Académie nationale de médecine

Académie nationale de médecine
Academie de medecine pupitre chambre.JPG
Pupitre de la Chambre des académiciens
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Domaine d'activité
Siège social
Pays
Coordonnées
48° 51′ 23″ N, 2° 20′ 04″ E
Organisation
Président
Emmanuel Alain Cabanis
Secrétaire perpétuel
Daniel Couturier
Publication
Bulletin de l’Académie nationale de médecine
Site web

L'Académie nationale de médecine est issue de l'Académie royale de médecine qui a été fondée en 1820, en y intégrant l'Académie royale de chirurgie qui existait depuis 1731. C'est une société savante médicale située rue Bonaparte dans le 6e arrondissement de Paris, mais ne fait pas partie de l'Institut de France.

Historique

L'Académie royale de médecine a été créée par Louis XVIII en 1820, sous l'impulsion du baron Antoine Portal qui fédéra trois sociétés savantes médicales : la Société royale de médecine, l'Académie royale de chirurgie et la Société de la faculté de médecine fondée par son rival Joseph Ignace Guillotin, et de Louis-Charles Deneux[1]. Ses statuts sont fondés sur ceux de l'Académie royale de chirurgie, de 1731 et de la Société royale de médecine, de 1776. L'Académie de médecine, de royale, devint impériale de 1851 à 1870, puis nationale à partir du .

L'article 2 de l'ordonnance de 1820, signée par Louis XVIII définit les statuts et missions de l'Académie royale de médecine comme suit :

« Cette académie sera spécialement instituée pour répondre aux demandes du gouvernement sur tout ce qui intéresse la santé publique, et principalement sur les épidémies, les maladies particulières à certains pays, les épizooties, les différents cas de médecine légale, la propagation de la vaccine, l'examen des remèdes nouveaux et des remèdes secrets, tant internes qu'externes, les eaux minérales naturelles ou factices, etc.

Elle sera en outre chargée de continuer les travaux de la Société royale de médecine et de l'Académie royale de chirurgie : elle s'occupera de tous les objets d'étude ou de recherches qui peuvent contribuer au progrès des différentes branches de l'art de guérir.

En conséquence, tous les registres et papiers ayant appartenu à la Société royale de médecine ou à l'Académie royale de chirurgie, et relatifs à leurs travaux, seront remis à la nouvelle académie et déposés dans ses archives. »

À sa création, l'académie tenait ses séances à la faculté de médecine de Paris. Elle occupa de 1824 à 1850 un modeste local rue de Poitiers, puis s'installa dans la chapelle désaffectée de l'hôpital de la Charité de la rue des Saints-Pères, aujourd'hui cathédrale Saint-Volodymyr-le-Grand, avant d'emménager définitivement dans l'hôtel de la rue Bonaparte, construit par l'architecte Justin Rochet de 1899 à 1902.

La loi relative à l'enseignement supérieur et à la recherche de 2013 actualise les statuts de l’académie pour lui donner un statut comparables aux académies de l’Institut de France :

« L'Académie nationale de médecine est une personne morale de droit public à statut particulier, placée sous la protection du Président du République[2].

Elle a pour mission de répondre, à titre non lucratif, aux demandes du Gouvernement sur toute question concernant la santé publique et de s'occuper de tous les objets d'étude et de recherche qui peuvent contribuer aux progrès de l'art de guérir.

Ses membres sont élus par leurs pairs. Toutes les fonctions y sont électives.

L'Académie nationale de médecine s'administre librement. Ses décisions entrent en vigueur sans autorisation préalable. Elle bénéficie de l'autonomie financière sous le seul contrôle de la Cour des comptes.

L'administration de l'Académie est assurée par un secrétaire perpétuel, un bureau et un conseil d'administration.

L'Académie peut recevoir des dons et des legs. »

Missions

Cabinet du secrétaire perpétuel

Les missions de l'académie consistent à répondre à toutes les questions posées par le gouvernement français dans le domaine de la santé publique. En plus de son rôle de conseiller, elle peut également, sans sollicitation préalable, émettre des avis ou communiqués éventuellement destinés à être largement diffusés. L'académie œuvre également au perfectionnement et à la diffusion des sciences médicales et pharmaceutiques, ainsi qu'à leurs applications.

Elle peut aussi s’autosaisir dans les domaines de la santé mais plus volontiers sur les questions de santé publique et d’éthique médicale[3].

