Albert Bridge

Albert Bridge
Albert Bridge, en octobre 2012.
Albert Bridge, en octobre 2012.
Géographie
Pays Royaume-Uni
Nation Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Commune Londres
Coordonnées géographiques 51° 28′ 56″ N, 0° 10′ 00″ O
Fonction
Franchit Tamise
Fonction Pont routier
Caractéristiques techniques
Longueur 220 m
Largeur 12 m
Hauteur 20 m
Concepteur Rowland Mason Ordish
Historique
Protection Grade II*

L'Albert Bridge (pont Albert) est un pont routier sur la Tamise qui relie Chelsea au nord à Battersea au sud. Conçu et construit par Rowland Mason Ordish en 1873 comme un pont à haubans modifié par le système Ordish-Lefeuvre , il s'est avéré structurellement peu solide. Entre 1884 et 1887, Joseph Bazalgette a donc intégré certains éléments de conception d'un pont suspendu. En 1973, le Conseil du Grand Londres a ajouté deux piles en béton, ce qui a transformé la travée centrale en un simple pont à poutres. En conséquence, le pont est aujourd'hui un hybride inhabituel de trois styles de conception différents. Il s'agit d'un bâtiment classé Grade II* du patrimoine anglais.

Il a été construit au départ pour être un pont à péage , mais cela n'a pas été un grand succès commercial. Six ans après son ouverture, il est devenu propriété publique et les péages ont été supprimés. Les postes de péage sont restés en place et sont les seuls exemplaires de postes de péage de pont qui subsistent à Londres. Surnommé « the Trembling Lady »[L 1] en raison de sa tendance à vibrer lorsqu'un grand nombre de véhicules le franchissent, le pont comporte des panneaux à ses entrées qui avertissent les troupes de rompre le pas en traversant le pont.

Avec une chaussée de seulement 8,23 m de large et de graves faiblesses structurelles, le pont était mal équipé pour faire face à l'arrivée de l'automobile au cours du XXe siècle. Malgré de nombreux appels à la démolition ou à sa piétonisation, l'Albert Bridge est resté ouvert aux véhicules tout au long de son existence, sauf pour de brèves périodes de réparation. C'est l'un des deux seuls ponts routiers de la Tamise, dans le centre de Londres, à n'avoir jamais été remplacé (l'autre est le Tower Bridge). Les travaux de renforcement effectués par Bazalgette et le Conseil du Grand Londres n'ont pas empêché une nouvelle détérioration de la structure du pont. Une série de mesures de contrôle du trafic de plus en plus strictes ont été introduites pour limiter son utilisation et ainsi prolonger sa durée de vie. Ainsi, il est l'avant-dernier pont routier de la Tamise le moins fréquenté de Londres ; seul le pont de Southwark est moins fréquenté.

En 1992, il a été recâblé et peint dans une palette de couleurs inhabituelle, afin de le rendre plus visible en cas de mauvais temps et d'éviter qu'il ne soit endommagé par des navires. La nuit, il est éclairé par 4 000 diodes électroluminescentes (DEL), ce qui renforce son statut de point de repère.

Histoire

Contexte

Carte montrant un quartier de Londres.
Chelsea et Battersea en 1891, montrant (de gauche à droite) le pont d'Old Battersea, le pont Albert, le pont Victoria (aujourd'hui Chelsea) et le pont ferroviaire Grosvenor. Les ponts de Battersea et Albert sont distants de moins de 500 mètres.
Un pont à haubans. La ville de Prague en arrière-plan.
Le pont Franz Joseph  de 1868 à Prague a été construit selon le plan proposé pour le futur pont Albert.

La ville industrielle historique de Chelsea, sur la rive nord de la Tamise, à environ 4,8 km à l'ouest de Westminster, et le riche village agricole de Battersea, face à Chelsea sur la rive sud, étaient reliés par le modeste pont en bois de Battersea en 1771[1]. En 1842, la Commission des revenus des bois, forêts et terres  a recommandé la construction d'un remblai à Chelsea afin de libérer des terres pour le développement, et a proposé un nouveau pont en aval de celui de Battersea, et le remplacement de ce dernier par une structure plus moderne[2]. Les travaux sur le pont Victoria (rebaptisé plus tard pont de Chelsea), situé à une courte distance en aval du pont de Battersea, ont commencé en 1851 et se sont achevés en 1858, les travaux sur le remblai de Chelsea  ayant commencé en 1862[3]. Entre-temps, la proposition de démolir le vieux pont de Battersea a été abandonnée[2].

