All That You Can't Leave Behind

All That You Can't Leave Behind
Description de l'image U2 - All That You Can't Leave Behind reissue.jpg.
Album de U2
Sortie
Enregistré à
Drapeau de l'Irlande Dublin :
Hanover Quay Studios, Studios Windmill Lane, Westland Studios
Drapeau : France Èze
Durée 49:23
Genre Rock
Producteur Daniel Lanois
Brian Eno
Label Island Records
Interscope Records(USA)
Critique

Albums de U2

Singles

  1. Beautiful Day
    Sortie : 9 octobre 2000
  2. Stuck in a Moment You Can't Get Out Of
    Sortie : 29 janvier 2001
  3. Elevation
    Sortie : 12 juin 2001
  4. Walk On
    Sortie : 19 novembre 2001

All That You Can't Leave Behind est le dixième album studio du groupe de rock irlandais U2, sorti le sur le label Island Records. Il est produit par Brian Eno et Daniel Lanois et mixé par Steve Lillywhite, Tim Palmer, Mike Hedges, Richard Rainey, Brian Eno, Daniel Lanois, Richard Stannard, Julian Gallagher et Steve Fitzmaurice. L'album a été enregistré entre et à Èze dans le Sud de la France et dans trois studios de Dublin : Hanover studios, Windmill Lane studios et Westland studios. Il est composé de onze titres et sa durée d'écoute avoisine les 50 minutes.

Décrit par The Edge comme un album très simple, il marque pour U2 le retour à un son plus traditionnel après leurs expérimentations des années 1990. No 1 dans 32 pays à sa sortie, All That You Can't Leave Behind est l'album le plus populaire de U2 depuis The Joshua Tree. Ce succès est dû notamment à ses quatre singles (Beautiful Day, Stuck in a Moment You Can't Get Out Of, Elevation et Walk On) qui ont tous été bien classés dans les charts du monde entier. Le disque a reçu aussi un accueil positif de la critique mondiale et a remporté sept Grammy Awards dont ceux du meilleur album rock et de la meilleure chanson de l'année pour Beautiful Day. Il a été suivi de la tournée Elevation Tour en Amérique du Nord et en Europe.

En 2012, le magazine Rolling Stone classe All That You Can't Leave Behind à la 280e place dans sa liste des 500 plus grands albums de tous les temps. L'album est réédité en vinyle le puis pour son 20e anniversaire dans différents formats le 30 octobre 2020. À ce jour, il s'est vendu à plus de 12 millions d'exemplaires à travers le monde, dont environ 550 000 copies en France[1].

Historique

Contexte

Les années 1990 sont celles de la réinvention et des expériences musicales en tous genres pour U2. Elles débutent par Achtung Baby et Zooropa, dans lequel le groupe s'aventure vers la musique industrielle et l'électro. Elles se confirment avec le projet Passengers en 1995 puis Pop en 1997, qui flirte même avec la techno et la dance. Si le succès est encore là, aussi bien de la part du public que de la critique, cette époque marque néanmoins un essoufflement créatif chez les membres du groupe. Les ventes de Pop, pourtant respectables, restent parmi les plus faibles de l'histoire de U2, qui n'a pas gardé d'excellents souvenirs de son enregistrement, entre nombreux réenregistrements et remixes de dernières minutes. Ce désamour relatif conduit le groupe à remettre en question l'évolution de sa carrière au cours de la tournée PopMart. Comme le déclare Bono en interview, l'objectif de leur prochain album est clair : « postuler de nouveau au titre de meilleur groupe du monde »[2].

Enregistrement et lancement du disque

À la suite de l'accueil mitigé réservé à Pop (1997), leur album précédent, U2 souhaite revenir à un son se basant essentiellement sur la guitare, la basse et la batterie, et le groupe revient en studio peu après la fin de la tournée PopMart. Ils retrouvent pour l'occasion Brian Eno et Daniel Lanois, qui ont produit leurs albums The Unforgettable Fire, The Joshua Tree et Achtung Baby[3]. Ensemble, ils se mettent à l'ouvrage sur le projet U2000, titre très apprécié du groupe qui l'avait déjà choisi temporairement lors de la tournée PopMart.

Bono à Prague en 2000.

Le groupe commence à enregistrer ses premières démos pendant trois semaines à la fin de l'année 1998 aux Hanover Quay Studios à Dublin. La chanson Kite provient de cette première séance d’enregistrement[3]. U2 pense pouvoir terminer l'album en 1999 mais la participation de Bono à la bande originale du film The Million Dollar Hotel, ainsi qu'à une campagne de protestation pour l'annulation de la dette du tiers monde, retardent sa finition[4]. De plus, le groupe ne tient pas à se donner une échéance précise, comme cela avait été le cas pour Pop qui avait été achevé dans la précipitation. Adam Clayton, le bassiste de U2 raconte : « Quand on a enregistré les premières démos en 1998, on croyait naïvement que le disque serait prêt dans l'année, mais cela nous a pris tout 1999 et une partie de 2000. Après Pop, nous ne voulions pas nous fixer de dates précises »[5].