Elle joue aussi un rôle fondamental, avec les prix et les bourses qu'elle décerne chaque année, dans l'aide à la recherche médicale[4]. Elle délivre ainsi notamment le Prix de l'Académie nationale de médecine, le Prix Jansen et le Prix Albert-Creff, et le prix biennal Drieu-Cholet les années paires.

Elle publie un dictionnaire de l’Académie nationale de médecine, en ligne, qui rassemble en permanence l’ensemble du vocabulaire médical[5].

Prix de l'Académie nationale de médecine

Tous les ans, l'institution remet plus d'une cinquantaine de prix, dont le prix de l'Académie nationale de médecine – doté de 27 000 euros en 2018 – récompensant des médecins et chercheurs pour l'ensemble de leurs travaux au cours de leur carrière[6].

Année Nom des lauréats
2018 Alexandre Loupy
2017 Jean-Louis Maas
2016 Marina Cavazzana-Calvo
2015 Philippe Bousso
2014 Philippe Musette
2013 Nicolette Farman et Marie-Édith Rafestin-Oblin
2012 Serge Adnot
2011 Jean-Jacques Lataillade
2010 Raphaël Scharfmann
2009 Jean-Louis Mandel
2008 Brice Felden
2007 Geneviève Nguyen
2006 Hubert Vaudry
2005 Denis Duboc
2004 Pierre-Marie Lledo
2003 Antoine Gessain
2002 Pascale de Lonlay-Debeney

Financement

Les ressources financières de l'académie proviennent à la fois du budget de l'État et de ses fonds propres.

Membres actuels

L'Académie nationale de médecine compte statutairement 130 membres titulaires, 160 membres correspondants, 100 membres correspondants étrangers et 40 membres associés étrangers. Les membres sont répartis en quatre divisions : médecine et spécialités médicales, chirurgie et spécialités chirurgicales, sciences biologiques et pharmaceutiques, santé publique.

En 2017, les membres titulaires sont[7] :

  • A : Monique Adolphe, Jean-François Allilaire, Raymond Ardaillou, Jean-Louis Arné, Michel Arsac, Michel Aubier, André Aurengo
  • B : Jean-François Bach, Jacques Barbier, Catherine Barthélémy, Raymond Bastin, Jacques Battin, Étienne-Émile Baulieu, Jacques Baulieux, Jacques Bazex, Pierre Bégué, Jacques Belghiti, Claudine Bergoignan-Esper, Jacques-Louis Binet, Bernard Bioulac, Daniel Bontoux, Philippe Bouchard, Claude Boudene, Jean-Paul Bounhoure, Jean-Marie Bourre, Marie-Germaine Bousser, Philippe Boutelier, Gilles Bouvenot, François Bricaire, Jacques Bringer, Jeanne Brugère-Picoux, Philippe Brunelle, Yves Buisson
  • C : Emmanuel Alain Cabanis, Jacques Caen, Jean Cambier, André Capron, Jean-Pierre Cazenave, Yves Chapuis, Bernard Charpentier, Christian Chatelain, Jean-Louis Chaussain, Claude-Henri Chouard, Jean Civatte, Yves Coppens, Jean-François Cordier, Pierre Corvol, Jean Costentin, Daniel Couturier, Patrick Couvreur, Gilles Crépin
  • D : Martin Danis, Georges David, Patrice Debré, Laurent Degos, Renaud Denoix de Saint Marc, François Denis, Guy Dirheimer, Claude Dreux, François Dubois, Gérard Dubois, Jean Dubousset, Jean-Louis Dufier, jean-françois Duhamel, Antoine Durrleman
  • E : Elisabeth Elefant
  • F : Bruno Falissard, Jean-Noël Fiessinger, Alain Fischer, Jacques Frottier
  • G : Francis Galibert, Iradj Gandjbakhch, Jean-Luc de Gennes, Marc Gentilini, Christian Géraut, Marc Girard, Jean-Paul Giroud, Claude-Pierre Giudicelli, Pierre Godeau, Régis Gonthier, Jean-pierre Goullé, Yves Grosgogeat
  • H : Jean-Jacques Hauw, Roger Henrion, Michel Huguier, Jacques Hureau
  • J : Daniel Jaeck, Claude Jaffiol, Pierre Joly, Pierre Jouannet, Yves Juillet
  • K : Michel Komajda
  • L : Henri Laccourreye, Jean-Paul Laplace, Géraud Lasfargues, Bernard Launois, Charles Laverdant, Yves Le Bouc, Bernard Lechevalier, Dominique Lecomte, Jean-Roger Le Gall, Jean-Yves Le Gall, François Legent, Jean-Marc Léger, Léon Le Minor, Yves Logeais, Daniel Loisance, Henri Lôo
  • M : Michel Malafosse, Georges Mantion, Jean-Marie Mantz, François-Xavier Maquart, Aline Marcelli, Jacques Marescaux, Jean-François Mattei, François-Bernard Michel, Jean-Pierre Michel, Edwin Milgrom, Gérard Milhaud, Jacques Milliez, Luc Montagnier, Jean-Louis Montastruc, René Mornex
  • N : Patrick Netter, Jean-Pierre Nicolas, Bernard Nordlinger
  • O : Jean-Pierre Olié
  • P : André Parodi, Jean-Louis Peix, Denys Pellerin, Pierre Pene, Jacques Philippon, Pierre Pichot, Charles Pilet, Pierre-François Plouin, Dominique Poitout, Yves Pouliquen
  • Q : Patrice Queneau
  • R : Marie-Odile Rethore, Dominique Richard-Lenoble, Henri Rochefort, Jacques Rochemaure, Pierre Ronco, Pierre Rondot, Roland Rosset, Jacques Rouëssé
  • S : Jacques de Saint-Julien, Bernard Salle, Jean Sassard, Georges Serratrice, Alfred Spira, Jean-Daniel Sraer, Adolphe Steg, Claude Sureau
  • T : Colette Taranger-Charpin, Jean-Paul Tillement, Pierre Tiollais, Yvan Touitou, Jean-Étienne Touzé, Patrice Tran Ba Huy, Jean-Pierre Triboulet
  • V : André Vacheron, Guy Vallancien, Bruno Vellas, Paul Vert, Richard Villet, Jean-Didier Vincent, Eric Vivier, Pascal Vouhé
  • W : Francis Wattel

