Abdeljelil Fenjiro

Abdeljelil Fenjiro
Fonctions
Ambassadeur du Maroc au Liban ()
-
Ali El Mhamdi ()
Ali Oumlil (en)
Directeur
Maghreb Arabe Presse
-
Mohamed Yassine Mansouri (en)
Biographie
Naissance
Décès
(à 79 ans)
Rabat
Nom dans la langue maternelle
عبد الجليل فنجيرو
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinctions

Abdeljelil Fenjiro (en arabe : عبد الجليل فنجيرو?), parfois transcrit Abdel-Jalil Fenjiro ou Abdeljalil Fenjiro, né le à Rabat et mort le dans la même ville, est un journaliste et diplomate marocain, directeur général de l'agence Maghreb Arabe Presse de 1974 à 1999 et ambassadeur du Maroc au Liban de 2000 à 2003.

Biographie

Abdeljalil Fenjiro est né à Rabat le [1] dans une grande et ancienne famille rbatie d'origine andalouse[2]. Scolarisé à Fès puis à Rabat[3], il poursuit par des études de journalisme et sort diplômé de l'Institut des hautes études marocaines puis en 1965 du Centre international de l’enseignement supérieur du journalisme de l’université de Strasbourg[1],[3].

Carrière dans le journalisme

L'agence Maghreb Arabe Presse

Abdeljelil Fenjiro débute en tant que reporter stagiaire en 1962 à l’agence Maghreb Arabe Presse (MAP). Il y gravit « tous les échelons de la hiérarchie professionnelle du secrétariat de rédaction à la direction générale, en passant par la rédaction en chef des départements arabe et français »[4]. Il en devient directeur le [5]. Puis lorsque l'agence — qui avait été créée en 1959 sous la forme d'une société de droit privé — passe sous le contrôle de l'État marocain en , il est nommé directeur général[3]. Il occupe ce poste jusqu'en [6],[1].

L'agence devient un établissement public placé sous l'autorité du ministère de l'Information par un dahir du . Elle a dès lors notamment pour objet « de concourir, tant au Maroc qu'à l'étranger, à la diffusion des points de vue, buts et objectifs de la  politique du Royaume du  Maroc »[7]. Elle devient ainsi une agence officielle[8] qui « quels que soient son directeur général et le ministre de tutelle fonctionne comme un porte-parole de l'État »[6]. Certains sujets sensibles tels que le Sahara Occidental subissent un contrôle éditorial strict, tandis que d'autres comme ceux critiquant la religion sont simplement interdits[9].

Dans ce contexte, Abdeljelil Fenjiro s'impose comme le leader naturel de l'agence après le départ de son fondateur Mehdi Bennouna[note 1]. Sous sa direction, Maghreb Arabe Presse se modernise, s'étend à la majeure partie du Maroc et ouvre de nombreux bureaux de représentation dans les plus grandes capitales mondiales[4]. Les bureaux régionaux de Fès, Marrakech et Agadir, s'ajoutant à ceux déjà existants de Casablanca et Tanger, sont ainsi installés dès 1975. La première représentation internationale est établie à Paris en 1976, seize autres suivront pendant son mandat. Aux services initialement en français et en arabe, il ajoute l'anglais en 1975 et l'espagnol en 1981[11].

Il inaugure avec Lionel Fleury en et en présence d'officiels français et marocains la première phase d'informatisation du système rédactionnel de la MAP réalisée en coopération avec l'Agence France-Presse[note 2]. Une fois achevé, il permet la réception, le traitement, l'archivage et l'émission des dépêches dans les quatre langues opérées par l'agence[13].