L'enregistrement de l'album voit aussi Bono retrouver progressivement sa voix. La lutte que le chanteur mène avec son propre appareil vocal, perceptible notamment sur Kite ou In a Little While, au cours de laquelle Bono sentira que le voile se déchire enfin et que la voix revient à sa pureté première, estomaquera tous ceux qui se trouvent dans le studio[6]. « Incroyable. Il chantait comme un oiseau » dira The Edge dans l'autobiographie du groupe U2 by U2.

Peut-être parce que les Irlandais y résident une bonne partie de l'année, la France est très présente dans l'élaboration et le lancement du prochain disque[7]. Ainsi, pendant l'été 1999, les membres du groupe se réunissent à Èze dans les Alpes-Maritimes pour travailler et jouer ensemble[8]. En , c'est à Paris, à l'aéroport Roissy-Charles-de- Gaulle que débute le tournage du clip du premier single, Beautiful Day, qui sortira le .

En prélude à la publication de l'album, U2 décide de créer l'événement : un mini concert privé au Man Ray, une boîte de Paris le . Huit cents personnes sont conviées, des personnalités ainsi que des gagnants d'un concours radio. U2 interprète lors de cette soirée certains titres de son nouvel opus : Elevation, New York, Stuck In A Moment You Can't get Out Of, Beautiful Day, et d'anciens morceaux comme Mysterious Ways, All I Want Is You, Even Better Than The Real Thing, The Ground Beneath Her Feet (tiré de The Million Dollar Hotel) et Bad[9].

Enfin, le , le dixième album des Irlandais sort officiellement dans le monde entier. Son nom All That You Can't Leave Behind qui a remplacé entre temps U2000, fait référence au son passé du groupe que celui-ci veut retrouver. Un nouveau cycle semble s'amorcer après les deux des années 1980 (Boy/October/War, The Unforgettable Fire/The Joshua Tree/Rattle and Hum) et celui des années 1990 (Achtung Baby/Zooropa/Pop)[10].

Caractéristiques artistiques

Analyse du contenu

De genre Rock, All That You Can't Leave Behind se compose de 11 titres et sa durée d'écoute est de 49 minutes et 23 secondes. Toute la musique est composée par U2 et les chansons écrites par Bono. L'album est produit principalement par Brian Eno et Daniel Lanois auxquels on peut associer sur deux titres Steve Lillywhite[11], de retour en studio avec U2 depuis Achtung Baby. Quatre singles ont servi de promotion à ce disque : Beautiful Day (N°1 au Royaume-Uni et N°21 aux USA), Stuck in a Moment You Can't Get Out Of (N°2 au Royaume-Uni et N°52 aux USA), Elevation (N°3 au Royaume-Uni) et Walk On (N°5 au Royaume-Uni)[12]. Selon Bono, « dans nos têtes nous avions écrit 11 singles pour cet album »[13].

La presse parle de ce disque comme d'un retour aux sources, The Edge utilisant par exemple, malgré les réticences des autres membres du groupe, une Gibson Explorer sur Beautiful Day, ce qu'il n'avait pas fait depuis l'album War (1983)[14]. Cependant, bien que décrit comme « un retour au son traditionnel de U2 », plusieurs chansons reprennent des éléments des expérimentations des années 1990. Comme le dit Larry Mullen Junior « on utilise toujours les boites à rythme, l'expérimentation est toujours présente dans tout ce que l'on fait, mais on s'y prend de manière plus subtile ». En effet, les petites touches techno et électro sont encore présentes mais rejetées à l'arrière des compositions comme sur Beautiful Day, When I Look at the World, le groove rock Elevation, ou la plage ambiante Grace en clôture de l'album. Décrit par The Edge comme un album très simple[15], c'est l'album le plus populaire de U2 depuis The Joshua Tree[16].

En ouverture du disque, Beautiful Day[17] est un hymne comme le groupe n'en avait plus sorti depuis With or Without You[18]. Une introduction magistrale et qui ne rappelle en rien le son habituel de U2, avec un clavier traité en écho et des cordes qui sonnent à la manière d'un mellotron de la fin des années 1960[19]. D'après Bono, c'est une chanson optimiste parlant « d'un homme qui a tout perdu, mais qui trouve de la joie dans ce qui reste »[20]. Beautiful Day permet au groupe d'obtenir deux Grammy (chanson et enregistrement de l'année) et rendra jaloux Michael Stipe, qui s'avouera « en colère de ne pas l'avoir écrite »[19]. Elle est en outre, classée 345e dans la liste des 500 plus grandes chansons de tous les temps établie par Rolling Stone en 2010[21]. Beautiful Day figure au générique du film L'Île de Nim, réalisé par Jennifer Flackett et Mark Levin, et dans la série télévisée Smallville[22]. U2 l'interprète dans toutes ses tournées depuis 2001.