Le pont en bois de Battersea s'était délabré au milieu du XIXe siècle. Il était devenu impopulaire et était considéré comme dangereux[4]. Le pont Victoria, plus récent, souffrait quant à lui d'une grave congestion. En 1860, le Prince Albert suggéra qu'un nouveau pont à péage, construit entre les deux ponts existants, serait rentable[5], et au début des années 1860, l'Albert Bridge Company fut créée dans le but de construire ce nouveau passage[6]. Une proposition avancée en 1863 fut bloquée par la forte opposition des exploitants du pont de Battersea, qui se trouvait à moins de 500 mètres de l'emplacement proposé pour le nouveau pont et dont les propriétaires exprimaient l'inquiétude d'une éventuelle perte de clientèle[6]. Un compromis a été trouvé et, en 1864, une nouvelle loi du Parlement a été adoptée, autorisant le nouveau pont à condition qu'il soit achevé dans un délai de cinq ans[7]. Cette loi obligeait l'Albert Bridge Company à acheter le pont de Battersea une fois le nouveau pont ouvert, et à dédommager ses propriétaires en leur versant 3 000 livres sterling[L 2],[8] par an dans l'intervalle[9].

Rowland Mason Ordish a été désigné pour concevoir le nouveau pont[6]. C'était un éminent ingénieur en architecture qui avait travaillé sur le Royal Albert Hall, la gare de Saint-Pancras, le Crystal Palace et le viaduc de Holborn[6]. Le pont a été construit en utilisant le système Ordish-Lefeuvre, une des premières formes de pont à haubans qu'Ordish a fait breveter en 1858[5]. La conception d'Ordish ressemblait à un pont suspendu conventionnel en utilisant un câble parabolique pour soutenir le centre du pont, mais différait par l'utilisation de 32 haubans inclinés pour supporter le reste de la charge[10]. Chaque étai était constitué d'une barre de fer forgé plate, fixée au tablier du pont, et d'un câble métallique composé de 1 000 fils de 2,54 mm de diamètre reliant la barre de fer forgé à l'une des quatre colonnes de support octogonales[11].

Construction

Chantier à l'avant-plan, pont en construction à l'arrière-plan.
Remblai de Chelsea et pont Albert en construction, 1873.

Bien qu'autorisés en 1864, les travaux sur le pont ont été retardés par les négociations sur le projet du remblai de Chelsea, car la conception du pont ne pouvait être achevée avant que le tracé exact des nouvelles routes construites sur la rive nord du fleuve n'ait été convenu[7]. Pendant que les plans du remblai étaient débattus, Ordish a construit le pont Franz Joseph  sur la Moldau à Prague selon le même plan que celui prévu pour l'Albert Bridge[12],[L 3].

En 1869, le délai prévu par la loi de 1864 pour la construction du pont a expiré. Les retards causés par le projet du Chelsea Embankment ont fait que les travaux sur le pont n'ont même pas commencé, et une nouvelle loi du Parlement a été nécessaire pour prolonger le délai[7]. La construction a finalement commencé en 1870, et il était prévu que le pont serait achevé en un an environ, pour un coût de 70 000 £[L 4],[8],[12]. En l'occurrence, le projet a duré plus de trois ans, et la facture finale s'est élevée à 200 000 £[L 5],[7],[8]. Il était prévu d'ouvrir le pont et le remblai lors d'une cérémonie commune en 1874, mais l'Albert Bridge Company tenait à commencer à récupérer les coûts nettement plus élevés que prévu, et le pont a été ouvert sans cérémonie officielle le , près de dix ans après son autorisation[12]. Comme la loi l'exigeait, l'Albert Bridge Company a alors acheté le pont de Battersea[6],[13].

Le pont d'Ordish avait 12 m de large et 220 m de long, avec une travée centrale de 117 m[9]. Il était soutenu par 32 poutres d'acier rigides suspendues à quatre tours octogonales en fonte, les tours reposant sur des piliers, en fonte également[7]. Les quatre piliers ont été coulés à Battersea et ont flotté sur la rivière jusqu'à leur position finale, puis ils ont été remplis de béton ; à l'époque, c'étaient les plus grands moulages jamais réalisés[7],[12]. Contrairement à la plupart des autres ponts suspendus de l'époque, les tours ont été placées à l'extérieur du pont pour éviter d'obstruer la chaussée. À chaque entrée se trouvait une paire de postes de péage avec une barre entre eux, pour empêcher les gens d'entrer sur le pont sans payer[12].

