Albert Bendrihen

Albert Bendrihen
Biographie
Naissance
Décès
(à 38 ans)
Buchenwald
Nationalité
Activité
Autres informations
Lieux de détention
Plaque en hommage au Docteur Bendrihem à Brégnier-Cordon.jpg
Plaque en hommage au Docteur Bendrihem à Brégnier-Cordon.

Albert Bendrihen (ou Albert Bendrihem[1]) (, Oran, Algérie-, Buchenwald) est un médecin français d'origine algérienne qui est le médecin des enfants d'Izieu. Il est arrêté par les Allemands le , à Brégnier-Cordon, dans l'Ain, et déporté du camp de Drancy vers Auschwitz par le Convoi n° 67, en date du . La rafle des Enfants d'Izieu a lieu le . D'Auschwitz, il est déporté à Buchenwald, où il meurt le .

Biographie

Albert[2],[3] Bendrhen Bendrihen est né le , à Oran (Algérie). Il est de nationalité française.

Il fait ses études de médecine à la Faculté de médecine de Lyon. Il est médecin à Carignan (Ardennes)[4].

Seconde Guerre mondiale

Le docteur Albert Bendrihen, âgé de 37 ans au moment de sa déportation, est un juif converti au catholicisme. Il a obtenu une dérogation pour conserver le droit d'exercer, les Juifs n'ayant alors plus le droit d'exercer la médecine en France[5],[6].

Durant la Seconde Guerre mondiale, il est le médecin de Sabine Zlatin, la directrice de la maison d'Izieu et de la colonie des enfants d'Izieu.

Le , le docteur Albert Bendrihen est arrêté à 16 heures, par les Allemands, à son domicile, situé à 3 kilomètres d'Izieu, au hameau voisin de Glandieu. Sabine Zlatin lui avait rendu visite le même jour, ainsi que 2 autres patients, selon son carnet de visites.

Il est déporté[7] par le convoi n° 67, en date du , du Camp de Drancy vers Auschwitz.

Sa dernière adresse est Brégnier-Cordon (Ain) [8].

Avant d'être amené à Drancy, il est passé par Lyon[2],[9].

Il est mort à Buchenwald le [4].

Honneurs

Une plaque commémorative à Brégnier-Cordon perpétue sa mémoire[10],[11].

Bibliographie

Notes et références

Articles connexes