Stuck in a Moment You Can't Get Out Of, aux sonorités gospel, est écrit en hommage à Michael Hutchence, chanteur du groupe INXS et ami de Bono disparu tragiquement. La star de U2 explique : « Pour moi, je lui ai prouvé tout mon respect et toute mon amitié en ne composant pas une stupide chanson sentimentale sirupeuse et dégoulinante.[23] » Cette chanson prend la forme d'une conversation entre eux deux où Bono tente de le convaincre de ne pas se suicider. Mick Jagger avait enregistré des chœurs sur cette chanson avec sa fille Elizabeth mais n'a pas pu les terminer et ils n'ont pas été conservés[24].

Elevation qui rappelle les Rolling Stones à leur meilleur[25], a été utilisée pour la bande originale de Lara Croft: Tomb Raider (2001) dans une version plus hard rock que l'originale. Le morceau, parle de l'environnement glauque d'un écrivain qui essaie de transformer son expérience personnelle en art[26]. Comme pour Beautiful Day, U2 l'interprète dans toutes ses tournées depuis le début des années 2000[27].

Walk On s'inscrit délibérément dans le registre rock « héroïque », avec des vocaux et des arrangements réminiscents à la Bowie, des accords de guitare tonitruants et un piano omniprésent[28]. Elle est dédiée à l'opposante birmane emprisonnée Aung San Suu Kyi, l'album ayant été interdit en Birmanie pour cette raison[29]. D'après Bono, "c'est une chanson sur la noblesse d'âme et le sacrifice personnel, sur ce qu'il est bien de faire, même si votre cœur vous dit le contraire"[30]. Ce morceau servira de clôture à tous les concerts de l' Elevation Tour en 2001[31]. Néanmoins, depuis le U2 360° Tour, le titre a disparu des setlists en raison de l'attitude d'Aung San Suu Kyi durant les exactions de l'armée birmane envers les Rohingya, groupe ethnique de confession musulmane.

Kite écrite en hommage au père de Bono malade[32], est une chanson émouvante et somptueuse. Il s'agit d'un dialogue entre le père (« Bob ») et le fils (resté « Paul » pour son père). Le thème du cerf-volant (Kite) permet d'aborder l'envie absolue de prendre de la hauteur[33]. C'est le titre préféré d'Adam Clayton et d'Elvis Costello[34].

Sur In a Little While, chanson baignée de soul, Bono revêt l'habit du crooner et s'approche de son modèle Al Green[35]. Dans ce morceau, il est question d'un difficile retour à la maison après une nuit de beuverie, et la perspective de l'inévitable gueule de bois du lendemain[36]. Joey Ramone, le leader du groupe punk rock Ramones l'écoutait souvent à l'hôpital alors qu'il était en phase terminale d'un cancer[37].

L'acoustique et léger Wild Honey est une chanson d’amour[38] doucereuse et pas compliquée[39]. Elle est proche du style de Van Morrison[40]. « C'est le côté joyeux de U2 que l'on donne rarement à voir. Mais ce n'est pas ma préférée » dit Larry Mullen Junior[41]. Wild Honey apparaît dans le film Vanilla Sky sorti en 2001, mais pas dans la bande originale[42].

Le délicat Peace on Earth a été écrit en hommage aux victimes de l'attentat d'Omagh en 1998[43]. Bono exprime le chagrin et la rage d’un parent qui ne peut être réconforté par plus de promesses d’espoir. "Sick of sorrow/ Sick of pain/ Sick of hearing again and again/ That there’s going to be/ Peace on Earth." (Marre du chagrin / Marre de la douleur / Marre d’entendre encore et encore / Qu’il va y avoir / La Paix sur terre)[44].

When I Look At The World est un morceau Pop rock atmosphérique qui relate l'engagement d'Adi Roche et d'Alison Stewart, la femme de Bono auprès des victimes de la catastrophe de Tchernobyl[45]. Le charme de cette chanson est dû en partie à la « slide » et aux synthétiseurs qui s'entremêlent comme des guirlandes[46].

New York est un titre explosif dédié à Frank Sinatra et à Lou Reed[47] qui possède de quoi enflammer toutes les arènes de la planète[48]. C'est un morceau personnel pour Bono et dans lequel The Edge innove avec un brillant solo de guitare[49]. La chanson se termine sur une référence à The Stolen Child, un poème de William Butler Yeats[50]. New York est injustement délaissée en concert depuis la fin de l’Elevation Tour en 2001[51].

Enfin, l'album se termine sur Grace, la traditionnelle ballade de U2. C'est un hommage à la femme où l'on sent l'esprit d'Alison Stewart planer sur la chanson. Brian Eno au synthétiseur et Daniel Lanois à la guitare ont contribué à finaliser ce morceau[52].

Titre bonus

La chanson The Ground Beneath Her Feet, dont les paroles proviennent du roman La Terre sous ses pieds (1999) de Salman Rushdie, figure en 12e position sur les versions britannique, irlandaise, japonaise et australienne de l'album. On peut aussi l'écouter sur la bande originale du film The Million Dollar Hotel sortie en début d'année 2000[53].

