Évasion (film, 2013)

Évasion
Titre québécois Le Tombeau[1]
Titre original Escape Plan
Réalisation Mikael Håfström
Scénario Miles Chapman
Jason Keller
Acteurs principaux
Sociétés de production Atmosphere Entertainment
Emmett/Furla Films
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Action
Durée 115 minutes[2]
Sortie 2013

Série Évasion

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Évasion ou Le Tombeau au Québec (Escape Plan) est un film d'action américain réalisé par Mikael Håfström, sorti en 2013.

Synopsis

Ray Breslin, codirecteur et employé d'une agence indépendante appelée B&C Security, localisée à Los Angeles et engagée par le bureau fédéral des prisons, est chargé de tester l'intégrité des systèmes de haute sécurité dans les prisons à haut risque de l'ensemble des États-Unis[1]. Lors d'une première évasion, il est intronisé "prince de l'évasion", lors d'un entretien avec un directeur local, par le directeur général de l'agence, Lester Clark. Breslin révèle passer sa vie dans ces prisons afin de trouver les failles de sécurité, de les exploiter à l'aide de trois principales méthodes — la connaissance de l'environnement, de la routine, et la possession d'une aide à l'extérieur ou à l'intérieur — et ainsi réussir à s'échapper.

De retour à l'agence, Breslin et ses collègues font la rencontre d'une avocate et agent de la CIA, Jessica Miller. Celle-ci, félicitant Breslin pour le travail référencé dans son ouvrage intitulé Compromising Correctional Institution Security, lui propose de tester la sécurité d'un prototype de pénitencier administré et financé à titre privé, sans que ses collègues en sachent le lieu exact. Breslin, appâté par le gain, accepte ce contrat, incarne le personnage d'« Anthony Portos », terroriste international, et se fait capturer par une équipe d'intervention à La Nouvelle-Orléans, en Louisiane. Cependant, le plan ne se déroule pas comme prévu[1] ; Breslin se fait retirer la puce électronique implantée dans son bras pour retracer ses mouvements et se fait droguer sur le chemin de la prison. Il se réveille dans une cellule surélevée, dans une gigantesque prison. Dans ce lieu, il fait la rencontre du directeur Willard Hobbes, puis la connaissance d'un codétenu, Emil Rottmayer. Celui-ci est mis sous pression par le directeur pour qu'il lui révèle où se trouve Mannheim, son ancien employeur qui met en péril le système bancaire international.

La prison est un centre de détention privé illégal, dans un cargo au large du Maroc. Au cours de l'évasion, ils tuent le directeur. Une fois sorti, Breslin comprend que Rottmayer est Mannheim, et qu'il a été engagé par sa fille Jessica pour le libérer, son nom de détenu, Portos, étant un code pour que Mannheim le reconnaisse. Plus tard, il apprendra également par son associée Abigail Ross, que c'est Lester Clark, qui a tout organisé pour qu'il soit enfermé à vie dans cette prison. Alors que ce dernier, qui s'est enfui à Miami et est certain d'être lavé de tout soupçon, Hush, un autre associé de Breslin, le retrouve et l'endort jusqu'à ce que ce dernier se réveille dans sa voiture en panne et enfermée dans un container sur un bateau.

Fiche technique

  • Titre original : Escape Plan
  • Titre français : Évasion
  • Titre québécois : Le Tombeau[1]
  • Titre provisoire : The Tomb
  • Réalisation : Mikael Håfström
  • Scénario : Miles Chapman et Jason Keller
  • Direction artistique : James A. Gelarden et David Lazan
  • Décors : Barry Chusid
  • Costumes : Lizz Wolf
  • Photographie : Brendan Galvin
  • Montage : Elliot Greenberg
  • Musique : Alex Heffes
  • Production : Robbie Brenner, Mark Canton, Randall Emmett, George Furla et Kevin King Templeton
  • Sociétés de production : Atmosphere Entertainment et Emmett/Furla Films ; Boies/Schiller Film Group et Envision Entertainment Corporation (coproductions)
  • Sociétés de distribution : Summit Entertainment (États-Unis) ; SND (France)
  • Budget : 50 millions de dollars[4]
  • Pays d’origine : Drapeau des États-Unis États-Unis
  • Langues originales : anglais, allemand, arabe et ourdou
  • Format : couleurs - 2.35 : 1 - 35 mm
  • Genre : action
  • Durée : 115 minutes
  • Dates de sortie :
  • Classifications :
    • Drapeau : France Mention CNC : tous publics (visa d'exploitation no 138343 délivré le )[5]