Quelques anciens membres illustres

Liste des présidents depuis la fondation de l'Académie jusqu'en 1894
Liste des présidents de l'Académie de 1971 à 2009

Critiques

La nomination de Marie-Thérèse Hermange au comité d'éthique de l'Académie en 2017, alors qu'elle est mise en examen depuis 2013 pour trafic d'influence au profit des laboratoires Servier dans l'affaire du Mediator, suscite des interrogations sur les conflits d'intérêt au sein de l'instituion[16],[17].

Notes et références

  1. Dezobry et Bachelet, Dictionnaire de biographie, t.1, Ch.Delagrave, 1876, p. 771
  2. « LOI n° 2013-660 du 22 juillet 2013 relative à l'enseignement supérieur et à la recherche », sur legifrance.gouv.fr (consulté le 21 mai 2018)
  3. Missions de l'Académie nationale de médecine
  4. Plus de cinquante prix ainsi que de nombreuses subventions, bourses et médailles
  5. « LE VOCABULAIRE MÉDICAL DU XXIe SIÈCLE », sur academie-medecine.fr (consulté le 18 juillet 2018)
  6. « Prix, bourses et médailles », sur academie-medecine.fr (consulté le 29 mars 2019)
  7. Liste des titulaires en janvier 2017 sur le site officiel de l'ANM.
  8. « Cote LH/1010/64 », base Léonore, ministère français de la Culture
  9. « Cote LH/813/66 », base Léonore, ministère français de la Culture
  10. « Cote LH/963/55 », base Léonore, ministère français de la Culture
  11. « Cote LH/455/68 », base Léonore, ministère français de la Culture
  12. « Cote LH/163/72 », base Léonore, ministère français de la Culture
  13. « Cote LH/2021/6 », base Léonore, ministère français de la Culture
  14. « Cote LH/184/52 », base Léonore, ministère français de la Culture
  15. Sylvain Blondin, Eloge de Henri Rouvillois, Bulletin de l'Académie nationale de médecine, 3 mars 1970 disponible sur Gallica
  16. Marie-Sandrine Sgherri, « Mediator : l'étrange choix de l'Académie de médecine », sur Le Point, (consulté le 11 août 2019)
  17. « Comité d'éthique de l'Académie de médecine : une nomination pas très saine », sur Libération.fr, (consulté le 11 août 2019)

Textes législatifs et réglementaires

Liens externes