Pochette de l'album

La pochette du disque est une photographie en noir et blanc prise par Anton Corbijn où l'on voit les membres du groupe ensemble et de profil, comme sur The Joshua Tree, dans le terminal 2F de l'aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle. L'inscription J33-3 à gauche a été ajoutée et se réfère au livre de Jérémie 33:3 « Invoque-moi, et je te répondrai ; Je t'annoncerai de grandes choses, des choses cachées, Que tu ne connais pas »[54]. La femme en arrière-plan est une fan du groupe qui a pu passer la journée avec eux. L'enfant qui est avec elle n'est pas le sien.

Accueil du public et de la presse

L'album a été vendu à plus de 12 millions d'exemplaires[69] et a été no 1 dans 32 pays à sa sortie, notamment au Royaume-Uni[70], pays dans lequel il est triple disque de platine[71], en France, en Allemagne, en Italie, au Canada et en Australie. Il atteint la 3e place des charts aux États-Unis[72] et est quadruple disque de platine dans ce pays[73]. Le single Beautiful Day se classe lui aussi à la première place des charts dans de nombreux pays européens, au Canada et en Australie.

L'album a recueilli dans l'ensemble de bonnes critiques, obtenant un score de 79100, sur la base de 17 critiques collectées, sur Metacritic[55]. Stephen Erlewine, de AllMusic, lui donne 4 étoiles sur 5, estimant que le groupe « revient à l'esprit généreux qui circulait dans ses meilleurs albums des années 1980 » avec cet album « habile et artisanal » qui comporte « leur meilleur hymne depuis des années avec Beautiful Day » et « la meilleure chanson de pop qu'ils aient jamais écrite avec Wild Honey »[74]. Steve Morse du Boston Globe déclare que « le disque a de grandes chansons qui s'enchaînent à merveille, un changement bienvenu par rapport à la nature décousue des disques de U2 comme Zooropa en 1993 et Pop en 1997[75]. » Dans sa critique positive pour The Village Voice, Robert Christgau estime que l'album évite les tendances plus artistiques du travail précédent de U2 en faveur de chansons pop accrocheuses[76]. Adam Sweeting du journal The Guardian considère que U2 a « saisi la valeur de la simplicité » et créé leur enregistrement le plus accessible et le plus émouvant depuis Achtung Baby[77]. « Ils sont redevenus les rois du monde » commente Mark Blake du magazine Q[78]. April Long, du New Musical Express, donne à l'album une note de 7/10, évoquant une « performance louable » mais quelques « moments ringards où l'idéalisme de Bono verse dans la sentimentalité »[79]. James Hunter, de la revue Rolling Stone, écrit qu'All That You Can't Leave Behind est « la suite la plus complète de mélodies puissantes » que U2 ait jamais assemblée et que l'album est leur « troisième chef-d'œuvre » après The Joshua Tree et Achtung Baby [66]. En France, dans le no 400 de Rock & Folk, le chroniqueur parle d'un « bon cru » et décerne au disque la note de 3 étoiles et demi/5[80]. En revanche, Christophe Conte dans Les inrockuptibles critique très négativement le disque se demandant « pourquoi diable U2 qui avait entrepris un dialogue passionnant avec son époque retourne-t il aussi lachement à son rock épique et vioque? », qualifiant le titre Beautiful Day de « purge […] qui à l'air d'un fruit pourri tombé de Joshua Tree avec treize ans de retard[81] ».

En 2003, le magazine Rolling Stone place l'album à la 139e position dans sa liste des 500 plus grands albums de tous les temps[82]. Néanmoins, en 2012, il reclassera le disque en 280e position[82]. Dans Les 1001 albums qu'il faut avoir écoutés dans sa vie paru en 2006, il est qualifié d'« album aux proportions épiques, sans remplissage »« U2 abandonne son expérimentation électronique en faveur d'une instrumentation épurée et de paroles qui tendent réellement à l'universalité »[83]. Enfin, pour Le Nouveau Dictionnaire du rock paru en 2014, « la plus grande force de cet album n'en est pas le son, mais les chansons » et de poursuivre : « c'est l'absence d'emballage sonore moderne qui fait la beauté et même le courage de ce disque[84]. »

Grammy Awards

All That You Can't Leave Behind a été récompensé lors des cérémonies des 43e et 44e Grammy Awards au Staples Center à Los Angeles en 2001 et 2002. L'album et les chansons qui en sont extraites ont remporté sept trophées sur deux années consécutives. En 2001, Beautiful Day remporte les Grammy de la chanson de l'année, de l'enregistrement de l'année et de la meilleure interprétation rock par un duo ou un groupe[85]. En 2002, All That You Can't Leave Behind remporte le prix du meilleur album rock de l'année, Walk On celui de l'enregistrement de l'année, Elevation celui de la meilleure interprétation rock par un duo ou un groupe et Stuck in a Moment You Can't Get Out Of celui de la meilleure interprétation pop par un duo ou un groupe[86].

Elevation Tour à Cologne le 12 juillet 2001.