Panneau rectangulaire portant des inscriptions.
Avertissement aux troupes.

Le pont a acquis le surnom de « The Trembling Lady » en raison de sa tendance à vibrer, en particulier lorsqu'il est utilisé par les troupes de la caserne de Chelsea toute proche[14]. Les inquiétudes concernant les risques d'effets de résonance mécanique sur les ponts suspendus, à la suite de l'effondrement du pont suspendu de Broughton en 1831 et du pont de la Basse-Chaîne, à Angers, en 1850, ont conduit à placer des panneaux aux entrées pour avertir les troupes de rompre le pas (c'est-à-dire de ne pas marcher en rythme) lorsqu'elles traversaient le pont[15],[16],[L 6] ; bien que les casernes aient fermé en 2008, les panneaux d'avertissement sont toujours en place[11],[L 7].

Transfert au domaine public

Les cabines de péage octogonales sont les dernières de Londres qui subsistent.

Le pont Albert a connu un échec financier catastrophique. Au moment de l'ouverture du nouveau pont, l'Albert Bridge Company avait versé des indemnités à la Battersea Bridge Company pendant neuf ans, et à l'achèvement du nouveau pont est devenu responsable des coûts de réparation de la structure alors délabrée et dangereuse[17]. Le coût de la subvention du pont de Battersea a épuisé les fonds destinés à la construction de larges voies d'accès, rendant le pont difficile à atteindre[2]. Il était situé un peu plus loin du centre de Londres que le pont Victoria voisin, et la demande pour le nouveau pont a été moins importante que prévu. Au cours des neuf premiers mois de son exploitation, 2 085 £[L 8]. [8] ont été prélevés en péages[17].

En 1877, la loi sur les ponts à péage de la métropole a été adoptée, ce qui a permis au Metropolitan Board of Works d'acheter tous les ponts londoniens entre Hammersmith et Waterloo et de supprimer les péages[18]. En 1879, le pont Albert, dont la construction avait coûté 200 000 £, a été acheté par le Board of Works en même temps que le pont de Battersea pour un prix combiné de 170 000 £[L 9],[8],(en) « The Freeing of the Bridges », The Times,‎ , p. 12. Les péages ont été supprimés sur les deux ponts le [5], mais les postes de péage octogonaux ont été laissés en place, et sont aujourd'hui les seuls postes de péage de pont survivants à Londres[19].

Déficiences structurelles

Problèmes

En 1884, l'ingénieur en chef du Conseil des travaux, Joseph Bazalgette, a procédé à une inspection du pont et a constaté que les poutres de fer montraient déjà de sérieux signes de corrosion[14]. Au cours des trois années suivantes, elles ont été renforcées par des chaînes en acier, lui donnant une apparence plus proche d'un pont suspendu conventionnel[11],[20], et un nouveau tablier en bois a été posé, pour un coût total de 25 000 £[L 10],[8],[5]. Malgré ces améliorations, Bazalgette était toujours préoccupé par son intégrité structurelle et une limite de poids de cinq tonnes a été imposée aux véhicules utilisant le pont[12].

Avec une chaussée de seulement 8,2 m de large et soumis à des restrictions de poids dès le début, le pont était mal adapté à l'avènement du transport motorisé au XXe siècle. En 1926, la Commission royale sur la circulation fluviale a recommandé la démolition et la reconstruction du pont pour permettre la circulation sur quatre voies, mais ce plan n'a pas été mis en œuvre en raison d'un manque de fonds pendant la Grande Dépression. Il continua à se détériorer et en 1935, la limite de poids fut réduite à deux tonnes[21].

En raison de ses faiblesses structurelles persistantes, le conseil du comté de Londres proposa en 1957 de le remplacer par une conception plus conventionnelle. Une campagne de protestation menée par John Betjeman aboutit au retrait de la proposition, mais de sérieuses inquiétudes subsistaient quant à l'intégrité du pont[14]. En 1964, un système expérimental de flux de marée fut introduit, dans lequel seul le trafic en direction du nord était autorisé à utiliser le pont le matin et le trafic en direction du sud le soir[12]. L'état du pont continua cependant à se détériorer et en 1970, le Greater London Council (GLC) demanda et obtint l'autorisation de procéder à des travaux de renforcement. En , le pont fut fermé pour permettre l'exécution des travaux[12],[22].

