terme sont cependant inconnus[5].

Les habitants de l'Alsace sont quelquefois désignés, au XIXe siècle, sous le nom d'« Alsaciens allemands » et cela avant l'annexion de leur région en 1871 par l'Empire allemand[6],[7],[8].

Anthropologie et ethnologie

Selon Philippe Jacques Fargès-Méricourt, les habitants de l'Alsace sont un peuple mixte issu des Gaulois, des Germains, des Romains et des Francs[9]. En l'an 52 av. J.-C., le territoire qui correspond à la future région alsacienne est peuplé par les Rauraques, les Séquanes et les Médiomatriques[10] ; s'installent plus tard les Triboques dans la moitié nord de l'Alsace : ils forcent alors les Médiomatriques à quitter la région et à se retirer au-delà des montagnes[10]. À la suite de l'établissement des peuples germains dans le territoire alsacien (dont les Alamans[N 1]), un changement total apparait : les noms de Rauraques, de Séquanes, de Triboques et de Médiomatriques disparaissent, c'est également à cette époque que la région reçoit le nom d'Alsace[N 2],[10].

XVIIIe siècle

Suivant Renaudin[N 3], le nombre des habitants qui peuplent les villes, bourgs et villages de la province alsacienne, est évalué à environ cinq cent mille individus vers 1772. Renaudin les répartit en trois classes : la première comprend la noblesse et les premiers magistrats, il s'agit pour la plupart de Français natifs des autres provinces. Leur régime et leur manière de vivre sont les mêmes que ceux des villes de l'intérieur du royaume de France. Dans la seconde sont réunis les négociants, les marchands et les artistes. Pour finir, la troisième classe inclut les paysans[11].

XIXe siècle

Sur le plan linguistique, d'après l'enquête de Montbret, il y a 493 432 Bas-rhinois sur 509 926 qui sont germanophones en 1806. Le Haut-Rhin compte 282 000 germanophones à la même date[12].

Costume traditionnel

À titre d'exemple, dans les années 1820, le costume des cultivateurs de la Basse-Alsace se compose d'un ample habit noir[N 4], doublé de même couleur et quelquefois de blanc, avec un collet droit et montant, un gilet écarlate et une culotte de peau noire, des bottes molles[N 5] et un chapeau de feutre noir, la corne placée derrière et rabattu par devant[9].

Quant à l'habillement des femmes, il se compose d'une jupe à petits plis tout autour, noire pour les femmes, de couleur ordinairement rouge pour les jeunes filles, avec une large bande verte dans le haut et assez souvent une autre bande de même couleur, mais moins large à l'extrémité inférieure[N 6] ; une espèce de petit dolman sans manches, une pièce d'estomac de drap de soie rehaussé d'or, une cravate noire dont les bouts, très longs, pendent sur le dos, des manches de chemise très amples et très blanches, qui descendent jusqu'au poignet ; un tablier noir pour les femmes, blanc pour les filles[9]. Enfin, les cheveux sont arrangés en deux longues tresses garnies de galons de laine noire et qui descendent souvent jusqu'au-dessous des genoux. Dans plusieurs cantons, les cheveux sont retenus sous un petit bonnet qui a seulement deux côtés et qui a à peu près la forme d'un petit casque, il est noir pour les femmes et de drap d'or ou d'argent pour les filles, avec des rubans rouges ou d'une autre couleur tranchante. Pour les travaux des champs et pour les voyages, les villageoises ont d'énormes chapeaux de paille tressée, qui les protègent parfaitement des ardeurs du soleil ou de l'intempérie de la saison[9].

Migrations

Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Une famille alsacienne attendant l'embarquement au Havre vers les Amériques.

Les Alsaciens ont entre autres migré aux États-Unis[13], au Canada[14], en Algérie[15] et en France, surtout à Paris[16].

Personnalités

Notes et références

Notes

  1. Les Alamans étaient les plus proches voisins de l'Alsace, ayant déjà fait plusieurs attaques contre les habitants de ce territoire.
  2. Le Rhin, le Jura, les Vosges et la Lauter sont alors ses limites.
  3. Qui est médecin de l'Hôpital de Strasbourg ainsi qu'inspecteur en survivance des Hôpitaux militaires d'Alsace.
  4. Confectionné dans les ménages, il est composé de laine et de fil.
  5. Lorsqu'ils ne montent pas à cheval, les bottes molles sont remplacées par de longues guêtres blanches qui montent au-dessus du genou ; lorsqu'ils sont au travail, ils portent un petit tablier très court.
  6. Dans plusieurs cantons, le fond de la jupe est vert et les bandes sont rouges.