Elevation Tour

La tournée Elevation Tour commence le à Fort Lauderdale et se termine le à Miami. Elle compte 113 dates et se divise en trois grandes parties, les première et dernière en Amérique du Nord (de mars à juin et en octobre et novembre), et la deuxième en Europe (de juillet à septembre)[87]. Après les tournées précédentes du groupe où les concerts avaient lieu dans de grands stades, l'Elevation Tour marque le retour à des concerts dans des salles couvertes. Six chansons sont toujours jouées lors des 113 concerts : Beautiful Day, Elevation, One, Stuck in a Moment You Can't Get Out Of, Sunday Bloody Sunday et Where the Streets Have No Name[87].

Liste des chansons

Toutes les chansons sont écrites par U2 et publiées par PolyGram International Music[88].

No Titre Durée
1. Beautiful Day 4:06
2. Stuck in a Moment You Can't Get Out Of 4:32
3. Elevation 3:45
4. Walk On 4:55
5. Kite 4:23
6. In a Little While 3:37
7. Wild Honey 3:47
8. Peace on Earth 4:46
9. When I Look at the World 4:15
10. New York 5:27
11. Grace 5:32

Crédits

U2
Musiciens additionnels
Équipe de production et artistique
  • Daniel Lanois, Brian Eno – production
  • Steve Lillywhite, Mike Hedges, Richard Stannard, Julian Gallagher - production additionnelle
  • Richard Rainey - enregistrement sonore
  • Richard Rainey, Steve Lillywhite, Tim Palmer, Mike Hedges, Richard Stannard et Julian Gallagher, Brian Eno, Daniel Lanois, Steve Fitzmaurice - mixage
  • Chris Heaney, Alvin Sweeney, Jay Goin – enregistrement et assistance mixage

Classements et certifications

Classements

Liste des classements de ventes pour l'album All That You Can't Leave Behind
Pays Positions
Drapeau de l'Allemagne Allemagne[89] 1
Drapeau de l'Australie Australie[90] 1
Drapeau de l'Autriche Autriche[90] 1
Drapeau de la Belgique Belgique Comm. fl.[90] 1
Drapeau de la Belgique Belgique Comm. fr.[90] 1
Drapeau du Canada Canada[72] 1
Drapeau du Danemark Danemark[90] 2
Drapeau des États-Unis États-Unis[72] 3
Drapeau de la Finlande Finlande[90] 1
Drapeau de la France France[90] 1
Drapeau de l'Irlande Irlande[91] 1
Drapeau de l'Italie Italie[90] 1
Drapeau de la Norvège Norvège[90] 1
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande[90] 1
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas[90] 1
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni[70] 1
Drapeau de la Suède Suède[90] 1
Drapeau de la Suisse Suisse[90] 2

Certifications

Liste des certifications pour l'album All That You Can't Leave Behind
Pays Ventes Certifications
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 450 000 + 3xDisque d'or Or[92]
Drapeau de l'Australie Australie 350 000 + 5xDisque de platine Platine[93]
Drapeau de l'Autriche Autriche 20 000 + Disque de platine Platine[94]
Drapeau du Canada Canada 500 000 + 5xDisque de platine Platine[95]
Drapeau du Danemark Danemark 80 000 + 2xDisque de platine Platine[96]
Drapeau de l'Espagne Espagne 300 000 + Disque de platine 3 × Platine[97]
Drapeau des États-Unis États-Unis 4 000 000 + 4xDisque de platine Platine[73]
Drapeau de la Finlande Finlande 20 000 + Disque d'or Or[98]
Drapeau de la France France 300 000 + Disque de platine Platine[99]
Drapeau du Japon Japon 200 000 + Disque de platine Platine[100]
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 160 000 + Disque de platine 2 × Platine[101]
Drapeau de la Pologne Pologne 20 000 + Disque d'or Or[102]
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 900 000 + 3xDisque de platine Platine[71]
Drapeau de la Suisse Suisse 80 000 + 2xDisque de platine Platine[103]

Singles

  • Beautiful Day ()
  • Stuck in a Moment You Can't Get Out Of ()
  • Elevation ()
  • Walk On ()
Single Meilleur classement
Drapeau de l'Allemagne Allemagne Drapeau de l'Australie Australie Drapeau de la Belgique Belgique Comm. fl. Drapeau de la Belgique Belgique Comm. fr. Drapeau du Canada Canada Drapeau des États-Unis États-Unis Drapeau de la France France Drapeau de l'Irlande Irlande Drapeau de l'Italie Italie Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Drapeau de la Suisse Suisse
Beautiful Day 7 1 9 6 1 21 17 1 1 1 6
Stuck in a Moment You Can't Get Out Of 40 3 31 33 1 52 31 1 1 2 38
Elevation 82 6 14 13 1 - 34 1 3 3 20
Walk On 54 9 - - 1 - 81 7 - 5 48

Rééditions

L'album est réédité en vinyle le [104].

Les icônes présentes dans les pages intérieures de la pochette d'album en 2000 ont été réutilisées pour le coffret du 20e anniversaire.