Proposition de zone piétonne

Une péniche passant en dessous d'un pont.
Des piliers centraux en béton ont été ajoutés en 1973, faisant du pont un hybride inhabituel de pont à haubans, de pont suspendu et de pont à poutres.

La solution du GLC consistait à ajouter deux piliers en béton au milieu de la rivière pour soutenir la travée centrale et ainsi transformer la partie centrale du pont en un pont à poutres[23]. La poutre principale du pont a également été renforcée, et un tablier de remplacement léger a été posé. Les modifications devaient être une mesure provisoire visant à prolonger la vie du pont de cinq ans pendant qu'un remplacement était envisagé. Selon les estimations de la GLC, les réparations dureraient au maximum 30 ans, mais le pont devrait être soit fermé soit remplacé bien avant[24].

Au début de 1973, le magazine Architectural Review  a soumis une proposition visant à transformer le pont en un parc public paysager et un sentier piétonnier traversant la rivière[25]. Cette proposition s'est révélée très populaire auprès des habitants de la région, et une campagne menée en par John Betjeman, Sybil Thorndike et Laurie Lee a permis de recueillir une pétition de 2 000 signatures pour que le pont soit définitivement fermé à la circulation[23]. Bien que le GLC ait rouvert le pont à la circulation en , il a également annoncé son intention de poursuivre le projet de révision architecturale une fois que les questions juridiques auront été réglées[23],[L 11].

Le Royal Automobile Club a mené une campagne vigoureuse contre la proposition de piétonnisation. Une campagne publicitaire menée par l'actrice Diana Dors en faveur de la réouverture du pont a été lancée, tandis qu'un groupe de pression composé de résidents locaux et dirigé par le poète Robert Graves a fait campagne pour soutenir le plan du GLC[14]. La campagne de Graves a recueilli plus de mille signatures de soutien, mais a été vigoureusement attaquée par la British Road Federation , qui a tourné en dérision la preuve apparente du soutien du public au projet en disant qu'elle « envoyait beaucoup d'étudiants dans des appartements sociaux [où] la plupart des gens signeraient n'importe quoi sans savoir de quoi il s'agissait »[24]. Une enquête publique de 1974 a recommandé que le pont reste ouvert pour éviter les embouteillages sur les ponts voisins, et il est resté ouvert à la circulation à sens unique et la limite de poids de deux tonnes en place[23].

Présent

Un pont traversant un cours d'eau, vue de côté.
Cette palette de couleurs inhabituelle vise à accroître la visibilité des navires dans de mauvaises conditions d'éclairage.

En 1990, le système de trafic aller ou retour a été abandonné et le pont a été reconverti en circulation à double sens. Un îlot de circulation a été installé à l'extrémité sud du pont pour empêcher les gros véhicules de l'utiliser. Au début du XXIe siècle, la région de Chelsea a connu une croissance de la popularité des grosses voitures à quatre roues motrices (SUV — appelées « tracteurs de Chelsea »[L 12] —), dont beaucoup dépassaient la limite de poids de deux tonnes ; on estimait qu'un tiers de tous les véhicules utilisant le pont dépassaient la limite de poids. En , la chaussée de 8,2 m de large a été réduite à une seule voie dans chaque direction pour réduire la charge[26]. Des barrières en plastique rouge et blanc ont été érigées le long de la chaussée afin de protéger la structure contre les dommages causés par les voitures[27].

Entre 1905 et 1981, le pont a été peint uniformément en vert ; en 1981, il a été repeint en jaune. En 1992, il a été redécoré et recâblé[28]. Cela a ajouté à son statut de point de repère à Londres. Le pont est peint en rose, bleu et vert afin d'augmenter la visibilité dans le brouillard et dans le cas de mauvais éclairage et ainsi de réduire les risques de collision des navires avec la structure fragile pendant la journée[29]. La nuit, un réseau de 4 000 ampoules halogène-tungstène à basse tension illuminait le pont. En 1993, l'utilisation innovante d'un éclairage à faible consommation d'énergie et à longue durée de vie a été saluée par Mary Archer, alors présidente de la National Energy Foundation [15].

