Consonne affriquée

(Redirigé depuis API ɟ͡ʝ)
Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Consonne affriquée
Symbole API ◌͡◌
Numéro API 433
Unicode U+0361

X-SAMPA
Kirshenbaum

En phonétique articulatoire, une consonne affriquée est une consonne composée d'une phase occlusive où le flux d'air est bloqué, suivie par une étape fricative où l'air retenu est relâché pour passer par une ouverture plutôt étroite. Ce son est produit en l'espace de temps nécessaire à la production d’une consonne occlusive fricative simple.

Les affriquées sont également appelées occlu-constrictives, (se)mi-constrictives ou (se)mi-occlusives[1].

Étymologie et définition

Le terme « affriqué  » signifiant « frotté » ou « exciter » par le frottement, est le participe passé du verbe affriquer, emprunté du latin affricare, signifiant « frotter contre »[2].

Articulation

L'étape initiale d'occlusion puis l'étape suivante de relâchement doivent se produire au même point d’articulation et sont donc homorganiques. Dans le cas de /t͡ʃ/ (anciennement noté /ʧ/), le premier élément n'est pas à proprement parler [] (occlusive dentale) mais une occlusive post-alvéolaire comme [ʃ]. D’ailleurs, si on veut décrire cette articulation (/ʃ/) avec précision, il faut ajouter qu'elle est simultanément palatale dans la plupart des langues (prévélaire en français) et qu’elle comporte le plus souvent un avancement labial (plus ou moins prononcé selon le phone qui suit), mais cela n'est pas le cas en castillan, par exemple. Toutes ces co-articulations sont également présentes dans l'élément occlusif, et il est donc exclu de symboliser les affriquées au moyen de deux symboles distincts (/tʃ/). Cela pourrait laisser penser qu'il y a occlusion au niveau dental ou alvéolaire, suivie d'une constrictive postalvéolaire.

En effet, on a bien /t͡ʃ/ dans un très grand nombre de langues comme l'anglais, le castillan, l'italien et en français dans des emprunts étrangers récents. Dans cette dernière langue, on trouve parfois aussi la séquence /t.ʃ/ entre deux syllabes distinctement séparées, mais la prononciation usuelle reste affriquée, y compris entre deux mots successifs.

Jusqu'au XIIIe siècle environ, l'ancien français employait abondamment des consonnes affriquées telles que /d͡ʒ/, /t͡ʃ/ ou /d͡z/[3]. Leur usage, perdu depuis des siècles dans l'essentiel des langues d'oïl a néanmoins partiellement perduré jusqu'à nos jours en wallon. Par exemple, on prononce vatche [vat͡ʃ] au lieu de vache [vaʃ] ou encore djambe [d͡ʒɑ̃ːb] au lieu de jambe [ʒɑ̃ːb].

Affrication, tics de langage et patois francophones

L'affrication est un tic de langage, courant chez les adolescents dans les années 2010 et 2020, consistant à affriquer artificiellement les t et les d, ce qui peut donner, par exemple : « Du coup, genre, Amandjine, sans mentchir elle me djit, genre en mode : t’as pris tes protège-tibias pour vendredji ouuuu ? »[4],[5],[6]. À la suite d'un article de Marie-Ève Lacasse, dans le journal Libération sur ce tic de langage, le politicien Eric Zemmour fait un lien entre cette affrication et l'Afrique, croyant percevoir à travers le terme d'affrication un mode d'expression venant d'Afrique (sans doute n'a-t-il pas pris le temps de lire dans le détail le texte de Marie-Ève Lacasse et n'en a vu que le titre) et rappellant à cette occasion la théorie du grand remplacement dont il est convaincu. Mais ce mode de prononciation n'a en fait strictement aucun rapport avec l'Afrique d'après les linguistes, le terme d'affrication venant du latin affricare, pour « frotter contre », comme l'on fait remarquer plusieurs médias francophones[6],[7],[8]. RTS indique à cette occasion, qu'avant d'être pratiqué par les adolescents français, l'affrication est un effet phonétique courant dans plusieurs patois francophones, par exemple en Suisse romande ou au Québec[6]. Un article du journal Le Figaro indique également que c'est un phénomène phonétique ancien « notamment dans les langues romanes, où il est particulièrement répandu »[8].

Notation

Les affriquées sont souvent représentées avec deux consonnes à la suite : ([kx]). Cependant, un symbole unique serait préférable pour montrer qu'elles ne forment qu'un unique phonème. Ce choix d'un symbole unique pour les affriquées a été fait pour le pinyin, romanisation du chinois mandarin standard (z, c, j, q, zh, ch). Pertinent du point de vue linguistique, cela est toutefois une complexification pour le locuteur débutant, chinois ou étranger. La pertinence linguistique et la praticité peuvent donc s'opposer. Unicode dispose de ligatures propres pour six des affriquées les plus communes. Pour les autres, l’Association phonétique internationale recommande le recours à la ligature tirant [o͡o].

Une autre méthode indique la partie fricative en exposant ([pᶠ]). On retrouve également les mêmes méthodes pour indiquer la prénasalisation, la barre de liaison pouvant être utilisée (certaines consonnes affriquées peuvent elles-mêmes être prénasalisées).

Liste des affriquées pulmoniques de l'Alphabet phonétique international

Notes et références

  1. French/English Glossary of Linguistic Terms, SIL, 2010.
  2. Site dictionnaire-academie.fr, page "Affriqué, Affriquée, adjectif.
  3. (en) M. K. Pope, From Latin to Old French, Manchester University Press, (lire en ligne)
  4. Marie-Eve Lacasse, « Amandjine mange à la cantchine : l’affrication, nouveau tchic de langage des adolescents », Libération,‎ (lire en ligne)
  5. Michel Launey, « Chocolatchines : avec l’affrication tout se passe dans le palais », Libération,‎ (lire en ligne)
  6. a b et c Anne Fournier et Victorien Kissling, « L'affrication, ce tic de langage passé des armaillis aux jeunes des banlieues », RTS,‎ (lire en ligne)
  7. Marie-Eve Lacasse, « Non Eric Zemmour, l’affrication n’a rien à voir avec le prétendu grand remplacement» », Libération,‎ (lire en ligne)
  8. a et b Aliénor Vinçotte, « L'affrication, nouveau tchic de langage des ados, assiste-t-on (vraiment) à un nouveau phénomène de langue ? », Le Figaro,‎ (lire en ligne)