Pendant son mandat, les effectifs de l'agence croissent considérablement, passant ainsi de 300 employés en 1980 à 620 en 1996[11],[note 3]. Cette même année, elle entame à nouveau une importante mise à niveau technologique qui aboutira en à la diffusion par satellite de ses services d'information en arabe, français et anglais ainsi qu'à la création de son site web[15],

Après la mort d'Hassan II, son successeur Mohammed VI souhaite renouveler des dirigeants des organes de presse marocains. Il remplace ainsi le Abdeljalil Fenjiro atteint par la limite d'âge et jugé trop proche de Driss Basri, l'ancien ministre de l'intérieur et de l'information. Yassine Mansouri , un ancien camarade de classe du roi, lui succède à la direction de la MAP[16],[17],[18],[19].

Relations internationales

« Fervent défenseur du Nouvel ordre mondial de l'information et de la communication »[note 4], Abdeljelil Fenjiro consacre plus de trente ans à favoriser le dialogue Nord-Sud et surtout Sud-Sud[22]. Dans ce cadre, il participe activement à l'instauration de plusieurs agences de presse transnationales[23],[24] :

  • en 1970, l’Agence islamique internationale de presse (IINA) dont la première présidence échoit en à son prédécesseur à la tête de la MAP, Mehdi Bennouna[25];
  • en 1974, la Fédération des agences arabes de presse (FANA), dont il est président à quatre reprises avant d’être nommé président d’honneur à vie et consultant permanent ;
  • en 1975, le Groupe des agences de presse des pays non-alignés (NANAP) ;
  • en 1979, l’Agence panafricaine de presse (PANA) ;
  • en 1989, le Groupe des agences de presse des pays de l’UMA (Pool-UMA), qu'il dirige en 1989 et en 1994 ;
  • en 1992, l’Alliance des agences méditerranéennes de presse (AMAN), qu'il préside en 1995 et 1996.

À partir de la fin des années 1960, la MAP noue également de nombreux accords bilatéraux avec des agences de presse du monde entier participant ainsi de la diplomatie marocaine. Elle s'associe par exemple à l'agence iranienne PARS dès 1969, et à l'agence roumaine Agerpres  en 1970[26],[27]. Les liens entre la MAP et d'autres agences officielles se multiplient pendant le mandat d'Abdeljalil Fenjiro. Uniquement en 1977, elle renouvelle ainsi le partenariat avec la PARS, signe un accord avec l'agence syrienne SANA puis avec celle des Émirats arabes unis[28]. Ces contrats se succèdent dans les années qui suivent, comme l'accord de coopération portant sur l'échange d'informations qu'il ratifie avec l'agence chinoise Chine nouvelle Xinhua fin 1984[29], celui avec l'agence mauritanienne de presse AMJP en [30] ou celui qu'il conclut avec l'agence de presse angolaise Angop en [31].

Journalisme

En parallèle de ses activités à la MAP, Abdeljelil Fenjiro multiplie les collaborations avec la presse mondiale, notamment avec[3] :

Il conduit au cours de sa carrière des interviews de personnalités internationales de premier plan comme Nicolae Ceaușescu, Valéry Giscard d'Estaing, François Mitterrand, Mario Soares, Javier Pérez de Cuéllar ou Richard von Weizsäcker[32],[33],[34].

Il est en outre éditorialiste à la télévision marocaine[24].

Enseignement

Pendant quatre ans au début des années 1970, Abdeljelil Fenjiro contribue à l'élaboration des programmes et enseigne le journalisme d'agence en tant que maître de conférence à l’Institut supérieur de journalisme à Rabat[3].

Carrière diplomatique

Quelques mois après qu’il a quitté la MAP, le [4], le roi Mohammed VI nomme Abdeljelil Fenjiro ambassadeur du Maroc au Liban, un pays qu'il connaît bien pour y avoir séjourné à plusieurs reprises depuis 1968, en particulier pour les assemblées générales de la FANA, à Beyrouth[3]. Il conserve ce poste jusqu’à son départ à la retraite en [35],[36],[14]. Il est remplacé par Ali Oumlil, un diplomate qui présente ses lettres de créance le [37],[38].