À l'exception du Tower Bridge, construit en 1894, l'Albert Bridge est le seul pont routier de la Tamise au centre de Londres à n'avoir jamais été remplacé[7]. Prévu comme une mesure temporaire à supprimer en 1978, les piles centrales en béton restent en place[15], et bien qu'en 1974 sa durée de vie ait été estimée à un maximum de 30 ans, le pont est toujours debout et opérationnel[24]. Il a été protégé en 1975 en tant que structure classée Grade II*, ce qui lui confère une protection contre toute altération significative sans consultation[30]. Il continue à se détériorer. Bien que des propositions aient été élaborées par le conseil municipal de Kensington et Chelsea pour le réparer et le sauver[27], en , les fonds pour les réparations n'étaient pas disponibles[31]. En plus des dommages structurels causés par la circulation, le bois de charpente du pont était gravement abîmé par l'urine des chiens qui faisaient la navette entre le Battersea Park et le voisinage[32],[L 13]. Grâce aux multiples mesures mises en place pour réduire la circulation et prolonger la durée de vie du pont, en 2009, il a accueilli environ 19 000 véhicules par jour, soit le taux d'utilisation le plus faible de tous les ponts routiers de la Tamise à Londres, à l'exception du Southwark Bridge, peu utilisé[33].

Le pont a été fermé aux véhicules à moteur le pour être rénové et renforcé. Il était initialement prévu qu'il reste fermé pendant environ 18 mois[34], mais après que l'état du pont ait été jugé pire que prévu, il a été fermé pendant 22 mois[35]. Tout le bois du tablier ainsi que la passerelle qui avait pourri ont été remplacés, et du bois supplémentaire a été ajouté pour le renforcement. Les surfaces de la chaussée et du tablier de la chaussée ont été remplacées. De nouvelles structures en acier ont été ajoutées pour renforcer le pont. Toutes les ampoules ont été remplacées par des ampoules plus efficaces sur le plan énergétique. Les postes de péage ont été rénovés. Les douze couches de peinture ont été décapées jusqu'à ce que le métal nu soit exposé, puis a été réparé et traité avant que trois nouvelles couches de peinture ne soient ajoutées. L'ensemble du projet a coûté 7,2 millions de livres sterling, dont 25 % ont été fournis par le Borough royal de Kensington et Chelsea et 75 % par Transport for London[36].

Le pont a rouvert le , lorsque deux chiens nommés Prince et Albert, de la maison voisine Battersea Dogs and Cats Home , l'ont traversé pour l'ouvrir officiellement. Toutes les caractéristiques du Grade II* ont été conservées[35].

Dans la culture populaire

Son apparence actuelle, distinctive et frappante, a conduit à l'utiliser comme toile de fond pour de nombreux films se déroulant dans la région de Chelsea, comme Orange mécanique, Absolute Beginners, Pile et Face et Maybe Baby[25]. Il est également au centre d'une chanson des Pogues, Misty Morning, Albert Bridge, de leur album Peace and Love (1989)[37].

Notes et références

Notes

  1. « La dame tremblante »
  2. environ 279 162 livres sterling de 2020.
  3. Endommagé pendant la Seconde Guerre mondiale, le pont Franz Joseph a été remplacé par un pont plus conventionnel dans les années 1950. Le pont Albert et le pont Franz Joseph sont les seuls ponts importants construits selon le système Ordish-Lefeuvre ; un troisième pont, plus petit, a été construit à Singapour.
  4. environ 6 565 817 livres sterling de 2020.
  5. environ 17 851 970 livres sterling de 2020.
  6. Le panneau original à chaque extrémité de l'Albert Bridge indiquait : « Les officiers commandant les troupes sont priés de rompre le pas lors du passage sur ce pont », que l'on peut voir dans le film d'actualités publié par British Pathé le .
  7. Un effet de résonance similaire a entraîné la fermeture temporaire du Millennium Bridge, situé à proximité, en 2000, peu après son ouverture.
  8. environ 186 107 livres sterling de 2020
  9. environ 16 121 167 livres sterling de 2020.
  10. environ 2 800 499 livres sterling de 2020.
  11. Une forme modifiée de la conception de la revue Architectural Review  a été utilisée en 1999 pour le Green Bridge, qui relie le Mile End Park à la Mile End Road  dans l'est de Londres.
  12. « Chelsea tractors »
  13. En raison du manque de grands espaces ouverts sur la rive nord de la rivière dans cette région, un grand nombre de chiens traversent quotidiennement pour se promener dans le Battersea Park.