Références

  1. Insee et RP
  2. a et b Audrey, « Deux nouvelles versions pour le passeport alsacien - L'Ami hebdo », sur ami-hebdo.com, L'Ami hebdo, (consulté le ).
  3. [PDF]Diagnostic de la région Alsace, Champagne-Ardenne, Lorraine (ACAL), Juillet 2015, p. 7.
  4. a et b (de) Johann Jacob Kürner, Vorder-Oesterreichische Landtsmanschafft, Wienn, 1655.
  5. Un Bäckser sur jds.fr
  6. Karl Baedeker, Les Bords du Rhin de Bâle à la frontière de Hollande, 4e édition, Coblenz, 1859 « Orbey, village français, appelé Urbis par les Alsaciens allemands ».
  7. Quérard, La littérature française contemporaine, tome 1, Paris, 1842 « inspirer aux Alsaciens allemands le goût pour l'étude de la langue française ».
  8. Heinzmann, Voyage d'un Allemand à Paris et retour par la Suisse, Lausanne, 1800 « Lorsque l'orateur françois descendit de la chaire, il fut remplacé par un gros Alsacien allemand ».
  9. a b c et d Fargès-Méricourt, Relation du voyage de sa Majesté Charles X en Alsace, Strasbourg, Levrault, 1829.
  10. a b et c Jean-Frédéric Aufschlager, L'Alsace : Nouvelle description historique et topographique des deux départements du Rhin, tome 1, Strasbourg, 1826.
  11. M. Renaudin, Mémoire sur le sol, les habitans et les maladies de la province d'Alsace, in Richard de Hautesierck, Recueil d'observations de médecine des hôpitaux militaires, tome 2, Paris, Imprimerie royale, 1772.
  12. Sébastien Bottin, Mélanges sur les langues, dialectes et patois, Paris, Almanach du commerce, 1831.
  13. Norman Laybourn, L'Émigration des Alsaciens et des Lorrains du XVIIIe au XXe siècle, tome II, Au-delà des mers, Association des publications près les Universités de Strasbourg, 1986.
  14. Verbist, Les Belges et les Alsaciens-Lorrains au Canada, Turnhout, van Genechten, 1872.
  15. Fischer, Alsaciens et Lorrains en Algérie : histoire d'une migration, 1830-1914, J. Gandini, 1999 (ISBN 2906431435).
  16. Marc Tardieu, Les Alsaciens à Paris : De 1871 à nos jours, 2004 (ISBN 2268050734 et 9782268050737).

Voir aussi

Bibliographie

  • Appona 68, La liberté en souffrance : Manouches alsaciens 1939-1946 (OCLC 905649707)
  • Véronique Arnould, Alsaciens dans le monde : 100 parcours remarquables, Éd. du Signe, 2016 (ISBN 9782746833845)
  • Charles Béné, L'Alsace dans les griffes nazies, tome IV, Les communistes alsaciens, la jeunesse alsacienne dans la Résistance française, Fetzer, 1978 (OCLC 311376814)
  • Jean-Pierre Brun, Les Alsaciens au Moyen âge : des dynamiques nord-sud en Europe, 2015 (ISBN 9782849605318)
  • Thierry Chardonnet, Les Alsaciens d'autrefois, Sutton, 2018 (ISBN 9782813811769)
  • Georges Delahache, Alsaciens d'Algérie, P. Brodard, 1913 (OCLC 422326396)
  • DNA, Les Saisons d'Alsace : Les Alsaciens dans le monde, émigrés, éxilés et expatriés, no 47, février 2011
  • Janine Erny, Et parmi les pionniers du Far West il y avait des Alsaciens, le Verger, 1999 (ISBN 2908367939 et 9782908367935)
  • Nicole Fouché, Émigration alsacienne aux États-Unis : 1815-1870, Paris, 1992 (ISBN 2859442170)
  • Marie-Claude Monchaux, Les enfants alsaciens, Ouest-France, 1980 (ISBN 285882262X et 9782858822621)
  • Roland Oberlé, La vie quotidienne des chevaliers alsaciens au Moyen Age, Oberlin, 1991 (ISBN 2853691144 et 9782853691147)
  • Charles Schmidt, Les Alsaciens illustres : Portraits en photographie avec notices biographiques, Silbermann, 1864
  • Lucien Sittler, Hommes célèbres d'Alsace, Éd. SAEP, 1982
  • Joseph Strebler, Alsaciens au Texas, Strasbourg, 1975 (OCLC 917924615)

Articles connexes

Liens externes