Décès

Abeljelil Fenjiro meurt des suites d'une longue maladie le à l'hôpital militaire de Rabat[39]. Le lendemain, Mohammed VI adresse un message de condoléances à sa famille[40]. Il est inhumé au cimetière Sidi Messaoud à Rabat[41].

Distinctions

Décorations

Abeljelil Fenjiro est nommé chevalier de l'ordre national du Mérite en France, et a été décoré par les gouvernements égyptien (1964), tunisien (1968) et italien (1991)[24].

Il est décoré en 1993 sous le règne d'Hassan II du ouissam Al Arch au grade de Chevalier[note 5],[34]. Le roi Mohammed VI l'élève au grade d'Officier à l'occasion de son départ de la MAP le [44],[note 6].

Récompenses

Le club ALECSO-UNESCO lui décerne à Rabat le un certificat de mérite pour son rôle dans le développement du domaine de l'information[24],[34].

En , en reconnaissance de l'ensemble de sa carrière au service de la presse écrite et audiovisuelle, il reçoit à Rabat le Grand prix national de la presse lors de la 13e édition de cette cérémonie, en présence notamment du chef du gouvernement Abdel-Ilah Benkiran[35],[45]. À cette occasion, la presse le qualifie de « légende vivante du journalisme national »[46].

Notes et références

Notes

  1. Mehdi Bennouna reste PDG de l'agence jusqu'en 1975[10]; la convention de transfert entre les actionnaires et l'État marocain étant finalement signée le [11].
  2. La mise en œuvre du nouveau système informatique est l'aboutissement d'un accord signé à Paris par Abdeljalil Fenjiro et Lionel Fleury en janvier 1993. Il fait suite à la modernisation similaire de l'agence tunisienne TAP réalisée entre 1991 et 1993 [12].
  3. À la fin de son mandat en novembre 1999, la MAP emploie 660 personnes dont 250 journalistes[14].
  4. Le mouvement des non-alignés fait au tout début des années 1970 la critique du profond déséquilibre des systèmes d'information contrôlés par quelques entreprises occidentales. L’UNESCO s'en saisit et s'exprime en faveur d’un Nouvel ordre international de l’information (NOII) qui est par la suite englobé dans le projet plus vaste d'un Nouvel ordre mondial de l'information et de la communication (NOMIC). Le « principe d'équilibre » que le NOMIC substitue à celui de la « libre circulation de l'information » est rejeté les années 1980, principalement du fait de l'opposition des pays du Nord qui n'acceptent pas le contrôle de l'information que cet équilibre implique[20],[21].
  5. Le ouissam Al Arch, ou « ordre du trône », est décerné aux personnes qui se sont distinguées par leurs mérites civils ou militaires. Il comprend cinq classes qui sont par ordre croissant de distinction Chevalier (4e classe), Officier (3e classe), Commandeur (2e classe), Grand Officier (1re classe) et de Classe Exceptionnelle[42],[43].
  6. Mohammed Issari, le directeur de la première chaîne de télévision publique, quitte également son poste le . Il n'est pas décoré et ne se voit pas offrir de poste important.