Distribution

Sylvester Stallone incarne le rôle de Ray Breslin[1].
Source et légende : version française (VF) sur RS Doublage et AlloDoublage ; version québécoise (VQ) sur Doublage Québec[8]

Production

Développement

Antoine Fuqua était pressenti pour réaliser le film[9]. Le film est ensuite développé, sous le titre The Tomb, avec le Suédois Mikael Håfström comme réalisateur. Ce film marque la troisième collaboration entre Sylvester Stallone et Arnold Schwarzenegger après la série de films Expendables. Bruce Willis a été attaché au projet lorsqu'Antoine Fuqua était le réalisateur envisagé[9].

Tournage

Le tournage s'est étalé pour une durée de deux mois, d'avril à [10]. Le film est tourné à Los Angeles et en Louisiane (Slidell, La Nouvelle-Orléans ) et sur la côte marocaine.

Accueil

Critiques

Évasion a rencontré un accueil critique mitigé dans les pays anglophones. Il obtient 49 % d'opinion favorable sur le site Rotten Tomatoes, pour 101 commentaires collectés et une note moyenne de 5,310, notant dans son consensus que « aussi plaisant soit-il de voir Sylvester Stallone et Arnold Schwarzenegger faire équipe à l'écran, Évasion ne parvient pas à offrir beaucoup plus qu'une pâle imitation des sensations pop-corn des années 1980[N 1] »[11], tandis que le site Metacritic lui attribue un score moyen de 49100, pour 33 commentaires collectés[12]. En France, la presse l'a globalement mal accueilli, puisque le site AlloCiné, ayant recensé huit commentaires, lui attribue une note moyenne de 1.65.

Toutefois, le public donne un avis favorable au film puisqu'il obtient une note de 6,810 sur le site IMDb, basée sur 159 414 votes et une note de 3,75 sur le site Allociné, basée sur 2 422 notes dont 442 critiques.

Box-office

Pour son week-end d'ouverture aux États-Unis, où il est distribué dans une combinaison maximale de 2 883 salles, Évasion ne parvient qu'à prendre la quatrième place du box-office, avec 9 885 732 de dollars de recettes engrangées dans la période, pour une moyenne de 3 429 de dollars par salle[16]. En première semaine, le film garde la quatrième place avec 13 083 582 de dollars, pour une moyenne de 4 538 de dollars[16]. Le film ne marche que très moyennement sur le territoire américain, ne parvenant qu'à totaliser que 24 770 050 de dollars en sept semaines[16]. Il s'agit du second échec commercial consécutif sur le territoire américain pour Arnold Schwarzenegger après Le Dernier rempart, sorti neuf mois auparavant, qui avait cumulé 25 136 000 de dollars de recettes sur une durée d'exploitation plus courte (six semaines)[17], de même que pour Sylvester Stallone, après le flop de Du plomb dans la tête, sorti huit mois avant Evasion, qui, lui, a totalisé 9 490 000 de dollars de recettes également en six semaines[18].

Toutefois, c'est à l'étranger qu'Évasion marche le mieux, puisque le long-métrage a engrangé 112 192 336 de dollars de recettes, dont 40 930 000 de dollars rien qu'en Chine, où il a obtenu son meilleur score à l'international [16]. Au box-office mondial, Évasion a rapporté près de 137 328 000 de dollars, permettant d'amortir l'échec commercial du film sur le territoire américain [16]. Il était le seul film avec Schwarzenegger et Stallone - hors Expendables et doublage de films d'animations - à dépasser les 100 millions de dollars de recettes mondiales dans les années 2010[17],[18], avant d'être dépassé par Terminator Genisys pour Schwarzenegger et Creed : L'Héritage de Rocky Balboa et Les Gardiens de la Galaxie 2 pour Stallone[17],[18].

Pour sa sortie en France dans 196 salles, Évasion prend la cinquième place du box-office lors de sa première semaine d'exploitation avec 196 671 entrées[19]. La semaine suivante, le film connaît une baisse (une perte de 28,77 % en termes d'entrées), ce qui lui vaut de chuter en sixième place du box-office, mais il parvient à engranger 140 095 entrées, soit un cumul de 336 766 entrées[19]. En troisième semaine, le long-métrage chute de six places au classement, connaissant une baisse de 43,10 %, avec 79 714 entrées, portant le cumul à 416 480 entrées[19]. L'exploitation d'Évasion se finit dans la semaine du [20], où il a totalisé 500 784 entrées après dix semaines. Il s'agit du meilleur résultat - hors Expendables - pour Stallone et Schwarzenegger sur le territoire français depuis 2010, avant d'être dépassé par Terminator Genisys pour Schwarzenegger et Creed : L'Héritage de Rocky Balboa et Les Gardiens de la Galaxie 2 pour Stallone, qui ont atteint le cap du million d'entrées.