Le 30 octobre 2020, soit deux décennies après la sortie d'All That You Can't Leave Behind, une réédition de l'album se présente dans divers formats, dont un box Super Deluxe de 51 titres au total. La prise additionnelle du morceau The Ground Beneath Her Feet est présente dans tous les supports[105]. La collection Super Deluxe contient un livre à couverture solide de 32 pages, réalisé par le collaborateur de longue date et ami du groupe, Anton Corbijn, et 39 titres bonus, dont des Faces-B de Summer Rain, Stateless, Always, Big Girls Are Best, et Don’t Take Your Guns To Town. « Stateless a été enregistré lors des sessions de l’album, mais figure finalement dans la bande originale du film The Million Dollar Hotel, explique le groupe. Le voici complètement remasterisé avec une toute nouvelle lyric vidéo[106]. » Enfin, on retrouve dans la collection Super Deluxe les prises originales des sessions en studio, 19 morceaux enregistrés pendant la tournée Elevation et 11 remixes[107].

Bibliographie

  • (en) U2 et Neil McCormick, U2 by U2, HarperCollins, , 345 p. (ISBN 0-00-719668-7).
  • Stan Cuesta, U2, Librio musique, , 96 p..
  • Michka Assayas (sous la direction de), Le nouveau dictionnaire du rock, 2 volumes, éditions Bouquins, 3317 pages, 2014.
  • Hubert Allin, Petit dico de U2, Éditions du Rocher, 143 pages, 2010.
  • Robert Dimery (sous la direction de), Les 1001 albums qu'il faut avoir écoutés dans sa vie, Flammarion, 960 pages, 2006.
  • Niall Stokes, U2, les secrets de toutes leurs chansons, Hors collection, 192 pages, .
  • Christian Eudeline, U2 - L'Intégrale !, Grund, 240 pages, (ISBN 978-2324020889), .

