Abbaye Notre-Dame de Bœuil

Abbaye Notre-Dame de Bœuil
image de l'abbaye
Vue générale de l'édifice

Diocèse Diocèse de Limoges
Patronage Notre-Dame
Numéro d'ordre (selon Janauschek) CCCLXXVII (377)[1]
Fondation 1123
Début construction 1123
Dissolution 1790
Abbaye-mère Abbaye de Dalon
Lignée de Abbaye de Pontigny
Abbayes-filles Abbaye Saint-Léonard des Chaumes
Congrégation Ordre cistercien
Période ou style

Coordonnées 45° 54′ 09″ nord, 1° 03′ 38″ est
Pays Drapeau de la France France
Province Comté de la Marche
Département Haute-Vienne
Commune Veyrac

Géolocalisation sur la carte : Limousin

(Voir situation sur carte : Limousin)
Abbaye Notre-Dame de Bœuil

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye Notre-Dame de Bœuil

Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne

(Voir situation sur carte : Haute-Vienne)
Abbaye Notre-Dame de Bœuil

L’abbaye de Bœuil, ou abbaye Notre-Dame de Bœuil, est une abbaye cistercienne détruite à la Révolution française, située à Veyrac, en Limousin.

Histoire

Fondation

L'abbaye a probablement été fondée en 1123 par Ramnulphe de Nieul, doyen du chapitre de Dorat. L'abbaye fut érigée en fille de celle de Dalon. Cette dernière fit le choix en 1162 de la règle cistercienne, se plaçant dans la lignée de l'abbaye de Pontigny ; l'abbaye de Bœuil suivit[2].

L'essor

À son tour, l'abbaye de Bœuil prospéra au point qu'elle fonda une abbaye-fille : celle de Saint-Léonard des Chaumes, en Aunis[2].

Les crises

Comme de très nombreuses autres abbayes à cette époque, celle de Bœuil subit vers le XVe siècle le passage au régime de la commende qui plaçait le monastère et ses biens sous l'autorité d'un laïc pour qui le monastère était avant tout une source de revenus et non un lieu de prière. Malgré des tentatives de redressement, l'abbaye de Bœuil commença à décliner[2].

Destruction à la révolution

En 1790, alors qu'il ne restait qu'un seul moine à l'abbaye, les révolutionnaires le chassèrent et détruisirent le monastère. Cette destruction fut systématique : si l'abbaye est encore repérable sur le cadastre de 1808, il n'en reste plus rien aujourd'hui, le monastère ayant été utilisé comme carrière de pierre au XIXe siècle[3],[4].

Notes et références

  1. Janauschek 1877, « CCCLXXVII : Bulium, Le Beuil », p. 241 & 242
  2. a b et c Bernadette Barrière 1998, « Bœuil », p. 145.
  3. Bernadette Barrière 1998, « Bœuil », p. 144.
  4. « Veyrac — Un peu d'histoire », sur http://www.veyrac.fr, Veyrac (consulté le 10 avril 2013).

Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Document utilisé pour la rédaction de l’article [Bernadette Barrière 1998] Bernadette Barrière, Moines en Limousin : L'aventure cistercienne, Limoges, Presses universitaires de Limoges, , 207 p. (ISBN 9782842871031, lire en ligne).
  • Leopold Janauschek, Originum Cisterciensium Tomus I in quo praemissis congregationum domiciliis adjectisque tabulis chronologico-genealogicis veterum abbatiarum a monachis habitatarum fundationes ad fidem antiquissimorum fontium primus descripsit, L.J. Vindobonae,