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada[21],[22]
25 135 965 $ 13
Drapeau de la France France[19] 500 784 entrées 10

Monde Total mondial 137 328 301 $ 16

Distinctions

Nominations

Suites

En , il est annoncé que Sylvester Stallone va reprendre son rôle de Ray Breslin et que cette suite sera réalisée par Steven C. Miller, toujours avec Miles Chapman comme scénariste[24]. Dave Bautista, 50 Cent et Jaime King rejoignent ensuite la distribution[25]. En , le titre est révélé : Évasion 2 : Le Labyrinthe d'Hadès.

Alors que ce second film n'est pas encore sorti en salles, le tournage du 3e opus, Escape Plan 3: Devil's Station, débute en . Le tournage a notamment lieu à Mansfield dans l'Ohio, dans le Ohio State Reformatory qui avait également servi pour Les Évadés (1994). L'intrigue de ce troisième film verra Ray Breslin chargé de libérer la fille d'un milliardaire hongkongais ainsi que la femme de sa vie, toutes deux emprisonnées dans une prison ultra-sécurisée[26].

Notes et références

Notes

  1. Citation originale : « As much fun as it is to see Sylvester Stallone and Arnold Schwarzenegger team up onscreen, Escape Plan fails to offer much more than a pale imitation of 1980s popcorn thrills. »
  2. Nommé également pour ses rôles dans Du plomb dans la tête et Match retour.

Références

  1. a b c d et e « Le tombeau. Version en français », sur cinoche.com (consulté le 30 mai 2014).
  2. (en) British Board of Film Classification, « ESCAPE PLAN (15) », sur E1 Films, (consulté le 30 mai 2014).
  3. (en) Jeff Sneider et Justin Kroll, « D’Onofrio, 50 Cent enter ‘The Tomb’: Amy Ryan, Vinnie Jones also join Summit actioner », Variety,‎ (lire en ligne, consulté le 8 avril 2012).
  4. http://www.cnc.fr/web/fr/rechercher-une-oeuvre/-/visa/138343.
  5. « Fiche du doublage québécois du film » sur Doublage Québec, consultée le 13 novembre 2013.
  6. (en) kauri, « Stallone and Schwarzenegger headed to New Orleans for ‘The Tomb’ », Onlocationvacations.com, (consulté le 9 avril 2013).
  7. (en) « Escape Plan », sur Rotten Tomatoes, Flixster (consulté le 16 novembre 2013).
  8. (en) « Escape Plan », sur Metacritic, CBS Interactive (consulté le 16 novembre 2013).
  9. a b c d e et f (en) « Escape Plan », sur Box Office Mojo (consulté le 16 novembre 2013).
  10. a b et c (en) « Arnold Schwarzenegger », sur Box Office Mojo (consulté le 12 décembre 2014).
  11. a b et c (en) « Sylvester Stallone », sur Box Office Mojo (consulté le 12 décembre 2014).
  12. a b c et d « Evasion : Box-office français », sur Jp Box-office (consulté le 23 novembre 2013).
  13. « Évasion », sur CBO Box-office (consulté le 20 mars 2014).
  14. (en) « Escape Plan », sur Box Office (consulté le 20 mars 2014)
  15. (en) « Box-office Etats-Unis d'« Evasion » par semaine », sur Box Office Mojo (consulté le 19 mars 2014).
  16. (en) « Escape Plan 2 Director Confirmed as Steven C. Miller », sur ComingSoon.net, (consulté le 9 août 2020).
  17. (en) Erik Pedersen, « Jaime King & Curtis ‘50 Cent’ Jackson Break Into ‘Escape Plan 2’ », sur Deadline (consulté le 11 mars 2017)
  18. « Sylvester Stallone sur le tournage d'Evasion 3 avec Dave Bautista (vidéo) », sur Cinéma-JeuxActu.com, (consulté le 10 octobre 2017).

Annexes

Article connexe

Liens externes