Notes et références

  1. http://www.chartsinfrance.net/U2/news-115083.html
  2. « "All That You Can't Leave Behind" : l'album du retour aux sources pour U2 », sur Chérie FM.fr (consulté le 4 juillet 2020).
  3. a et b McCormick 2006, p. 289
  4. McCormick 2006, p. 290
  5. U2 by U2, The last of the rock stars 1998-2001, propos d'Adam Clayton, page 289
  6. Les Inrockuptibles 2, U2 40 ans au sommet, All That You Can't Leave Behind, une lente maturation, par Louis-Julien Nicolaou, page 73, 30 novembre 2017
  7. Stan Cuesta, U2, chapitre 10, All That You Can't Leave Behind, page 68
  8. McCormick 2006, p. 293-294
  9. Stan Cuesta, U2, chapitre 10, All That You Can't Leave Behind (1999-2002), page 68
  10. http://www.u2achtung.com/pages/ressources/discographie-details.php?idalb=41, critique d'All That You Can't Leave Behind
  11. crédits albums, intérieur de la pochette d'All That You Can't Leave Behind, mixage et production additionnelle de Steve Lillywhite sur Beautiful Day et Walk On
  12. Niall Stokes, les secrets de toutes leurs chansons, classements des singles, pages 135 à 138
  13. Niall Stokes, U2, les secrets de toutes leurs chansons, page 142, éditions hors collection, mars 2013
  14. McCormick 2006, p. 296
  15. U2, Stan Cuesta, chapitre 10, All That You Can't Leave Behind (1999-2002), page 66, librio musique, juin 2003
  16. Le nouveau dictionnaire du rock, sous la direction de Michka Assayas, volume 2, notice U2, page 2950, éditions Bouquins, 2014
  17. Le petit dico de U2, Hubert Allin, analyse d'All That You Can't Leave Behind, page 15
  18. Le nouveau dictionnaire du Rock, sous la direction de Michka Assayas, B.L et P.A, notice U2, page 2950, volume 2, février 2014
  19. a et b Les Inrockuptibles 2, U2 40 ans au sommet, analyse de Beautiful Day par Louis-Julien Nicolaou, page 75, 30 novembre 2017
  20. (en) Bill Lamb, « Top 40 Pop Songs Of All Time », sur about.com (consulté le 10 mai 2012)
  21. (en) Rolling Stone, « 500 Greatest Songs of All Time », sur rollingstone.com, (consulté le 29 août 2020).
  22. https://www.nostalgie.fr/actus/u2-les-plus-beaux-titres-du-groupe-70237941, analyse de Beautiful Day
  23. https://www.rtbf.be/classic21/article/detail_all-that-you-can-t-leave-behind-de-u2-a-20-ans?id=10620015
  24. (en) Edna Gundersen, « Rock Hall of Fame shows get a three-disc set for the ages » (consulté le 10 mai 2012)
  25. Le nouveau dictionnaire du rock, sous la direction de Michka Assayas, biographie U2, volume 2, page 2950, éditions Bouquins, 2014
  26. Niall Stokes, U2 les secrets de toutes leurs chansons, analyse d'Elevation, page 137, éditions Hors collection, mars 2013
  27. http://www.u2achtung.com/pages/concerts/concerts.php
  28. site internet : www.liberation.fr/culture, critique d'All That You Can't Leave Behind par Nick kent, 30 octobre 2010
  29. (en) « U2's Album Banned in Burma », sur ABC News (consulté le 10 mai 2012)
  30. Les Inrockuptibles 2, U2 40 ans au sommet, analyse de Walk On par Louis-Julien Nicolaou, page 75, 30 novembre 2017
  31. site internet : www.u2achtung.com, rubrique U2 en tournée, 2001
  32. Les 1001 albums qu'il faut avoir écoutés dans sa vie, sous la direction de Robert Dimery, chronique d'All That You Can't Leave Behind, page 867
  33. Christian Eudeline, U2 - l'intégrale !, notice Kite, page 172, 2017
  34. U2, Stan Cuesta, page 69
  35. Sous la direction de Michka Assayas, B.L et P.A, notice U2, page 2950, volume 2
  36. Rolling Stone, numéro collector U2, In Little While, classé N°42 dans les plus grandes chansons du groupe, page 93
  37. Stan Cuesta, U2, chapitre 10 : All That You Can't Leave Behind (1999-2002), page 69, éditions Librio, juin 2003
  38. http://www.u2france.com/actu/All-that-you-can-t-leave-behind,2893.html
  39. Niall Stokes, U2 les secrets de toute leur chanson, Wild Honey, propos de Bono, page 142
  40. Niall Stokes, U2 les secrets de toute leur chanson, Wild Honey, page 142
  41. Mc Cormick, U2 by U2, page 299
  42. « U2 -Wild Honey - From Film "Vanilla Sky" » [vidéo], sur YouTube (consulté le 29 août 2020).
  43. (en) Mary Minihan, « U2 in Song Tribute to Omagh Victims », sur atu2.com (consulté le 10 mai 2012)
  44. Description du titre Peace on Earth, http://www.u2france.com/actu/songwriters-u2-la-ou-finit-l-art,58627.html
  45. U2, les secrets de toutes leurs chansons, Niall Stokes, analyse de When I Look At The World, page 144, mars 2013
  46. U2 l'histoire complète, collection Rock n'folk, en collaboration avec Uncut, N°2, analyse d'All That You Can't Leave Behind, par Bud Scoppa, page 115
  47. U2, les secrets de toutes leurs chansons, Niall Stokes, analyse de New York', page 145, mars 2013
  48. site internet : www.u2achtung.com, rubrique discographie, analyse d'All That You Can't Leave Behind
  49. https://www.u2france.com/actu/All-that-you-can-t-leave-behind,2893.html, par Stain, 6 juin 2001
  50. Niall Stokes, U2 les secrets de toutes leurs chansons, 1980-2009, analyse de New York, page 146, aux éditions Hors Collection, mars 2013
  51. http://www.u2srnr.com/discographie/all-that-you-cant-leave-behind/
  52. U2, les secrets de toutes leurs chansons, Niall Stokes, analyse de Grace, page 147, mars 2013
  53. bande originale du film, The Million Dollar Hotel, The Ground Beneath Her Feet, pochette du disque audio, 2000
  54. (en) Bill Graham et Caroline van Oosten de Boer, U2 : The Complete Guide to Their Music, Omnibus Press, , 96 p. (ISBN 0-7119-9886-8), p. 68-69
  55. a et b (en) « All That You Can't Leave Behind », sur Metacritic (consulté le 10 mai 2012)