Références

  1. a b et c (en) Aomar Boum et Thomas K. Park, Historical Dictionary of Morocco, Lanham, Rowman & Littlefield, (ISBN 9781442262973, OCLC 950459954, lire en ligne).
  2. (ar) Mohammed Boukhzar, « عبد الجليل فنجيرو... فارس إعلامي مغربي في زمن صعب », sur Elaph.com,‎ (consulté le 29 mai 2018)
  3. a b c d e et f  « Entrevue », sur le site de La Revue du Liban, (consulté le 25 mai 2018).
  4. a b et c Noureddine Jouhari, « L'ambassadeur Abdeljalil Fenjiro reçu par le président libanais », sur le site maghress.com, (consulté le 27 mai 2018)
  5. Jean-Claude Santucci et Maurice Flory, Annuaire de l'Afrique du Nord : 1972, Paris, Éditions du CNRS, (lire en ligne), p. 531
  6. a et b Jaouad Midech, « Maghreb Arabe Presse : 50 ans et 800 dépêches chaque jour », Lavieeco,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mai 2018)
  7. « Dahir portant loi n° 1-75-235 du 5 chaoual 1397 (19 septembre 1977) créant l'Agence Maghreb Arabe Presse », sur adala.justice.gov.ma (consulté le 29 mai 2018)
  8. « La MAP change de peau.. et le fond? », Economie Entreprises,‎ (lire en ligne, consulté le 29 mai 2018)
  9. (en) James Phillip Jeter, Vibert C. Cambridge, Kuldip R. Rampal et Cornelius B. Pratt, International Afro Mass Media: A Reference Guide, Greenwood Publishing Group, (ISBN 978-0-313-28400-7, lire en ligne)
  10. N Jouhari, « Décès de Mehdi Bennouna, 92 ans », Maghress,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mai 2018)
  11. a b et c (en) « Key dates », sur map.ma (consulté le 29 mai 2018)
  12. Haut Conseil de la francophonie, État de la francophonie dans le monde, Paris, La Documentation française., (ISBN 978-2-110-03268-3, lire en ligne), p. 275
  13. « Presse : informatisation de la MAP », Marchés tropicaux et méditerranéens, no 2516,‎ , p. 159 (lire en ligne, consulté le 29 mai 2018)
  14. a et b Abdessamad Mouhieddine, « Abdeljalil fenjiro : Récompensé par… l'ingratitude », La Gazette du Maroc,‎ (lire en ligne, consulté le 31 mai 2018)
  15. Mohamed Chaoui, « La MAP entame sa mise à niveau », L'Economiste,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mai 2018)
  16. (es) Ignacio Cembrero, « Mohamed VI destituye al director de la televisión nombrado por Basri », sur le site du quotidien espagnol El País, (consulté le 27 mai 2018).
  17. Abdellah Chankou, « La MAP change de directeur général », Maghress,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mai 2018)
  18. « Maroc - Directeurs jeunes et dynamiques pour l'agence officielle et la première chaîne télévisée Le paysage médiatique fait peau neuve », L'Orient-Le Jour,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mai 2018)
  19. (ar) « من يكون الراحل فنجيرو مدير وكالة ركب جهاز تنصت في قصر الصخيرات », فبراير.كوم | موقع مغربي إخباري شامل يتجدد على مدار الساعة,‎ (lire en ligne, consulté le 4 juin 2018)
  20. Serge Sur, « Vers un nouvel ordre mondial de l'information et de la communication », Annuaire français de droit international, vol. 27, no 1,‎ , p. 45–64 (ISSN 0066-3085, DOI 10.3406/afdi.1981.2431, lire en ligne, consulté le 21 mai 2018).
  21. Tristan Mattelart, « Les enjeux de la circulation internationale de l’information », Revue française des sciences de l’information et de la communication, no 5,‎ (ISSN 2263-0856, DOI 10.4000/rfsic.1145, lire en ligne, consulté le 1er juin 2018)
  22. « Hommage à Abdeljalil Fenjiro, référence vivante », sur le site du quotidien Le Matin (Maroc), (consulté le 25 mai 2018)
