Abbaye Notre-Dame de Bonne-Espérance d'Échourgnac

Abbaye Notre-Dame de Bonne-Espérance d'Échourgnac
image de l'abbaye
Vue extérieure de l'abbaye

Diocèse Diocèse de Périgueux et Sarlat
Fondation 1868
Abbaye-mère Abbaye du Port-du-Salut
Abbaye Notre-Dame de la Consolation de Vaise
Congrégation cistercien-trappiste
Période ou style

Coordonnées 45° 07′ 42″ nord, 0° 12′ 48″ est[1] 
Pays Drapeau de la France France
Département Dordogne
Commune Échourgnac

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine

(Voir situation sur carte : Nouvelle-Aquitaine)
Abbaye Notre-Dame de Bonne-Espérance d'Échourgnac

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye Notre-Dame de Bonne-Espérance d'Échourgnac

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

(Voir situation sur carte : Dordogne)
Abbaye Notre-Dame de Bonne-Espérance d'Échourgnac

L’abbaye Notre-Dame de Bonne-Espérance d'Échourgnac est un monastère français de moniales cisterciennes-trappistes sis en Dordogne, dans la commune d'Échourgnac. Une fondation de moines trappistes (XIXe siècle) est réinvestie en 1923 par des moniales de la même tradition trappiste. L'abbaye est « vivante » et la communauté compte vingt-six moniales. Cette communauté achète et affine des fromages qu'elle commercialise sous sa marque Trappe Échourgnac .

Localisation

L'abbaye est située au lieu-dit « Biscaye », à environ 1,5 kilomètre du centre-bourg d'Échourgnac, sur les limites de la forêt de la Double, à peu près à mi-chemin entre Périgueux et Libourne.

Histoire

Les moines trappistes

Des moines trappistes de l'Abbaye du Port-du-Salut (Mayenne), s'établissent dans ce lieu insalubre et marécageux en 1868. Fidèles à la tradition cistercienne de pionniers ils en entreprennent l'assainissement, en drainant les marécages et en mettant les terres en valeur[2],[3],[4].

Les trappistes créent également une étable et une fromagerie, ce qui leur permet de développer un savoir-faire fromager à l'origine de la Trappe Échourgnac[2].

Les lois anti-religieuses de 1910 contraignent les moines à quitter leur abbaye. Une société se constitue pour entretenir les bâtiments et perpétuer le savoir-faire des moines jusqu'à ce qu'une autre communauté religieuse prenne le relais.

Les moniales cisterciennes

En 1923, des moniales cisterciennes s'installent à Échourgnac. Leur maison-mère est l’abbaye Notre-Dame de la Consolation de Vaise, dans laquelle les religieuses revenues d'exil après la Révolution française et l'Empire ont fondé leur première maison[5]. Cette dernière implantation s'étant révélée à la fois trop petite et assez féconde, plusieurs abbayes filles sont fondées, dont Notre-Dame-des-Anges à Espira-de-l'Agly en 1852. Les religieuses sont chassées en 1904 par les décrets d'expulsion visant les religieux ; elles se réfugient alors en Espagne, à Herrera . En 1923, elles sont autorisées à rentrer en France et s'installent à Échourgnac[6].

Les trappistines travaillent dur pour assurer leur indépendance (elles vivent en complète autarcie) et réussir notamment à racheter la fromagerie. Elles doivent en outre faire face à plusieurs incendies : celui du clocher en 1939, ceux de la fromagerie en 1956 et 1983. En 1999, afin de pouvoir rénover leurs ateliers, elles décident de sous-traiter la première partie de la fabrication, le moulage du fromage, à une laiterie bretonne puis commercialisent le Trappe Échourgnac parfumé à la noix[7].

En 2016, la communauté monastique se compose de vingt-six moniales[7].

L'abbaye

Le chœur des moniales dans l'église abbatiale

Une rénovation complète des bâtiments de l'abbaye qui dure deux ans se termine début 2016[8].

Notes et références

  1. « Échourgnac », sur http://www.cistercensi.info, Ordre cistercien (consulté le 30 avril 2013).
  2. a et b  « Notre histoire », sur http://www.abbaye-echourgnac.org, Abbaye d'Échourgnac (consulté le 30 avril 2013).
  3. « Doubleauds d'hier et d'aujourd'hui », sur http://www.echourgnac.net, Échourgnac (consulté le 30 avril 2013).
  4. Corinne Marache, « Encourager plus que l’agriculture », Ruralia, vol. 16-17,‎ (ISSN 1777-5434, lire en ligne).
  5. « Histoire de l’abbaye de Blauvac », sur http://www.abbaye-blauvac.com, abbaye Notre-Dame de Bon Secours de Blauvac (consulté le 30 avril 2013).
  6. « Notre histoire - 2 », sur http://www.abbaye-echourgnac.org, Abbaye d'Échourgnac (consulté le 30 avril 2013).
  7. a et b Marie Gasc, « Un succès d'entreprise », Sud Ouest édition Dordogne, 29 février 2016, p. 12.
  8. Marie Gasc, « La Trappe, abbaye du XXIe siècle », Sud Ouest édition Dordogne, 29 février 2016, p. 12-13

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Site de l'abbaye Notre-Dame de Bonne-Espérance.