  56. Stephen Thomas Erlewine, « All That You Can't Leave Behind – U2 », AllMusic (consulté le 28 décembre 2010)
  57. « U2 All That You Can't Leave Behind (Interscope) », sur The Austin Chronicle (consulté le 4 juillet 2020).
  58. https://music.avclub.com/u2-all-that-you-cant-leave-behind-1798192521
  59. Jim DeRogatis, « Yes, U2 can go home again », Chicago Sun-Times,‎
  60. David Browne, « Music Review: All That You Can't Leave Behind », Entertainment Weekly, no 567,‎ (lire en ligne, consulté le 28 décembre 2010)
  61. Adam Sweeting, « Pop CD of the Week: Time to get the leathers out », The Guardian, London,‎ (lire en ligne, consulté le 28 décembre 2010)
  62. Peter Murphy, « One from the Heart », Hot Press,‎ (lire en ligne)
  63. April Long, « Even Better Than the Surreal Thing! », NME,‎ (lire en ligne, consulté le 28 décembre 2010)
  64. Brent DiCrescenzo, « Album Reviews: U2: All That You Can't Leave Behind », Pitchfork, (consulté le 17 août 2011)
  65. Mark Blake, « U2: All That You Can't Leave Behind », Q, no 171,‎
  66. a et b (en) James Hunter, « All That You Can't Leave Behind », sur Rolling Stone (consulté le 10 mai 2012)
  67. Gundersen, Edna (30 October 2000). "10th album: A beautiful day for us all". USA Today. p. D1. Archived from the original on 5 October 2016. Retrieved 3 October 2016.
  68. Robert Christgau, « Getting Bizzy », The Village Voice, New York,‎ (lire en ligne, consulté le 2 septembre 2014)
  69. Le Dico du rock, David Roberts, biographie de U2, chiffres de vente, 2013
  70. a et b (en) « U2 Albums », sur theofficialcharts.com (consulté le 10 mai 2012)
  71. a et b (en) « Cerified Awards Search - U2 », sur BPI (consulté le 10 mai 2012)
  72. a b et c (en) « All That You Can't Leave Behind », sur Billboard (consulté le 10 mai 2012)
  73. a et b (en) « All That You Can't Leave Behind », sur RIAA (consulté le 10 mai 2012)
  74. (en) Stephen Erlewine, « All That You Can't Leave Behind - Review », sur AllMusic (consulté le 10 mai 2012)
  75. http://archive.boston.com/ae/music/packages/U2Fleetcenter/album_review_leave_behind/
  76. https://web.archive.org/web/20140910195644/http://www.villagevoice.com/2000-11-28/music/getting-bizzy/2/
  77. Sweeting, Adam (27 October 2000). "Pop CD of the Week: Time to get the leathers out". The Guardian. London. Retrieved 28 December 2010.
  78. (en) Mark Blake, « All That You Can't Leave Behind », Q, no 171,‎
  79. (en) April Long, « All That You Can't Leave Behind - Review », sur NME (consulté le 10 mai 2012)
  80. Rock&Folk, numéro 400, chronique de All That You Can't Leave Behind en fin de revue, 27 francs, paru en décembre 2000
  81. Christophe Conte, « U2 : All that you can't leave behind », Les Inrockuptibles, 30 novembre 2000.
  82. a et b (en) « 500 Greatest Albums of All Time », sur Rolling Stone (consulté le 10 mai 2012)
  83. Robert Dimery (trad. de l'anglais), Les 1001 albums qu'il faut avoir écoutés dans sa vie : rock, hip hop, soul, dance, world music, pop, techno, Paris, Flammarion, , 959 p. (ISBN 2-08-201539-4), p. 867
  84. Le Nouveau Dictionnaire du rock, sous la direction de Michka Assayas, B.L et P.A, notice U2, analyse d'All That You Can't Leave Behind, page 2950, volume 2, février 2014
  85. (en) « 43rd Annual Grammy Awards - U2 », sur grammy.com (consulté le 10 mai 2012)
  86. (en) « 44th Annual Grammy Awards - U2 », sur grammy.com (consulté le 10 mai 2012)
  87. a et b (en) « U2's Elevation Tour », sur u2gigs.com (consulté le 11 mai 2012)
  88. CD, crédits album All That You Can't Leave Behind, pochette du disque, 2000
  89. (de) « U2 - Chartverfolgung », sur musicline.de (consulté le 11 mai 2012)
  90. a b c d e f g h i j k l et m « U2 - All That You Can't Leave Behind », sur lescharts.com (consulté le 11 mai 2012)
  91. (en) « Top 75 Artist Album 2/11/00 », sur chart-track.co.uk (consulté le 11 mai 2012)
  92. (de) « Gold-/Platin-Datenbank - All That You Can't Leave Behind », sur musikindustrie.de (consulté le 25 août 2012)
  93. (en) « ARIA Charts - Accreditations - 2014 Albums », Australian Recording Industry Association (consulté le 27 janvier 2015)
  94. (de) « Gold & Platin - U2 », sur ifpi.at (consulté le 5 mars 2013)
  95. (en) « Gold Platinum Database - All That You Can't Leave Behind »(Archive • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), sur musiccanada.com (consulté le 22 août 2012)
  96. (da) « Album Top-40 Urge 18-2002 » (version du 29 septembre 2007 sur l'Internet Archive), sur hitlisterne.dk
  97. (es) Fernando Salaverri, Sólo éxitos : año a año : 1959-2002, Iberautor Promociones Culturales, , 1046 p. (ISBN 84-8048-639-2), p. 960
  98. (fi) « Tilastot - U2 », sur ifpi.fi (consulté le 5 mars 2013)
  99. « Albums Platine », sur infodisc.fr (consulté le 25 août 2012)
  100. (ja) « Gold Disc Certification », sur riaj.or.jp, (consulté le 29 avril 2019)
  101. (nl) « Goud/Platina - All That You Can't Leave Behind », sur nvpi.nl (consulté le 15 octobre 2018)
  102. (pl) « Zlote CD », sur zpav.pl (consulté le 5 mars 2013)
  103. (en) « Awards Database - U2 », sur swisscharts.com (consulté le 5 mars 2013)
  104. Stéphane Bernault, « Des Classiques Incontournables De U2 Seront Réédités En Vinyle », sur Arena.com, Hey Alex, (consulté le 4 juillet 2020).
  105. « U2 : une édition 20e anniversaire pour l'album «All That You Can't Leave Behind» », sur rfm.fr (consulté le 23 septembre 2020).
  106. https://www.ouifm.fr/u2-revisite-un-ancien-titre/
  107. « U2 sort une réédition de "All That You Can't Leave Behind" pour ses 20 ans », sur Classic 21, (consulté le 23 septembre 2020).

Liens externes