Références

  1. Matthews 2008, p. 65.
  2. a b et c Roberts 2005, p. 130.
  3. Roberts 2005, p. 112.
  4. Roberts 2005, p. 63.
  5. a b c et d Davenport 2006, p. 71.
  6. a b c d et e Matthews 2008, p. 71.
  7. a b c d e f et g Cookson 2006, p. 126.
  8. a b c d e et f Chiffres de l'inflation au Royaume-Uni basés sur les données disponibles de Gregory Clark (2020), "What Were the British Earnings and Prices Then? (New Series)" sur le site MeasuringWorth.
  9. a et b Davenport 2006, p. 72.
  10. Smith 2001, p. 38.
  11. a b et c Tilly et Wallsgrove 2002, p. 217.
  12. a b c d e f g et h Matthews 2008, p. 72.
  13. Cookson 2006, p. 123.
  14. a b c et d Cookson 2006, p. 127.
  15. a b et c Cookson 2006, p. 130.
  16. (en) « Severn Bridge Model », sur British Pathé, (consulté le 8 août 2020).
  17. a et b Pay, Lloyd et Waldegrave 2009, p. 70.
  18. Cookson 2006, p. 147.
  19. Quinn 2008, p. 237.
  20. Roberts 2005, p. 131.
  21. Roberts 2005, p. 132.
  22. (en) « Alterations to Thames bridges », sur The Commercial Motor Archive, (consulté le 8 août 2020).
  23. a b c et d Matthews 2008, p. 73.
  24. a b et c Cookson 2006, p. 128.
  25. a et b Roberts 2005, p. 133.
  26. (en-GB) « Albert Bridge feeling the strain », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 8 août 2020).
  27. a et b (en) « Albert Bridge undergoes restoration study », sur Builder & Engineer, (consulté le 8 août 2020).
  28. Roberts 2005, p. 135.
  29. Cookson 2006, p. 129.
  30. (en) « Albert Bridge including tollbooths, lamp standards and stairs and section of bridge over the Embankment at the north end, Non Civil Parish - 1358138 | Historic England », sur historicengland.org.uk (consulté le 8 août 2020).
  31. (en-GB) Elaine Paige, « What's a girl to do against all this blah? », The Telegraph,‎ (ISSN 0307-1235, lire en ligne, consulté le 8 août 2020)
  32. Roberts 2005, p. 134.
  33. Pay, Lloyd et Waldegrave 2009, p. 71.
  34. (en) « Fury as Albert Bridge set to close for 18 months », sur Evening Standard, (consulté le 8 août 2020).
  35. a et b (en) « Drivers cross the Albert Bridge at last » (version du 5 décembre 2011 sur l'Internet Archive), sur London Evening Standard, .
  36. « Albert Bridge restoration », sur Royal Borough of Kensington and Chelsea, (consulté le 8 août 2020).
  37. (en) « The Pogues: A Band For Life, Not Just For Christmas », sur Live4ever Media, (consulté le 8 août 2020).

Annexes

Bibliographie

  • (en) Brian Cookson, Crossing the river : the history of London's Thames River bridges from Richmond to the Tower, Mainstream, (ISBN 978-1-84018-976-6, OCLC 63400905).
  • (en) Neil Davenport, Thames Bridges : from Dartford to the source : a survey of every public river crossing, past and present, Silver Link Publishing, (ISBN 978-1-85794-229-3, OCLC 926288192).
  • (en) Peter Matthews, London's bridges, Shire, (ISBN 978-0-7478-0679-0, OCLC 213309491).
  • (en) Ian Pay, Sampson Lloyd et Keith Waldegrave, London's bridges : crossing the royal river, Artists' and Photographers' Press, (ISBN 978-1-904332-90-9, OCLC 280442308).
  • (en) Tom Quinn, London's strangest tales, Robson, (ISBN 978-1-86105-976-5, OCLC 266990956).
  • (en) Chris Roberts, Cross river traffic : a history of London's bridges, Granta, (ISBN 978-1-86207-800-0, OCLC 60741559).
  • (en) Denis Smith, Civil Engineering Heritage London and the Thames Valley, Published for the Institution of Civil Engineers by Thomas Telford, (ISBN 978-0-7277-2876-0, OCLC 49274420).
  • (en) Graham P. Tilly et Jon Wallsgrove, Conservation of bridges, Spon Press, (ISBN 978-0-419-25910-7, OCLC 47100883).

Liens externes