  23. « Décès de l'ancien patron de la MAP, Abdeljalil Fenjiro », sur le site H24Info avec le quotidien Le Figaro, (consulté le 25 mai 2018).
  24. a b c et d (en) Walter de Gruyter, Who's Who in the Arab World 2007-2008, Publitec, , 1216 p. (lire en ligne), p. 310, article Abdeljalil Fenjiro.
  25. Jean-Claude Santucci et Maurice Flory, Annuaire de l'Afrique du Nord : 1973, Paris, Éditions du CNRS, (lire en ligne), p. 684
  26. Michel Camau et Charles Debbasch, Annuaire de l'Afrique du Nord : 1969, Paris, Éditions du CNRS, (lire en ligne), p. 445
  27. Camau, Jean-Claude Santucci et Maurice Flory, Annuaire de l'Afrique du Nord : 1970, Paris, Éditions du CNRS, (lire en ligne), p. 340
  28. Hubert Michel et Maurice Flory, Annuaire de l'Afrique du Nord : 1977, Paris, Éditions du CNRS, (lire en ligne), p. 783-791
  29. « 20 décembre 1984 », Grand Maghreb, no 37,‎ (lire en ligne, consulté le 31 mai 2018)
  30. « Presse : accord entre les agences marocaine et mauritanienne », Marchés tropicaux et méditerranéens, no 2211,‎ , p. 736 (lire en ligne, consulté le 2 juin 2018)
  31. (en-US) « Politics », Agência Angola Press,‎ (lire en ligne, consulté le 4 juin 2018)
  32. (en) Foreign Broadcast Information Service Daily Reports, Daily Report. West Europe, The Service, (lire en ligne), « President discusses relations with Morocco », p. 15
  33. (en) Romanian News Agency, Documents, articles and information on Romania: Interview granted by President Nicolae Ceausescu to Chief Editor Abdeljalil Fenjiro of the "Maghreb Arabe Presse" New Agency, Agerpres, (lire en ligne)
  34. a b et c (ar) « نبذة عن حياة سعادة السيد عبد الجليل فنجيرو », sur www.aashtar.com (consulté le 28 mai 2018)
  35. a et b  « Décès de l’ancien directeur général de la MAP, Abdeljalil Fenjiro », sur le site maroc-hebdo.press.ma, (consulté le 25 mai 2018).
  36. (ar) « الرؤساء الحص والحسيني والصلح والحافظ في احتفال سفارة المغرب في لبنان, », sur archive.aawsat.com, Asharq al-Awsat,‎ (consulté le 27 mai 2018)
  37. « Emploi & carrière - Les nouveaux ambassadeurs », sur le site du quotidien francophone du Maroc, (consulté le 27 mai 2018).
  38. Jeanne Massaad, « Nouvel ambassadeur du Maroc Ali Oumlil : “Le Liban réussira parce qu’il dispose d’atouts humains considérables” », sur le site de La Revue du Liban, (consulté le 27 mai 2018).
  39. MAP Info, « Décès de l'ancien directeur général de la MAP, Abdeljalil Fenjiro », sur www.maroc-hebdo.press.ma, (consulté le 29 mai 2018)
  40. « SM le Roi adresse un message de condoléances à la famille de feu Abdeljalil Fenjiro », Maroc.ma,‎ (lire en ligne, consulté le 26 mai 2018)
  41. « Funérailles à Rabat de l’ancien directeur général de la MAP, Abdeljalil Fenjiro | MAP Express », MAP Express,‎ (lire en ligne, consulté le 20 mai 2018)
  42. « Les dix types de wissams royaux accordés par Mohammed VI », Telquel.ma,‎ 25-31 mai 2018 (lire en ligne, consulté le 24 mai 2018)
  43. « Décret royal n° 199-66 du 1er ramadan 1386 (14 décembre 1966) portant création des ordres du Royaume », sur adala.justice.gov.ma (consulté le 31 mai 2018)
  44. « Messari promet des changements importants dans le champ médiatique », L'Economiste,‎ (lire en ligne, consulté le 24 mai 2018)
  45. « Fenjiro laureat du Grand Prix national de la presse », Barlamane,‎ (lire en ligne, consulté le 26 mai 2018)
  46. « Grand Prix national de la presse: Hommage à Abdeljalil Fenjiro, référence vivante du journalisme national », MAP Express,‎ (lire en ligne, consulté le 26 mai 2018)

Liens externes